Author: Aurore Emo

Erasmus+ , certification de la première promotion

Eloïse Legendre et Eric Deyna sont les formateurs référents du site de Saumur pour le réseau des écoles européennes d’équitation  (Equestrian Educational Network -EEN).

Dans le cadre des échanges des Écoles européennes, ils participent depuis 2017 à des regroupements du réseau portant sur le développement et la conduite du projet de formation Erasmus +, appelé SPINE  (Schools Project to increase employability in the European equestrian market).

La première session de formation Eramus + a débuté en décembre 2018 à Warendorf (Allemagne). Ensuite, le deuxième module s’est déroulé en mars 2019 sur le site de Saumur.

Cette formule est testée par une dizaine d’élèves (un élève par école du réseau) et doit permettre à ces jeunes professionnels de la filière équine d’acquérir les connaissances et les compétences indispensables pour pénétrer le marché européen.

Le 3ème et dernier module de la formation s’est déroulé du 4 au 8 novembre 2019 en Norvège. Les stagiaires ont donc passé l’évaluation finale dans sa version bêta.

Suite à cette première session de formation « test », les élèves et les formateurs pourront faire leurs retours et partager leur avis et les axes d’amélioration en mars 2020.

Le profil des stagiaires Erasmus +

Les 9 stagiaires impliqués dans ce schéma de formation internationale complémentaire, suivent tous un cursus qui s’inscrit dans le champ de l’enseignement de l’équitation de niveau II international (niveau équivalent en France : DEJEPS, niveau III) dans l’une des écoles du réseau EEN. Chaque école a choisi un élève qui répondait aux critères requis:

  1. niveau du diplôme en cours de préparation,
  2. compétences linguistiques (car tout se déroule en anglais dans le cadre du projet).

Justine Calise, élève en formation universitaire et professionnelle à Saumur est la représentante française.

Parmi ces élèves, une minorité sont spécialisés en dressage et en concours complet. La majorité est issue du monde du CSO.

Déroulé du module de certification

  •  lundi 4 novembre:  à leur arrivée, les participants ont été accueillis par Hanne Dahl et Evija E Lie. Après la présentation du programme de ce dernier module, les 9 étudiants ont reçu toutes les informations pratiques et ont découvert les chevaux et les cavaliers-cobayes pour l’exercice.
  •  mardi 5 novembre : la journée était réservée aux dernières révisions. Les élèves ont assisté a un cours avec Ron Geurts abordant le sujet du « Business and Management ». Eric Deyna, Eloise Legendre, Åsa Steninger et Gabriella Torell ont ensuite pris un temps d’échanges avec les élèves sur leur travaux personnels en lien avec le module « communication ».

L’après midi s’est poursuivi avec le cours de Liesbeth Reynders and Muriel Coppin concernant le module ”Savoir se vendre et réseaux sociaux”.

  • mercredi 6 et jeudi 7 novembre : ces deux jours ont été dédié à la certification permettant de valider le diplôme de l’Extra qualification.

L’examen était composé de nombreux tests dont :

  1. plusieurs présentations orales sur la réalisation d’un business plan ou la réglementation  par exemple,
  2. des évalutations pratiques tels que la réalisation d’une séance d’entraînement en dressage et en CSO.

Suite aux différents tests, les représentants de l’ensemble des écoles se sont réunis et ont étudié les résultats. Sur les 9 étudiants inscrits dans cette qualification, 4 d’entre eux n’ont pas validé l’ensemble des tests. Suite à ces résultats, les 4 élèves devront présenter un sujet par skype pour valider la partie théorique de la certification. Ils devront également envoyer une vidéo d’une situation de coaching pour la partie pratique. Ces sessions de rattrapage devront être programmées avant le prochain regroupement prévu à Ypäjä  en mai 2020. Les 9 étudiants recevront alors un certificat EQ Pilot.

 

En conclusion de cette première édition, les retours des étudiants sont positifs.

C’est une occasion d’enseigner dans une langue étrangère. Tous les modules leurs ont été utiles, et plus spécialement la réalisation du business plan. 

Ils sont conscients que c’était une réelle chance et surtout une opportunité unique de pouvoir découvrir ces pays et leur culture équestre tout en rencontrant de nouvelles personnes, leur permettant ainsi de tisser un réseau international.

 

 

 

 

 

Projet et stages des élèves artisans selliers de l’IFCE – Haras du Pin

Projet, production et prise d’expérience : le programme des élèves artisans selliers de l’ IFCE (site du Haras du Pin)

Présentation de la formation artisan sellier

La formation d’artisan sellier, inscrite au RNCP, propose à des titulaires du CAP sellier-harnacheur de perfectionner leur technique, tout en développant leurs compétences commerciales ainsi qu’en gestion d’entreprise de sellerie (management, comptabilité, suivi qualité,…).

Durant 10 mois, les 2 stagiaires artisans selliers de la promotion 2019-2020, Marylou Arce et Guillaume Gent, se perfectionnent en :

  • dessins techniques,
  •  patronage,
  • dessin assisté par ordinateur.

En ce qui concerne la pratique, les stagiaires fabriquent aussi bien :

  • des articles de sellerie-harnachement (selle, bride, harnais, licol, protection, bavette…),
  • des articles de sellerie-maroquinerie.

Cette année, le projet des deux élèves artisans lie fortement les sites du Pin et de Saumur. En effet, ils travaillent sur la réalisation de 3 selles (dressage, cso, cross) pour des enseignants-écuyers du Cadre noir, Benoît Pierre et Erwan Leroux, qui sont également des compétiteurs dans la discipline du concours complet. Ce projet souligne la complémentarité entre les sites  et permet aux élèves de prendre en main la réalisation de plusieurs selles de la conception à la fabrication en concertation avec le cavalier-utilisateur.

Formation Artisan Sellier

Durant la formation, les artisans ont également deux mois de stages à réaliser en entreprise.

  • Guillaume Gent est en stage au sein de l’entreprise MEYER,
  • Marylou Arce est partie depuis le mois de novembre prendre de l’expérience au sein de l’atelier de production du sellier MACEL basé à Saint-Marcellin-en-Forez.

Marylou avec l’équipe de l’atelier MACEL – copyright Lucie Michel/ Macel Sellier France

Présentation de l’entreprise MACEL, partenaire des formations sellerie de l’IFCE depuis de nombreuses années.

« Le métier d’artisan sellier est un travail complexe et entier, alliant savoir-faire, attention portée aux détails et compréhension des attentes et besoins du couple cheval/cavalier.
Depuis plus de 50 ans, Macel Sellier s’engage à valoriser et pérenniser son expertise française. Voilà pourquoi, chaque année, l’atelier accueille de nouveaux stagiaires ou apprentis.
La transmission de ce savoir-faire à de futurs selliers participe ainsi au renouvellement de la main d’œuvre de ce métier d’art.
De part ses méthodes de production, Macel s’attache à perpétuer une fabrication française et à la main, par des maîtres selliers hautement qualifiés.
Chaque selle sortant de l’atelier est un pièce unique, sur-mesure, qui aura pour principal but d’œuvrer en faveur du bien-être et de la performance des cavaliers et de leurs chevaux. »

Plus d'informations sur MACEL SELLIER FRANCE

 

Groom international : Promotion 2019- 2020

La formation Groom international a pour objectif de professionnaliser le stagiaire en formation continue.

A l’issu de cette année de formation, les grooms sont totalement autonomes dans le domaine des soins prodigués au cheval de sport athlète, de la logistique des transports à l’international et du travail à pied et monté du cheval de sport.

Cet article vous présente la promotion 100% féminine qui vient d’intégrer la formation en novembre 2019.

Bienvenue à Typhaine, Alice, Elise et Marie.

4 parcours différents mais 4 drôles de dames passionnées d’équitation qui pratiquent ce sport depuis des années.

Alice 29 ans , après son bac a suivi des études à L’EM business school avant de finalement reprendre le chemin de l’école pour une formation professionnelle. Elle est accompagnée de Typhaine, 21 ans, qui a suivi une 1ère année de licence en géographie après un baccalauréat ES. Quant à Elise, 18 ans, et Marie, 21  ans, elles ont passé respectivement leur bac à la MFR de Bournezeau et au Lycée Saint Pierre à Bourg-en-Bresse.

Elles présentent donc des parcours bien différents mais ont déjà toutes de l’expérience dans le monde des sports équestres ou de l’élevage. Elles viennent donc professionnaliser leur pratique, prendre de l’expérience chez des cavaliers professionnels, préparer leur permis poids lourds, et mettre ainsi le pied à l’étrier pour devenir des grooms de haut-niveau.

Un début de formation sur tous les fronts

Après une installation rapide sur le site du Haras du Pin, où elles ont rencontré l’équipe pédagogique et débuté les cours théoriques et pratiques, les 4 grooms viennent de passer 15 jours sur le site du Cadre noir de Saumur en compagnie des soigneurs des écuries « Prestige » et « formation ». L’occasion pour les 4 élèves de découvrir l’organisation d’une grande structure comptant environ 380 chevaux, de manipuler la tondeuse aussi bien que les longues rênes, et de découvrir un savoir-faire unique des soigneurs du Cadre noir : le nattage à la française.

Suite à ces 15 jours saumurois, les stagiaires ont repris le rythme de formation sur le site du Pin, mais elles vont reprendre la route dès la semaine prochaine pour commencer leur alternance chez leur maître de stage respectif. Quatre grands cavaliers internationaux et leurs grooms vont les accueillir durant toute cette année de formation:

  • Pénélope LEPREVOST
  • Timothée ANCIAUME
  • Nicolas TOUZAINT
  • Benjamin GHELFI

Les points forts de la formation :

  1. Une formation en alternance entre l’école et des écuries de concours de renommée;

  2. Un cursus de 11 mois (de novembre à octobre);

  3. Un contenu  complet, comprenant le passage du permis C (poids lourd) et de la FIMO pour les candidats de plus de 21 ans  (ou permis EB pour les moinds de 21 ans) , et le passage du CAPTAV;

  4. Une formation internationale avec un stage de fin d’études dans une écurie de concours à l’étranger.

Les pré-requis :

Le métier de groom international est un poste exigeant donc les candidats doivent avant tout être très motivés et passionnées par les chevaux. Il n’y a pas de Galop ou de formation préalablement exigés mais il est nécessaire pour entrer en formation d’avoir une très bonne connaissance des chevaux et une bonne condition physique. Nous recherchons des candidats autonomes, capables de prises d’initiative, polyvalents, et organisés.

En savoir plus :

  • Retrouvez nous sur le stand Ifce

lors des prochains rendez-vous : Salon du Cheval de Paris, Cheval Passion

  • Rencontrez l’équipe de formateurs et les élèves lors des journées Portes ouvertes
Journée portes ouvertes

Infos : formations(at)ifce.fr

Coordinateur de formation : Adrien MELE adrien.mele(at)ifce.fr

 

Lancement du Conseil de l’Emploi et de la Formation

L’IFCE anime, au niveau national, quatre comités de concertation transversaux avec les professionnels dont  le conseil de l’emploi et de la formation.

Ce dernier a des missions élargies par rapport au conseil de la formation initialement créé en 2010.

Composition et présidence du CEF

 

Le CEF est composé de représentants des professionnels et des principaux acteurs de la formation professionnelle dans la filière équine. On y retrouve ainsi des représentants des ministères (Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation – DGPE et DGER, Ministère des sports), des grandes écoles et universités (Université de Caen, Agrosup DIJON)  mais aussi du Conseil de l’ordre des Vétérinaires et de l’INRA ainsi que des représentants de l’AFASEC, de la SFET, de la SHF, de la FFE, de la CPNE-EE et de l’IFCE. C’est un lieu d’expression des besoins de formation de la filière qui représente aujourd’hui plus de 60 000 emplois.

Michel Chauveau a été nommé président du CEF par le Conseil d’Administration de l’IFCE.

Tout au long de sa carrière Michel Chauveau a occupé diverses fonctions liées à l’emploi et la formation. Il a débuté sa vie professionnelle en tant que conseiller d’orientation scolaire et professionnelle. Il a ensuite assuré la fonction d’inspecteur au Ministère chargé de la Jeunesse et des Sports. Nommé directeur de l’INSEP en 1997, il a à cœur de remettre en place le diplôme de l’Institut, tombé en désuétude à cette époque. A la retraite depuis 2015, Michel Chauveau reste actif au sein du Ministère des sports en participants à son Comité d’histoire.

Objectif du CEF

Le travail du CEF est ciblé sur l’analyse des besoins en compétences professionnelles pour le développement de l’ensemble de la filière équine.

La nouvelle forme du conseil de l’emploi et de la formation doit permettre le passage d’une logique d’offre de formation de l’Institut à une logique de réponses aux besoins de compétences professionnelles de la filière. Pour cela, le CEF apporte donc un soutien aux acteurs publics et privés de la formation professionnelle avec une priorité donnée à l’adéquation formation/emploi.

A l’occasion de la première séance du conseil, le 23 septembre 2019, Madame Annie Lambert-Milon représentante du Ministère des sports a expliqué la réforme des formations professionnelles continues. Carole Troy, représentante de l’Omeffe de l’IFCE a apporté les retours sur l’étude prospective du métier de sellier-harnacheur. Céline VIAL représentante de l’INRA a exposé l’étude «  Choix et fidélisation des cavaliers en centre équestre ».

Suite à ce lancement du CEF, la prochaine séance se tiendra courant mars 2020 .

Formation Young Breeders à Montmorillon pour les élèves de Licence 2

Lundi 18 novembre, tous les élèves de 2ème année de formation universitaire et professionnelle se sont rendus à Montmorillon pour découvrir la formation proposée par le stud-book du Selle francais : les Young breeders.

 

Les élèves étaient accompagnés par Eric Deyna, écuyer du Cadre noir et coordinateur de la formation, et de Didier Dhennin, écuyer et formateur. Ce dernier est chargé d’encadrer les élèves de deuxième année sur le volet « débourrage et travail du jeune cheval » .

Un grand merci à Lucas Cerisy pour les photos du groupe en formation.

Cette formation de Young Breeders a pour but de former les futurs professionnels de la filière équine aux techniques spécifiques de préparation et de présentation d’un jeune cheval, mais aussi à juger ce dernier sur des critères bien précis.

Paul, Florian et Margot, trois élèves de la promotion (2018- 2022) nous partagent leurs retours d’expériences.

Début de la journée avec les présentations en salle et le jugement de l’épreuve de sauts en liberté

« Cette journée de formation et de découverte a commencé par une présentation en salle où les deux intervenants Clément Emonnot et André Audinot nous ont apporté des points d’information sur le stud-book Selle Français notamment en ce qui concerne leurs rôles dans l’élevage et la sélection de la race. Dans un second temps ils nous ont présenté le projet nommé Young Breeders. Ces championnats des jeunes éleveurs, à visée international, se divisent en plusieurs épreuves mobilisant de multiples compétences :

  • théoriques par l’intermédiaire d’un QCM dont le résultat doit être parfait,
  • et pratiques (jugement de présentations au modèle, allures et en saut en liberté).

De plus, deux épreuves bonus sont organisées, une de toilettage et une épreuve des mascottes.

Lors de cette présentation, nous avons aussi découvert les critères de jugement des chevaux sur leur modèle, allures et manière de sauté en liberté.

La matinée s’est poursuivie par une mise en pratique des éléments vus en salle. En effet, il nous a été présenté 3 chevaux d’élevage, il s’agissait de poulinières. Nous les avons analysées sur plusieurs passages sur une ligne composée d’un petit obstacle de réglage suivis d’un vertical ensuite transformé en oxer. L’exercice consistait à mettre les notes les plus adaptées à ce que l’on voyait en fonction d’une grille de notation officielle. » Paul MAGRE.

Un après-midi dédié à la présentation en main et au jugement du modèle.

Jugement du modèle à l’arrêt

« Le jugement du cheval immobile est très précis : on commence par évaluer la longueur d’encolure du cheval, longueur qui nous servira par la suite de référence pour juger la taille du dos jusqu’au rein, puis celle de la fesse du cheval. On doit aussi repérer des angles pour déterminer certaines orientations d’os.

On s’aperçoit que l’évolution du sport équestre a une vraie importance sur l’évolution des critères de jugement, ainsi que sur le modèle des chevaux. » Florian CADET

Atelier de présentation en mains en carrière

« En carrière, par binôme -un meneur et une aide – nous nous sommes entraînés à présenter un cheval en main (tenue des rênes, sécurité, allure) et nous avons pratiqué les consignes demandées par les deux intervenants (arrêt sur le côté, arrêt devant, transition, attitude du cheval, activité). Le plus dur dans cette étape est que le binôme doit réussir a présenter au mieux son cheval. Il faut donc une bonne cohésion de l’équipe, une précision sur les actions, une écoute du cheval.

Les formateurs nous ont expliqués qu’ils voulaient voir des chevaux actifs, attitude de présentation (nuque haute) et une bonne posture du meneur (cadre de sécurité entre le cheval et le meneur à l’aide du bras droit, un regard lointain, une cadence régulière et une précision pour la direction). » Margot BROUILLARD

Bilan personnel : retour de Margot, Paul et Florian sur cette première immersion dans le monde des « Young Breeders »

Paul

« Il s’agit d’un bon moyen de se former à la manipulation et analyse des jeunes chevaux. En revanche, pour ma part, j’aurais apprécié avoir des retours d’expérience et des témoignages d’anciens concurrents. Ensuite, en ce qui concerne les apports théoriques sur la présentation et le jugement, j’ai appris beaucoup de connaissance et cela apporte une autre vision de notre travail. Cette analyse peut permettre d’anticiper les potentiels problèmes causés par des défaut physique et ainsi expliquer les événements rencontrés dans le travail du cheval. Ce sont des connaissances très utile lors de l’achat ou le conseil de client et ces deux choses ont une place de choix dans les différentes missions que compose notre métier. »

Margot

« Les intervenants sont motivés et passionnés par ce qu’ils font. Chaque épreuve a été une découverte. Les chevaux possèdent tous un physique différent. Ils ont un physique qui peut atteindre leur locomotion et donc leur façon de travailler et de sauter. Chaque partie du cheval est importante et précise (par exemple les angles entre l’orientation de l’encolure et la ligne horizontale, l’angle de la croupe, etc.) Ces critères m’ont été appris durant cette formation. On pense qu’un jugement se fait grossièrement mais tout a une importance.

Cette journée a été riche en apprentissage. Tous les thèmes abordés ont été intéressants et bien expliqués. L’élevage est une pratique très intéressante du monde de l’équitation et devoir présenter des jeunes chevaux qui seront peut être des futurs champions m’intéresse beaucoup. Ce projet permettrait de progresser dans la langue anglaise, de découvrir de nouvelles cultures à travers ces championnats du monde et de promouvoir l’élevage français avec le Studbook Selle Français. Je remercie les intervenants pour cette journée enrichissante mais aussi mes formateurs, Eric Deyna et Didier Dhenin, pour leur implication dans notre apprentissage. »

Florian

« Le stage Young Breeders était très enrichissant, il m’a permis de me perfectionner sur tous les points abordés durant la journée. Il était également intéressant de voir comment le lycée agricole de Montmorillon, que nous remercions pour son accueil, avait organisé cette journée Young Breeders. Par la même occasion, j’aimerais remercier André Audinot et Clément Emonnot pour leurs interventions, l’IFCE pour nous avoir permis de participer à ce stage, et enfin Eric Deyna et Didier Dhennin d’avoir organisé cette journée et de nous avoir accompagnés. »

Les formations diplômantes et qualifiantes IFCE : quels débouchés ?

Il n’est pas toujours évident de choisir une formation professionnelle parmi les différents diplômes et certificats proposés.

 

Pour vous aider dans votre orientation et vous permettre de choisir le cursus correspondant à votre projet professionnel, nous vous proposons un récapitulatif des principaux débouchés offerts (liste non exhaustive) par les différentes formations de l’IFCE, sur les sites du Cadre noir de Saumur, du Haras du Pin, du Haras d’Uzès et sur l’antenne de Rosières-aux-Salines.

Et si vous n’êtes pas certains de votre choix, vous pouvez :

Nous contacter directement pour en savoir plus : formations(at)ifce.fr / 06 19 22 71 85.
Venir aux journées portes ouvertes formations : l’occasion idéale pour échanger avec les élèves, l’équipe pédagogique et les assistantes administratives

 

Équitation, sport et Enseignement

 

Devenir cadre supérieur de la filière équine : Formation universitaire et professionnelle

Public : Cavalier amateur de 18 à 21 ans, ayant des résultats en compétition, disposant d’un cheval personnel (obligatoire de la
1ère à la 3ème année de formation) et souhaitant s’orienter vers des métiers d’encadrement et de management dans la filière équine.

Cette formation en 4 ans (3 ans obligatoire, et 4ème année optionnelle pour la préparation du DESJEPS), permet notamment d’obtenir les diplômes du BPJEPS, DEJEPS, et DESJEPS au sein de l’IFCE, et de valider en parallèle une licence pro « Management des établissements équestres » à l’université .

Débouchés : Directeur/trice d’établissement, enseignant responsable pédagogique, cavalier professionnel

Ils ont suivi cette formation : Maxime Livio, Claire Gosselin, Jessica Michel-Botton, Alexis Goury, Claire Fontanel, Thomas et Mathieu Lambert.

Lire la fiche formation

 

 

Devenir cavalier professionnel et enseignant ou entraîneur : Formation sport BPJEPS ou DEJEPS

Public : Cavalier amateur ou professionnel avec des résultats en compétition en CCE, CSO ou Dressage, et disposant d’un cheval personnel (au minimum), souhaitant obtenir un BPJEPS spécialité « Éducateur sportif » mention « Activités équestres » (diplôme professionnel d’enseignement de niveau IV) ou un DEJEPS perfectionnement sportif mention sports équestres support Dressage, CSO, CCE ou Hunter, tout en développant un projet sportif de haut niveau.

Débouchés : Coach/Entraineur, cavalier professionnel, enseignant

Lire la fiche formation

 

Devenir entraîneur dans une discipline : CSO, Dressage, CCE, Hunter, Attelage

Public : Enseignants (BEES1 ou BPJEPS) et cavaliers avec des résultats en compétitions ou de l’expérience bénévole dans l’encadrement souhaitant obtenir le DEJEPS spécialité « perfectionnement sportif » mention sports équestres support Dressage ou CSO ou CCE ou Hunter ou Attelage (diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport ) qui valide les aptitudes à l’entraînement sportif au niveau Amateur dans une discipline.

Débouchés : Coach/Entraineur, enseignant

Lire la fiche formation

 

Devenir cavalier professionnel, préparateur de jeunes chevaux

Public : Cavaliers amateurs, avec des résultats en compétition CSO souhaitant devenir cavalier professionnel confirmé au travail du jeune cheval de sport : préparation et valorisation en épreuves d’élevage de cycle classique de concours de saut d’obstacle ou dressage.

Débouchés : cavalier professionnel, cavalier soigneur

Lire la fiche formation

 

 

Sellerie

 

Devenir sellier : CAP sellier-harnacheur

Public : Toute personne majeure souhaitant acquérir des compétences techniques dans l’objectif de devenir sellier-harnacheur : il est nécessaire d’avoir des bases en couture et en sellerie

Débouchés : sellier-harnacheur, bottier, commercial/vendeur spécialisé

Lire la fiche formation

 

 

Attelage et Traction animale

 

Devenir prestataire de service en attelage : CS Utilisation et conduite d’attelage de chevaux

Public : Personne souhaitant devenir un utilisateur professionnel de chevaux attelés employant des attelages pour transporter du public ou des marchandises, soit pour effectuer des travaux agricoles comme le travail du sol ou forestiers comme le débardage dans des lieux publics ou privés.

Débouchés : débardeur, cocher/meneur

Lire la fiche formation

 

 

Reproduction

 

Devenir inséminateur équin : Certificat d’aptitude aux fonctions d’inséminateur équin

Public : Le Certificat d’aptitude aux fonctions d’inséminateur équin, délivré par le Ministère de l’Agriculture est nécessaire pour pratiquer la mise en place de la semence.

Débouchés : inséminateur, éleveur, assistant d’élevage 

Lire la fiche formation

 

 

 

Devenir chef de centre : certificat d’aptitude aux fonctions de chef de centre

Public : Le Certificat d’aptitude aux fonctions de chef de centre d’insémination artificielle équine, délivré par le Ministère de l’Agriculture est nécessaire pour assurer la responsabilité d’un centre de collecte.

Débouchés : chef de centre, étalonnier, inséminateur, éleveur, assistant d’élevage 

Lire la fiche formation

 

 

Gestion des équidés

Devenir groom pour un cavalier international : groom international

Public : Le groom international travaille dans une écurie de compétition de haut-niveau. Il est en charge de la préparation des chevaux de sport, des soins, de l’échauffement et de la récupération, du transport, etc. Il se déplace pour accompagner les chevaux en compétition.

Débouchés : groom maison, groom concours, cavalier/soigneur

Lire la fiche formation

Formation Groom International : le coordinateur vous dit tout

Adrien Mêlé vous présente les points forts, les maîtres de stage, les pré-requis de ce cursus qui vous ouvrent les portes des écuries de compétitions internationales !📆 Dernière sélection avant la rentrée 2019 : 13 septembre 🔍 https://www.ifce.fr/haras-nationaux/formations/pratiques-autour-du-cheval/formation-groom-international/Retrouvez également la présentation d'Adrien et ses expériences de groom en vidéo ➡️ https://www.facebook.com/watch/?v=877057905980089

Publiée par Ifce Institut français du cheval et de l'équitation sur Lundi 12 août 2019

 

Devenir assistant d’élevage : assistant d’élevage

Public : Au sein d’un élevage, en contact direct avec les chevaux, l’assistant d’élevage soigne et entretient les juments, poulains et étalons. Les responsabilités de l’assistant peuvent varier en fonction de la taille de l’élevage.

Débouchés : assistant d’élevage

Lire la fiche formation

Quelle formation IFCE choisir en fonction du métier visé ?

Il n’est pas toujours évident de choisir une formation professionnelle parmi les différents diplômes et certificats proposés.

 

Pour vous aider dans votre orientation et vous permettre de choisir le cursus correspondant à votre projet professionnel, nous vous proposons un récapitulatif des principaux débouchés offerts (liste non exhaustive) par les différentes formations ainsi que les publics visés.

Et si vous n’êtes pas certains de votre choix, vous pouvez :

Nous contacter directement pour en savoir plus : formations(at)ifce.fr / 06 19 22 71 85.
Venir aux journées portes ouvertes formations : l’occasion idéale pour échanger avec les élèves, l’équipe pédagogique et les assistantes administratives

 

Équitation, sport et Enseignement

 

Devenir cadre supérieur de la filière équine : Formation universitaire et professionnelle

Public : Cavalier amateur de 18 à 21 ans, ayant des résultats en compétition, disposant d’un cheval personnel (obligatoire de la
1ère à la 3ème année de formation) et souhaitant s’orienter vers des métiers d’encadrement et de management dans la filière équine.

Cette formation en 4 ans (3 ans obligatoire, et 4ème année optionnelle pour la préparation du DESJEPS), permet notamment d’obtenir les diplômes du BPJEPS, DEJEPS, et DESJEPS au sein de l’IFCE, et de valider en parallèle une licence pro « Management des établissements équestres » à l’université .

Débouchés : Directeur/trice d’établissement, enseignant responsable pédagogique, cavalier professionnel

Ils ont suivi cette formation : Maxime Livio, Claire Gosselin, Jessica Michel-Botton, Alexis Goury, Claire Fontanel, Thomas et Mathieu Lambert.

Lire la fiche formation

 

 

Devenir cavalier professionnel et enseignant ou entraîneur : Formation sport BPJEPS ou DEJEPS

Public : Cavalier amateur ou professionnel avec des résultats en compétition en CCE, CSO ou Dressage, et disposant d’un cheval personnel (au minimum), souhaitant obtenir un BPJEPS spécialité « Éducateur sportif » mention « Activités équestres » (diplôme professionnel d’enseignement de niveau IV) ou un DEJEPS perfectionnement sportif mention sports équestres support Dressage, CSO, CCE ou Hunter, tout en développant un projet sportif de haut niveau.

Débouchés : Coach/Entraineur, cavalier professionnel, enseignant

Lire la fiche formation

 

Devenir entraîneur dans une discipline : CSO, Dressage, CCE, Hunter, Attelage

Public : Enseignants (BEES1 ou BPJEPS) et cavaliers avec des résultats en compétitions ou de l’expérience bénévole dans l’encadrement souhaitant obtenir le DEJEPS spécialité « perfectionnement sportif » mention sports équestres support Dressage ou CSO ou CCE ou Hunter ou Attelage (diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport ) qui valide les aptitudes à l’entraînement sportif au niveau Amateur dans une discipline.

Débouchés : Coach/Entraineur, enseignant

Lire la fiche formation

 

Devenir cavalier professionnel, préparateur de jeunes chevaux

Public : Cavaliers amateurs, avec des résultats en compétition CSO souhaitant devenir cavalier professionnel confirmé au travail du jeune cheval de sport : préparation et valorisation en épreuves d’élevage de cycle classique de concours de saut d’obstacle ou dressage.

Débouchés : cavalier professionnel, cavalier soigneur

Lire la fiche formation

Un cursus ouvert à l’international : immersion au Hartpury College

Gage de qualité et d’ouverture à l’international, l’apprentissage et la pratique régulière de l’anglais professionnel prennent une place primordiale au sein de la formation universitaire et professionnelle.

Dans le cadre des échanges entre les écoles du réseau EEN, 10 élèves du College d’Hartpury sont venus en stage à Saumur en février 2019. Depuis 4 ans, cet échange est organisé par Eric Deyna et Eloïse Legendre et leurs correspondants de Hartpury Victoria Lewis et Jeremy Michaels. Les élèves de troisième année de formation universitaire et professionnelle se sont rendus à leur tour à Gloucester afin de plonger en immersion au sein de leur système scolaire. Au programme durant les 5 jours de voyage : cours en salle, coaching monté ou de longe, immersion au sein des activités de l’école (rugby, simulateur…).

Le college d’ Hartpury est un établissement très important qui comptent pas moins de 5 000 élèves inscrits dans différentes filières sportives.

Margot, élève de 3ème année, nous livre un compte-rendu et ses impressions suite à ce voyage pédagogique

Margot :  » Nous sommes arrivés le mercredi 9 en fin de journée à l’hôtel. Plusieurs élèves d’Hartpury nous ont rejoint pour le dîner. Victoria Lewis, notre correspondante du Hartpury College avait organisé ce dîner.

Jeudi 10 octobre 2019 :

« Au programme de ce jeudi matin : cours en salle. Nous avons assisté à deux cours. L’un concernant une intervention d’un vétérinaire au sujet du « bien-être animal ». Et le second, animé par Vicky ayant pour sujet l’épaule en dedans et l’appuyer. Ces cours très théoriques étaient intéressants. Néanmoins, ils reprenaient des éléments et des connaissances très basiques. Nous les connaissions déjà pour la majorité, ce qui n’a pas permis de rendre les leçons très captivantes.

L’après-midi, nous avons présenté devant certains anglais nos exposés que nous avons retravaillés depuis la première présentation en France.

Par la suite, nous avons eu la chance de visiter les écuries de Karl Hester. C’était un super moment, le chef des écuries qui nous a fait la visite était un homme passionnant et passionné. Il a su tout au long de la visite répondre à nos nombreuses questions et même si je ne comprenais pas tout, c’était très intéressant. De plus, nous avons eu la chance de faire la rencontre de Mr Valegro !

Ensuite, nous avons pu profiter d’un temps libre en ville avant de retourner le soir venu à l’université. Nous avons assisté à un colloque organisé par Rosalind Canter et Caroline Moore. Cette soirée fut très enrichissante car nous avons pu avoir une présentation montée des trois disciplines : dressage, cso et cross. Pour chacune d’entre elle, il y avait des idées d’exercices clés et facilement reproduisibles à la maison. Les commentaires étaient en live puisque Ros était à cheval en même temps.

 

Vendredi 11 octobre

La matinée était dédiée à du coaching. Le but étant de faire travailler quatre lots de cavaliers/chevaux principalement constitués de chevaux écoles, sur le plat. Le niveau des élèves était relativement faible, ce qui n’a pas été des plus faciles à gérer. Il a fallu trouver des exercices adaptés au niveau et à la condition physique des chevaux, le tout en anglais.

Ensuite, nous avons assisté à un cours de dressage avec les niveaux plus élevés. Les élèves à cheval étaient tous propriétaires et montaient leurs propres chevaux. Cela était donc plus intéressant d’un point de vu technique. Cependant je n’étais pas totalement d’accord avec le choix d’exercice proposé par l’intervenante ainsi que certains de ces conseils. Notamment sur le travail du jeune cheval du groupe.

A la suite de cela, nous avons dispensé un cours de longe auprès des 1ère année.

Puis, nous avons eu la chance de pouvoir nous exercer sur les deux simulateurs dont disposent l’école. Cela était très drôle et très intéressant.

 

Samedi 12 octobre

La matinée du samedi était également consacrée au coaching sur le plat mais cette fois ci le niveau à cheval était supérieur. L’apport technique était donc supérieur ce qui nous a permis d’utiliser un vocabulaire plus pointu.

En début d’après-midi nous avons assisté à deux matchs de rugby qui se jouaient à domicile, au sein du campus. Nous avons pu admirer la défaite de l’équipe masculine d’Hartpury… Nous sommes partis avant la fin du match féminin même si visiblement les filles semblaient mieux s’en sortir que leurs camarades masculins.

Enfin, le soir nous avons été invités à une soirée pizza organisée par Vicky. Nous avons pu jouer autour d’un quizz, l’occasion de pouvoir mélanger culture anglaise et française même si cela n’a pas été des plus évident…Ce dernier jour a été constitué d’une partie coaching mais cette fois-ci à l’obstacle ou sur des barres au sol, le matin et d’une initiation au polo l’après-midi.

 

 

Dimanche 13 octobre

Ce fut intéressant le matin car nous avons retrouvé en coaching les mêmes couples que la veille, ce qui nous a permis de poursuivre le travail déjà mis en place.

L’après-midi a été pour moi la meilleure du séjour grâce à cette initiation au jeu local, le polo. Le monsieur qui s’est occupé de nous était très gentil et très bon pédagogue ainsi que les chevaux qui nous ont été prêtés. Ils étaient parfaitement dressés ce qui nous a permis de pouvoir nous concentrer pleinement sur l’aspect technique du jeu. C’était vraiment une super après-midi… même si c’était (encore) sous la pluie !

Le soir nous avons pu profiter de la ville de Gloucester et visiter bien que brièvement la cathédrale dans laquelle à été tournée Harry Potter 1, 2 et 6 !

La journée du lundi suivant a été consacrée au voyage retour.

 

En conclusion

Dylan : « Bien que la météo n’ait pas forcément été au rendez-vous, je pense que cette expérience était très intéressante. J’ai été très content de retourner à Hartpury, 4 ans après les Youngs Breeders. L’objectif de pratiquer l’anglais est pour moi atteint et je suis content de constater le progrès et le confort de la langue que mon stage à l’étranger chez Tim Lips m’a permis d’acquérir. Merci donc à Victoria et ses élèves pour leur accueil ainsi qu’à l’ESCE pour avoir reconduit cet échange et bien sûr merci également à nos accompagnateurs Eric et Eloïse. »

Eva : « Globalement, j’ai été ravie de découvrir Hartpury College. Cette petite semaine en Angleterre a été enrichissante techniquement, culturellement mais aussi humainement. Nous avons eu l’occasion de faire des choses que nous n’avions encore jamais eu l’occasion de faire. Nous avons découvert l’univers et le mode de vie des étudiants d’Hartpury, l’échange a été profitable pour nous, mais également pour les étudiants anglais : une des élèves que j’ai entrainé durant le séjour m’a laissé un message en me confiant qu’elle avait été ravie de notre passage et que nous lui avions donné des pistes de travail et des conseils qui lui ont été très pertinents.
Pour conclure, cette expérience m’a un peu plus conforté dans mon désir d’enseigner à l’étranger. J’ai donc hâte de pouvoir y retourner ! »

 

En savoir plus sur cette formation

National des enseignants 2019 : sport, ambiance, convivialité

Le National des enseignants a réuni à Saumur, les 7 et 8 octobre dernier, 600 couples. Ces derniers se sont disputés les titres de champions 2019 dans quatre disciplines : CSO, Hunter, Dressage et Concours Complet. Retour sur ces championnats pluvieux mais heureux !

 

Un déroulé parfait entre sport, convivialité et partage

L’objectif du National des Enseignants est de mettre à l’honneur les enseignants d’équitation, en les réunissant lors d’un même championnat, valorisant et fédérateur.

L’ensemble du personnel du site de Saumur (enseignants, écuyers du Cadre noir, organisateurs et responsables techniques…) mais aussi bénévoles, partenaires ou encore élèves saumurois, se sont impliqués à 200%  pour cet événement. Malgré une météo pluvieuse, les participants comme les accompagnateurs ont salué la convivialité de cette manifestation ainsi que la qualité de l’organisation.

Autour des épreuves sportives, de nombreuses animations étaient proposées

Durant les deux jours de compétition, plusieurs entreprises en lien avec l’enseignement de l’équitation se sont installées dans un village exposant autour de la carrière d’honneur. On y retrouve également des stands de restauration. Ainsi qu’un espace institutionnel avec la présence de la Fédération Française d’équitation et de l’Institut Français du Cheval et de l’équitation. Les participants ont donc eu l’occasion de rencontrer fournisseurs, partenaires et institutions dans un cadre propice aux échanges.

Afin d’ajouter une note festive et conviviale à cet événement, les participants et leurs accompagnateurs ont été conviés à deux soirées. Le dimanche soir, une tablée des régions attendait les concurrents à leur arrivée à Saumur. Enfin, un grand repas accompagné d’une soirée dansante était proposé le lundi soir. Au menu cette année, les plats de paëlla et chili con carne. Ainsi qu’un apéritif offert par Antarès Sellier avec en fond musical le DJ-chanteur Kevin Clark.

Un flot de nouveaux champions et des résultats marquants pour les élèves du site de Saumur

Tous les résultats du National des Enseignants 2019 sont disponibles ici par discipline :

 

National des Enseignants 2019 à Saumur, remise des prix dans le Grand Manège des Ecuyers. National des enseignants 2019 à Saumur, remise des prix dans le Grand Manège des écuyers du Cadre noir. National des Enseignants 2019 à Saumur. Remise des prix de ces championnats enseignants dans le Grand Manège des écuyers.

Un champion de France Hunter et des chevaux de formation sur le podium

Ils étaient plusieurs ambassadeurs a représenter l’Ecole supérieure du cheval et de l’équitation lors de ce National des Enseignants « à la maison ». Parmi les nombreux classements des élèves du site de Saumur, on retiendra particulièrement :

  • Hunter : Baptiste Salaun, élève en dernière année de formation universitaire et professionnelle est champion de France des enseignants 2019.
  • Dressage : récemment sorti de formation universitaire et professionnelle Fanny Hamelin, Héloïse Le Guern et Cheyenne Minassian prennent respectivement les 2ème, 4ème et 5ème place dans le Critérium.
  • CSO : avec des chevaux de formation, dans la Coupe des Enseignants, Gabrielle Doiteau prend la 3ème place, suivie à la 6ème place par Laura Bekka.
  • CCE : dans le Championnat, on retrouve deux élèves au pied du podium. Laura Maisterrena prend la 4ème place juste devant Lucas Cerisy. Mélissandre Avallone termine 8ème. De plus, Charlène Guillen qui a terminé sa formation cette année, se classe 4ème du Critérium.