filière équine

Un mois… un projet R&D : PaturBovEquin !

Ce mois-ci, nous nous intéressons au projet qui permet de tester l’intérêt de la mixité au pâturage développé par le plateau technique de la jumenterie du Pin.

Ce projet est né d’une demande forte des professionnels de la filière équine d’avoir des références sur la conduite d’élevages mixtes équin-bovin en prairies Normandes. Ce protocole de recherche implique l’ensemble de l’équipe du plateau technique de la Jumenterie et du pôle viande de la station expérimentale de l’INRA du Pin. Cette étude permet de renforcer les liens entre les deux sites voisins et de pouvoir mutualiser les expériences de chacun.

Auteurs : Laurie Briot – Référente R&D et Géraldine Fleurance – Ingénieure de recherche

Télécharger la lettre

 

 

Envie de découvrir les projets recherche & développement en cours à l’Ifce ?

Découvrez dès maintenant la lettre « Focus projets R&D ».
Chaque mois, un projet en cours sera mis en avant et nous vous présenterons les résultats 2018 et les perspectives 2019.

S'inscrire à la newsletter

Quelles sont les tendances 2015 – 2017 pour les activités équines ?

En 2008, la crise économique a impacté le pouvoir d’achat des ménages. A cela s’est ajouté

  • Les changements de taux de TVA qui ont impacté les produits de ventes de chevaux et de prestations équines,
  • Les changements de rythmes scolaires qui ont modifié l’activité des clubs le mercredi matin
  • Les baisses des enjeux hippiques qui ont impacté les sociétés mères des courses.

Face à cette conjoncture difficile, quelle est l’évolution des résultats économiques des activités équines?

L’observatoire économique et social du cheval a mené en 2019, en partenariat avec EQUICER, une étude sur l’évolution des résultats. Les données économiques des exercices 2015, 2016 et 2017 d’un échantillon constant de 643 structures adhérentes au réseau EQUICER ont permis de suivre les évolutions des principales données comptables.

 

Consultez la note thématique

Deux nouvelles notes sur le marché du cheval sont parues !

Le saviez-vous ?

 

Près de la moitié des importations de chevaux de selle et poneys concernent des achats d’équidés pour le loisir. Quels sont ces équidés importés et achetés pour le loisir ? Qui sont les acheteurs ? Quelles démarches effectuent-ils ? A quels prix ces équidés sont-ils achetés ?

 

Lisez la synthèse rédigée par l’Observatoire économique et social du cheval

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quels impacts sanitaires et financiers pour l’épidémie de rhinopneumonie 2018 ?

 

La première observation d’une épidémie de rhinopneumonie à HVE1 en France a eu lieu en 2018. Comment s’est développée la maladie et quel en a été l’impact économique pour la filière sport ?

 

Consultez la note

 

 

 

 

 

 

La 6ème note prospective de l’Ifce est parue !

 

Anticiper l’avenir est un enjeu pour les acteurs des filières.

C’est l’objet de la prospective en explorant les futurs possibles. L’Ifce publie une note de veille prospective illustrant les tendances lourdes d’évolution, générales ou spécifiques, pouvant influer sur l’avenir de la filière cheval.

Consultez la note prospective n°6

Recherche : l’apport en arginine lors de la première gestation d’une jument a-t-il un impact sur la croissance du poulain ?

 

 

 

Les juments primipares mettent bas des poulains plus petits et plus légers que des juments multipares. Ceci pourrait être dû à des échanges de nutriments moins importants au niveau du placenta.

 

Partant de ce constat, des chercheurs de l’INRA et de la station expérimentale IFCE de Chamberet (dédiée à l’élevage) ont mené une expérience pour déterminer (1) les différences métaboliques entre primipares et multipares et (2) si une supplémentation en arginine (100g par jour) des primipares pouvait compenser ces différences. L’Arginine est l’un des 20 acides aminés qui composent les protéines. À partir de l’Arginine, le corps fabrique de l’oxyde nitrique (NO), une substance qui favorise la dilatation des vaisseaux sanguins, et de la créatine. L’Arginine modifie aussi l’équilibre glucose/insuline chez le cheval adulte.

Les résultats ont montré que les juments gestantes de leur premier poulain sont moins insulino-résistantes que les juments qui ont déjà mis bas, ce qui signifie qu’elles stockent plus de glucose pour elles-mêmes au lieu de le rendre disponible pour le poulain. La supplémentation en Arginine agit sur le métabolisme du glucose et augmente significativement l’insulino-résistance des juments primipares. Néanmoins, la structure placentaire ainsi que le poids du poulain restent inchangés.

En conclusion, la supplémentation en Arginine en fin de gestation peut aider les juments primipares à s’adapter métaboliquement. Celle-ci améliore la fonction placentaire sans pour autant compenser le retard de croissance des poulains.

D’autres travaux seront nécessaires pour confirmer ces effets et déterminer les conditions optimales de traitement.

 

Découvrir l'étude complète (en anglais)

Formation cavaliers jeunes chevaux : promotion 2019

8 cavaliers, 8 profils variés aussi bien par leurs parcours scolaires que leurs expériences en compétitions

Comme tous les ans, dans la promotion d’élèves cavaliers préparateurs de jeunes chevaux de sport de CSO, on retrouve des profils variés, originaire de toute la France, ayant plus ou moins d’expériences en concours ou dans des écuries professionnelles.

Lors des sélections, parmi les candidats retenus, on compte aussi bien des jeunes qui sortent en amateur 2 (GP 110) motivés, avec de l’expérience chez des professionnels ou un diplôme BPJEPS ou DEJEPS, comme en PRO 2.

 

FOR-promoCJC2019

Les sélections comportent une épreuve pratique et un entretien de motivation, complémentaires du dossier d’inscription et de la vidéo (parcours en compétition officielle) demandés en amont. La pluralité des profils permet de former une équipe diversifiée qui fait la richesse de cette formation.

Cette année les sélections sont organisées (1 date au choix pour le candidat) le :

  • lundi 3 juin
  • lundi 22 juillet
  • lundi 5 août

Le dossier de candidature est à retourner avant le : 13 mai 2019 (pour la sélection du 3 juin)

En savoir plus

Lancement officiel de la saison sans encombre

Les élèves d’Alban Notteau se sont rendus à Auvers en février dernier pour leur premier grand rendez-vous en compétition amateur.FOR-CJC_echanges

Pour leur mise en route avec les « chevaux d’âge » de l’école, les 8 cavaliers étaient engagés dans les épreuves Grand Prix 110, 115, 120.

Dès leur première sortie, les cavaliers ont pris de bonnes habitudes : Milena remporte le GP 115 avec BLODDY MARY DE LADUNE* ENE-HN . Dans le GP 110, les filles sont aussi en forme : Anna termine 5ème, devant Clémentine 7ème et enfin Milena qui termine 9ème.

Après ces « échauffements » sur le circuit amateur, les 8 cavaliers prennent les rênes de leurs jeunes chevaux pour retrouver le circuit classique. Ils étaient engagés le 20 mars en formation au Pôle international du cheval à Deauville. Puis ils ont enchaînés les sorties sur le circuit classiques SHF à Notre Dame d’Estrées pour fouler les terrains du Haras de la Vallée, au Pôle Hippique de Saint-Lô, au Haras du Pin, et au Haras du Lion d’Angers

Une préparation hivernale avec des intervenants de grande renommée

En amont de leur inscription à ces épreuves jeunes chevaux et amateurs, les élèves ont suivi une préparation hivernale adaptée grâce à des intervenants de grande renommée. En plus des instructions du responsable de la formation Alban Notteau, les élèves ont eu la chance d’être encadrés sur certaines séances par :

  • François Fontaine : écuyer du Cadre noir, instructeur de l’Ecole supérieure du cheval et de l’équitation (Saumur)
  • Robert Breul : célèbre cavalier international qui a commencé par le concours complet. Il a notamment couru le 4 étoiles de Badminton et les Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984. Puis il s’est très vite démarqué sur la discipline du saut d’obstacles dans laquelle il poursuit toujours sa carrière internationale.
  • Eric Levallois : propriétaire de l’élevage de Beaufour et cavalier au palmarès international : Champion de France, Champion d’Europe junior, vice champion d’Europe par équipe, Champion du monde par équipe. Eric est un partenaire fort de la formation investit dans la préparation des couples en amont des compétitions. Il met à disposition de la formation un piquet de chevaux de 3 et 4 ans.

FOR-CJC_RomanConcours

Une formation qui a du débouché

Les conditions d’immersion exceptionnelles au sein du Haras du Pin au plus près des professionnels, et la présence des conseillers du service équi-ressources sur le site sont deux atouts pour l’insertion des élèves.

De plus, la reconnaissance des professionnels et l’historique de la formation sont des points forts pour les élèves qui trouvent facilement un premier emploi à la sortie de celle-ci comme l’explique le responsable Alban Notteau :

« En général, tous les cavaliers trouvent un emploi dès la sortie de formation. Les huit stagiaires de 2017 sont en CDI dans des écuries. Les meilleurs sont embauchés directement comme cavaliers de concours. Ce fut le cas de Jonas Sadoun, qui a travaillé au Haras des M ou de Xavier Gounon, qui a rejoint l’Écurie Delforge et s’est classé vice-champion des 6 ans au CIR de Cluny. Au bout de deux saisons, il avait quinze chevaux qualifiés à la Grande Semaine de Fontainebleau. Certains ont parfois encore besoin de se per­fectionner et deviennent cavaliers maison. »

Deux nouvelles notes sur le marché du cheval sont parues !

IFCE_OESC_synthese_importes_sport_Page_1Le saviez-vous ?

Les équidés de sport importés en France représentent 39% des importations de chevaux de selle et poneys en une année. Quels sont ces équidés importés et achetés pour le sport ? Qui sont les acheteurs ? Quelles démarches effectuent-ils ? A quels prix ces équidés sont-ils achetés ?

 

Consultez la note : Le marché du cheval de sport importé en France

 

 

 

 

 

 

 

IFCE_OESC_Note_attelage_loisir_Avril-2019_Page_01

Quelles sont les pratiques en attelage de loisir ?

Qui sont les pratiquants d’attelage de loisir, dans quel contexte pratiquent-ils, comment ont-ils débuté l’attelage, etc. ? Quelles sont les difficultés rencontrées, comment y remédier et développer l’activité ?

Afin de répondre à ces questions, l’Observatoire économique et social du cheval de l’Ifce a mené en 2018 une étude auprès de plus de 700 pratiquants. Cette note en présente les principaux résultats.

 

Consultez la note : L’attelage de loisir

 

Un mois… un projet R&D !

Envie de découvrir les projets recherche & développement en cours à l’Ifce ?

Découvrez dès maintenant la lettre « Focus projets R&D ».
Chaque mois, un projet en cours sera mis en avant et nous vous présenterons les résultats 2018 et les perspectives 2019. 

Lire la suite

Bilan de la 1ère année de suivi du projet DOGESET

Répondre aux attentes de la filière en produisant des références technico-économiques relatives aux prestataires dont l’activité repose en tout ou partie (30% du chiffre d’affaires a minima) sur la traction équine : tels sont les enjeux du projet DOGESET (Développement d’Outils de GEStion des Entreprises prestataire de Traction équine).
Ces données ont des objectifs multiples :
–    Aider les porteurs de projet dans le domaine de la traction équine à s’installer ;
–    Permettre aux prestataires de se situer dans leur branche d’activité grâce aux références construites ;
–    Donner de la visibilité à ces métiers auprès des institutions et organismes d’accompagnement du secteur agricole, notamment en présentant les intérêts techniques et économiques de ces métiers même s’il s’agit d’une activité de « niche ».

Initié en 2017, ce projet s’appuie sur les compétences d’un comité d’experts qui a validé les objectifs du projet ainsi que les critères de sélection des 12 prestataires suivis durant 2 années (2018 et 2019), au cours de 2 à 3 visites annuelles, chacune portant sur les exercices 2017 et 2018.
Ce projet est porté par l’Ifce au travers de 3 directions : le pôle Développement-Innovation-recherche (PDIR), la direction de l’accompagnement à la filière (DAF) et la Direction Territoriale Arc Méditerranéen (DTAM).
Il est conduit en étroit partenariat avec l’Idele qui accompagne l’Ifce sur la méthodologie du projet, en s’appuyant sur son expertise en matière de suivi technico-économique d’entreprises équines dans le cadre du réseau Equin.

RÉSULTATS 2018UZE_DOGESET_3
Cette première année d’étude avait pour objectif la compréhension des structures suivies (stratégie, données structurelles, fonctionnement technique, caractérisation qualitative des produits proposés, début de recueil de données économiques).
Ainsi, ces informations, ont permis d’esquisser le profil des structures : Celles-ci possèdent globalement peu de surfaces (moins de 10 ha pour plus de la moitié d’entre elles) et un faible nombre de chevaux (médiane à 5 équidés). Majoritairement unipersonnelles, 9 d’entre elles ont plus de 6 ans d’existence, et le montant total de leurs produits s’étend de 28 500 € à 88 000 € avec une médiane proche de 30 000€.Les 12 prestataires sélectionnés ont ainsi pu être regroupés en 3 systèmes différents :
–    1 système « Vigne » regroupant 6 structures pour lesquelles le travail du sol en vigne représente la majeure partie, voire la seule activité de traction équine.
–    1 système « Utilitaire » dans lequel la diversité des prestations proposées est plus large, nécessitant souvent un cheptel équin plus important. Centré autour du tourisme et des services urbains, il concerne 3 des 12 structures suivies.
–    Enfin un système « Débardage » centré sur des interventions en forêt et milieux naturels sensibles. Les prestations de débardage de ces structures semblent diminuer au profit de prestations de gestion des milieux sensibles.
Cette première année de travail a permis de montrer l’originalité de ces systèmes se démarquant notamment, d’autres systèmes d’exploitations équines, par des charges de structures relativement faibles.

PERSPECTIVES 2019
Les résultats riches d’enseignement de cette première année de suivi doivent être affinés, et confortés. En 2019, de nouvelles visites vont avoir lieu afin de compléter ces premières données par de nouvelles liées à l’exercice 2018.
2019, étant la seconde et dernière année de suivi du projet DOGESET, les informations recueillies au cours de ces 2 ans, seront analysées à la fois de façon détaillée, au sein de chacun des 3 systèmes d’exploitation « traction équine », et de façon plus globale, par comparaison à d’autres systèmes équins (établissements de tourisme équestre, écuries de pension de travail, etc.).
Des documents de synthèse et d’information seront proposés sous différentes formes (rapport détaillé, vidéos, etc.).
Face à l’intérêt affiché des professionnels engagés dans cette démarche et leur souhait de la prolonger, des solutions pourront être recherchées pour reconduire et étendre cette opération à d’autres structures prestataires si une demande formelle se présentait.

VOIR LA VIDÉO :
Vidéo Journée REFErences 2019 : Prestataire en traction équine

Auteurs : Clémence Bénézet, Ingénieur formation, cheffe de projet
& Laurent Maly, Ingénieur développement Traction équine