ifce

Lancement du Conseil de l’Emploi et de la Formation

L’IFCE anime, au niveau national, quatre comités de concertation transversaux avec les professionnels dont  le conseil de l’emploi et de la formation.

Ce dernier a des missions élargies par rapport au conseil de la formation initialement créé en 2010.

Composition et présidence du CEF

 

Le CEF est composé de représentants des professionnels et des principaux acteurs de la formation professionnelle dans la filière équine. On y retrouve ainsi des représentants des ministères (Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation – DGPE et DGER, Ministère des sports), des grandes écoles et universités (Université de Caen, Agrosup DIJON)  mais aussi du Conseil de l’ordre des Vétérinaires et de l’INRA ainsi que des représentants de l’AFASEC, de la SFET, de la SHF, de la FFE, de la CPNE-EE et de l’IFCE. C’est un lieu d’expression des besoins de formation de la filière qui représente aujourd’hui plus de 60 000 emplois.

Michel Chauveau a été nommé président du CEF par le Conseil d’Administration de l’IFCE.

Tout au long de sa carrière Michel Chauveau a occupé diverses fonctions liées à l’emploi et la formation. Il a débuté sa vie professionnelle en tant que conseiller d’orientation scolaire et professionnelle. Il a ensuite assuré la fonction d’inspecteur au Ministère chargé de la Jeunesse et des Sports. Nommé directeur de l’INSEP en 1997, il a à cœur de remettre en place le diplôme de l’Institut, tombé en désuétude à cette époque. A la retraite depuis 2015, Michel Chauveau reste actif au sein du Ministère des sports en participants à son Comité d’histoire.

Objectif du CEF

Le travail du CEF est ciblé sur l’analyse des besoins en compétences professionnelles pour le développement de l’ensemble de la filière équine.

La nouvelle forme du conseil de l’emploi et de la formation doit permettre le passage d’une logique d’offre de formation de l’Institut à une logique de réponses aux besoins de compétences professionnelles de la filière. Pour cela, le CEF apporte donc un soutien aux acteurs publics et privés de la formation professionnelle avec une priorité donnée à l’adéquation formation/emploi.

A l’occasion de la première séance du conseil, le 23 septembre 2019, Madame Annie Lambert-Milon représentante du Ministère des sports a expliqué la réforme des formations professionnelles continues. Carole Troy, représentante de l’Omeffe de l’IFCE a apporté les retours sur l’étude prospective du métier de sellier-harnacheur. Céline VIAL représentante de l’INRA a exposé l’étude «  Choix et fidélisation des cavaliers en centre équestre ».

Suite à ce lancement du CEF, la prochaine séance se tiendra courant mars 2020 .

Formation Young Breeders à Montmorillon pour les élèves de Licence 2

Lundi 18 novembre, tous les élèves de 2ème année de formation universitaire et professionnelle se sont rendus à Montmorillon pour découvrir la formation proposée par le stud-book du Selle francais : les Young breeders.

 

Les élèves étaient accompagnés par Eric Deyna, écuyer du Cadre noir et coordinateur de la formation, et de Didier Dhennin, écuyer et formateur. Ce dernier est chargé d’encadrer les élèves de deuxième année sur le volet « débourrage et travail du jeune cheval » .

Un grand merci à Lucas Cerisy pour les photos du groupe en formation.

Cette formation de Young Breeders a pour but de former les futurs professionnels de la filière équine aux techniques spécifiques de préparation et de présentation d’un jeune cheval, mais aussi à juger ce dernier sur des critères bien précis.

Paul, Florian et Margot, trois élèves de la promotion (2018- 2022) nous partagent leurs retours d’expériences.

Début de la journée avec les présentations en salle et le jugement de l’épreuve de sauts en liberté

« Cette journée de formation et de découverte a commencé par une présentation en salle où les deux intervenants Clément Emonnot et André Audinot nous ont apporté des points d’information sur le stud-book Selle Français notamment en ce qui concerne leurs rôles dans l’élevage et la sélection de la race. Dans un second temps ils nous ont présenté le projet nommé Young Breeders. Ces championnats des jeunes éleveurs, à visée international, se divisent en plusieurs épreuves mobilisant de multiples compétences :

  • théoriques par l’intermédiaire d’un QCM dont le résultat doit être parfait,
  • et pratiques (jugement de présentations au modèle, allures et en saut en liberté).

De plus, deux épreuves bonus sont organisées, une de toilettage et une épreuve des mascottes.

Lors de cette présentation, nous avons aussi découvert les critères de jugement des chevaux sur leur modèle, allures et manière de sauté en liberté.

La matinée s’est poursuivie par une mise en pratique des éléments vus en salle. En effet, il nous a été présenté 3 chevaux d’élevage, il s’agissait de poulinières. Nous les avons analysées sur plusieurs passages sur une ligne composée d’un petit obstacle de réglage suivis d’un vertical ensuite transformé en oxer. L’exercice consistait à mettre les notes les plus adaptées à ce que l’on voyait en fonction d’une grille de notation officielle. » Paul MAGRE.

Un après-midi dédié à la présentation en main et au jugement du modèle.

Jugement du modèle à l’arrêt

« Le jugement du cheval immobile est très précis : on commence par évaluer la longueur d’encolure du cheval, longueur qui nous servira par la suite de référence pour juger la taille du dos jusqu’au rein, puis celle de la fesse du cheval. On doit aussi repérer des angles pour déterminer certaines orientations d’os.

On s’aperçoit que l’évolution du sport équestre a une vraie importance sur l’évolution des critères de jugement, ainsi que sur le modèle des chevaux. » Florian CADET

Atelier de présentation en mains en carrière

« En carrière, par binôme -un meneur et une aide – nous nous sommes entraînés à présenter un cheval en main (tenue des rênes, sécurité, allure) et nous avons pratiqué les consignes demandées par les deux intervenants (arrêt sur le côté, arrêt devant, transition, attitude du cheval, activité). Le plus dur dans cette étape est que le binôme doit réussir a présenter au mieux son cheval. Il faut donc une bonne cohésion de l’équipe, une précision sur les actions, une écoute du cheval.

Les formateurs nous ont expliqués qu’ils voulaient voir des chevaux actifs, attitude de présentation (nuque haute) et une bonne posture du meneur (cadre de sécurité entre le cheval et le meneur à l’aide du bras droit, un regard lointain, une cadence régulière et une précision pour la direction). » Margot BROUILLARD

Bilan personnel : retour de Margot, Paul et Florian sur cette première immersion dans le monde des « Young Breeders »

Paul

« Il s’agit d’un bon moyen de se former à la manipulation et analyse des jeunes chevaux. En revanche, pour ma part, j’aurais apprécié avoir des retours d’expérience et des témoignages d’anciens concurrents. Ensuite, en ce qui concerne les apports théoriques sur la présentation et le jugement, j’ai appris beaucoup de connaissance et cela apporte une autre vision de notre travail. Cette analyse peut permettre d’anticiper les potentiels problèmes causés par des défaut physique et ainsi expliquer les événements rencontrés dans le travail du cheval. Ce sont des connaissances très utile lors de l’achat ou le conseil de client et ces deux choses ont une place de choix dans les différentes missions que compose notre métier. »

Margot

« Les intervenants sont motivés et passionnés par ce qu’ils font. Chaque épreuve a été une découverte. Les chevaux possèdent tous un physique différent. Ils ont un physique qui peut atteindre leur locomotion et donc leur façon de travailler et de sauter. Chaque partie du cheval est importante et précise (par exemple les angles entre l’orientation de l’encolure et la ligne horizontale, l’angle de la croupe, etc.) Ces critères m’ont été appris durant cette formation. On pense qu’un jugement se fait grossièrement mais tout a une importance.

Cette journée a été riche en apprentissage. Tous les thèmes abordés ont été intéressants et bien expliqués. L’élevage est une pratique très intéressante du monde de l’équitation et devoir présenter des jeunes chevaux qui seront peut être des futurs champions m’intéresse beaucoup. Ce projet permettrait de progresser dans la langue anglaise, de découvrir de nouvelles cultures à travers ces championnats du monde et de promouvoir l’élevage français avec le Studbook Selle Français. Je remercie les intervenants pour cette journée enrichissante mais aussi mes formateurs, Eric Deyna et Didier Dhenin, pour leur implication dans notre apprentissage. »

Florian

« Le stage Young Breeders était très enrichissant, il m’a permis de me perfectionner sur tous les points abordés durant la journée. Il était également intéressant de voir comment le lycée agricole de Montmorillon, que nous remercions pour son accueil, avait organisé cette journée Young Breeders. Par la même occasion, j’aimerais remercier André Audinot et Clément Emonnot pour leurs interventions, l’IFCE pour nous avoir permis de participer à ce stage, et enfin Eric Deyna et Didier Dhennin d’avoir organisé cette journée et de nous avoir accompagnés. »

Retour sur Equi-meeting maréchalerie 2019

Les 27 et 28 septembre derniers a eu lieu la 6ème édition d’équi-meeting maréchalerie au Haras national du Pin.

 

Ce congrès, organisé par le département diffusion de l’IFCE a pour intérêt de mettre en relation les professionnels de la filière avec les scientifiques. Il y avait également 27 entreprises, françaises et étrangères dans le village « exposants ».

Avec plus de 800 participants, l’événement a atteint son objectif de fréquentation. Un chiffre en constante augmentation à hauteur des ambitions du projet. Il confirme également sa dimension internationale en accueillant des participants français, australiens, allemands, italiens ou encore canadiens.

Nouveauté 2019 : une traduction simultanée français – anglais des conférences. Celle-ci a été largement appréciée. Cette année, trois thèmes étaient abordés : la gestion de l’équilibre médio-latéral du pied ainsi que la fourbure et une session d’actualités « quoi de neuf par ailleurs ? ». Cas cliniques, conférences fondamentales et démonstrations pratiques se sont ainsi enchaînés durant ces deux jours.

Equi-meeting maréchalerie confirme de nouveau être le rendez-vous incontournable des scientifiques, des maréchaux ou encore des vétérinaires ainsi que des étudiants et enseignants. A la fois lieu de rencontres et d’échanges, il propose du contenu technique et scientifique.

Pour accéder aux différents supports du congrès, il est possible de retrouver les interventions filmées ainsi que les articles sur le site equipedia.ifce.fr dans les onglets médiathèque ou vidéothèque.

 

Vidéothèque Médiathèque

Rendez-vous les 24 et 25 septembre 2021 pour la prochaine édition !

 

Equi-meeting maréchalerie 2019 au Haras national du Pin

Village exposants © Leroy Luc

Equi-meeting maréchalerie 2019 au Haras national du Pin

Salle de conférences © Pauline Ritter

Equi-meeting maréchalerie 2019 au Haras national du Pin

Salle de conférences – © Christopher Collin

Quelle formation IFCE choisir en fonction du métier visé ?

Il n’est pas toujours évident de choisir une formation professionnelle parmi les différents diplômes et certificats proposés.

 

Pour vous aider dans votre orientation et vous permettre de choisir le cursus correspondant à votre projet professionnel, nous vous proposons un récapitulatif des principaux débouchés offerts (liste non exhaustive) par les différentes formations ainsi que les publics visés.

Et si vous n’êtes pas certains de votre choix, vous pouvez :

Nous contacter directement pour en savoir plus : formations(at)ifce.fr / 06 19 22 71 85.
Venir aux journées portes ouvertes formations : l’occasion idéale pour échanger avec les élèves, l’équipe pédagogique et les assistantes administratives

 

Équitation, sport et Enseignement

 

Devenir cadre supérieur de la filière équine : Formation universitaire et professionnelle

Public : Cavalier amateur de 18 à 21 ans, ayant des résultats en compétition, disposant d’un cheval personnel (obligatoire de la
1ère à la 3ème année de formation) et souhaitant s’orienter vers des métiers d’encadrement et de management dans la filière équine.

Cette formation en 4 ans (3 ans obligatoire, et 4ème année optionnelle pour la préparation du DESJEPS), permet notamment d’obtenir les diplômes du BPJEPS, DEJEPS, et DESJEPS au sein de l’IFCE, et de valider en parallèle une licence pro « Management des établissements équestres » à l’université .

Débouchés : Directeur/trice d’établissement, enseignant responsable pédagogique, cavalier professionnel

Ils ont suivi cette formation : Maxime Livio, Claire Gosselin, Jessica Michel-Botton, Alexis Goury, Claire Fontanel, Thomas et Mathieu Lambert.

Lire la fiche formation

 

 

Devenir cavalier professionnel et enseignant ou entraîneur : Formation sport BPJEPS ou DEJEPS

Public : Cavalier amateur ou professionnel avec des résultats en compétition en CCE, CSO ou Dressage, et disposant d’un cheval personnel (au minimum), souhaitant obtenir un BPJEPS spécialité « Éducateur sportif » mention « Activités équestres » (diplôme professionnel d’enseignement de niveau IV) ou un DEJEPS perfectionnement sportif mention sports équestres support Dressage, CSO, CCE ou Hunter, tout en développant un projet sportif de haut niveau.

Débouchés : Coach/Entraineur, cavalier professionnel, enseignant

Lire la fiche formation

 

Devenir entraîneur dans une discipline : CSO, Dressage, CCE, Hunter, Attelage

Public : Enseignants (BEES1 ou BPJEPS) et cavaliers avec des résultats en compétitions ou de l’expérience bénévole dans l’encadrement souhaitant obtenir le DEJEPS spécialité « perfectionnement sportif » mention sports équestres support Dressage ou CSO ou CCE ou Hunter ou Attelage (diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport ) qui valide les aptitudes à l’entraînement sportif au niveau Amateur dans une discipline.

Débouchés : Coach/Entraineur, enseignant

Lire la fiche formation

 

Devenir cavalier professionnel, préparateur de jeunes chevaux

Public : Cavaliers amateurs, avec des résultats en compétition CSO souhaitant devenir cavalier professionnel confirmé au travail du jeune cheval de sport : préparation et valorisation en épreuves d’élevage de cycle classique de concours de saut d’obstacle ou dressage.

Débouchés : cavalier professionnel, cavalier soigneur

Lire la fiche formation

Votez pour élire Qing du Briot*IFCE cheval de l’année !

Le magazine L’Eperon a ouvert les votes de son grand concours du cheval de l’année. Parmi les prétendants au titre, on retrouve le cheval multi-médaillé avec l’équipe de France Qing du Briot*IFCE. Avec son palmarès et son caractère attachant, il a tout pour décrocher le titre !

 

Qing du Briot*IFCEPilier de l’équipe de France de concours complet, Qing du Briot*IFCE, associé à son cavalier le Lieutenant-Colonel Thibaut Vallette, affiche pas moins de 4 médailles sur les 5 dernières échéances auxquelles il a participé :

  • Médaillé de bronze en individuel et par équipe aux Championnats d’Europe de Blair Castle en 2015,
  • Médaille d’or par équipe aux Jeux Olympiques de Rio en 2016,
  • Médaillé de bronze par équipe et 6e en individuel aux Jeux Equestres Mondiaux de Tryon en 2018,
  • 5e individuel et 4e par équipe aux championnats d’Europe de Luhmulhen en 2019

En 2019, le couple décroche le titre de Champion de France lors de l’étape du Grand national FFE de concours complet à Pompadour. De plus, l’année sera également marquée par sa cinquième sélection consécutive en équipe de France.

Avec un mental de guerrier sur la piste, un caractère attachant et une gentillesse hors pair aux écuries, pas de doute, Qing est bien le pilier de l’équipe de France ! Pour ces raisons, il mérite vraiment d’être le cheval de l’année ! Alors votez pour lui !

Les votes se terminent le 25 novembre 2019 à minuit. Par la suite, le lauréat sera connu et mis à l’honneur lors de la soirée de l’Eperon le 6 décembre 2019 au Salon du cheval de Paris.

Vendre ou acheter un cheval

Retrouvez tous les conseils de spécialistes pour la vente ou l’achat d’un cheval que vous soyez professionnel de la filière cheval ou bien amateur.

 

Vendre ou acheter un cheval

Ouvrage Vendre ou acheter un cheval – édité par l’Ifce en collaboration avec l’IDE

Les clés de l’acquisition d’un équidé

Désireux d’en savoir plus sur les pratiques juridiques autour des transactions de chevaux. Cet ouvrage rédigé par des spécialistes en droit équin vous offre tous les aspects à connaître à la fois côté acquéreur et côté vendeur.

Les huit chapitres de cet ouvrage permettent de cerner ces problématiques spécifiques à l’acquisition et vente d’équidés. Les droits et devoirs de chacun, y compris les intermédiaires ou experts associés à la transaction, sont décryptés quel que soit le type de vente : amiable, aux enchères, à réclamer, sur Internet…

On aborde également les aspects vétérinaires, les conflits possibles entre les parties, ainsi que les ventes à l’international.

 

Un ouvrage complet allant de la vente jusqu’aux spécificités juridiques et fiscales

Enfin, les possibilités en matière de fiscalité et d’assurance sont également détaillées. Actualisé et exhaustif, présentant de nombreuses jurisprudences, cet ouvrage de référence passe en revue l’ensemble des cas de figure liés à la vente d’équidés, éclaire sur les risques et dérives possibles et donne les clés juridiques de ce sujet.

                                                                                                                                        Commander le livre

 

Dictionnaire équestre en 8 langues

Un incontournable pour évoluer dans un univers multilingue avec près de 500 termes pour échanger autour du cheval en 8 langues !

Cavalier, professionnel du cheval ou amateur mais tous désireux de communiquer avec des interlocuteurs dans une autre langue ? Voici un dictionnaire équestre utile et esthétique pour les termes en hippologie et équitation, traduits en 8 langues.

 

Dictionnaire équestre en 8 languesLe réseau « Equestrian Educational Network » (EEN) réunit de prestigieux établissements de formation en équitation dans les pays suivants : Grande-Bretagne, Allemagne, Autriche, Belgique, Pays-Bas, Portugal, Suède, Norvège, Finlande et France.

Ce sont les échanges entre enseignants/entraîneurs et stagiaires de ces pays qui ont fait émerger la nécessité d’un outil de travail commun, d’où la création de cet ouvrage coordonné par l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation, et notamment les formateurs du Cadre noir de Saumur.

 

La particularité d’un ouvrage illustré

 

Les planches illustrées par Marine Oussedik, spécialiste du sujet équestre, sont complétées par des légendes en anglais. Les termes sont repérés et traduits dans les 7 autres langues : français, allemand, néerlandais, portugais, suédois, norvégien et finnois.

 

                                                                                                                                        Commander le livre

 

L’IFCE sollicité par la Serbie

L’IFCE sollicité par la direction vétérinaire du ministère serbe de l’agriculture afin d’intervenir en Serbie. L’intervention se situe dans le cadre d’un programme européen TAIEX réservé aux États candidats à l’adhésion à l’Union européenne.

 

L’objectif

La Serbie dispose d’une base centrale intégrant toutes les filières animales, sauf les équins. Les chevaux – population à priori peu importante numériquement mais en croissance – sont particulièrement mal connus. L’objectif est l’organisation de deux journées de séminaires. Ces journées portent sur l’identification et la création d’une base centrale pour les équins.

Un cheptel composé de trois branches, les équidés : 

  1. De sports-loisirs : importés pour la majorité, identifiés et détenus par des propriétaires amateurs sans liens avec les autorités sanitaires serbes.
  2. De travail et pour la viande : non identifiés, très présents dans le sud du pays où ils sont utilisés dans les travaux agricoles.
  3. Sauvages ou semi-sauvages : vivent en liberté dans les montages.

 

Un travail commun sur la gestion sanitaire et l’identification

Ces deux journées de travail ont permis de présenter aux agents de la direction vétérinaire serbe :

  • les procédures d’identification
  • la création et la gestion d’une base centrale
  • le suivi sanitaire des animaux
  • le tout, en lien avec les règlements européens

Ce premier travail commun pourrait être prolongé par un colloque poursuivant le travail engagé notamment sur la gestion sanitaire du cheptel et l’identification. A la demande serbe, s’y ajouterait également la thématique du bien-être animal.

Par ailleurs, une visite d’étude à Pompadour permettrait aux agents de la direction vétérinaire serbe de mieux comprendre le fonctionnement de la base centrale.

En marge de ces journées, nos équipes se sont également entretenues avec Fabrice Blazquez, chef du service économique de l’Ambassade de France en Serbie ainsi que Sebastien Begoc, son adjoint. L’objet de cet entretien portait sur la situation de l’agriculture serbe, la présence étrangère dans ce secteur mais également la situation du pays au regards des exigences réglementaires permettant l’adhésion à l’Union européenne.

 

L'IFCE sollicité par la Serbie.

Une délégation de l’IFCE au salon de l’agriculture de Moscou

Jean-Roch Gaillet, Claire Cordilhac et Cécile Arnaud se sont rendus à Moscou du 10 au 12 octobre.

Il s’agit de l’ARK, société russe d’encouragement pour le développement de la filière équine qui a invité l’IFCE au salon de l’agriculture de Moscou. L’IFCE a été sollicité pour apporter son expertise lors d’une conférence sur le développement de la filière équine russe. Cette table ronde s’est déroulée dans le cadre du « Golden Autumn », salon de l’agriculture moscovite.

 

L’IFCE est intervenu sur deux thématiques

  • le fonctionnement de la base SIRE et l’enregistrement du cheptel équin
  • le modèle français de financement de la filière équine

Alexandre Martinez, conseiller agricole régional à l’ambassade de France, a accueilli la délégation de l’IFCE. Les échanges ont été l’occasion de réaffirmer la priorité accordée par le Président de la République à la coopération franco-russe dans le secteur agricole.

En marge de la conférence, le temps fort a été l’entrevue entre Jean-Roch Gaillet et Dzhambulat Khatuov. Ce dernier est le 1er vice-ministre de l’agriculture de la Fédération de Russie, chargé entre-autres de la réorganisation de la filière équine. L’accent a été mis sur le besoin de développer le cheptel des chevaux de courses russes. Ainsi que sur l’importance de créer un environnement favorable à l’élevage.

 

Présence de l'IFCE au Salon de l'agriculture de Moscou.

Signature d’un protocole

Ces échanges fructueux ont abouti à la signature d’un protocole. Celui-ci est préalable à une convention relative aux questions de coopération franco-russe dans le secteur équin. Les échanges ont été nombreux et variés. Parmi eux, le vice-Président du Caucase du Nord a fait part de son souhait de valoriser la race Karbarde en France. Cela passerait notamment par des documents d’identification qui porteraient l’appellation de la race.

 

Démonstration d’Info Chevaux

Enfin, la journée s’est clôturée par une démonstration d’Info chevaux auprès de participants à la conférence. Celle-ci a permis d’illustrer le processus d’identification des équidés et de matérialiser l’interconnexion de la base SIRE avec les autres bases de données françaises.

Il ne fait nul doute que la signature du protocole devrait conduire à une coopération régulière. En effet, celle-ci amènera l’IFCE et sa tutelle MAA à apporter un appui à la Russie dans la réorganisation et le développement de sa filière.