filière équine

Un mois… un projet R&D : Equiparcours !

Découvrez ce mois-ci le projet Equiparcours. Ce projet, porté par de nombreux partenaires, est relatif aux parcours au pâturage des équidés dans le sud de la France.

 

 

Equiparcours se caractérise par la diversité de ses partenaires. Le projet associe en effet aussi bien des organismes avec une connaissance pastorale que d’autres avec une connaissance plus cheval. Cette étude a pour objectif d’améliorer les connaissances et outils pour favoriser l’utilisation des parcours par les équins.

 

Auteurs : Perrette Allier – Perrette Allier – Chef de projet Equiparcours

Télécharger la lettre

 

 

Envie de découvrir les projets recherche & développement en cours à l’IFCE ?

Découvrez dès maintenant la lettre « Focus projets R&D ».
Chaque mois, un projet en cours sera mis en avant et nous vous présenterons les résultats et les perspectives.

S'inscrire à la newsletter

3 nouvelles notes de l’observatoire en Novembre !

Retrouvez ce mois-ci les 3 derniers travaux de l’Observatoire économique et social du cheval. 3 sujets sont abordés : le marché du cheval d’élevage en France, les métiers des prestataires de traction équine puis l’évolution de la filière équine face aux changements sociétaux.

 

Note de marché

 

Le marché du cheval en France : qui sont les équidés achetés pour l’élevage ?

En 2016, 9 000 équidés étaient achetés pour l’élevage en France. Qui sont ces chevaux ? Qui sont les acheteurs ? Par quels circuits sont-ils achetés ?

 

Lire la note de marché

 

 

 

 

 

 

 

 

Note thématique

 

Prestataire de traction équine : un métier à part entière ?

Bien qu’inégal selon les secteurs, la traction équine connaît un certain renouveau. Mais quelle vie cette activité, à la fois traditionnelle et moderne, offre-t-elle à ses professionnels ? L’analyse technico-économique portée par DOGESET apporte les premiers éléments de réponse.

 

Lire la note thématique

 

 

 

 

 

 

 

 

La 7ème note prospective de l’Ifce est parue !

 

Anticiper l’avenir est un enjeu pour les acteurs des filières

Une prise en compte accrue du bien-être, la progression des mouvances animalistes, une transition agroécologique pour faire face aux enjeux climatiques et environnementaux… Comment la filière cheval pourra-t-elle être touchée par ces évolutions ?

 

Consultez la note prospective n°7

Sortie des indices 2019

Les indices arrivent sur Info chevaux !

Pour consultez gratuitement les indices  :

Cliquez sur Infos Chevaux

ATTENTION : Compte tenu de la durée du traitement des données, les informations arrivent progressivement tout au long de la semaine.
N’hésitez pas à consulter régulièrement le site pour accéder aux dernières données !

 

Pour en savoir plus :

consultez les fiches pratiques équipédia sur les indices

Retour sur Equi-meeting maréchalerie 2019

Les 27 et 28 septembre derniers a eu lieu la 6ème édition d’équi-meeting maréchalerie au Haras national du Pin.

 

Ce congrès, organisé par le département diffusion de l’IFCE a pour intérêt de mettre en relation les professionnels de la filière avec les scientifiques. Il y avait également 27 entreprises, françaises et étrangères dans le village « exposants ».

Avec plus de 800 participants, l’événement a atteint son objectif de fréquentation. Un chiffre en constante augmentation à hauteur des ambitions du projet. Il confirme également sa dimension internationale en accueillant des participants français, australiens, allemands, italiens ou encore canadiens.

Nouveauté 2019 : une traduction simultanée français – anglais des conférences. Celle-ci a été largement appréciée. Cette année, trois thèmes étaient abordés : la gestion de l’équilibre médio-latéral du pied ainsi que la fourbure et une session d’actualités « quoi de neuf par ailleurs ? ». Cas cliniques, conférences fondamentales et démonstrations pratiques se sont ainsi enchaînés durant ces deux jours.

Equi-meeting maréchalerie confirme de nouveau être le rendez-vous incontournable des scientifiques, des maréchaux ou encore des vétérinaires ainsi que des étudiants et enseignants. A la fois lieu de rencontres et d’échanges, il propose du contenu technique et scientifique.

Pour accéder aux différents supports du congrès, il est possible de retrouver les interventions filmées ainsi que les articles sur le site equipedia.ifce.fr dans les onglets médiathèque ou vidéothèque.

 

Vidéothèque Médiathèque

Rendez-vous les 24 et 25 septembre 2021 pour la prochaine édition !

 

Equi-meeting maréchalerie 2019 au Haras national du Pin

Village exposants © Leroy Luc

Equi-meeting maréchalerie 2019 au Haras national du Pin

Salle de conférences © Pauline Ritter

Equi-meeting maréchalerie 2019 au Haras national du Pin

Salle de conférences – © Christopher Collin

Vendre ou acheter un cheval

Retrouvez tous les conseils de spécialistes pour la vente ou l’achat d’un cheval que vous soyez professionnel de la filière cheval ou bien amateur.

 

Vendre ou acheter un cheval

Ouvrage Vendre ou acheter un cheval – édité par l’Ifce en collaboration avec l’IDE

Les clés de l’acquisition d’un équidé

Désireux d’en savoir plus sur les pratiques juridiques autour des transactions de chevaux. Cet ouvrage rédigé par des spécialistes en droit équin vous offre tous les aspects à connaître à la fois côté acquéreur et côté vendeur.

Les huit chapitres de cet ouvrage permettent de cerner ces problématiques spécifiques à l’acquisition et vente d’équidés. Les droits et devoirs de chacun, y compris les intermédiaires ou experts associés à la transaction, sont décryptés quel que soit le type de vente : amiable, aux enchères, à réclamer, sur Internet…

On aborde également les aspects vétérinaires, les conflits possibles entre les parties, ainsi que les ventes à l’international.

 

Un ouvrage complet allant de la vente jusqu’aux spécificités juridiques et fiscales

Enfin, les possibilités en matière de fiscalité et d’assurance sont également détaillées. Actualisé et exhaustif, présentant de nombreuses jurisprudences, cet ouvrage de référence passe en revue l’ensemble des cas de figure liés à la vente d’équidés, éclaire sur les risques et dérives possibles et donne les clés juridiques de ce sujet.

                                                                                                                                        Commander le livre

 

Dictionnaire équestre en 8 langues

Un incontournable pour évoluer dans un univers multilingue avec près de 500 termes pour échanger autour du cheval en 8 langues !

Cavalier, professionnel du cheval ou amateur mais tous désireux de communiquer avec des interlocuteurs dans une autre langue ? Voici un dictionnaire équestre utile et esthétique pour les termes en hippologie et équitation, traduits en 8 langues.

 

Dictionnaire équestre en 8 languesLe réseau « Equestrian Educational Network » (EEN) réunit de prestigieux établissements de formation en équitation dans les pays suivants : Grande-Bretagne, Allemagne, Autriche, Belgique, Pays-Bas, Portugal, Suède, Norvège, Finlande et France.

Ce sont les échanges entre enseignants/entraîneurs et stagiaires de ces pays qui ont fait émerger la nécessité d’un outil de travail commun, d’où la création de cet ouvrage coordonné par l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation, et notamment les formateurs du Cadre noir de Saumur.

 

La particularité d’un ouvrage illustré

 

Les planches illustrées par Marine Oussedik, spécialiste du sujet équestre, sont complétées par des légendes en anglais. Les termes sont repérés et traduits dans les 7 autres langues : français, allemand, néerlandais, portugais, suédois, norvégien et finnois.

 

                                                                                                                                        Commander le livre

 

L’IFCE sollicité par la Serbie

L’IFCE sollicité par la direction vétérinaire du ministère serbe de l’agriculture afin d’intervenir en Serbie. L’intervention se situe dans le cadre d’un programme européen TAIEX réservé aux États candidats à l’adhésion à l’Union européenne.

 

L’objectif

La Serbie dispose d’une base centrale intégrant toutes les filières animales, sauf les équins. Les chevaux – population à priori peu importante numériquement mais en croissance – sont particulièrement mal connus. L’objectif est l’organisation de deux journées de séminaires. Ces journées portent sur l’identification et la création d’une base centrale pour les équins.

Un cheptel composé de trois branches, les équidés : 

  1. De sports-loisirs : importés pour la majorité, identifiés et détenus par des propriétaires amateurs sans liens avec les autorités sanitaires serbes.
  2. De travail et pour la viande : non identifiés, très présents dans le sud du pays où ils sont utilisés dans les travaux agricoles.
  3. Sauvages ou semi-sauvages : vivent en liberté dans les montages.

 

Un travail commun sur la gestion sanitaire et l’identification

Ces deux journées de travail ont permis de présenter aux agents de la direction vétérinaire serbe :

  • les procédures d’identification
  • la création et la gestion d’une base centrale
  • le suivi sanitaire des animaux
  • le tout, en lien avec les règlements européens

Ce premier travail commun pourrait être prolongé par un colloque poursuivant le travail engagé notamment sur la gestion sanitaire du cheptel et l’identification. A la demande serbe, s’y ajouterait également la thématique du bien-être animal.

Par ailleurs, une visite d’étude à Pompadour permettrait aux agents de la direction vétérinaire serbe de mieux comprendre le fonctionnement de la base centrale.

En marge de ces journées, nos équipes se sont également entretenues avec Fabrice Blazquez, chef du service économique de l’Ambassade de France en Serbie ainsi que Sebastien Begoc, son adjoint. L’objet de cet entretien portait sur la situation de l’agriculture serbe, la présence étrangère dans ce secteur mais également la situation du pays au regards des exigences réglementaires permettant l’adhésion à l’Union européenne.

 

L'IFCE sollicité par la Serbie.

Une délégation de l’IFCE au salon de l’agriculture de Moscou

Jean-Roch Gaillet, Claire Cordilhac et Cécile Arnaud se sont rendus à Moscou du 10 au 12 octobre.

Il s’agit de l’ARK, société russe d’encouragement pour le développement de la filière équine qui a invité l’IFCE au salon de l’agriculture de Moscou. L’IFCE a été sollicité pour apporter son expertise lors d’une conférence sur le développement de la filière équine russe. Cette table ronde s’est déroulée dans le cadre du « Golden Autumn », salon de l’agriculture moscovite.

 

L’IFCE est intervenu sur deux thématiques

  • le fonctionnement de la base SIRE et l’enregistrement du cheptel équin
  • le modèle français de financement de la filière équine

Alexandre Martinez, conseiller agricole régional à l’ambassade de France, a accueilli la délégation de l’IFCE. Les échanges ont été l’occasion de réaffirmer la priorité accordée par le Président de la République à la coopération franco-russe dans le secteur agricole.

En marge de la conférence, le temps fort a été l’entrevue entre Jean-Roch Gaillet et Dzhambulat Khatuov. Ce dernier est le 1er vice-ministre de l’agriculture de la Fédération de Russie, chargé entre-autres de la réorganisation de la filière équine. L’accent a été mis sur le besoin de développer le cheptel des chevaux de courses russes. Ainsi que sur l’importance de créer un environnement favorable à l’élevage.

 

Présence de l'IFCE au Salon de l'agriculture de Moscou.

Signature d’un protocole

Ces échanges fructueux ont abouti à la signature d’un protocole. Celui-ci est préalable à une convention relative aux questions de coopération franco-russe dans le secteur équin. Les échanges ont été nombreux et variés. Parmi eux, le vice-Président du Caucase du Nord a fait part de son souhait de valoriser la race Karbarde en France. Cela passerait notamment par des documents d’identification qui porteraient l’appellation de la race.

 

Démonstration d’Info Chevaux

Enfin, la journée s’est clôturée par une démonstration d’Info chevaux auprès de participants à la conférence. Celle-ci a permis d’illustrer le processus d’identification des équidés et de matérialiser l’interconnexion de la base SIRE avec les autres bases de données françaises.

Il ne fait nul doute que la signature du protocole devrait conduire à une coopération régulière. En effet, celle-ci amènera l’IFCE et sa tutelle MAA à apporter un appui à la Russie dans la réorganisation et le développement de sa filière.

Europe – Le cheval s’invite au Parlement européen

Suite aux élections de mai 2019, les institutions européennes sont en pleine réorganisation. Les nouveaux députés européens, en place pour cinq ans (2019-2024), s’approprient les différents dossiers en cours et procèdent aux auditions des futurs commissaires européens. Ces derniers devraient entrer en fonction le 1er décembre prochain.

C’est dans ce contexte politique et institutionnel particulier que s’est tenue, le 15 octobre dernier, la première réunion du groupe cheval du Parlement européen. Cet événement a été l’occasion de présenter, en début de mandature, les grands enjeux pour la filière à la nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et aux nouveaux élus.

Une première rencontre avait déjà eu lieu en juillet 2019 entre la direction générale de l’IFCE et madame von der Leyen, au CHIO d’Aix-la-Chapelle dont la France était l’invitée d’honneur.

L’occasion de rencontrer les nouveaux décideurs européen

Ce groupe, présidé par le député européen Jean Arthuis lors de la mandature 2014-2020, a instauré des habitudes de travail constructives avec le European Horse Network (EHN) dont l’IFCE est un membre actif. Pour la période 2019-2024, ce sera la députée belge, Hilde Vautmans, qui prendra la tête de ce groupe.

Cette première réunion s’est déroulée en présence d’Ursula von der Leyen, la nouvelle présidente de la Commission européenne qui, cavalière et passionnée d’équitation, a tenu à rappeler qu’elle ferait son possible pour que les spécificités des équidés soient mieux prises en compte dans les politiques européennes.

Présentation des dossiers stratégiques pour la filière

En présence d’une assistance composée de tous les bords politiques et de tous les horizons professionnels, les intervenants ont pu présenter les grands enjeux actuels auxquels la filière est confrontée.

Jean-Roch Gaillet, directeur général de l’IFCE, est ainsi intervenu sur la sous-représentation des équidés dans les programmes européens et a évoqué les leviers d’actions pour développer leur présence, notamment dans les programmes de recherche. L’intérêt des projets de recherche européen est notamment de favoriser la diffusion de la connaissance auprès des professionnels et de mieux défendre, grâce aux résultats scientifiques, la place des équidés dans les politiques publiques.

Agata Rzekęć, chercheuse IFCE et INRA, a pu exposer son travail sur les atouts verts des équidés et leur place dans la future Politique Agricole Commune (PAC) 2021-2027. Au cours des six derniers mois, cette étude a permis de dégager cinq domaines dans lesquels les équidés ont un impact spécifique (le pâturage, la biodiversité, l’utilisation des terres, le tourisme et le travail des équidés) et de réaliser une bibliographie scientifique sur le sujet. Un premier travail de collecte d’indicateurs dans des pays européens a également été réalisé. L’objectif est maintenant de pouvoir analyser l’ensemble des données recueillies pour démontrer les nombreux atouts du cheval en vue des négociations autour de la futures PAC.

Les députés présents, les représentants de la Commission européenne et tous les autres participants ont également pu assister à une présentation des enjeux autour du Brexit, dont l’issue reste incertaine, avec un nouveau report de la date de sortie du Royaume-Uni fixée au 31 janvier 2020.

Filip Vande Cappelle, président de l’association de transport des animaux (ATA), a ainsi fait un point sur les démarches et délais probablement applicables à l’échange d’équidés en cas de « No Deal ». Cependant, malgré des démarches alourdies, toutes les dispositions ont été prises pour rendre les échanges possibles. Contrairement aux autres espèces, dont les mouvements seraient totalement interrompus en cas de Brexit dur, 11 points d’inspection frontaliers seront ouverts aux équidés. Ces 11 points d’entrée sont tous situés en France.

En cas d’accord, le Royaume-Uni restera membre de l’espace économique européen et une période transitoire, au moins jusqu’en janvier 2021, sera mise en place. Pendant ce temps, les règles actuelles continueront de s’appliquer et un accord sur la sortie du Royaume-Uni sera négocié.

Pour conclure cette rencontre, Marc Wentein, président de l’EHN, a également énoncé les autres sujets méritant une attention particulière des décideurs européens dans les travaux à venir, tels que l’accès au foncier pour les activités équines, la détention responsable des chevaux, la taxation des activités équestres et la formation des professionnels de la filière.

Le cheval s'invite au Parlement européen

De gauche à droite : Jean-Roch Gaillet, Directeur général de l’ Ifce ; Marc Wentein, Président de l’EHN ; Hilde Vautmans, MEP Présidente du Groupe Cheval ; Ursula Von Der Leyen, Présidente de la Commission européenne ; Martine Leguille-Balloy, Députée à l’Assemblée Nationale