international

Un cursus ouvert à l’international : immersion au Hartpury College

Gage de qualité et d’ouverture à l’international, l’apprentissage et la pratique régulière de l’anglais professionnel prennent une place primordiale au sein de la formation universitaire et professionnelle.

Dans le cadre des échanges entre les écoles du réseau EEN, 10 élèves du College d’Hartpury sont venus en stage à Saumur en février 2019. Depuis 4 ans, cet échange est organisé par Eric Deyna et Eloïse Legendre et leurs correspondants de Hartpury Victoria Lewis et Jeremy Michaels. Les élèves de troisième année de formation universitaire et professionnelle se sont rendus à leur tour à Gloucester afin de plonger en immersion au sein de leur système scolaire. Au programme durant les 5 jours de voyage : cours en salle, coaching monté ou de longe, immersion au sein des activités de l’école (rugby, simulateur…).

Le college d’ Hartpury est un établissement très important qui comptent pas moins de 5 000 élèves inscrits dans différentes filières sportives.

Margot, élève de 3ème année, nous livre un compte-rendu et ses impressions suite à ce voyage pédagogique

Margot :  » Nous sommes arrivés le mercredi 9 en fin de journée à l’hôtel. Plusieurs élèves d’Hartpury nous ont rejoint pour le dîner. Victoria Lewis, notre correspondante du Hartpury College avait organisé ce dîner.

Jeudi 10 octobre 2019 :

« Au programme de ce jeudi matin : cours en salle. Nous avons assisté à deux cours. L’un concernant une intervention d’un vétérinaire au sujet du « bien-être animal ». Et le second, animé par Vicky ayant pour sujet l’épaule en dedans et l’appuyer. Ces cours très théoriques étaient intéressants. Néanmoins, ils reprenaient des éléments et des connaissances très basiques. Nous les connaissions déjà pour la majorité, ce qui n’a pas permis de rendre les leçons très captivantes.

L’après-midi, nous avons présenté devant certains anglais nos exposés que nous avons retravaillés depuis la première présentation en France.

Par la suite, nous avons eu la chance de visiter les écuries de Karl Hester. C’était un super moment, le chef des écuries qui nous a fait la visite était un homme passionnant et passionné. Il a su tout au long de la visite répondre à nos nombreuses questions et même si je ne comprenais pas tout, c’était très intéressant. De plus, nous avons eu la chance de faire la rencontre de Mr Valegro !

Ensuite, nous avons pu profiter d’un temps libre en ville avant de retourner le soir venu à l’université. Nous avons assisté à un colloque organisé par Rosalind Canter et Caroline Moore. Cette soirée fut très enrichissante car nous avons pu avoir une présentation montée des trois disciplines : dressage, cso et cross. Pour chacune d’entre elle, il y avait des idées d’exercices clés et facilement reproduisibles à la maison. Les commentaires étaient en live puisque Ros était à cheval en même temps.

 

Vendredi 11 octobre

La matinée était dédiée à du coaching. Le but étant de faire travailler quatre lots de cavaliers/chevaux principalement constitués de chevaux écoles, sur le plat. Le niveau des élèves était relativement faible, ce qui n’a pas été des plus faciles à gérer. Il a fallu trouver des exercices adaptés au niveau et à la condition physique des chevaux, le tout en anglais.

Ensuite, nous avons assisté à un cours de dressage avec les niveaux plus élevés. Les élèves à cheval étaient tous propriétaires et montaient leurs propres chevaux. Cela était donc plus intéressant d’un point de vu technique. Cependant je n’étais pas totalement d’accord avec le choix d’exercice proposé par l’intervenante ainsi que certains de ces conseils. Notamment sur le travail du jeune cheval du groupe.

A la suite de cela, nous avons dispensé un cours de longe auprès des 1ère année.

Puis, nous avons eu la chance de pouvoir nous exercer sur les deux simulateurs dont disposent l’école. Cela était très drôle et très intéressant.

 

Samedi 12 octobre

La matinée du samedi était également consacrée au coaching sur le plat mais cette fois ci le niveau à cheval était supérieur. L’apport technique était donc supérieur ce qui nous a permis d’utiliser un vocabulaire plus pointu.

En début d’après-midi nous avons assisté à deux matchs de rugby qui se jouaient à domicile, au sein du campus. Nous avons pu admirer la défaite de l’équipe masculine d’Hartpury… Nous sommes partis avant la fin du match féminin même si visiblement les filles semblaient mieux s’en sortir que leurs camarades masculins.

Enfin, le soir nous avons été invités à une soirée pizza organisée par Vicky. Nous avons pu jouer autour d’un quizz, l’occasion de pouvoir mélanger culture anglaise et française même si cela n’a pas été des plus évident…Ce dernier jour a été constitué d’une partie coaching mais cette fois-ci à l’obstacle ou sur des barres au sol, le matin et d’une initiation au polo l’après-midi.

 

 

Dimanche 13 octobre

Ce fut intéressant le matin car nous avons retrouvé en coaching les mêmes couples que la veille, ce qui nous a permis de poursuivre le travail déjà mis en place.

L’après-midi a été pour moi la meilleure du séjour grâce à cette initiation au jeu local, le polo. Le monsieur qui s’est occupé de nous était très gentil et très bon pédagogue ainsi que les chevaux qui nous ont été prêtés. Ils étaient parfaitement dressés ce qui nous a permis de pouvoir nous concentrer pleinement sur l’aspect technique du jeu. C’était vraiment une super après-midi… même si c’était (encore) sous la pluie !

Le soir nous avons pu profiter de la ville de Gloucester et visiter bien que brièvement la cathédrale dans laquelle à été tournée Harry Potter 1, 2 et 6 !

La journée du lundi suivant a été consacrée au voyage retour.

 

En conclusion

Dylan : « Bien que la météo n’ait pas forcément été au rendez-vous, je pense que cette expérience était très intéressante. J’ai été très content de retourner à Hartpury, 4 ans après les Youngs Breeders. L’objectif de pratiquer l’anglais est pour moi atteint et je suis content de constater le progrès et le confort de la langue que mon stage à l’étranger chez Tim Lips m’a permis d’acquérir. Merci donc à Victoria et ses élèves pour leur accueil ainsi qu’à l’ESCE pour avoir reconduit cet échange et bien sûr merci également à nos accompagnateurs Eric et Eloïse. »

Eva : « Globalement, j’ai été ravie de découvrir Hartpury College. Cette petite semaine en Angleterre a été enrichissante techniquement, culturellement mais aussi humainement. Nous avons eu l’occasion de faire des choses que nous n’avions encore jamais eu l’occasion de faire. Nous avons découvert l’univers et le mode de vie des étudiants d’Hartpury, l’échange a été profitable pour nous, mais également pour les étudiants anglais : une des élèves que j’ai entrainé durant le séjour m’a laissé un message en me confiant qu’elle avait été ravie de notre passage et que nous lui avions donné des pistes de travail et des conseils qui lui ont été très pertinents.
Pour conclure, cette expérience m’a un peu plus conforté dans mon désir d’enseigner à l’étranger. J’ai donc hâte de pouvoir y retourner ! »

 

En savoir plus sur cette formation

Michael Jung, Marc Bettinger… immersion à l’étranger chez les meilleurs cavaliers mondiaux pour les stagiaires de 2ème année

L’École Supérieure du Cheval et de l’Équitation – site de Saumur propose un large éventail de formations équestres s’adressant aux professionnels de l’équitation, aux enseignants ainsi qu’aux cavaliers amateurs et étudiants ayant de l’expérience en compétition.

Parmi ces différents cursus, il existe une formation sur 4 ans organisée en partenariat avec l’ESTHUA – campus de Saumur. Celle–ci permet aux élèves d’obtenir une licence professionnelle management des établissements équestres tout en préparant en parallèle les diplômes du BPJEPS, DEJEPS, et DESJEPS. Plusieurs périodes de stages sont incluses dans le cursus afin de former des entraîneurs et instructeurs expérimentés.

Une 2ème année en immersion à l’étranger pour les stagiaires

Au cours de la 2ème année, les 10 stagiaires doivent réaliser une immersion à l’étranger dans une écurie de compétition. Nous avons donc demandés aux élèves de la promotion 2017-2021, fraîchement rentrés de stages, dans quelles structures ils s’étaient rendus ? Quelles étaient leurs missions en stage? Et surtout quel est leur meilleur souvenir ?

Les retours sont extrêmement positifs, et cela donne envie à tout cavalier de vivre la même expérience !

Cette immersion est l’occasion pour les élèves de pratiquer l’anglais et de mettre en application tous les apprentissages qu’ils ont reçu durant les deux premières années (voyage pédagogique au Hartpury College, préparation du DEJEPS perfectionnement sportif mention dressage en anglais…) et de concourir en épreuves internationales.

Les témoignages des stagiaires en immersion à l’étranger chez les meilleurs cavaliers mondiaux

 

  • Manon BLANCHER

Manon au CSI* de Samorin (Slovaquie) avec Marc Bettinger en arrière plan Copyright : Sibil Sljeko

 

« Je suis chez Marc Bettinger, cavalier allemand basé en Suisse, et Faye Schoch. L’équipe est super, et les écuries sont toutes neuves. Nous sommes partis 2 semaines en Slovaquie pour le 4* où j’ai couru le 1* avec Aetheria. Nous allons repartir encore en CSI dans deux semaines pour le 4* de Valence en France ou au Baltica en Pologne. Avec ma jument Aetheria, on va y courir les 1* aussi !

J’ai énormément de chance, et ils me font vraiment confiance , c’est génial ! »

 

 

 

 

 

  • Justine CALISE

Limonchello dans son box. C'est un cheval qui fait les épreuves de la Global Champions League.

Limonchello

« J’étais aux écuries Beerbaum en Allemagne. C’était génial !!! Je travaillais pour un des 3 cavaliers de 5*, Christian Kukuk qui a une Ecurie constituée uniquement d’entiers. Je montais beaucoup à cheval. Là-bas, il y a même une cuisinière qui prépare les petit-déjeuners et les déjeuners pour toutes les écuries. Super super ambiance !

Un de mes meilleurs souvenirs : c’est quand je suis partie groomer aux championnats d’Allemagne et que Christian a gagné la 1ère épreuve ! Ah et il y a aussi la victoire de Christian et Ludger dans l’épreuve de la Global Champions League à Chantilly (j’étais resté aux écuries mais on a suivi de près).

C’était génial, ça me manque déjà !! »

Photo : Limonchello – cheval qui fait les épreuves de la Global Champions League.

 

 

 

  • Nina CROOK

« J’étais en stage 11 semaines chez Michael Jung en Allemagne. J’ai vécu une expérience incroyable… Je suis vraiment chanceuse d’avoir pu travailler avec une véritable légende du concours complet, qui excelle aussi en cso et en dressage. C’est probablement un peu cliché, mais je rêvais d’aller travailler là-bas depuis petite. L’équipe était vraiment formidable. Je me suis tout de suite sentie intégrée, et comme je suis bilingue, la communication (en anglais) n’a jamais posée problème. Et les chevaux étaient vraiment formidables… Mes petits préférés me manquent déjà beaucoup ! J’avais pour mission le travail quotidien de 5/6 chevaux : du jeune cheval jusqu’au cheval de haut niveau, tant en CCE qu’en CSO. J’avais aussi pour mission des soins en tous genres (marcheur, paddock, pré, entretiens des cuirs…) Beaucoup de choses m’ont marqué durant mon stage. Notamment la visite officielle de leur sponsor principal « Fischer ». Michael est un cavalier très occupé qui partage son temps entre ses écuries et les concours. Mais lorsqu’il était là, il a toujours pris le temps pour moi et avait un œil bienveillant partout. Je sautais régulièrement avec ses jeunes chevaux de 4 ans, des séances que je n’oublierais jamais ! Je pense que c’est un réel privilège d’avoir eu l’opportunité de travailler dans une telle écurie, entourée de personnes formidables et de chevaux exceptionnels. J’ai adoré chaque seconde, le temps est passé trop vite et je veux y retourner ! »

 

 

 

  • Dylan BOULINEAU

« Je suis parti en stage aux Pays Bas chez le cavalier olympique Tim Lips, n°21 mondial en complet. J’y ai rencontré une équipe chaleureuse et une ambiance propice à la progression. Je suis très chanceux car j’ai pu participer à de nombreux CSO dans le pays . Et surtout j’ai eu le privilège de vivre l’expérience de la coupe des Nations de Aix-La-Chapelle (Aachen) en tant que groom de ce célèbre cavalier. C’était parfait. »

 

 

 

  • Solène REGNIER

 » Je suis partie avec Belouga en Allemagne, pour rejoindre les écuries de Julia Krajewski. En arrivant là-bas, j’ai été surprise par la structure, je ne m’attendais pas à ça ! Julia travaille en tant qu’entraîneur national pour l’équipe allemande des Jeunes Cavaliers, elle est donc basée au centre d’entraînement olympique d’Allemagne (DORK). Ce centre dispose de tout : manèges, carrière, terrain de cross, marcheur, pré… Julia a tout de suite été très accueillante, je me suis sentie très à l’aise dès le début, et je n’ai eu aucun problème à m’intégrer. J’ai passé plusieurs soirées avec les jeunes cavaliers allemands, c’était très sympa. Aux écuries je faisais beaucoup de choses : monter les chevaux dont les deux chevaux de tête de Julia (Samouraï du Thot et Amande de B’Neville), les soins… Julia avait une totale confiance en moi. Quand elle est partie aux Championnats d’Allemagne a Luhmulhen, qu’elle a gagné, je suis restée seule à gérer les écuries. Elle a aussi toujours pris le temps de m’entraîner avec Belouga dans les 3 disciplines, je crois qu’elle a vraiment aimé mon cheval. Et elle a toujours été impliquée. Nous avons beaucoup progressé ! Alors évidement mon meilleur souvenir fut notre victoire dans le CCI2* de Emmeloord, c’était incroyable… Cet été nous a fait passé un cap et je suis très reconnaissante auprès de toutes les personnes qui m’ont entouré ! »

 

Solène Regnier : un travail qui paie avec Julia Krajewski !

 

En savoir plus sur la formation

Suivez le quotidien des élèves

 

 

Les chiffres clés de la filière équine en Europe

Les chiffres clés de la filière équine en Europe : première synthèse de collecte d’informations

Le groupe de travail socio-économique de l’European Federation of Animal Science (EAAP), crée en 2010, rassemble actuellement 67 membres représentant 20 pays .

En 2012 et 2013, une action du groupe a consisté en la collecte d’indicateurs socio-économiques comparables sur chaque filière équine représentée. Parmi ces 21 pays, 13 ont répondu à l’appel à collecte de chiffres clés, animé par la France.

La synthèse de cette collecte d’informations est présentée dans ce document.