Cadre noir

Reprise des formations professionnelles

L’IFCE site du Cadre noir de Saumur a rouvert ses portes aux élèves ce lundi 11 mai 2020.

Suite aux annonces du gouvernement, les centres de formations professionnelles sont autorisés à accueillir progressivement, à partir du 11 mai, les stagiaires en formation continue (salariés, indépendants, demandeurs d’emploi). L’IFCE a donc eu l’autorisation de relancer son activité de formation professionnelle continue (proposée sur 4 sites : Saumur, Le Pin, Rosières-aux-Salines, Uzès). La priorité est donnée aux formations diplômantes et certifiantes.

Si vous souhaitez suivre le quotidien des formations, et voir en images la reprise, rendez-vous sur le groupe facebook : IFCE -Pôle formation site de Saumur

 

 

 

 

Un accueil dans les règles

Le site du Cadre noir de Saumur est le premier à pouvoir accueillir à nouveau des élèves depuis ce lundi dans le cadre du plan de reprise d’activité. En amont de cette reprise, le retour et la remise en route progressive des chevaux s’est organisé.

Dans ce contexte particulier, seuls les stagiaires DEJEPS pro, les DESJEPS, et les cavaliers d’entraînement du Cadre Noir de Saumur ont pu reprendre « le chemin de l’école » afin de limiter le nombre de personnes sur le site et répondre aux mesures de prévention (gestes barrière et règles de distanciation physique ) .

A tour de rôle, tous les élèves ont reçu à leur arrivée un kit comprenant des masques FFP2 et du gel hydroalcoolique et les consignes de sécurité.

 

 

Les calendriers de formation ont du être adaptés pour permettre le déroulé des formations en limitant les temps de présence sur site et surtout pour assurer la réalisation des certifications pour les DEJEPS et DESJEPS.

Les stagiaires des formations sport BPJEPS et DEJEPS vont également reprendre les cours prochainement.

Les élèves qui sont en formation universitaire et professionnelle ont pu reprendre dès cette semaine leur stage en entreprise. Les maîtres de stage ont reçu toutes les informations pour accueillir à nouveau les stagiaires en toute sécurité ainsi que le protocole de reprise des entreprises fournis par le ministère du travail.

Plan de reprise des formations sur les autres sites IFCE

Concernant le site du Pin, le plan de reprise des formations a permis un retour d’une partie de l’encadrement cette semaine afin de préparer le retour des élèves. La semaine prochaine, le site devrait accueillir donc  la nouvelle promotion d’assistants d’élevage et quelques stagiaires CAP sellier-harnacheur. Ce redémarrage sera synonyme aussi de reprise pour les protocoles de recherche (Pamiebo, parasitimEquin, Vitrification d’embryon équin)..

Sur le site d’Uzès, les stagiaires CS UCAC reprendront également prochainement pour valider leur certification.

Quelques mesures pour les sélections 2020 sur le site de Saumur

Les candidatures sont closes pour les formations DEJEPS et DESJEPS mais il est encore temps d’envoyer votre dossier de candidature pour les autres cursus.

Suite aux mesures prises par le gouvernement dans le cadre de la limitation de la propagation du coronavirus, les dates de sélection 2020 ont du être modifiées. Voici les dates proposées (sous réserve d’évolution de la situation sanitaire) :

Accompagnant – Règles pour les tests de sélection

  • 1 seul accompagnant uniquement est autorisé à rentrer sur le site si le transport du cheval ne peut être réalisé par le candidat. L’accompagnant ne pourra ni assister aux tests ni se déplacer sur le site, il devra rester proche de son véhicule et respecter les gestes barrières.
  • Lors des convocations aux tests, chaque candidat devra préciser la venue ou non d’un accompagnant.

Prix « Mission Française pour la Culture Équestre »

La Mission Française pour la culture équestre lance un prix de soutien aux thèses sur le cheval et l’équitation. L’écuyer en chef du Cadre noir est l’un des membres du jury qui décerne ce prix.

 

Celui-ci récompense les auteurs de thèses inédites sur la culture équestre, en langue française, qui contribuent à une meilleure connaissance :

  • de l’équitation en général, de la culture équestre et de l’équitation de tradition française en particulier, comme éléments importants du patrimoine et de la culture de l’humanité,
  • de l’ensemble des patrimoines et des cultures liés au cheval comme éléments importants de la diversité et de la créativité culturelles.

 

Des travaux de recherches sur des thèmes divers

Les travaux soumis au jury pourront relever d’une ou de plusieurs des disciplines suivantes : biologie, anthropologie, sociologie, archéologie, géographie, histoire, droit, politologie, littérature, histoire de l’art, etc.

 

Calendrier

Le prix « Mission Française pour la Culture Équestre » sera attribué pour la première fois en 2021, puis chaque année. Les candidats devront avoir soutenu leur thèse dans les trois années qui précèdent la date limite de remise des manuscrits ; ils feront parvenir leur dossier avant la date limite du 15 septembre de chaque année (15 septembre 2020 pour le prix 2021).

 

Dépôts des candidatures

Les candidats adresseront à la Mission Française pour la culture équestre par courriel, mission.culture.equestre(at)gmail.com :

  • leur thèse en PDF
  • un résumé de 10 pages maximum en PDF
  • un curriculum vitae en PDF
  • une copie du diplôme de doctorat et du rapport de soutenance.

Le jury établira dans le mois de la date limite d’inscription la liste des candidats admis à concourir.

Gala : Le Cadre noir à Clermont-Ferrand

Le Cadre noir nous plonge au cœur de son nouveau spectacle avec une mise en scène inédite ! Le choix du décor, des lumières et de la musique est spécialement créé pour l’occasion.

En principale narratrice de ce voyage onirique le long de ses rives, la Loire se fait majestueuse. Elle retrace l’épopée du Cadre noir et de l’Equitation de tradition française en 17 tableaux. Illustrés par l’idée d’une journée intemporelle de l’aube au crépuscule, les tableaux s’enchaînent pour un spectacle magique, unique au monde.

Les prouesses techniques, la puissante harmonie entre le cheval et son écuyer, l’émotion artistique baignée par des lumières caractéristiques des bords de Loire, ainsi qu’un large répertoire musical, rapprochent intimement le public des chevaux et des écuyers.

Venez vivre la magie d’un événement exceptionnel de grande qualité artistique et de renommée internationale à Clermont-Ferrand !

 


Un tarif licencié centre équestre est disponible, pour en bénéficier appelez le : 04 73 62 79 00.

COVID-19 : vétérinaires et personnels infirmiers s’adaptent pour le suivi médical des chevaux

Les contraintes sanitaires liées à l’épidémie de COVID-19 ont nécessité une réorganisation du travail des équipes du Cadre noir pour assurer l’entraînement des chevaux et les soins qui leur sont apportés.

Après nos précédentes publications concernant cette nouvelle organisation (la mise au pré des chevaux et le travail des écuyers et des soigneurs), découvrez comment nos vétérinaires et personnels infirmiers s’adaptent pour le suivi médical des chevaux.

 

Isabelle Burgaud, vétérinaire au Cadre noir de SaumurEntretien avec le docteur Isabelle Burgaud, vétérinaire et ostéopathe équin à l’IFCE sur le site du Cadre noir.

Vos habitudes ont-elles changé ?

I. B : Il est important de noter que si nos confrères du secteur privé ne peuvent malheureusement pas exercer pour accueillir leur clientèle (sauf pour les urgences) afin de limiter les contacts, nous pouvons continuer à soigner les chevaux du Cadre noir quotidiennement car il n’y a pas d’échange avec du public extérieur. C’est une chance car les 350 chevaux de l’école nécessitent des soins quotidiens et nous devons traiter différentes formes de pathologies, des plus bénignes aux plus importantes. En tant que vétérinaires, nous sommes habitués aux gestes barrières et aux mesures sanitaires de précautions. Mais pour assurer la sécurité de tous, nous avons dû adapter notre organisation.

 

Comment s’organise le travail de l’équipe vétérinaire actuellement ?

I. B : Nous sommes trois vétérinaires au sein de l’école et nous avons organisé notre fonctionnement en trois équipes distinctes (avec nos infirmiers). Une équipe s’occupe des soins cliniques des chevaux présents à l’école (soins courants, traitements particuliers, etc…) mais uniquement pour les soins urgents. Tous les traitements dits « de conforts » sont pour l’instant reportés. La deuxième équipe se charge du suivi des chevaux au pré puisque qu’une grande partie de la cavalerie de l’école (120 chevaux sur 350) a été mise au pré durant cette période particulière. Cette équipe doit veiller à ce que chaque cheval ne se soit pas blessé durant la nuit et que tout se passe bien dans les troupeaux qui se sont naturellement formés. Enfin, la dernière équipe assure les gardes des nuits et jours fériés mais aussi les suites de soins pour les chevaux qui ont été hospitalisés.

 

 

Toutes vos activités sont-elles maintenues ?

I. B : Avec les quelques ajustements en terme d’organisation globale oui. Nous pouvons apporter tous les soins nécessaires à nos chevaux. Par contre, notre clinique accueille habituellement une clientèle extérieure référée par des vétérinaires privés pour des soins ou des examens de contrôle que ces derniers ne peuvent assurer. Pour respecter la distanciation sociale, cette activité est pour le moment suspendue pour les chevaux extérieurs au site du Cadre noir. En complément des soins que nous apportons à nos chevaux, nous continuons nos contributions aux travaux de recherche, au suivi des études en cours avec différents laboratoires, l’organisation de journées de formation à venir ainsi que la rédaction de supports de cours et exposés pour la formation des élèves.

 

Entretien avec l'écuyer Pauline Vanlandeghem

Entretien avec la soigneuse Sandrine Jousselin

Mise au pré des chevaux

COVID-19 : Le travail s’organise aussi aux écuries

Les contraintes sanitaires liées à l’épidémie de COVID-19 ont nécessité une réorganisation du travail des équipes du Cadre noir pour assurer l’entraînement des chevaux et les soins qui leur sont apportés.

Après nos précédents articles concernant cette nouvelle organisation (la mise au pré des chevaux et le travail des écuyers), découvrez le travail des soigneurs qui contribuent chaque jour au confort et aux bien-être des chevaux du Cadre noir.

 

Sandrine Jousselin, soigneuse à l'écurie prestige du Cadre noir de Saumur

Entretien avec Sandrine Jousselin, soigneuse à l’écurie prestige et dressage :

Comment s’articulent vos journées actuellement ?

S.J. : Habituellement le travail des soigneurs s’articule principalement autour des soins apportés aux chevaux, à leur préparation pour le travail quotidien et à l’entretien des écuries. Depuis maintenant 15 jours, nous ne préparons plus les chevaux pour les écuyers afin de limiter au maximum les contacts et la manipulation du matériel. Les écuyers ayant entre 5 à 9 chevaux chacun, parfois plus pour certains, le temps de préparation est important. Désormais les écuyers nous confient chaque jour jusqu’à 2 à 3 chevaux de leur piquet dont nous avons la charge exclusive pour la journée. Nous assurons ainsi une longe ou une sortie en liberté pour ces chevaux. Certains soigneurs étant eux-mêmes cavaliers, ils peuvent également monter les chevaux en accord et sous les directives de l’écuyer, afin d’assurer l’entretien physique des chevaux, notamment pour des trottings ou un petit travail léger.


Vos habitudes ont-elles changé ?

S.J. : Assurer la sortie et le travail des chevaux est appréciable et ça change de notre quotidien habituel. Mais c’est aussi indispensable pour éviter de manipuler les mêmes chevaux que les écuyers et de trop nous croiser. A cette organisation s’ajoute une rigueur absolue dans la gestion du matériel que nous utilisons : brosses, guêtres, fourches, cure-pieds, etc…. chaque soigneur et chaque écuyer utilise son propre matériel et nous respectons nos distances pour nous protéger les uns et les autres. Comme une bonne partie des chevaux de l’école ont été mis au pré afin de permettre de diminuer le nombre de personnels nécessaire chaque jour, nous faisons également une rotation avec les équipes. Après 15 jours de travail pour ma part depuis le début de ces nouvelles mesures, je suis cette semaine en confinement pour assurer la garde de mes enfants et un autre soigneur prend le relais.


Comment vivez-vous cette nouvelle organisation ?

S.J. : Personnellement j’avoue que cette épidémie est un peu angoissante. La tension émotionnelle est palpable mais nous prenons toutes les mesures de précautions nécessaires pour assurer notre travail auprès des chevaux dans les meilleures conditions. Le point très positif est de pouvoir davantage être avec nos chevaux pour assurer leur sortie. Bien que nous le soyons déjà, nous sommes encore plus proches d’eux et j’apprécie énormément.

 

 

Entretien avec l'écuyer Pauline Vanlandeghem

Mise au pré des chevaux

COVID-19 : L’entraînement des chevaux s’organise

Après qu’un grand nombre des chevaux du site du Cadre noir aient été mis au pré afin d’assurer le maximum de protection pour nos équipes et nos chevaux, le travail s’organise également pour les écuyers et les chevaux restés aux écuries.

 

Pauline Vanlandeghem, écuyer du Cadre noir de Saumur pendant le confinementEntretien avec Pauline Vanlandeghem, écuyer du Cadre noir et responsable de la compétition de l’Ecurie dressage :

Comment s’articulent les journées actuellement ?

P.V. : Tous les chevaux des élèves ainsi qu’un grand nombre de jeunes chevaux ont été mis au pré. Nous n’avons donc plus de cours. Les chevaux de gala ainsi que les chevaux de compétition sont restés aux écuries et nous maintenons un travail régulier qui s’alterne avec du travail en longe et des sorties en extérieur, au paddock ou en liberté. Nos créneaux d’entrainement collectifs sont annulés car nous essayons d’éviter de nous regrouper aux mêmes endroits. Heureusement, les surfaces de travail au sein de l’école sont grandes et nombreuses et moins chargées qu’habituellement puisque toutes les formations sont suspendues et que les élèves sont absents.


Vos habitudes de travail ont-elles changé ?

P.V. : Concernant le travail des chevaux à proprement parler non. Ce qui change, ce sont les mesures de précautions que nous adoptons entre les équipes. Nous évitons de trop nous croiser dans les écuries. Nous préparons nous-mêmes si possible nos chevaux en utilisant notre propre matériel afin d’éviter trop d’échanges de matériel et de contacts avec les soigneurs pour protéger tout le monde. Nous avons à notre disposition du gel hydroalcoolique dans chaque écurie et dans chaque sellerie.
Pour ma part, étant maman, j’organise la sortie de mes 7 chevaux le matin afin de m’occuper des enfants l’après-midi. Nous échangeons avec mon mari qui est également écuyer et qui sort quant à lui tous ces chevaux l’après-midi.


Comment vivez-vous cette organisation ?

P.V. : Je sais que nous sommes privilégiés de pouvoir rester au contact de nos chevaux car ce n’est pas le cas de bon nombre de propriétaires de chevaux. Nous assurons notre mission qui est de travailler avec les chevaux pour le sport, la formation et le rayonnement de notre équitation française. Nous nous adaptons à la situation mais le plus important pour nous est de pouvoir bien nous occuper de nos chevaux. Ce qui me manque le plus pour ma part est de ne pas pouvoir profiter des moments d’échanges au botte à botte entre écuyers ou avec nos soigneurs car ces petits temps nous permettent habituellement de nous entraider et d’échanger sur le travail et la progression de nos chevaux.

 

Pauline Vanlandeghem, écuyer du Cadre noir pendant le confinement

 

Entretien avec la soigneuse Sandrine Jousselin Mise au pré des chevaux

Covid-19 et sélections pour les formations DEJEPS : quelles modifications ?

Les mesures prises par le gouvernement dans le cadre de la limitation de la propagation du coronavirus touchent toutes les activités de l’Institut français du cheval et de l’équitation, et notamment les sélections à l’entrée en formation DEJEPS.

Les activités de formation sont suspendues depuis le lundi 16 mars 2020 jusqu’à nouvel ordre. Les dates de sélection à l’entrée en formation DEJEPS sont pour le moment maintenues sur les 4 sites ( Saumur / Le Pin / Uzès / Rosières-aux-Salines). Néanmoins, si ces dates venaient à être modifiées en fonction de l’évolution de la situation, les candidats seraient avertis du report des tests.

Envoi des dossiers adapté

La situation sanitaire actuelle impacte le service de distribution des courriers. L’IFCE s’adapte à ces contraintes en assouplissant les délais d’envoi des dossiers de candidature. Ainsi, nous vous proposons un envoi simplifié dans un premier temps.

Pour tous les candidats qui souhaitent s’inscrire aux tests de sélection 2020 préalables à l’entrée en formation,  il est demandé :

  • d’envoyer au plus vite une version informatique (scan, photo) du dossier par mail sans pièces justificatives,
  • d’envoyer en parallèle, la version papier avec tous les documents par courrier.

Retour des dossiers et dates de sélection 2020

L’IFCE propose plusieurs « formules » sur ses 4 pôles de formations. Les différentes modalités permettent à chacun de trouver le format qui répond au mieux à ses objectifs et ses contraintes professionnelles (choix du support, rythme de l’alternance, niveau en compétition, ..)

Le site de Saumur propose deux formats de préparation au DEJEPS perfectionnement sportif pour les supports : Dressage, ou CSO, ou CCE, ou Hunter.

La date de retour des dossiers est reportée au mois de juin 2020.

Les sélections ( DEJEPS pro et la formation sport) se déroulent sur 2,5 jours. Elles seront organisées probablement fin juin – début juillet, sous réserve des instructions de nos instances

Contact : Nathalie GUERIN – nathalie.guerin@ifce.fr

DEJEPS formation sport :

Cette formation continue de 11 mois (d’octobre à juillet) sur le site de Saumur assure la préparation du diplôme en parallèle d’un programme d’entraînement sportif.

Il est indispensable pour cette formation d’avoir un voire deux chevaux de plus de 6 ans capables d’accéder aux compétitions de niveau amateur élite ou pro.

Fiche DEJEPS SPORT

DEJEPS pro Saumur :

Ce cursus s’adresse à des enseignants qui souhaitent évoluer dans leur métier et des cavaliers professionnels. Il est nécessaire de disposer d’un cheval personnel du niveau de l’examen. Cette formation se déroule sur 10 mois de septembre à juin en alternance. Cela correspond à : 2 modules de 6 semaines et un module de 3 semaines à l’IFCE, entrecoupés de deux périodes de stage en entreprise.

Fiche DEJEPS pro Saumur

Le site de Saumur propose deux formats de préparation au DEJEPS perfectionnement sportif pour les supports suivants: Dressage, ou CSO, ou CCE, ou Attelage.

NB :Tous les candidats doivent justifier des résultats en compétitions avec l’attestation DTN avant de candidater à l’entrée en formation.

Une session de sélection, comprenant le passage du test pédagogique (pour les non titulaires d’un BPJEPS ou BEES 1) est prévue pour la formation professionnelle comme la formation par la voie de l’apprentissage  :

  • Mercredi 24 juin 2020

Contact : Fabienne LEGEARD – fabienne.legeard@ifce.fr

DEJEPS apprentissage :

Cette voie s’adresse aux cavaliers amateurs et professionnels de moins de 30 ans, ayant un cheval personnel du niveau de l’examen, titulaires ou non d’un BPJEPS. Cette formation en apprentissage sur deux ans leurs offre la possibilité de prendre de l’expérience avant leur installation. Dans ce cadre, le rythme est généralement d’une semaine par mois à l’IFCE et les 3 autres semaines en entreprise.

Fiche DEJEPS apprentissage

Témoignage - Julien apprenti 2017-2019

DEJEPS pro Le Pin :

Cette formation sur 12 mois est répartie par modules de 2 à 3 jours. Un plan individuel de formation est proposé à l’entrée en formation. Elle s’adresse à des cavaliers professionnels expérimentés, qui peuvent justifier des résultats dispensant des tests techniques préalables à l’entrée en formation et de la modalité certificative de l’unité capitalisable 4 (UC 4: «être capable d’encadrer les sports équestres en sécurité»).

Fiche DEJEPS pro LE PIN

DEJEPS pro– support attelage

Le parcours sans allègement compte 81 jours en centre et 147 jours en entreprise. Cette formation s’adresse à des enseignants et/ou meneurs avec des résultats en compétition d’attelage souhaitant valoriser ou acquérir de nouvelles compétences et diversifier leurs activités.

Des sessions de sélection sont prévues à Uzès :

  • jeudi 2 juillet 2020
  • lundi 7 septembre 2020

Formation DEJEPS support Attelage -UZES

Contact : Andréa BERTOLINO – formations.sud@ifce.fr

Le site de Rosières proposera pour la rentrée 2020, sous réserve d’habilitation, la formation DEJEPS perfectionnement sportif pour les supports : Dressage et CSO. Cette formation est complémentaire du CS éducation et travail du jeune cheval de dressage pour accompagner la formation de cavalier -entraîneur spécialisé en dressage notamment.

Cette formation se déroule en alternance sur 7,5 mois de novembre 2020 à juillet 2021

Les sélections ( DEJEPS pro et la formation sport) se déroulent sur 2,5 jours. Elles sont prévues (sous réserve de modification en fonction de l’évolution de la situation) :

  • du 15 au 17 juin 2020

Formation DEJEPS-Rosières

Contact : Harmonie MACHERON – harmonie.macheron@ifce.fr

Rappel sur les exigences préalables techniques et pédagogiques requises pour l’entrée en formation

L’entrée en formation d’un candidat du diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport, spécialité « perfectionnement sportif », est conditionnée par la validation d’exigences préalables conformément aux arrêtés du 21/09/2018 (JORF n° 0230 du 05/10/2018 texte n°28).

  1.  Les TEP « techniques » DRESSAGE et CSO :

Les candidats qui ne sont pas dispensés des exigences préalables techniques devront systématiquement réaliser les 2 tests suivants (quel que soit le support choisi)

exceptionnellement en 2017, préparez le DEJEPS avec les chevaux de l' ESCE saumur

  • Test technique de dressage (Test A1 ) : présentation d’une reprise de dressage Amateur 3 Grand Prix (ou de niveau équivalent) sur un rectangle de 60x20m.
  • Test technique de CSO (Test A2) : parcours de CSO de niveau Amateur 2 (ou de niveau équivalent – Cotes : 1,05 m à 1.10 m ).

 

   2 . Le TEP « pédagogique » :

Le candidat doit conduire une séance de perfectionnement de travail sur le plat d’une durée de 20 minutes maxi dans le support de son choix. Cette séance se déroule avec 3 cavaliers de niveau de galop 5 ou plus, et est suivie d’un entretien de 10 minutes maxi.

Les dispenses des exigences préalables à l’entrée en formation.

Les dispenses peuvent porter sur tout ou partie des tests préalables à l’entrée en formation, des tests préalables à la mise en situation pédagogique ou de tout ou partie d’une modalité certificative d’une unité capitalisable (UC).

Vous pouvez vous reporter à la page 5 de l’Arrêté du 21 septembre 2018 pour connaître les équivalences (tableaux figurant dans les annexes III)

 

Contact

Si vous avez des questions sur les formations DEJEPS ou les dossiers de candidatures, n’hésitez pas à nous contacter :

Mail :formations(at)ifce.fr

Tél : 06 19 22 71 85

Immersion au sein de l’école portugaise d’Art équestre

Alexandra Petit est partie, dans le cadre de sa formation, début mars à Lisbonne pour un stage. Elle est installée pour deux mois en immersion au sein de l’École Portugaise d’Art Équestre.

Ce stage doit lui permettre de s’imprégner de la culture des écuyers et de cette «équitation de tradition » portugaise après 6 mois de travail auprès des écuyers du Cadre noir de Saumur.

Lisbonne : Des nouvelles en direct et en images

La première semaine lui a permis de découvrir le site, les chevaux et la culture du pays.

Depuis son arrivée au sein de l’école,  Alexandra a pu commencer le travail avec CAJEBEL. Avec ce cheval, elle a débuté son apprentissage du travail en main et au pilier. En quelques jours, Alexandra a toute de suite noté une évolution dans son travail, et a pris ses marques ainsi petit à petit.

« Le petit manège de l’école est en travaux. Nous avons la chance de travailler les chevaux dans l’ancien corps militaire qui est attenant à l’école. »

La crise sanitaire du COVID-19 touche également le Portugal. De fait cet apprentissage au sein de l’école a été interrompu. Mais Alexandra continue le travail des chevaux dans l’écurie de son maître de stage afin d’éviter tout déplacement.

«Je travaille par exemple une jeune jument de 6 ans en dressage et initie son travail à l’obstacle. Nous avons mis quasiment tous les chevaux de l’écurie sur les barres, même un entier de race espagnol. De bonnes surprises pour la plupart des chevaux. Tout est organisé afin que je travail sans risque. ».

Le coordinateur de la formation et les responsables administratifs sont évidemment en contact avec Alexandra pour assurer sa sécurité. Ils sont en relation avec les responsables de l’école portugaise pour prévoir si besoin son rapatriement en France si la situation venait à évoluer.

 

Complémentarité entre les performances sportives (liées à la préparation physique et à la compétition) et l’équitation de tradition

Après son DEJEPS en apprentissage à l’IFCE – Haras national du Pin, Alexandra a obtenu son diplôme d’instructeur en 2018 sur le site IFCE du Cadre noir de Saumur. Compétitrice dans la discipline du saut d’obstacle depuis son plus jeune âge, Alexandra se concentre cette année sur l’équitation académique et la performance sportive. Cela se traduit grâce à une formation unique en son genre et la réalisation d’un mémoire sur la préparation physique et mentale du cavalier.

Durant les deux mois d’apprentissage à Lisbonne, le partage d’expérience des écuyers doit lui permettre de s’imprégner de la culture des écuyers, et notamment de cette « équitation de tradition » qui découle de trois piliers fondamentaux, historiques :

  • la tauromachie,
  • la guerre et,
  • l’équitation de travail.

La complémentarité entre la théorie et la pratique avec la cavalerie de l’école assure une transmission culturelle des plus riches.

Rencontre entre l’écuyer du Cadre noir  et  l’écuyer en chef de l’Ecole portugaise d’Art Equestre de Lisbonne

Vincent Pottier, écuyer du Cadre noir, coordonateur de la formation Cavalier d’entraînement du Cadre noir et de l’Executive Master Entraineur « équitation de tradition et performance sportive » avait rencontré le directeur et l’écuyer en chef de l’École Portugaise d’Art équestre en 2018. Cet échange a permis de mettre en place une convention de stage pour ce cursus.

Ils avaient également organisé toute la logistique liée au stage pour un accueil optimal des stagiaires, c’est pourquoi la situation est un véritable enrichissement pour Alexandra qui peut continuer sa formation en toute sécurité.

Un enrichissement culturel inédit.

L’École Portugaise d’Art Équestre a succédé à la Picaria Real. Cette ancienne académie équestre de la cour royale du Portugal s’est éteinte au 19e siècle.

Durant deux mois à Lisbonne, les stagiaires sont plongés au cœur du quotidien des écuyers. Ils profitent de cette occasion unique pour découvrir une culture équestre de tradition reposant sur des écrits du XIVe siècle. Cette session se déroule sous forme de compagnonnage.

Une montée en compétence pour les professionnels

Ce master (partenariat avec l’INSEP jusqu’en 2019) « Equitation académique et performance sportive » est un enrichissement, une montée en compétence. Il permet d’acquérir une expérience et une culture ainsi qu’une ouverture d’esprit sur la pratique de l’équitation de tradition française et étrangère.

Elle s’adresse à des cavaliers expérimentés, ayant atteint un certain degré de maturité dans leur équitation.

La formation sera proposée sous une nouvelle forme pour la rentrée 2020.

Pour suivre cette immersion, rendez-vous sur le groupe IFCE -Formations Saumur

COVID-19 : Gestion de la cavalerie, les chevaux mis au pré

Face à l’épidémie liée au COVID-19, la gestion des écuries s’organise sur le site du Cadre noir à Saumur

Afin de pouvoir respecter les consignes, limiter la présence des personnels et pour éviter tous risques pour les chevaux en boxes qui nécessitent davantage de présence et de soin, une grande partie des chevaux du site du Cadre noir sont en cours d’acheminement vers les prés alentours.

 

Gestion des chevaux du Cadre noir face aux mesures du gouvernement

Des mesures de protection des chevaux et personnels du Cadre noir

Sur les 262 chevaux encore présents sur le site (tous les chevaux des élèves étant déjà partis la semaine dernière), 113 sont actuellement déférés par les maréchaux puis embarqués dans les camions pour rejoindre les 60 hectares de prairies dont l’école dispose aux alentours de Saumur. Cette organisation permet de limiter à 29 la présence obligatoire quotidienne des soigneurs aux écuries, sur 61 habituellement, et ainsi limiter les risques de contacts. 4 soigneurs sont également chargés de la surveillance et des soins des chevaux au pré. La gestion des chevaux restants alterne entrainements qu

otidiens et sorties au paddock sur le site.

Ces mesures de protections, tant pour les hommes que pour les chevaux, s’ajoutent à une organisation stricte des modalités de gestion et de travail pour les chevaux qui restent aux écuries.

En attendant, nos chevaux au prés profitent d’une belle météo printanière !

 

Entretien avec la soigneuse Sandrine Jousselin

 

Entretien avec l'écuyer Pauline Vanlandeghem