équitation

Un cursus ouvert à l’international : immersion au Hartpury College

Gage de qualité et d’ouverture à l’international, l’apprentissage et la pratique régulière de l’anglais professionnel prennent une place primordiale au sein de la formation universitaire et professionnelle.

Dans le cadre des échanges entre les écoles du réseau EEN, 10 élèves du College d’Hartpury sont venus en stage à Saumur en février 2019. Depuis 4 ans, cet échange est organisé par Eric Deyna et Eloïse Legendre et leurs correspondants de Hartpury Victoria Lewis et Jeremy Michaels. Les élèves de troisième année de formation universitaire et professionnelle se sont rendus à leur tour à Gloucester afin de plonger en immersion au sein de leur système scolaire. Au programme durant les 5 jours de voyage : cours en salle, coaching monté ou de longe, immersion au sein des activités de l’école (rugby, simulateur…).

Le college d’ Hartpury est un établissement très important qui comptent pas moins de 5 000 élèves inscrits dans différentes filières sportives.

Margot, élève de 3ème année, nous livre un compte-rendu et ses impressions suite à ce voyage pédagogique

Margot :  » Nous sommes arrivés le mercredi 9 en fin de journée à l’hôtel. Plusieurs élèves d’Hartpury nous ont rejoint pour le dîner. Victoria Lewis, notre correspondante du Hartpury College avait organisé ce dîner.

Jeudi 10 octobre 2019 :

« Au programme de ce jeudi matin : cours en salle. Nous avons assisté à deux cours. L’un concernant une intervention d’un vétérinaire au sujet du « bien-être animal ». Et le second, animé par Vicky ayant pour sujet l’épaule en dedans et l’appuyer. Ces cours très théoriques étaient intéressants. Néanmoins, ils reprenaient des éléments et des connaissances très basiques. Nous les connaissions déjà pour la majorité, ce qui n’a pas permis de rendre les leçons très captivantes.

L’après-midi, nous avons présenté devant certains anglais nos exposés que nous avons retravaillés depuis la première présentation en France.

Par la suite, nous avons eu la chance de visiter les écuries de Karl Hester. C’était un super moment, le chef des écuries qui nous a fait la visite était un homme passionnant et passionné. Il a su tout au long de la visite répondre à nos nombreuses questions et même si je ne comprenais pas tout, c’était très intéressant. De plus, nous avons eu la chance de faire la rencontre de Mr Valegro !

Ensuite, nous avons pu profiter d’un temps libre en ville avant de retourner le soir venu à l’université. Nous avons assisté à un colloque organisé par Rosalind Canter et Caroline Moore. Cette soirée fut très enrichissante car nous avons pu avoir une présentation montée des trois disciplines : dressage, cso et cross. Pour chacune d’entre elle, il y avait des idées d’exercices clés et facilement reproduisibles à la maison. Les commentaires étaient en live puisque Ros était à cheval en même temps.

 

Vendredi 11 octobre

La matinée était dédiée à du coaching. Le but étant de faire travailler quatre lots de cavaliers/chevaux principalement constitués de chevaux écoles, sur le plat. Le niveau des élèves était relativement faible, ce qui n’a pas été des plus faciles à gérer. Il a fallu trouver des exercices adaptés au niveau et à la condition physique des chevaux, le tout en anglais.

Ensuite, nous avons assisté à un cours de dressage avec les niveaux plus élevés. Les élèves à cheval étaient tous propriétaires et montaient leurs propres chevaux. Cela était donc plus intéressant d’un point de vu technique. Cependant je n’étais pas totalement d’accord avec le choix d’exercice proposé par l’intervenante ainsi que certains de ces conseils. Notamment sur le travail du jeune cheval du groupe.

A la suite de cela, nous avons dispensé un cours de longe auprès des 1ère année.

Puis, nous avons eu la chance de pouvoir nous exercer sur les deux simulateurs dont disposent l’école. Cela était très drôle et très intéressant.

 

Samedi 12 octobre

La matinée du samedi était également consacrée au coaching sur le plat mais cette fois ci le niveau à cheval était supérieur. L’apport technique était donc supérieur ce qui nous a permis d’utiliser un vocabulaire plus pointu.

En début d’après-midi nous avons assisté à deux matchs de rugby qui se jouaient à domicile, au sein du campus. Nous avons pu admirer la défaite de l’équipe masculine d’Hartpury… Nous sommes partis avant la fin du match féminin même si visiblement les filles semblaient mieux s’en sortir que leurs camarades masculins.

Enfin, le soir nous avons été invités à une soirée pizza organisée par Vicky. Nous avons pu jouer autour d’un quizz, l’occasion de pouvoir mélanger culture anglaise et française même si cela n’a pas été des plus évident…Ce dernier jour a été constitué d’une partie coaching mais cette fois-ci à l’obstacle ou sur des barres au sol, le matin et d’une initiation au polo l’après-midi.

 

 

Dimanche 13 octobre

Ce fut intéressant le matin car nous avons retrouvé en coaching les mêmes couples que la veille, ce qui nous a permis de poursuivre le travail déjà mis en place.

L’après-midi a été pour moi la meilleure du séjour grâce à cette initiation au jeu local, le polo. Le monsieur qui s’est occupé de nous était très gentil et très bon pédagogue ainsi que les chevaux qui nous ont été prêtés. Ils étaient parfaitement dressés ce qui nous a permis de pouvoir nous concentrer pleinement sur l’aspect technique du jeu. C’était vraiment une super après-midi… même si c’était (encore) sous la pluie !

Le soir nous avons pu profiter de la ville de Gloucester et visiter bien que brièvement la cathédrale dans laquelle à été tournée Harry Potter 1, 2 et 6 !

La journée du lundi suivant a été consacrée au voyage retour.

 

En conclusion

Dylan : « Bien que la météo n’ait pas forcément été au rendez-vous, je pense que cette expérience était très intéressante. J’ai été très content de retourner à Hartpury, 4 ans après les Youngs Breeders. L’objectif de pratiquer l’anglais est pour moi atteint et je suis content de constater le progrès et le confort de la langue que mon stage à l’étranger chez Tim Lips m’a permis d’acquérir. Merci donc à Victoria et ses élèves pour leur accueil ainsi qu’à l’ESCE pour avoir reconduit cet échange et bien sûr merci également à nos accompagnateurs Eric et Eloïse. »

Eva : « Globalement, j’ai été ravie de découvrir Hartpury College. Cette petite semaine en Angleterre a été enrichissante techniquement, culturellement mais aussi humainement. Nous avons eu l’occasion de faire des choses que nous n’avions encore jamais eu l’occasion de faire. Nous avons découvert l’univers et le mode de vie des étudiants d’Hartpury, l’échange a été profitable pour nous, mais également pour les étudiants anglais : une des élèves que j’ai entrainé durant le séjour m’a laissé un message en me confiant qu’elle avait été ravie de notre passage et que nous lui avions donné des pistes de travail et des conseils qui lui ont été très pertinents.
Pour conclure, cette expérience m’a un peu plus conforté dans mon désir d’enseigner à l’étranger. J’ai donc hâte de pouvoir y retourner ! »

 

En savoir plus sur cette formation

Michael Jung, Marc Bettinger… immersion à l’étranger chez les meilleurs cavaliers mondiaux pour les stagiaires de 2ème année

L’École Supérieure du Cheval et de l’Équitation – site de Saumur propose un large éventail de formations équestres s’adressant aux professionnels de l’équitation, aux enseignants ainsi qu’aux cavaliers amateurs et étudiants ayant de l’expérience en compétition.

Parmi ces différents cursus, il existe une formation sur 4 ans organisée en partenariat avec l’ESTHUA – campus de Saumur. Celle–ci permet aux élèves d’obtenir une licence professionnelle management des établissements équestres tout en préparant en parallèle les diplômes du BPJEPS, DEJEPS, et DESJEPS. Plusieurs périodes de stages sont incluses dans le cursus afin de former des entraîneurs et instructeurs expérimentés.

Une 2ème année en immersion à l’étranger pour les stagiaires

Au cours de la 2ème année, les 10 stagiaires doivent réaliser une immersion à l’étranger dans une écurie de compétition. Nous avons donc demandés aux élèves de la promotion 2017-2021, fraîchement rentrés de stages, dans quelles structures ils s’étaient rendus ? Quelles étaient leurs missions en stage? Et surtout quel est leur meilleur souvenir ?

Les retours sont extrêmement positifs, et cela donne envie à tout cavalier de vivre la même expérience !

Cette immersion est l’occasion pour les élèves de pratiquer l’anglais et de mettre en application tous les apprentissages qu’ils ont reçu durant les deux premières années (voyage pédagogique au Hartpury College, préparation du DEJEPS perfectionnement sportif mention dressage en anglais…) et de concourir en épreuves internationales.

Les témoignages des stagiaires en immersion à l’étranger chez les meilleurs cavaliers mondiaux

 

  • Manon BLANCHER

Manon au CSI* de Samorin (Slovaquie) avec Marc Bettinger en arrière plan Copyright : Sibil Sljeko

 

« Je suis chez Marc Bettinger, cavalier allemand basé en Suisse, et Faye Schoch. L’équipe est super, et les écuries sont toutes neuves. Nous sommes partis 2 semaines en Slovaquie pour le 4* où j’ai couru le 1* avec Aetheria. Nous allons repartir encore en CSI dans deux semaines pour le 4* de Valence en France ou au Baltica en Pologne. Avec ma jument Aetheria, on va y courir les 1* aussi !

J’ai énormément de chance, et ils me font vraiment confiance , c’est génial ! »

 

 

 

 

 

  • Justine CALISE

Limonchello dans son box. C'est un cheval qui fait les épreuves de la Global Champions League.

Limonchello

« J’étais aux écuries Beerbaum en Allemagne. C’était génial !!! Je travaillais pour un des 3 cavaliers de 5*, Christian Kukuk qui a une Ecurie constituée uniquement d’entiers. Je montais beaucoup à cheval. Là-bas, il y a même une cuisinière qui prépare les petit-déjeuners et les déjeuners pour toutes les écuries. Super super ambiance !

Un de mes meilleurs souvenirs : c’est quand je suis partie groomer aux championnats d’Allemagne et que Christian a gagné la 1ère épreuve ! Ah et il y a aussi la victoire de Christian et Ludger dans l’épreuve de la Global Champions League à Chantilly (j’étais resté aux écuries mais on a suivi de près).

C’était génial, ça me manque déjà !! »

Photo : Limonchello – cheval qui fait les épreuves de la Global Champions League.

 

 

 

  • Nina CROOK

« J’étais en stage 11 semaines chez Michael Jung en Allemagne. J’ai vécu une expérience incroyable… Je suis vraiment chanceuse d’avoir pu travailler avec une véritable légende du concours complet, qui excelle aussi en cso et en dressage. C’est probablement un peu cliché, mais je rêvais d’aller travailler là-bas depuis petite. L’équipe était vraiment formidable. Je me suis tout de suite sentie intégrée, et comme je suis bilingue, la communication (en anglais) n’a jamais posée problème. Et les chevaux étaient vraiment formidables… Mes petits préférés me manquent déjà beaucoup ! J’avais pour mission le travail quotidien de 5/6 chevaux : du jeune cheval jusqu’au cheval de haut niveau, tant en CCE qu’en CSO. J’avais aussi pour mission des soins en tous genres (marcheur, paddock, pré, entretiens des cuirs…) Beaucoup de choses m’ont marqué durant mon stage. Notamment la visite officielle de leur sponsor principal « Fischer ». Michael est un cavalier très occupé qui partage son temps entre ses écuries et les concours. Mais lorsqu’il était là, il a toujours pris le temps pour moi et avait un œil bienveillant partout. Je sautais régulièrement avec ses jeunes chevaux de 4 ans, des séances que je n’oublierais jamais ! Je pense que c’est un réel privilège d’avoir eu l’opportunité de travailler dans une telle écurie, entourée de personnes formidables et de chevaux exceptionnels. J’ai adoré chaque seconde, le temps est passé trop vite et je veux y retourner ! »

 

 

 

  • Dylan BOULINEAU

« Je suis parti en stage aux Pays Bas chez le cavalier olympique Tim Lips, n°21 mondial en complet. J’y ai rencontré une équipe chaleureuse et une ambiance propice à la progression. Je suis très chanceux car j’ai pu participer à de nombreux CSO dans le pays . Et surtout j’ai eu le privilège de vivre l’expérience de la coupe des Nations de Aix-La-Chapelle (Aachen) en tant que groom de ce célèbre cavalier. C’était parfait. »

 

 

 

  • Solène REGNIER

 » Je suis partie avec Belouga en Allemagne, pour rejoindre les écuries de Julia Krajewski. En arrivant là-bas, j’ai été surprise par la structure, je ne m’attendais pas à ça ! Julia travaille en tant qu’entraîneur national pour l’équipe allemande des Jeunes Cavaliers, elle est donc basée au centre d’entraînement olympique d’Allemagne (DORK). Ce centre dispose de tout : manèges, carrière, terrain de cross, marcheur, pré… Julia a tout de suite été très accueillante, je me suis sentie très à l’aise dès le début, et je n’ai eu aucun problème à m’intégrer. J’ai passé plusieurs soirées avec les jeunes cavaliers allemands, c’était très sympa. Aux écuries je faisais beaucoup de choses : monter les chevaux dont les deux chevaux de tête de Julia (Samouraï du Thot et Amande de B’Neville), les soins… Julia avait une totale confiance en moi. Quand elle est partie aux Championnats d’Allemagne a Luhmulhen, qu’elle a gagné, je suis restée seule à gérer les écuries. Elle a aussi toujours pris le temps de m’entraîner avec Belouga dans les 3 disciplines, je crois qu’elle a vraiment aimé mon cheval. Et elle a toujours été impliquée. Nous avons beaucoup progressé ! Alors évidement mon meilleur souvenir fut notre victoire dans le CCI2* de Emmeloord, c’était incroyable… Cet été nous a fait passé un cap et je suis très reconnaissante auprès de toutes les personnes qui m’ont entouré ! »

 

Solène Regnier : un travail qui paie avec Julia Krajewski !

 

En savoir plus sur la formation

Suivez le quotidien des élèves

 

 

Optimiser votre enseignement avec vos cavaliers et leur cavalerie personnelle

Objectif : Améliorer ses compétences techniques et pédagogiques , et découvrir et développer de nouveaux outils pédagogiques au service de l’apprentissage.

Public :

  • Enseignant d’équitation titulaire d’un diplôme d’enseignement (de niveau IV minimum) dans les activités équestres accompagné de 6 à 8 cavaliers de sa propre structure (minimum Galop 7), avec une cavalerie personnelle.

Cavalerie : avec la cavalerie personnelle

Durée :  7h minimum (1 jour) renouvelable à la demande

Nb : formation sur demande

DEJEPS PRO: quels résultats ou diplômes pour alléger le parcours de formation ?

Le Diplôme d’État de la Jeunesse, de l’Education Populaire et des Sports (DEJEPS) spécialité Perfectionnement sportif mention sports équestres est un diplôme de niveau III (Bac + 2). Ce dernier permet de professionnaliser la démarche d’entraînement avec des cavaliers amateurs.

L’École supérieure du cheval et de l’équitation – site du Pin propose une formation professionnelle continue DEJEPS à destination des cavaliers professionnels.

En pratique :

  • Lieu : IFCE – Ecole supérieure du cheval et de l’équitation – 61310 Le Pin-au-Haras
  • Nombre de participants : 10 places / promotion
  • Tarif : 18€ / heure. Il existe diverses possibilités de prises en charge pour vous aider à financer votre formation, en totalité ou en partie. L’accès aux différents dispositifs existants dépend de votre statut.
  • Supports: Dressage, CSO ou CCE 

 

Équivalences, et allégement du nombre d’heures de formation

Ce cursus est adapté aux professionnels (salariés ou à leur compte ) en activité.
En effet, le calendrier de regroupement est majoritairement concentré sur la période hivernale, et un suivi individualisé est proposé en fonction des profils .

Par exemple, sur un volume de formation standard de 420 heures: un stagiaire ayant des résultats en compétition (exigences mentionnées dans le schéma ci-dessous) pourra être allégé sur le volet pratique. Il passera à 245 h de formation.

Et si en plus il est titulaire du BPJEPS, il aura moins de 200 heures à réaliser sur 14 mois.

 

Conditions d’accès et prérequis

Être âgé(e) de 18 ans au moins à la date d’entrée en formation,

et satisfaire aux exigences préalables :
• techniques en fournissant une attestation de résultats du Directeur technique national,
• et pédagogiques en fournissant une copie du diplôme du BPJEPS (ou BEES1) ou en validant le TEP pédagogique

Ils ont suivi cette formation

Cavaliers professionnels renommés, jeunes et moins jeunes, ils ont choisi de préparer leur diplôme d’entraîneur sur le site du Pin et dispensent aujourd’hui des cours ou des stages, ou accompagnent des amateurs :

Félicie BERTRAND, Sylvain MONTIGNY, Sébastien TENCE,  Rudy COCK, Tom CHERRE, Ninon CASTEX, Clarance GENDRON, Charles Hubert CHICHE, Julie BORDENAVE, Simon DUQUESNE,…

 

Contact & inscriptions

Mail : esce@ifce.fr / Tél : 02.33.12.12.18

Cécilia Vadon- Coordinatrice des formations DEJEPS du Pin

Mail : cecilia.vadon@ifce.fr

Tél: 06.88.39.97.31
Fabienne Legeard – Secrétariat

 

Des formations de qualité

Qualicert_Def

 

L’IFCE a obtenu en octobre 2018 la Certification de Services QUALICERT conformément au référentiel : « Des engagements certifiés pour la Formation des entrepreneurs du vivant – RE/VIV ». Cette certification atteste de l’engagement de l’ IFCE pour le développement et la mise en place de prestations de service de qualité.

 

Pédagogie innovante et transfert d’apprentissage

L’IFCE est engagé dans un projet d’optimisation de l’apprentissage et de la performance du cavalier et du meneur par l’ajustement innovant des méthodes d’enseignement .

Découvrez dans l’article ci-dessous de nombreux exemples d’application au sein des formations notamment.

 

Les applications au sein des formations de l’IFCE au quotidien : exemples au sein des cursus BPJEPS sport de l’ESCE –Saumur

  •  Préparation physique et exercices de proprioception

Les formations sport BPJEPS et DEJEPS permettent la préparation d’un diplôme d’enseignement en parallèle d’un programme d’entraînement sportif. Encadré par un coach, les élèves disposent de cours de préparation physique lors desquels ils sont amenés à développer également leurs capacités proprioceptives. Ces dernières sont importantes pour le cavalier car il doit être capable de dissocier les actions des différentes parties du corps. A titre d’exemple, le cavalier doit absorber les mouvements produits par la locomotion de son cheval sans le perturber. Il doit aussi pouvoir agir avec à-propos et finesse, avec ses mains, ses jambes, tout en prenant des informations avec le regard sur le tracé à effectuer ou les difficultés à venir.

La concentration et de la respiration ont un rôle primordial dans la réalisation de ces exercices dont l’objectif est d’améliorer le fonctionnement et l’équilibre des cavaliers. Une respiration lente permet de se recentrer sur soi. L’expiration facilite le relâchement.

Exemples d’exercices en images proposés au sein des formations de l’ Ecole supérieure du cheval et de l’équitation par Nicolas Sanson (écuyer du Cadre noir de Saumur, et directeur adjoint en charge de la pédagogie et des moyens du Pôle Formation )

 

 

  • Mise en selle avec les enfants

Afin de mettre les élèves BPJEPS en situation d’animation et de gestion de pédagogie collective, des séances avec des enfants sont organisées entre le mois d’avril et la fin du mois de Juin. Cette animation présente de nombreux atouts pédagogiques : Au sol puis à cheval, les enfants doivent respecter les règles de sécurité, apprendre à se positionner avec le cheval. Puis ils apprennent à s’orienter dans l’espace sur le cheval et développent ainsi les réflexes primaires, d’abord avec des exercices de voltige puis en selle.

 

 

Accompagner les enseignants et développer leurs compétences avec des situations pédagogiques innovantes


Les professionnels se doivent de proposer aux pratiquants des situations pédagogiques évolutives variées, les mettant davantage dans un confort physique et mental pour  s’approprier la pratique équestre sous toutes ses formes.
Pour répondre à ce besoin, l’IFCE a donc développé un « Certificat de Compétences Spécifiques » axé sur le transfert d’apprentissage au service de la performance. Cette formation, destinée aux enseignants et entraîneurs d’équitation alterne mise en situations concrètes, éclairages théoriques, retours d’expériences et travaux personnels.

Ce Certificat de Compétences Spécifiques vise à :

  • Diversifier la pratique par le travail à pied ; à la longe et aux longues rênes afin de solliciter l’apprentissage visuel de la motricité du cheval.
  • Offrir des situations sécurisées pour permettre au cavalier d’approcher des sensations d’équilibre et de disponibilité motrice qu’il n’aurait pas quand il faut qu’il s’occupe en même temps de la propulsion et de la direction.
  • Développer chez tous les cavaliers la communication et le tact avec le cheval.

L’ouverture à une pédagogie collective par ateliers, se rapprochant de la pratique des enseignants d’éducation physique et sportive, permettra aux professionnels d’accueillir les groupes, les classes, les colonies de vacances.

Ces apprentissages à côté du cheval, en groupe ou en situation d’apprentissage spécifique permettent de compléter le répertoire moteur du cavalier autour de perceptions, de sensations et de motricités qu’il pourra réinvestir, au travers des transferts d’apprentissages quand il se retrouvera en situation d’équitation classique à califourchon.

 

Tout savoir sur le CCS transfert d'apprentissage

 

  • Les travaux d’innovation pédagogique en attelage

Depuis 2014, l’IFCE est engagé dans un projet d’optimisation de l’apprentissage et de la performance du meneur par l’ajustement innovant des méthodes d’enseignement à l’attelage en partenariat avec le Laboratoire Interdisciplinaire de recherche en Didactique, Éducation et Formation (LIRDEF). Aujourd’hui, ces dispositifs de formation comprennent différents outils pédagogiques :

– un livret du formateur ;

– le précis du meneur d’attelage (vol.1), au format de poche ;

– un environnement de vidéo-formation ERCam (Ecouter Regarder Comprendre l’activité de menage) ;

– un prototype de simulateur interactif de communication par les guides coMtactS issu du partenariat avec l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers (ENSAM) de Chalon sur Saône.

Afin de continuer l’ajustement des outils pédagogiques innovants aux situations réelles de travail rencontrées dans les centres équestres, l’IFCE souhaite expérimenter dès à présent la mise en place d’espaces de coopération public-privés afin de soutenir la diversification et l’innovation dans les pratiques d’enseignement des établissements de formation équestre.

 

  • Accompagner les enseignants avec des ouvrages thématiques sur les transferts d’apprentissage

Equitation et Judo : les transferts d’apprentissage

Depuis plusieurs années, les stagiaires de la formation universitaire et professionnelle de l’IFCE pratiquent le judo et le taïso. La volonté des formateurs d’inclure ces disciplines dans le cursus de formation découle de constatations. Le cavalier doit être un athlète complet en pleine forme physique.

Pour durer dans l’enseignement et l’entraînement d’une discipline sportive, il faut prendre soin de son corps et rester en très bonne forme physique. Le taïso est une discipline qui y contribue fortement.

La connaissance et la pratique de certaines techniques de judo n’est pas une fin en soi mais des outils pour rendre la pratique de l’équitation plus sûre. Le judo permet des transferts positifs vers l’équitation au travers de nombreux principes : La conduite de soi, l’écoute des partenaires et autrui, les déplacements synchronisés, l’équilibre, la préparation physique adapté, etc..

Un ouvrage sur cette démarche innovante autour des différents transferts d’apprentissage possible entre ces deux disciplines vient de paraitre. Il est destiné aux cavaliers et aux enseignants.  Dans ce livre, chaque notion est traitée d’un point de vue « cavalier » et d’un point de vue judoka. Le tout est éclairé par une approche scientifique. Les auteurs grâce à ce livre souhaitent amener chaque cavalier à réinvestir dans son équitation ce qu’il a appris au judo / taïso. Ils proposent des outils et des connaissances pour faire entrer le cavalier dans une dynamique d’autonomie dans la réalisation des gestes et d’attitudes contrôlés, sécurisés et justes.

 

Acheter l'ouvrage en ligne

 

5 conseils pour préparer les tests d’entrée en formation universitaire et pro

Comment se préparer aux tests de sélection – pour la formation universitaire et professionnelle de l’ ESCE SAUMUR ?

Vous projetez d’entrer en formation à la rentrée prochaine au sein du double cursus, en alternance entre l’UFR-ESTHUA (université d’Angers – campus de Saumur) et l’école supérieure du cheval et de l’équitation? Si votre dossier a été retenu, vous avez donc reçu votre convocation pour les journées de sélection début juillet.

Nous avons été demander aux élèves de la promotion 2019 quelques conseils pour bien vous préparer au passage de ces tests de sélection.

  1.  Ne pas rester dans sa zone de confort :

il est conseillé de réaliser des stages, de travailler ou de découvrir des écuries professionnelles. Au contraire, il est vivement déconseillé de rester dans « son cocon » à la maison, ou dans le centre équestre ou l’écurie de propriétaire dans laquelle vous êtes installés depuis des années. Pour ne pas être complétement perdu en arrivant à l’école , il est bon d’avoir pu s’imprégner du fonctionnement de plusieurs écuries, et d’avoir l’habitude de partir en concours plusieurs jours par exemple (cela vous aidera aussi pour la gestion du matériel )

   2. Se préparer à l’avance : « Rien ne sert de courir ; il faut partir à point »

Il est important de se préparer en amont, il ne faut pas attendre le dernier moment pour apprendre le vocabulaire adéquat à la mise en situation pédagogique par exemple. De la même façon, il vaut mieux prévoir à l’avance le voyage, car dès le premier jour, vous serez attendu .. à l’heure ! La ponctualité est de mise.

   3. S’intéresser à la pédagogie

Les trois fondamentaux « S’équilibrer, avancer, tourner  » ça vous parle? Les élèves soulignent l’importance de s’intéresser à la pédagogie en amont des sélections, et de vous y préparer.

L’IFCE vous propose des webconférences à voir et revoir sur ce sujet, mais également des fiches équipédia.

Webconférences IFCE - Pédagogie

Vous pouvez également vous rendre sur le site de la FFE, dans l’espace enseignant pour enrichir vos connaissances.

   4. Avoir un esprit d’équipe

« On voit pendant les tests s’il y a une bonne ambiance ou pas. C’est d’important que les candidats s’entendent bien et que tout le monde s’entraide. Il faut vraiment que nous formions une équipe. »

   5. Bien préparer son matériel en amont

Il est demandé de venir en tenue de concours pour les épreuves ( veste, chemise, pantalon blanc,..) avec du matériel propre et en bon état ( selle, bride, filet, bottes cirées, …). Il vous faudra donc penser à tout avant de partir !

 

L’équipe pédagogique vous propose également une vidéo présentant quelques exercices des sélections :

Vous avez toutes les cartes en main, maintenant à vous de jouer ! Rendez-vous en juillet à l’ESCE – Saumur!

Victoire française au championnat de réseau des écoles européennes d’équitation (EEN)

Le championnat des écoles européennes est une compétition à caractère pédagogique basée sur l’échange et le partage.

 

La France, entre son implication pour le développement du réseau et ses nombreuses victoires dans ce championnat est devenue une nation référente.

Baptiste et Victor, tous deux en 3ème année de formation post bac universitaire et professionnelle ont encore dignement représentés l’école et la France.

Historique : retour sur 7 années de championnats européens.

Le championnat des écoles européennes d’équitation existe depuis 2013, et la France y est représentée depuis le début avec deux élèves en formation sur le site de Saumur de l’Ecole supérieure du cheval et de l’équitation. Après une inauguration en Suède (Flyinge), le championnat s’est tenu :

L’année prochaine la compétition se déroulera à Hartpury en Grande-Bretagne, et en Autriche à Lambach en 2021.
Ce rendez-vous permet aussi aux participants de rencontrer des élèves et enseignants venant de toute l’Europe partageant la même passion du cheval.

Ces championnats ont été également l’occasion de découvrir une nouvelle culture.

Le championnat mixe des épreuves pratiques en dressage et en CSO. Les élèves concourent à la fois en équipes (composées d’un entraineur et de trois élèves -compétiteurs) et en individuels durant trois jours.

Le déroulé de cette compétition a légèrement évolué au fur et à mesure en incluant la pédagogie CSO à la finale, en plus des épreuves pratiques de dressage et de sauts d’obstacle et de pédagogie en dressage.

Victor Toussaint, élève de l’ESCE Saumur, compétiteur en 2019, a même été choisi pour une vidéo expliquant le déroulement de cet événement.

Des résultats pour la France depuis les premiers championnats

Depuis le premier rendez-vous des écoles, la France a toujours été au classement, et les élèves ont encore une fois frapper fort cette année. Baptiste Salaun est champion d’Europe des EEN tandis que Victor Toussaint prend la 8ème place.

Classements depuis 2013
2013: Cyril Gavrilovic (3)
2014 : Claire Fontanel (1) Louis Wood (6)
2015: Robin Redolat (1)
2016: Charles Le Mevel (7 ) Lucie San Nicolas (9 )
2017: Louis Seychal (1), Philothée Fouilhoux (2)
2018: Simon Gisclard (2), Camille Laisnay ( 5)
2019: Baptiste Salaun (1),Victor Toussaint (8)
Les entraineurs (de chaque école du réseau EEN) sont impliqués également dans le championnat :  soit dans 1 équipe en tant que coach, soit ils intègrent l’équipe de juges. Éloïse Legendre, référente de l’ESCE Saumur pour le réseau des écoles ayant remportée deux années consécutives le titre de meilleure coach des écoles européennes fait partie de l’équipe de juges depuis 2018.

Quelle préparation pour les élèves en amont?

 « Les stagiaires sont informés en amont, ils connaissent les épreuves de dressage et de CSO avant le Championnat. De plus, nous leur demandons de préparer une présentation de l’école qui est demandée pour le premier dîner de ce rendez-vous international  » Eric DEYNA coordinateur des 2èmes années de formation post bac (universitaire et professionnelle) et coach lors du championnat

 

 

Formation cavaliers jeunes chevaux : promotion 2019

8 cavaliers, 8 profils variés aussi bien par leurs parcours scolaires que leurs expériences en compétitions

Comme tous les ans, dans la promotion d’élèves cavaliers préparateurs de jeunes chevaux de sport de CSO, on retrouve des profils variés, originaire de toute la France, ayant plus ou moins d’expériences en concours ou dans des écuries professionnelles.

Lors des sélections, parmi les candidats retenus, on compte aussi bien des jeunes qui sortent en amateur 2 (GP 110) motivés, avec de l’expérience chez des professionnels ou un diplôme BPJEPS ou DEJEPS, comme en PRO 2.

 

FOR-promoCJC2019

Les sélections comportent une épreuve pratique et un entretien de motivation, complémentaires du dossier d’inscription et de la vidéo (parcours en compétition officielle) demandés en amont. La pluralité des profils permet de former une équipe diversifiée qui fait la richesse de cette formation.

Cette année les sélections sont organisées (1 date au choix pour le candidat) le :

  • lundi 3 juin
  • lundi 22 juillet
  • lundi 5 août

Le dossier de candidature est à retourner avant le : 13 mai 2019 (pour la sélection du 3 juin)

En savoir plus

Lancement officiel de la saison sans encombre

Les élèves d’Alban Notteau se sont rendus à Auvers en février dernier pour leur premier grand rendez-vous en compétition amateur.FOR-CJC_echanges

Pour leur mise en route avec les « chevaux d’âge » de l’école, les 8 cavaliers étaient engagés dans les épreuves Grand Prix 110, 115, 120.

Dès leur première sortie, les cavaliers ont pris de bonnes habitudes : Milena remporte le GP 115 avec BLODDY MARY DE LADUNE* ENE-HN . Dans le GP 110, les filles sont aussi en forme : Anna termine 5ème, devant Clémentine 7ème et enfin Milena qui termine 9ème.

Après ces « échauffements » sur le circuit amateur, les 8 cavaliers prennent les rênes de leurs jeunes chevaux pour retrouver le circuit classique. Ils étaient engagés le 20 mars en formation au Pôle international du cheval à Deauville. Puis ils ont enchaînés les sorties sur le circuit classiques SHF à Notre Dame d’Estrées pour fouler les terrains du Haras de la Vallée, au Pôle Hippique de Saint-Lô, au Haras du Pin, et au Haras du Lion d’Angers

Une préparation hivernale avec des intervenants de grande renommée

En amont de leur inscription à ces épreuves jeunes chevaux et amateurs, les élèves ont suivi une préparation hivernale adaptée grâce à des intervenants de grande renommée. En plus des instructions du responsable de la formation Alban Notteau, les élèves ont eu la chance d’être encadrés sur certaines séances par :

  • François Fontaine : écuyer du Cadre noir, instructeur de l’Ecole supérieure du cheval et de l’équitation (Saumur)
  • Robert Breul : célèbre cavalier international qui a commencé par le concours complet. Il a notamment couru le 4 étoiles de Badminton et les Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984. Puis il s’est très vite démarqué sur la discipline du saut d’obstacles dans laquelle il poursuit toujours sa carrière internationale.
  • Eric Levallois : propriétaire de l’élevage de Beaufour et cavalier au palmarès international : Champion de France, Champion d’Europe junior, vice champion d’Europe par équipe, Champion du monde par équipe. Eric est un partenaire fort de la formation investit dans la préparation des couples en amont des compétitions. Il met à disposition de la formation un piquet de chevaux de 3 et 4 ans.

FOR-CJC_RomanConcours

Une formation qui a du débouché

Les conditions d’immersion exceptionnelles au sein du Haras du Pin au plus près des professionnels, et la présence des conseillers du service équi-ressources sur le site sont deux atouts pour l’insertion des élèves.

De plus, la reconnaissance des professionnels et l’historique de la formation sont des points forts pour les élèves qui trouvent facilement un premier emploi à la sortie de celle-ci comme l’explique le responsable Alban Notteau :

« En général, tous les cavaliers trouvent un emploi dès la sortie de formation. Les huit stagiaires de 2017 sont en CDI dans des écuries. Les meilleurs sont embauchés directement comme cavaliers de concours. Ce fut le cas de Jonas Sadoun, qui a travaillé au Haras des M ou de Xavier Gounon, qui a rejoint l’Écurie Delforge et s’est classé vice-champion des 6 ans au CIR de Cluny. Au bout de deux saisons, il avait quinze chevaux qualifiés à la Grande Semaine de Fontainebleau. Certains ont parfois encore besoin de se per­fectionner et deviennent cavaliers maison. »