ifce

Attelage : de nouvelles formations professionnelles proposées par l’IFCE

L’IFCE est reconnu dans la filière équine pour son expertise dans le domaine de l’attelage utilitaire, de compétition, de tradition et de loisir.

Dans le cadre du contrat d’objectifs et de performances 2018-2022, l’institut s’efforce de recentrer son offre et veille à produire les compétences professionnelles nécessaires aux acteurs de la filière équine.

C’est ainsi que le catalogue de formations attelage a donc été remodelé pour pouvoir offrir de nouvelles compétences aux professionnels de la filière qui souhaitent diversifier et perfectionner leurs pratiques dans ce domaine. Les activités de loisirs ont été transférées ou reprises par d’autres acteurs.

Les enseignants et meneurs-compétiteurs de l’IFCE proposent aujourd’hui des actions de formation professionnelle et sportive dans le domaine de l’attelage, en complémentarité ou en support de l’offre de formation des écoles d’attelage privées.

Les formations certifiantes et diplômantes

  • CS UCAC

Le Certificat de Spécialisation « Utilisation et conduite d’attelages de chevaux » permet de pratiquer l’attelage dans un lieu sécurisé dédié à l’attelage avec les formateurs et compétiteurs de l’IFCE.

Cette formation apporte les compétences liées à l’attelage et à la traction animale pour devenir un utilisateur professionnel de chevaux attelés employant des attelages pour transporter du public ou des marchandises, pour effectuer des travaux agricoles comme le travail du sol ou forestiers comme le débardage dans des lieux publics ou privés.

Ce certificat se prépare en 6 mois en formation professionnelle continue, ou sur 1 an en apprentissage.

La formation est proposée sur les sites du Pin, de Rosières-aux-Salines et Uzès.

En savoir plus
  • DEJEPS perfectionnement sportif mention sports équestres support attelage

Devenir entraîneur en compétition en validant des aptitudes à la coordination d’activités et au perfectionnement sportif dans la discipline de l’attelage.

Le DEJEPS perfectionnement sportif mention sports équestres support attelage est un diplôme d’état de niveau 5 permettant de professionnaliser votre démarche d’entraînement avec des cavaliers amateurs.

Cette formation s’adresse à des enseignants d’équitation et cavaliers avec résultats en compétition. L’ IFCE propose le support attelage sur les sites du Pin (FPC et apprentissage) et d’Uzès (FPC).

En savoir plus

 

Suivez le quotidien des formations sur les groupes facebook :

IFCE- Pôle formation Haras national du Pin

Les stages de perfectionnement attelage

L’attelage est une discipline ludique et sportive qui peut venir en complément de la pratique d’une autre discipline : dressage, CSO, CCE…

Les sites de formation de l’IFCE sont des lieux privilégiés pour mettre en œuvre l’innovation pédagogique et proposer ainsi des situations de transfert d’apprentissage variées.

Les enseignants, spécialisés ou non en attelage, peuvent profiter de formations professionnelles dédiées afin de développer leurs compétences en attelage pour proposer de nouvelles activités à leur clientèle.

Les formations sur des structures équestres extérieures sont possibles.

Ces formations attelage sont proposés sur les sites IFCE du Haras national du Pin, du Haras national d’Uzès et du Haras national de Rosières-aux-Salines.

  • Diversifier son enseignement avec l’attelage

L’objectif est d’acquérir les compétences nécessaires à la mise en place d’un atelier « enseignement de l’attelage » sur sa structure.

Durée :16 jours (112h)

En savoir plus
  • Optimiser ses compétences d’enseignant en attelage

Développer ses compétences (pédagogiques et/ou techniques) en rapport avec son activité d’enseignant dans la discipline de l’attelage ( 2 jours ou 14h)

en savoir plus

 

 

Les médiathèques de l’IFCE toujours à votre service

Conformément aux mesures prises par le gouvernement dans le cadre de la limitation de la propagation du coronavirus, les médiathèques de l’Institut français du cheval et de l’équitation sont fermées au public extérieur pour le moment. Le portail documentaire de l’IFCE reste à disposition pour accéder à des documents en ligne ainsi que des sélections et outils pour vous aider dans vos recherches et lectures.

Un fonds iconographique et des livres anciens accessibles en ligne

Les médiathèques de l’IFCE disposent d’ouvrages anciens et de cartes postales qui ont été numérisés. Vous pouvez en prendre connaissance par l’intermédiaire de l’onglet « Culture & Patrimoine » dans lequel se trouvent :

  • « Ouvrages numérisés » qui regroupe l’ensemble des ouvrages ayant fait l’objet d’une numérisation suivie d’une mise en ligne et dont l’IFCE (ou l’un de ses partenaires) détient un exemplaire physique. La section est classée par ordre chronologique du XVIe s. au XXe s. et regroupe plus de 350 documents.
  • « Cartes postales numérisées » qui présente le fonds de cartes photographiques datant de la première moitié du XXe s. archivé à la Médiathèque du Cadre noir de Saumur. La section est structurée par thématiques : Architecture ; Carrousels ; Chutes de cheval ; Courses ; Dessins humoristiques ; Sauts d’école ; Sauts d’obstacles ; Vie militaire. Plus de 950 images y sont disponibles.

Des sélections bibliographiques

Depuis quelques mois, le portail documentaire s’est enrichi de nouvelles listes bibliographiques pour vous proposer une sélection de références essentielles sur des sujets particuliers.

Vous pouvez ainsi découvrir des documents sur les Haras nationaux et les voitures hippomobiles, le Cadre noir et l’équitation de tradition française.

Des sections sur des thèmes plus techniques : la législation, la médiation, le travail en main, longe et longues-rênes, le bien-être, l’alimentation – nutrition, la pédagogie et l’entraînement du cavalier et bien d’autres encore.

Les productions scientifiques de l’IFCE sont désormais en accès simplifié via l’onglet « Colloques & Publications » qui rassemble les documents issus des JSIE, des Equi-meeting maréchalerie, des journées scientifiques auxquelles participe ou organise le Cadre noir ainsi que des publications financées par le conseil scientifique et de différents réseaux de la filière équine (OMEFFE, RESPE, REFErences).

 

Des outils pour le lecteur

Le portail documentaire offre la possibilité de se créer un compte-lecteur et d’accéder à un système d’alerte par mail pour être informé des derniers documents indexés. Il est également possible d’émettre des suggestions d’achat et de créer des sélections bibliographiques. Pour plus d’informations, se référer à la page « Guide du lecteur ».

Les personnes en charge des médiathèques restent disponibles pour vous aider dans vos recherches documentaires, n’hésitez pas à prendre contact avec elles :
mediatheque.lepin(at)ifce.fr ; mediatheque.saumur(at)ifce.fr

Covid-19 : premiers résultats de l’étude d’impact pour la filière équine

Le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation a mandaté la gouvernance « Filière Cheval »* afin d’évaluer les conséquences économiques pour la filière équine suite à la pandémie de Covid-19. Un questionnaire a été élaboré en avril dernier, avec l’appui technique de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE). Les premiers résultats de l’enquête sont disponibles.

Des pertes immédiates considérables

Les premiers résultats font état d’une lourde perte du chiffre d’affaires (CA) cette année par rapport à 2019 pour les professionnels de la filière équine. Les premiers effets du confinement en mars ont généré une perte du CA de 35 à 50%. Cette perte augmente considérablement en avril, de 50% pour les entraîneurs de galop, jusqu’à 80% du CA chez les entraîneurs de trot et les établissements équestres. Une large majorité d’entreprises font face à une valeur ajoutée négative, compte-tenu de charges maintenues à un niveau élevé.

Un fonctionnement adapté à la situation

Face à la perte de trésorerie engendrée par l’absence de dotation / gain et l’arrêt des prestations d’enseignement et commerce, les professionnels ont du adapter leur mode de fonctionnement. Si une partie de l’effectif des chevaux a été mise au pré afin de limiter les charges (alimentation, litière, maréchalerie), certains professionnels ont également opté pour le maintien du travail d’une part de leur effectif pour permettre une reprise d’activité immédiate. Le recours au chômage partiel et les démarches de report de charges ont aussi été mis en évidence.

L’étude se poursuit

Près de 2430 réponses ont été collectées pour cette synthèse qui présentent des premiers résultats bruts. Les indicateurs moyens collectés en mars – avril seront complétés pour le mois de mai et seront extrapolés, après redressement, pour estimer l’impact total immédiat de l’arrêt des activités sur l’ensemble de la période de confinement. Les autres activités de la filière équine impactées sur l’ensemble de l’année seront également considérées dans la suite de l’étude.

 

Consulter la lettre

 

 

Depuis le 11 mai 2020, la reprise d’activité sur les sites de l’IFCE se concrétise

Ce retour se déroule dans le strict respect des mesures sanitaires imposées par le gouvernement. Un plan de reprise d’activité a été rédigé et couvre l’ensemble des missions de l’établissement.

Conformément aux orientations du plan gouvernemental de déconfinement, le télétravail reste la modalité majoritaire d’exercice des missions, dès lors que celles-ci s’y prêtent dans des conditions d’efficacité satisfaisantes. En revanche sur les sites, le retour d’une partie des agents s’organise en fonction des activités qui redémarrent.

L’ensemble des agents qui assurent ces missions restent en télétravail, à l’exception de besoins de mise en œuvre de certains protocoles de recherche.
Sur les plateaux techniques, le suivi des chevaux est toujours assuré, comme pendant la période de confinement.

(Re)découvrez nos outils de diffusion d'information technique

La reprise des formations se valide au fur et à mesure de la réception des consignes gouvernementales. Le retour des formateurs, des agents concernés par l’activité de formation (assistantes, soigneur…) et des stagiaires sera détaillé au cas par cas lorsque les décisions pourront être prises. La priorité sera portée aux formations longues et aux certifications diplômantes.
En amont, le retour des chevaux s’est organisé afin de leur assurer une remise en route progressive.

Vos contacts au sujet des formations

Le site du Cadre noir de Saumur reste fermé aux visiteurs, au moins jusqu’au 14 juillet. Les présentations publiques et les galas initialement prévus avant cette date sont donc annulés. Pour les représentations prévues après le 15 juillet, les décisions de maintien ou d’annulation seront prises à la lumière des consignes gouvernementales.
Le travail des chevaux du Cadre noir par les écuyers se poursuit dans les mêmes conditions que pendant la période de confinement.

Vos contacts pour les visites et galas du Cadre noir

Les agents dédiés à ces activités restent en télétravail et en contact réguliers avec leurs interlocuteurs de la filière équine en France et à l’international.

Depuis le début de la crise sanitaire, l’IFCE est resté actif pour les professionnels de la filière équine auprès de leurs représentants. De nombreux protocoles ont pu être mis en oeuvre.
Retrouvez les documents et les contacts de la filière dans l’actualité dédiée, mise à jour aussi souvent que nécessaire.

Le SIRE reprend le traitement des dossiers papiers. Afin d’accompagner la filière dans son processus de reprise, les dossiers liés à une reprise d’activité urgente (notamment les courses hippiques : validation, changements de propriétaires de chevaux de courses, etc.) seront traités de façon prioritaires.

Toute l’information sur la reprise des activités du SIRE

 

Les actes d’identification de terrain sont à nouveau réalisés. Au vu des enjeux de traçabilité qui entourent l’identification des équidés, l’IFCE a priorisé cette mission afin de répondre au mieux aux demandes des éleveurs.

Toute l’information sur la reprise de l’identification de terrain

Sur le site du Cadre noir de Saumur, l’accueil des pôles France FFE (CCE jeune, CCE seniors et voltige) va reprendre en suivant le plan de reprise travaillé conjointement avec les directions techniques nationale de la FFE.

Au sein de nos délégations territoriales, l’organisation des agents se fait selon leurs activités et les consignes applicables aux missions ci-dessus. Les projets de développement en lien avec les représentants des filières territoriales se poursuivent, le plus souvent à distance.

Faire le lien entre la recherche et le terrain : bilan 2019/perspective 2020

L’année 2019 aura été riche en termes d’études et de transferts. Le comité de suivi des demandes de la filière permet de centraliser les besoins, les analyser puis les orienter vers les experts, en interne ou en externe, afin de répondre au mieux aux attentes de la filière.

 

Points forts 2019

 


40 projets de développement et études en cours menés par les experts de l’IFCE.
87 études initiés par l’IFCE au niveau national ou en territoire.

 

Sur le plan sanitaire, l’IFCE apporte son soutien à l’ANSES qui valorise les données sanitaires du SIRE et contribue ainsi à l’amélioration de la traçabilité sanitaire.

Les études menées en génétique du cheval de sport progressent, grâce à une collaboration avec le Stud-book Selle français (SBSF). La caractérisation du phénotype et du génotype permettra, à terme, de donner des outils de sélection des géniteurs. Pour organiser, la collecte de nouvelles données, un partenariat a été signé entre le SBSF, la société CWD et l’IFCE.

En savoir plus sur le projet LIFE

 

Répondant à une demande du Groupement hippique national (GHN) et soutenu par la filière équine, un programme a démarré pour développer localement des filières de valorisation du fumier de cheval : Val’Fumier.

La médiation équine est une thématique qui s’organise. L’IFCE mène un projet de caractérisation des chevaux de rééducation, en partenariat avec l’association Sciences équines, afin de définir les profils les mieux adaptés.

Les six chevaux territoriaux assurant le ramassage scolaire de la commune de Vendargues (34) ont été l’objet de mesures durant une semaine en mai 2019. Le travail qu’ils assurent semble parfaitement compatible avec leurs capacités. Un outil de simulation est en cours de développement, afin de pouvoir estimer rapidement les capacités de travail des chevaux.

 

Perspectives 2020

De nombreux travaux seront menés dans nos différents domaines d’expertise, notamment :

– un projet sur la gestion du parasitisme, en collaboration avec l’ANSES et ONIRIS, afin de mettre au point un outil pour évaluer le risque parasitaire et limiter les traitements,

– l’application « Cheval bien-être », pour mobiles/tablettes, permettra aux détenteurs d’évaluer le bien-être de leurs chevaux, en mesurant une trentaine d’indicateurs.

Découvrez les projets soutenus en 2020

 

 

Cet article est un extrait du rapport d’activité 2019.

Consultez l'intégralité du rapport

Prix « Mission Française pour la Culture Équestre »

La Mission Française pour la culture équestre lance un prix de soutien aux thèses sur le cheval et l’équitation. L’écuyer en chef du Cadre noir est l’un des membres du jury qui décerne ce prix.

 

Celui-ci récompense les auteurs de thèses inédites sur la culture équestre, en langue française, qui contribuent à une meilleure connaissance :

  • de l’équitation en général, de la culture équestre et de l’équitation de tradition française en particulier, comme éléments importants du patrimoine et de la culture de l’humanité,
  • de l’ensemble des patrimoines et des cultures liés au cheval comme éléments importants de la diversité et de la créativité culturelles.

 

Des travaux de recherches sur des thèmes divers

Les travaux soumis au jury pourront relever d’une ou de plusieurs des disciplines suivantes : biologie, anthropologie, sociologie, archéologie, géographie, histoire, droit, politologie, littérature, histoire de l’art, etc.

 

Calendrier

Le prix « Mission Française pour la Culture Équestre » sera attribué pour la première fois en 2021, puis chaque année. Les candidats devront avoir soutenu leur thèse dans les trois années qui précèdent la date limite de remise des manuscrits ; ils feront parvenir leur dossier avant la date limite du 15 septembre de chaque année (15 septembre 2020 pour le prix 2021).

 

Dépôts des candidatures

Les candidats adresseront à la Mission Française pour la culture équestre par courriel, mission.culture.equestre(at)gmail.com :

  • leur thèse en PDF
  • un résumé de 10 pages maximum en PDF
  • un curriculum vitae en PDF
  • une copie du diplôme de doctorat et du rapport de soutenance.

Le jury établira dans le mois de la date limite d’inscription la liste des candidats admis à concourir.

La préparation mentale et l’accompagnement pour gérer la performance … et optimiser le confinement

Préparation mentale et accompagnement de la performance sportive

Retour sur la Journée Sport de l’IFCE du 27 janvier 2020 : les tables rondes vues par les élèves de Licence 2 / DEJEPS

Cette année le Pôle formation avait décidé de faire intervenir des champions et des « hommes de l’ombre » sur la thématique de la préparation mentale et l’accompagnement de la performance :

  • Yannick Agnel,
  • Gwladys Nocera,
  • Richard Ouvrard et
  • Meriem Salmi.

A cette occasion, le site du Cadre noir de Saumur a accueilli 250 participants de tous horizons : représentants de la FFE, enseignants d’équitation, gérants de structures équestres, professionnels de la préparation mentale, sportifs amateurs ou professionnels.

Tous les élèves, en formation au sein de l’IFCE Site du Cadre noir de Saumur été également au rendez-vous.

En effet, pour l’équipe pédagogique, il est primordial que les stagiaires puissent s’imprégner des problématiques de la préparation mentale et du suivi psychologique pour eux en tant que compétiteurs tout comme pour leurs futurs élèves en tant qu’entraîneur. L’ IFCE investit dans les différents champs scientifiques et de sciences humaines afin d’offrir un maximum de connaissances et de compétences aux futurs professionnels de la filière équine.

Les élèves de la formation universitaire et professionnelle, en deuxième année de licence au sein de l’ESTHUA et en formation DEJEPS à l’IFCE ont pris le temps de rédiger une synthèse de la journée. Vous trouverez ci-dessous la synthèse des tables rondes, rédigée par Lucas Cerisy, et agrémentée de phrases clés retenues par Florian Cadet.

 

 

 

Si la saison de compétition est suspendue et l’entraînement sportif modifié, l’IFCE vous accompagne en proposant des éléments clés pour optimiser le confinement et votre préparation mentale.

  • Le doute, l’erreur, l’échec :

Quand on est au sommet, on est obligé de redescendre , mais il ne faut en aucun avoir peur de l’échec. Au contraire,  les échecs ou les erreurs font grandir les athlètes.

« Le succès, c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme ».

« Soit je gagne, soit j’apprends ».

« Ce que tu nies, tu le subis, ce que tu acceptes, tu le transformes ».

L’échec est l’état dans lequel, après une non-atteinte d’objectif, on ne cherche plus à s’améliorer. Sinon, on parle de contre-performance ou de défaite.

Comme lorsque l’on réussit, la défaite permet de se poser les bonnes questions : quel bénéfice cela nous a apporté? et que doit-on améliorer ? Cette réflexion doit venir avant tout de l’athlète.

En ce qui concerne le doute, cela relève du mental. Il est donc important, dans ce cas, de s’entourer de professionnel. Le doute peut aussi survenir dans la victoire : se demander si l’on va réussir à réitérer la même performance. Il faut accepter le fait d’avoir peur de douter, mais il faut apprendre à gérer ce doute.

Il faut faire les choses objectivement pendant un débriefing. C’est une communication et cela s’apprend.

Le résultat est l’un des paramètres … qui suit la mise en place de plusieurs autres paramètres.

« En montagne, pour passer d’un sommet à l’autre, il faut descendre ».

  • Gérer le danger et la prise de risque :

Dans la vie on dit souvent qu’il faut prendre des risques. C’est d’autant plus vrai dans le sport. Il existe deux types de prise de risque chez un sportif : physique et stratégique.

Il est utile de prendre des risques pour accrocher un podium ou une victoire quand tous ces risques sont parfaitement maitrisés au point de départ. Cependant, il faut savoir garder la tête froide pour prendre le bon choix, cela relève du mental, afin de ne pas se mettre en danger.

Il faut que l’athlète parvienne à prendre conscience qu’il n’y a que lui qui prend ou non un risque. Il doit rester maître de ce choix, et il doit être préparer aux différentes prises de risque et avoir les capacités de les maîtriser.

  • L’attention, la concentration :

Ces deux termes sont primordiaux pour la performance sportive. Il est important d’avoir bien en tête ceux que l’on doit faire afin de pouvoir les restituer correctement le jour J.

Dans certains sports, un manque à l’un des deux et cela peut avoir des répercussions sur notre performance. C’est donc pour cela qui l’est important d’être « focus » sur l’objectif fixé.

La concentration vient lorsque l’on est centré sur ses capacités, ses routines et sa perception : c’est une compétence cognitive.

Elle va avoir un impact sur l’esprit avec lequel on va aborder une compétition.

En amont, le concentration joue un rôle important dans l’entraînement : elle permet de moins « user » l’athlète sur le plan physique grâce à la qualité du travail mis en place, notamment car elle permet de réduire la durée même de l’entraînement. Ensuite, la compétition est une expression artistique et une répétition des gammes vues à l’entrainement.

L’intuition s’appuie sur des gammes qui ont déjà été travaillées, cela repose sur quelque chose : on parle de « mindfullness » (pleine conscience).

  • C’est quoi être coach ?

Être un coach c’est avant tout un entraineur. Le coach est quasiment la personne la plus importante dans la performance d’un sportif. Il doit tout gérer et ce qui est primordial c’est sa capacité à s’adapter en fonction des circonstances. Le coach peut nouer des liens avec les élèves qui l’entrainent comme il peut aussi y avoir des périodes de « blanc » et disputes.

Les qualités d’un coach sont multiples: être légitime (exemplaire, avoir des résultats …), savoir installer un climat de confiance, et pouvoir donner un cadre d’entraînement (le respect entre l’entraîneur et l’athlète, le respect de l’adversaire, le respect des horaires : un bon entraineur arrive avant et repart après ses athlètes).

En tant qu’entraîneur, il définit un cap et met en place un programme. Il transmet la passion mais avant tous des valeurs, de manière pédagogique et avec bienveillance.

Lorsque l’on est coach, on demande lorsque l’on ne sait pas, et quand on ne peut pas, on délègue. Il doit savoir s’accompagner d’autres coachs, chacun spécialisé dans son domaine.

Il doit pousser l’athlète à aller chercher une zone d’inconfort : c’est le début de l’autonomie. Le coach est là pour pousser l’athlète au centre du système, mais reste un personnage important pour l’athlète.

Il doit savoir juger en fonction de la maturité de l’athlète, par rapport à sa discipline et de son niveau d’autonomie (non autonome, autonomie partielle, autonomie totale).

« Le cavalier peut être le coach du cheval. »

  • Gérer les contraintes et les imprévus :

Les contraintes et imprévus font partis des choses qu’il est difficile de prévoir. En effet, afin de performer au mieux des choses très précises sont à effectuer. Cependant, il arrive parfois que cela ne soit pas possible. Par conséquent il faut savoir l’accepter et faire comme si de rien était. Cela relève encore une fois de la partie mentale chez le sportif.

Il faut réussir à garder son état d’esprit dans les situations imprévues. L’entraînement est important pour prévenir tous ces imprévus. La routine est un ordre qui crée le calme et l’on peut alors se concentrer sur l’aspect mental durant la compétition.

« On n’est pas le meilleur quand on le croit, mais quand on le sait ».

  • Le staff, l’équipe, le collectif :

L’encadrement technique est très utile pour les sportifs notamment les sportifs de haut niveau. Les sportifs de haut niveau se reposent même parfois sur ces personnes étant donné qu’il y a vraiment une relation de confiance qui est installée. Il est important de pouvoir compter sur quelqu’un, afin de de se concentrer et optimiser la performance.

« Il y a très rarement des problèmes techniques … il survient plus souvent des problèmes humains ».

La communication est primordiale au sein de l’équipe : il faut savoir parler de soi, de son ressenti, et respecter également le ressenti des autres.

Les gens qui nous accompagnent sont là, quoi qu’il arrive, dans les bons et surtout dans les mauvais moments : ceci permet d’avancer.

 

Nous vous proposons également de voir ou revoir les témoignages, les retours d’expériences et les conseils des quatre intervenants sur la chaîne YouTube de l’ IFCE.

YouTube IFCE