recherche

Traction équine : où en est le projet DOGESET ?

DOGESET : Références technico-économiques pour les Entreprises utilisant la Traction équine, où en est le projet ?

UZE-Traction équinePoint d’étape du projet de produire des références technico-économiques

Le comité d’experts du projet DOGESET (SFET, SNCuPaa, Réseau Professionnel TA Rhône-Alpes, AMAP, Conseils des chevaux Auvergne-Rhône-Alpes, Conseils des chevaux Occitanie, Filière cheval PACA, Chambre d’agriculture du Gard), animé par l’Ifce et l’Idele, s’est réuni le jeudi 26 avril 2018 pour un premier point d’étape suite au lancement du projet en novembre 2017.
La phase de recrutement des entreprises et les 1ères visites sont terminées. 12 exploitants ont été retenus permettant de décrire trois systèmes de traction équine.
Ces 3 systèmes sont les suivants :
•    Système « Vigne » composé de 6 entreprises
•    Système « Services urbains, équithérapie et tourisme » composé de 3 entreprises
•    Système « Débardage et gestion des milieux naturels » composé de 3 entreprises

Une description synthétique des premières caractéristiques de ces systèmes a été réalisée. Celle-ci-sera plus complète et détaillée pour le prochain comité d’experts à l’issue de cette première année de suivi.
D’ici là, 2 autres visites prévoyant entretiens avec l’exploitant et observation d’une de ses prestations principales permettront aux ingénieurs chargés du suivi d’approcher plus finement le fonctionnement de l’entreprise.

Pour les exploitants collaborant au projet, les intérêts de ce travail peuvent être multiples

•    Prendre du recul sur le fonctionnement de son entreprise en bénéficiant d’un regard extérieur;
•    Se situer, se comparer par rapport à ses pairs à partir de quelques indicateurs technico-économiques;
•    Échanger autour des pratiques utilisées entre exploitants (innovation, etc.) ;
•    Disposer de repères pour suivre son activité sur plusieurs années ;
•    Identifier des marges de progrès éventuelles.
L’objectif à moyen terme étant d’aider plus largement les porteurs de projets et les entreprises à identifier les facteurs clés de réussite pour leur installation, comme pour l’amélioration de leur fonctionnement, mais aussi, mettre en avant ces entreprises de traction équine notamment auprès des institutions.

 

Pour toutes informations complémentaires sur ce programme, contacter :
Clémence Bénézet : Ingénieur projet et développement
Chef de projet DOGESET
clemence.benezet@ifce.fr
06 14 06 25 24

 

Photo : © K. Renard

Un partenariat pour la diffusion des connaissances équines

L’Ifce et le Haras de la Cense ont signé, Vendredi 23 Février 2018, une convention de partenariat afin d’améliorer le transfert des savoirs auprès des professionnels et amateurs de la filière équine. Cette collaboration permet ainsi un échange d’expertise autour de thématiques communes, entre recherche et terrain.

 

William Kriegel, fondateur du Haras de la Cense, et Jean Cézard, Directeur général de l'Ifce

William Kriegel, fondateur du Haras de la Cense, et Jean Cézard, Directeur général de l’Ifce

Vulgariser et rendre accessibles les résultats de la recherche équine

Les résultats des travaux de recherche équine menés doivent être vulgarisés et rendus accessibles au plus grand nombre. En mutualisant leurs compétences et leurs outils, l’Ifce et La Cense touchent un public plus large, du professionnel au simple amoureux des chevaux.
Toujours dans le cadre de la diffusion des connaissances, les experts Ifce seront amenés à participer aux évènements organisés par La Cense.

 

Partager les savoirs sur la nature du cheval

Dans le cadre du MOOC* mis en place par la Cense, une vingtaine d’experts seront amenés à intervenir. Parmi eux, des experts Ifce transmettront leurs connaissances, notamment dans les domaines de l’éthologie, la médecine vétérinaire ou l’agronomie. L’Ifce intervient donc dans sa mission de transmission des savoirs auprès d’un public toujours plus large.

*MOOC : Massive online open course (cours massif ouvert en ligne) – Programme de formations en ligne en 6 modules thématiques dédié aux connaissances sur le cheval, ouvert à tous.

 

S’engager dans une démarche de progrès

Les besoins exprimés par la filière équine amènent à une réflexion commune sur le thème du bien-être et de la relation homme / cheval. Par le biais de ses activités, la Cense transmets les interrogations exprimées sur le terrain à l’Ifce qui étudiera les opportunités de réponse à cette demande, confortant ainsi la place de l’établissement en tant qu’institut technique au service de la filière équine.

Un outil au service de la performance technico-économique de la traction équine

DOGESET : Développement d’Outils de GEStion pour les Entreprises utilisant la Traction équine

Aider les porteurs de projets, et les entreprises à identifier les indicateurs technico-économiques clés pour la réussite de leur installation, comme pour l’amélioration de leur fonctionnement, mais aussi, rassurer les institutions sur la valeur professionnelle de ces entreprises de traction équine, telles sont les ambitions du projet DOGESET porté par l’Ifce via son Centre de Ressource et d’Expérimentation du Cheval au Travail (CRECAT).

UZE-Traction équineEn effet, la traction équine occupe de plus en plus de place dans le monde du cheval et engendre donc des problématiques identiques à celles des autres composantes de la filière : pérennité des entreprises, emplois, formation, réglementation, sécurité, promiscuité entre amateurs et professionnels, etc. Malgré ce développement, cette branche de l’activité équine souffre encore d’une importante carence de références fiables, pourtant nécessaires à son développement.
Le projet DOGESET propose d’initier la production de telles références technico-économiques, par l’analyse fine d’entreprises utilisant des chevaux attelés. Il s’agira pour cela, d’en réaliser un audit complet selon la méthodologie déjà utilisée dans le cadre du réseau équin piloté par l’Institut de l’élevage (Idele). Un minimum de 4 visites pour chacune des 12 entreprises sélectionnées seront ainsi réalisées dès 2018.
L’objectif est ensuite de diffuser largement ces premiers résultats, par différents biais (journées REFErences, journées techniques régionales… mais aussi de les valoriser auprès de publics professionnels ou en voie de le devenir : apprentis en formation CS souhaitant s’installer par exemple… Pour les entreprises participantes un retour direct sous forme de conseils et d’échanges sera assuré par les ingénieurs Ifce chargés des audits.

Dès 2019, une synthèse des premiers repères technico-économiques sera publiée, complétée en 2020 par des monographies et des témoignages vidéos des entreprises sélectionnées et volontaires. Les objectifs à plus long terme du programme doivent quant-à-eux permettre de renforcer la fiabilité et la diffusion des références produites (élaboration d’un module de formation, agrandissement de la zone géographique couverte, création d’une base de données pérenne et accessible…) tout en assurant la pérennisation du dispositif.

Pour cette première phase prévue sur 2018 et 2019, les entreprises analysées seront toutes sélectionnées au sein des régions Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) et Auvergne-Rhône-Alpes (ARA).
Piloté par le Pôle Développement, Innovation et Recherche, la Direction de l’Appui à la Filière, la DT Arc Méditerranéen de l’Ifce, avec l’appui méthodologique de l’Idele, le projet DOGESET vient de s’engager officiellement, lors de sa réunion de lancement le 9 novembre dernier à Uzes (Gard).
Réuni pour la première fois, son comité d’experts composés des principaux acteurs de la Traction équine en régions Occitanie, PACA et ARA (SFET, SNCuPaa, Réseau Professionnel TA Rhône-Alpes, AMAP, Conseils des chevaux Auvergne-Rhône-Alpes, Conseils des chevaux Occitanie, Filière cheval PACA, Chambre d’agriculture du Gard) a ainsi pu définir les critères de sélection des entreprises à auditer et le calendrier de travail pour les 2 années à venir.

 

Pour toutes informations complémentaires sur ce programme :
Clémence Bénézet : Ingénieur projet et développement
Chef de projet DOGESET
clemence.benezet@ifce.fr
06 14 06 25 24

 

Photo : © K. Renard

Équitation sportive et haut niveau

Accompagner l’équitation sportive et le haut niveau

Accompagner l’élite des cavaliers français par la mise à disposition d’infrastructures, d’écuyers du Cadre noir et d’experts de haut niveau. Optimiser la sélection de chevaux performants. Organiser et accueillir des compétitions jusqu’au niveau international. Autant d’initiatives et d’engagements qui font de l’Institut français du cheval et de l’équitation un partenaire clé dans la réussite des athlètes français. Institut de référence, l’IFCE intègre le réseau Grand INSEP.

L’IFCE agit dans un cadre partenarial

Il agit avec la Fédération française d’équitation, la Fédération française handisport, ainsi que la Fédération française de pentathlon moderne pour favoriser l’élévation du niveau des cavaliers et des chevaux.
L’IFCE est un partenaire dans le cadre de la politique en faveur du sport de haut niveau conduite par l’État. Il apporte sa contribution aux performances des cavaliers français et développe les services nécessaires pour être l’établissement de référence pour l’équitation dans le réseau « Grand Insep ».

logo label Grand Insep, palier argent

L’IFCE mobilise ses ressources : infrastructures, personnels, chevaux

Par convention, il conduit les relations de partenariat, un programme d’actions et un système d’accompagnement des cavaliers para-dressage avec les chevaux adaptés. Il accueille des pôles France sur ses sites, accompagne les jeunes espoirs dans les compétitions nationales et internationales et des cavaliers participant à l’élite sportive française. Le soutien au sport de haut niveau se traduit également par l’organisation et l’accueil de compétitions grâce à ses ressources de qualité, une expertise et un savoir-faire reconnus.

Transmission des savoirs

Produire et transférer les savoirs relatifs au cheval et à l’équitation

Appuyer le développement de la filière équine par la production et le transfert de données techniques et économiques, créatrices de valeurs et de progrès, auprès des professionnels et des particuliers. Vulgariser les résultats de la recherche et d’études, encourager l’innovation. Tels sont les actions concrètes et les contenus accessibles proposés par l’IFCE.

La recherche doit répondre à de véritables besoins de terrain

Un travail en amont sur l’expression des demandes et leur traduction en questions de recherche est coordonné. Le Conseil scientifique de la filière équine fédère les équipes de recherche via un appel à projets en adéquation avec les attentes exprimées.

Les connaissances obtenues sont valorisées sous forme de publications scientifiques.
La vulgarisation des résultats de la recherche s’effectue auprès des utilisateurs grâce à l’action des ingénieurs de développement selon les domaines de compétences de l’IFCE : élevage et entretien des équidés, comportement et bien-être, sélection et caractérisation, santé, équitation, économie.

Les résultats transformés en outils appropriables par les utilisateurs sont valorisés au travers de colloques, d’ouvrages et d’informations relayées sur le site Internet et grâce au maillage territorial.

Ainsi, l’Institut français du cheval et de l’équitation propose des ressources fiables et accessibles afin de contribuer au développement de la filière équine, à travers ses actions de recherche, de formation et de diffusion.

L’action de l’IFCE dans le domaine de la formation s’appuie sur deux écoles renommées

L’École nationale d’équitation à Saumur et l’École nationale professionnelle des Haras au Pin sont réunies et mises en synergie au sein de l’École supérieure du cheval et de l’équitation. Elle propose des formations de référence dans le domaine de la reproduction et de l’équitation et des formations ciblées pour la formation professionnelle des enseignants et des entraîneurs.

La mise en place de cette École supérieure et de son réseau dans les territoires s’effectue en complémentarité avec l’offre de la filière, et permet de couvrir un grand nombre de pratiques de l’équitation, de l’élevage, de la maréchalerie et de la sellerie, par des formations courtes, qualifiantes ou diplômantes.

Des actions de veille, des nouvelles démarches et des recherches sont entreprises afin d’être à la pointe des connaissances dans tous les domaines inhérents à la pédagogie, la didactique, le sport et l’élevage. Il s’agit d’investir dans les différents champs scientifiques et de sciences humaines afin d’ériger l’école en interlocuteur privilégié de référence dans le domaine de l’équitation et du cheval.
Ce lien indispensable entre scientifiques et professionnels de terrain permet d’apporter de nouvelles connaissances (recherche, observatoires, expertise) transmises à travers des actions de formation.

Un conseil de formation participe avec le conseil scientifique de la filière équine à renforcer le lien entre la recherche et la formation et donne des avis sur l’offre de formation de l’IFCE.

Le développement de diplômes de niveau 2 et de niveau 1 est un des objectifs de l’École supérieure du cheval et de l’équitation.

Plateau technique de Chamberet

Plateau technique de Chamberet

Au cœur de la recherche équine en élevage

Informations

Située au coeur du Limousin sur 130 ha, la station expérimentale de Chamberet, centre d’expérimentation animale agréé, constitue un outil unique en Europe. Elle bénéficie d’un climat et d’un environnement favorables à l’élevage des équidés et d’un bon isolement sanitaire.
Sur ce site, l’Ifce accompagne les chercheurs des laboratoires privés et publics (INRA,CNRS, universités, etc) dans la mise en oeuvre d’expérimentations. La station fournit des animaux et des modèles d’élevage de qualité pour aider les chercheurs à répondre aux questions de la filière. La station produit également des références sur l’élevage des équidés qu’elle valorise auprès de la profession.

Contact

Visite ou projet, prenez rendez-vous :

Station expérimentale

19370 Chamberet
Tel : 05 55 98 31 46
Mail : chamberet(at)ifce.fr

Plaquette de présentation à télécharger

 

L’exploitation agricole dispose de :

  • 10 agents ;
  • 130 ha qui alimentent l’intégralité des 170 chevaux (60 juments reproductrices et leurs productions de 0 à 3 ans) grâce à une maîtrise des pratiques et des moyens de production. La spécificité de la station est d’offrir à la recherche des juments gestantes et des poulains. Le renouvellement du troupeau est réalisé exclusivement par les naissances sur la station, ce qui permet d’avoir une parfaite connaissance des animaux depuis leur conception ;
  • capacités d’hivernage pour les équidés : trois stabulations dont une équipée d’un distributeur automatique de concentrés fonctionnant par transpondeur ; trois groupes de logettes couvertes de 30 ou 25 places ; 50 boxes répartis en cinq écuries ;
  • un bâtiment de 10 boxes permettant le premier niveau de confinement P1 ;
  • un complexe de reproduction : salle de récolte, laboratoire avec chambre froide, salle d’échographie et mise en place, hotte à flux laminaire ;
  • une station de pesée électronique fonctionnant par transpondeur ;
  • un système de vidéosurveillance ;
  • cinq bureaux, une salle de réunion ;
  • des logements pour l’accueil de stagiaires.

Jument suitée devant les bâtiments

Jument suitée devant les bâtiments

Chaque année la station accueille une dizaine de protocoles expérimentaux sur la jument gestante, le poulain nouveau-né, l’utilisation de l’herbe, l’environnement, la parasitologie, le contrôle des médications, l’élevage de précision…

Tous les programmes de recherche entrepris à la station expérimentale de Chamberet sont approuvés par un comité d’éthique et validés par le conseil scientifique de la filière équine, instance de concertation qui regroupe professionnels de la filière et experts scientifiques.

  • Alimentation du cheval à l’herbe
  • Gestion du parasitisme (méthodes alternatives à la vermifugation systématique)
  • Valorisation des espaces prairiaux
  • Étude de l’impact environnemental des activités d’élevage
  • Mixté bovins-équins

Poulains et génisses dans un pré

Poulains et génisses dans un pré © G. Fleurance-Ifce

  • Alimentation de la jument et du jeune et ostéochondrose
  • Étude de la production laitière de la jument
  • Participation à la lutte contre le dopage
  • Tests de nouveaux médicaments et vaccins

Mesure de la hauteur des membres du poulain

Mesure de la hauteur des membres du poulain

  • Mécanisme d’apprentissage du jeune cheval
  • Indicateurs objectifs de bien être

DIF Chamberet (800x530)

*Nouvelles technologies d’information et de communication

  • Projets innovants et soutien à l’innovation technologique
  • Amélioration et développement des outils communicants en élevage
  • Automatisation et sécurisation des élevages

Utilisation de la balance électronique

Utilisation de la balance électronique – ©Ifce

Les travaux conduits à la station ont participé à de nombreuses mises en application pratiques dans différents domaines. Ils ont été réalisés avec des partenaires variés : Inra, Université de Rennes 1, Université de Limoges… ainsi que des entreprises privées.

REC-Elevage2

  • Recommandations INRA sur le rationnement des équidés et la gestion des pâturages : retrouvez les résultats sur équipédia ou dans l’ouvrage et le guide pratique spécifiques.

 

  • Projet REMEDE : Risque environnemental associé aux médicaments vétérinaires équins et gestion des fumiers -> Il ressort de l’étude que, si certains résidus médicamenteux sont observés sur le fumier au moment de sa mise en tas, aucune molécule ne peut être quantifiée après compostage. Pour plus d’information, téléchargez le dossier complet.

 

  • En cours – Projet Herbvalo: Adaptation aux équins d’un outil pour quantifier l’herbe valorisée au pâturage

Utilisation du tire-lait

Utilisation du tire-lait

  • Transfert d’immunité et mise au point du colo-test® (mesure de la qualité du colostrum).

 

  • Amélioration des techniques de reproduction (congélation de semence, stratégie d’insémination).

 

  • Foetalim : Impact de l’alimentation de la jument au cours de la gestation et du poulain après la naissance sur son métabolisme glucidique, sa croissance et son statut ostéoarticulaire. Téléchargez l’article de synthèse pour lire les principaux résultats

 

  • Contribution à la récolte de cellules souches pour la médecine régénératrice appliquée aux équidés.

Poulain et Jument

© Ifce

  • Amélioration de l’éducation du jeune, du poulinage au débourrage

 

  • Objectivation d’indicateurs de bien-être, mesures de l’état motivationnel des chevaux

 

 

 

 

 

  • Utilisation d’une puce RFID pour l’identification.
  • Tests de nouveaux outils pour le suivi d’activité des chevaux.
  • Test de nouveaux matériaux innovants pour une ferrure durable et adaptée
  • Tests et études de puces d’identification innovantes : Projet EQUIDETECT: contrôle de l’identité des équidés automatisée par télédétection à distance, essais avec capteur de température intégré à une puce d’identification.

Au-delà de la réalisation des expérimentations, la station enrichit en permanence une base de données « techniques d’élevage » (suivi précis de tous les animaux) et produit des références sur l’élevage des équidés pour les valoriser auprès de la profession.

Troupeau de chevaux de la station de chamberet

Depuis 2010 la gestion des chevaux au cours de la saison se fait en pâturage tournant dynamique ce qui a permis d’augmenter le chargement en nombre d’animaux (160 à 200) en quasi autonomie fourragère (350T de fourrages stockés (sec et enrubannés) en moyenne chaque année, 100T d’ensilage de maïs, ainsi que 25T d’orge). D’une façon concomitante, la consommation en antiparasitaires intestinaux a été divisée par deux tout en mettant en place un suivi coprologique des troupeaux. Le passage à ce système de pâturage s’est accompagné d’un suivi précis de la production d’herbe en quantité et en qualité ce qui nous a permis de collaborer à plusieurs réseaux comme ceux des fermes expérimentales allaitantes et du RMT Prairies Demain.

La Station recherche l’optimisation de la valorisation de ses surfaces, en recherchant « de l’intensif durable », à travers

  • le développement des Mélanges Céréales Protéagineux Immatures (MPCI ou méteils) sur des surfaces non valorisées à ce jour (parcelle d’hivernage),
  • l’utilisation de nouvelles techniques culturales comme des semis prairiaux sous couvert de céréales, ce qui permet de ne jamais avoir de sol nu et de jouer sur la complémentarité légumineuses-graminées,
  • la technique du sursemis qui permet de régénérer des prairies sans les labourer.

Le suivi précis du cheptel, nécessaire et indispensable afin d’avoir un historique fiable pour les protocoles de recherche mis en place, permet à la station de produire des références techniques comme les courbes de croissance de poulains de selle.

 

 

Découvrez :
– toutes les thématiques de recherche de l’Ifce
– les autres plateaux techniques de l’Ifce
– les résultats des projets dans les fiches équipédia et les articles équ’idée

Comportement et bien-être

Développement et recherche en comportement et bien-être

 

Mieux comprendre le comportement des équidés permet de mieux adapter nos actions à leur besoins, tant en termes de méthodes d’apprentissages, que de choix d’équidés pour un cavalier/une discipline ou de choix de management !
Prendre en compte leur bien-être est une nécessité absolue, mais qui demande tout d’abord de mieux comprendre quels sont vraiment les facteurs qui influencent le bien-être ou le mal-être des équidés.

Léa Lansade a développé, depuis une dizaine d’années, des tests comportementaux qui permettent de définir le profil de personnalité des chevaux, la personnalité étant le résultat des effets de l’expérience et de l’environnement sur la base génétique qu’est le tempérament. Grâce à ces tests, il est désormais possible de caractériser un cheval selon cinq dimensions de son tempérament : sa grégarité, son émotivité, sa sensibilité, son niveau d’activité et sa réactivité face aux humains. Sur cette base, les chercheurs étudient comment la personnalité se construit, sous l’influence de facteurs génétiques ou environnementaux. Près de 1000 chevaux ont été soumis à ces tests depuis une dizaine d’années, que ce soit à des fins de recherche, ou sur le terrain pour déterminer le profil de tempérament des étalons reproducteurs et aider ainsi les éleveurs à faire les meilleurs croisements.

Exemple de test de tempérament

Exemple de test de tempérament

Les travaux menés ont également pour objectif de déterminer les relations entre la personnalité et les capacités cognitives, en particulier, quels sont les types de personnalités qui prédisposent un individu à plus ou moins bien apprendre. Ces recherches conduisent également à réfléchir sur les différents modes de vie des chevaux et l’incidence qu’ils peuvent avoir sur leur bien-être, et cela, à différentes périodes clés de la vie comme le sevrage.
Outre une meilleure compréhension de ces mécanismes, l’objectif appliqué de Léa Lansade est de proposer des outils de sélection des chevaux afin que leur comportement soit adapté à leur utilisation, et de proposer des solutions pour améliorer leur bien-être.

 

 

Etude de la cognition chez le cheval

Test dit de "permanence de l'objet" - © Inra

Test dit de « permanence de l’objet » – © Inra

Le but de ce projet est de caractériser les capacités cognitives du cheval, c’est-à-dire la manière dont le cheval perçoit et comprend le monde qui l’entoure. En effet, le cheval n’appréhende pas le monde de la même manière que nous : il ne voit pas comme nous, il ne ressent pas les choses comme nous et il n’est pas capable de comprendre tout ce que nous comprenons. De ce fait, des événements qui semblent anodins pour nous peuvent en réalité être une source de stress pour eux. Par l’étude de la cognition équine, nous pourrons identifier ces potentielles sources de stress et il sera alors possible d’adapter nos systèmes d’élevage et les pratiques équestres afin d’améliorer le bien-être du cheval.

De plus, une meilleure connaissance de la cognition équine est également importante dans le cadre de l’équitation. En effet, si le cheval n’est pas en mesure de comprendre ce que le cavalier attend de lui, cela va nuire à ses performances et sa progression et, pire, il va être tenté de développer petit-à-petit toutes sortes de défenses (morsures, coups de pied, tentatives pour désarçonner le cavalier,…), qui le rendront potentiellement dangereux. Par cette étude, nous pourrons remédier à ce problème en cherchant des méthodes d’apprentissages en adéquation avec les capacités cognitive de l’espèce et ainsi guider le développement des pratiques équestres.

Résultats

1 – Actions de médiation à l’ifce

Des actions de médiation sont réalisées dans ou avec différents sites de l’ifce :

  • pour des personnes âgées à Lamballe, à Hennebont, à Rosières
ephad dombasle 25 mars 2015 046_vidament© J. Moss
  • pour des détenus à Besançon
  • pour des jeunes hospitalisés en pédo-psychiatrie à Besançon, pour des enfants autistes à La Roche/Yon
  • pour des jeunes de quartiers défavorisés à Hennebont

REC_MédiationRetrouvez la vidéo « Le Haras national de Villeneuve-sur-Lot, à l’avant-garde de l’équithérapie » en cliquant ici.
Vidéo antérieure à 2013.

 

2 – Mesure du tempérament de chevaux de médiation

Huit chevaux utilisés uniquement pour l’hippothérapie (Equiphoria, 48500 La Canourgue) ont été mesurés en 2012. Ils étaient d’âge (3 à 17 ans), de format (poney au cheval de trait) et de couleur très variés. Les tests de tempérament complets ont montré que ces chevaux étaient globalement peu émotifs à la soudaineté et très variés pour les autres dimensions du tempérament (activité locomotrice, sensibilité tactile, curiosité envers l’homme et l’objet, grégarité).

Une cinquantaine de chevaux servant soit à l’hippothérapie, soit à l’équitation adaptée ont été évalués dans 3 centres aux USA en 2014. Ils étaient de race et de format très variés (petit poney au cheval de trait) et étaient globalement âgés (15 à 17 ans). Des tests de tempérament simplifiés (émotivité, sensibilité tactile) ont montré qu’ils avaient une sensibilité tactile basse et une émotivité faible.

 

Copyright : Erik Bogros pour Equiphoria

©Erik Bogros pour Equiphoria

Projets

– Veille informative recherche et développement
– Étude économique descriptive des activités de service avec le cheval auprès de personnes porteuses de handicap 2017-2019  : typologie de l’offre de services en France, fonctionnement technico-économique de quelques entreprises, description des clients et des produits proposés, description des moyens humains, animaux et matériels nécessaires , notamment le type de cavalerie et l’adaptation de la gestion des équidés, préconisations d’amélioration.
– Édition d’un ouvrage sur les éléments tangibles à la base des activités de médiation équine (parution 2018)
– équi-meeting médiation équine en 2018 à Hennebont
– Animation d’un réseau de socio-professionnels autour de la rédaction de l’ouvrage, des projets scientifiques soumis à l’appel d’offre de l’IFCE et de l’organisation de l’équi-meeting

P1010037Aujourd’hui, les conditions de vie des chevaux font que les besoins naturels des animaux peuvent ne pas être comblés, ce qui peut conduire à des souffrances principalement exprimées au travers de comportements anormaux et d’une sensibilité accrue aux maladies. Le bien-être se définit comme une complète santé physique et mentale, découlant notamment de la satisfaction de ces besoins. La principale difficulté est qu’il s’agit d’un concept subjectif c’est à dire que deux chevaux détenus dans des conditions identiques peuvent présenter un état de bien-être différent.

Deux projets sont en cours :

 

Le projet de recherche « évaluer le bien-être » a pour objectif d’identifier une combinaison d’indicateurs de bien-être par la mise en œuvre d’une approche multidisciplinaire prenant en compte un ensemble de paramètres centrés sur l’animal. Cette approche comprend des analyses comportementales, de la santé, du microbiote intestinal et de l’expression de gènes de cellules sanguines sur un panel d’environ 300 chevaux, hébergés dans des conditions différentes et destinés à des utilisations allant du loisir au sport de haut-niveau. La prise en compte de tous les facteurs environnementaux permettra de plus de mettre en lumière l’impact du milieu de vie (hébergement, alimentation, contexte social) et des conditions d’utilisation sur le bien-être des animaux.

Les résultats sont actuellement en cours d’analyse.

 

REC-AwinhorseLe programme Beoutils a pour objectif de tester et d’adapter un protocole d’évaluation du bien-être des chevaux, le protocole « AWIN Horse » (Animal Welfare Indicators), élaboré par une équipe de chercheurs internationaux, dans le cadre d’un projet de recherche européen.

L’intérêt de ce protocole conçu pour être utilisable sur le terrain par un large public, est qu’il est associé à une application pour mobiles et tablettes. Ainsi, il s’agira d’analyser l’ensemble des indicateurs proposés dans le protocole, en termes de fiabilité, de faisabilité et de reproductibilité.

Pour ce faire, le protocole devra être testé en conditions expérimentales sur deux lots de chevaux détenus dans des conditions différentes de bien-être, ainsi que dans diverses exploitations équestres. L’application sera ensuite adaptée et diffusée à destination du public.

Avec l’appui d’un groupe de réflexion spécifique, il s’agira de mettre en place un réseau de structures pilotes d’enseignement de l’équitation, dont les responsables, sont désireux de partager et d’améliorer leurs pratiques sur le bien-être des équidés. Ces structures pourront bénéficier de conseils et d’expertise permettant d’optimiser le bien être des chevaux, la facilité et la sécurité des pratiques quotidiennes et le coût.

Poulains en groomingLe sevrage artificiel entraîne un stress important, une perte d’état physique, voire l’apparition de stéréotypies, que ce soit chez la mère ou le poulain. Pour limiter ce stress, certains éleveurs mettent en place un « sevrage progressif » pendant lequel ils habituent quotidiennement les poulains à se séparer des mères derrière une barrière à claire-voie. Mais l’impact de cette procédure n’avait jamais été étudié précisément et son intérêt était controversé, puisque l’on pouvait suspecter que ces séparations répétées soient une source de stress supplémentaire.

L’objectif de cette étude était de déterminer si cette procédure permettait réellement de réduire le stress lors du sevrage définitif, et de vérifier que la procédure en elle-même (des séparations répétées pendant un mois) ne soit pas elle-même stressante.

Les résultats sont en cours d’analyse.

Tests de tempérament complets

Dans le cadre d’une collaboration entre l’INRA et les Haras Nationaux, Léa Lansade a mené pendant plus de trois ans une étude longitudinale visant à identifier un modèle de tempérament chez le cheval.

Ce modèle comporte cinq grandes dimensions :

  • les réactions de peur, soit la tendance qu’a le cheval à réagir plus ou moins fortement aux évènements soudains (ex : surprise) ou nouveaux (ex : passer sur une surface inconnue)
  • la grégarité : supporte-t-il de se séparer d’autres chevaux ?
  • l’activité motrice : est-ce un animal qui bouge beaucoup spontanément ?
  • la réactivité vis-à-vis des humains : vient-il facilement au contact d’un homme venant le chercher ?
  • la sensibilité sensorielle : tendance à réagir plus ou moins fortement à des stimulations tactiles.

Ces dimensions peuvent être prédites dès l’âge de 8 mois grâce à une série des tests, appelés tests de tempérament complets. Ces tests ont une durée de 20 à 30 minutes pour un hongre ou une jument, ou de 1 heure pour les étalons. Le cheval est alors confronté à 9 situations différentes permettant d’évaluer les différents aspects de son tempérament. On édite à partir de ces scores le « profil de tempérament » du cheval, et on peut alors le comparer à d’autres chevaux du même âge et de la même race.

Pour les détails, cliquez ici.

Tests de tempérament simplifiés

REC_tests de tempéraments simplifiésAfin de caractériser le tempérament, rapidement et sans infrastructure dédiée, lors des concours de Modèle et Allures, des mesures de comportement ont été réalisées lors des ateliers habituels du concours et lors d’ateliers spécifiques (tests de peur : objet nouveau, surface nouvelle et soudaineté, tests de sensibilité tactile, test du petit paddock en liberté pour les chevaux de trait, de territoire et les ânes). Appliqués sur les mêmes chevaux, des corrélations significatives ont été trouvées entre ces tests simplifiés et les tests de tempérament complets vus précédemment, ce qui a permis leur validation.

 

 

Résultat test de tempérament simplifié

Modèle de résultats pour des tests de tempérament simplifiés d’un cheval de sang (cliquer pour agrandir)

Ces nouvelles mesures, notamment celles réalisées lors des ateliers spécifiques, permettent de mesurer en particulier l’émotivité et la sensibilité tactile.Depuis 2012 pour les jeunes chevaux de sang et les poneys, et depuis 2013 pour les jeunes chevaux de trait et ânes (en collaboration avec la SFET) : plus de 1000 chevaux ont déjà été mesurés.
L’héritabilité de ces mesure (part génétique de la mesure, valeur comprise entre 0 et 100%) a pu être calculée sur la population de chevaux de sang et de poneys de sport français. Elle est modérée à élevée pour la plupart des mesures de réactions de peur (25 à 50%).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Est-ce que les dimensions du tempérament influencent les performances d’apprentissage du cheval ?

REC-apprentissage

©C. Chassé

La dimension de peur est déterminante mais son influence est variable :

  • Si le cheval est stressé au moment d’apprendre, mais que ce stress n’est pas induit par la situation d’apprentissage elle-même (le cheval est mis dans une situation anxiogène avant d’apprendre), les chevaux peureux sont défavorisés.
  • Néanmoins, lorsque aucun facteur de stress n’est surajouté, les chevaux peureux semblent favorisés.
  • En cas d’état de stress induit par la tâche elle-même (cas d’utilisation de renforcements négatifs par exemple), les chevaux peureux sont aussi les plus performants.

Il n’y a donc pas de bons ou de mauvais tempérament, du point de vue des performances d’apprentissage.

En revanche, les chevaux peureux développent plus facilement des automatismes :

  • ceci est certainement un atout pour l’entraînement, car ils continuent plus longtemps à répondre aux demandes du cavalier même en l’absence de renforcements
  • mais cette prédisposition pourrait aussi être un facteur de risque pour le développement des stéréotypies (tics).

Les autres dimensions, telles que la grégarité, l’activité locomotrice ou la sensibilité sensorielle ont une influence moindre, qui nous permet néanmoins d’affiner notre compréhension des liens entre personnalité, stress et performances cognitives.

D’un point de vue appliqué, ces études nous permettent de suggérer des méthodes d’entraînement adaptées à la personnalité de chaque individu, et d’envisager une sélection des chevaux en fonction de leur utilisation.

Ce travail est en partie issu de la thèse de Mathilde Valenchon, soutenue le 1er juillet 2013, à l’Université de Tours.

Ce travail a été financé par l’institut Français du Cheval et de l’Equitation, la région Centre et l’INRA.

Logo ifce-Vertical_Simple_QuadriREC-Logo INRA 2015

REC-enrichissementLe but de cette étude était d’examiner l’influence des conditions de vie des chevaux sur leur bien-être, leur personnalité, leurs performances d’apprentissage et la sécurité des manipulateurs.
Pour cela, deux lots de poulains âgés de 10 mois ont été maintenus pendant 12 semaines en conditions de vie :

  • « Appauvries » : en box sur copeaux, avec 3 repas par jour et une sortie individuelle au paddock une heure tous les deux jours
  • « enrichies » : en box paillé et confronté à de nombreuses stimulations comme des objets nouveaux, des odeurs ou encore une alimentation variée et sorti toutes les nuits au pré en groupe.

Les poulains « enrichis » ont montré moins de comportement de stress et de vigilance, plus de repos et sont devenus moins émotifs, plus proches de l’homme et moins réactifs aux stimulations tactiles. Ils étaient également plus faciles à manipuler. Leurs capacités cognitives ont aussi été améliorées. Une analyse de l’expression de leurs gènes, a montré que :

  • Dans les conditions appauvries, des gènes impliqués dans des fonctions d’apoptose (mort cellulaire programmée) ont été préférentiellement exprimés.
  • Dans les conditions enrichies, ce sont des gènes impliqués dans les fonctions de prolifération et de différentiation des cellules qui ont été davantage exprimés

L’enrichissement permet donc d’améliorer le bien-être, de réduire l’émotivité des jeunes chevaux, d’augmenter leurs performances d’apprentissage et de limiter les comportements dangereux envers l’homme. Il a également un fort impact au niveau cellulaire.

Le pansage : Un mode opératoire à adapter pour plus de confort et de sécurité

DSC01691

© M. Vidament

La pratique du pansage est loin d’être anodine, que ce soit pour la sécurité du cavalier ou pour le bien-être du cheval.

L. Lansade (Ifce, Inra), a d’abord fait un bilan des pratiques de terrain auprès de 69 cavaliers. Étonnamment, 100% des cavaliers ont présenté au moins une fois un comportement dangereux, et 9 incidents (dents ou sabots passés à moins de 10 cm de la tête du cavalier) ont été relevés. Par ailleurs, 50% des chevaux ont présenté des comportements d’inconfort ou de défenses contre seulement 5% de comportements positifs.
Puis elle a comparé la technique habituelle (2 min étrille finlandaise, 2 min brosse dure et 1 min brosse douce par côté, 14 ponettes) à une pratique plus adaptée (4 min de massage avec les mains et 1 min de brossage à l’étrille finlandaise par côté, 13 ponettes) en adaptant la pression à un endroit donné aux réactions du cheval : moindre si réactions négatives et plus forte si réactions positives. La pratique adaptée a eu des effets positifs sur le comportement du cheval au bout de 11 jours : aucune défense et, au contraire, recherche du contact humain.

Elle a permis d’identifier des expressions faciales typiques de l’état de confort (lèvres avancées, yeux mi-clos et oreilles vers l’arrière mais non plaquées) ou d’inconfort du cheval (lèvres crispées, nuque élevée et yeux très ouverts).

REC-Chamberet6Située au cœur du Limousin sur 130 ha, le plateau technique Ifce de Chamberet, centre d’expérimentation animale agréé, constitue un outil unique en Europe.

  • 130 ha de surface agricole,
  • 170 chevaux dont 60 juments reproductrices et toute leur production de 0 à 3 ans
  • 10 personnes qualifiées permanentes
  • Une infrastructure adaptée de 11 bâtiments sous vidéosurveillance
  • Une dizaine de protocoles de recherche scientifique par an
  • 300 stagiaires depuis sa création (10/an) dont 6 thèses qui ont donné 2 chercheurs spécialistes du cheval
  • + de 100 références bibliographiques parues dans les revues scientifiques internationalement reconnues

Plus d'informations

L’Unité Expérimentale Inra de Physiologie Animale de l’Orfrasière a été  créée pour la mise en œuvre des protocoles expérimentaux sur différentes espèces dont les équidés. Cette unité, qui dispose de 18 500 m2 de bâtiments d’élevage et de structures expérimentales, installés sur un domaine de 400 ha de SAU, entretient notamment un troupeau d’environ 130 poneys Welsh : 100 juments, 6 étalons et 20 à 30 poulains.

Ponettes de l'unité expérimentale de Nouzilly

Ponettes de l’unité expérimentale de Nouzilly © Inra

Plus d'informations

Le plateau technique de la Jumenterie du Pin dispose d’un troupeau d’une centaine de juments et d’une dizaine d’étalons, principalement dédiés à la formation au sein de l’école supérieure du cheval et de l’équitation. Selon leur disponibilité, ces animaux peuvent être utilisés pour des protocoles expérimentaux, principalement des protocoles de reproduction.

REC_jumenterie

Plus d'informations

Retrouvez les principaux résultats de ces projets de développement et de recherche, dans lesquels l’Ifce est partie prenante, sous formes de fiches pratiques et de posters « message clés » sur équi-paedia.

équi-paedia    Posters messages clés

Pour en savoir plus sur cette thématique consultez :
– le blog comportement et bien-être
– les fiches équipédia
– le portail documentaire Médiathèque Ifce
                       – les articles équ’idée

Découvrez également à la librairie :
– les ouvrages  : « Bien dans son corps, bien dans sa tête« , « Travailler son cheval selon les principes de l’apprentissage »
– le DVD « l’éthologie chez le cheval »
et d’autres produits sur cette thématique

Équitation

Développement et recherche en équitation

 

Au sein de l’École nationale d’équitation, des études sont menées dans différents domaines afin d’améliorer la performance du couple cavalier / cheval. La diversité des besoins en matière de recherche et développement exprimés par les cavaliers et entraîneurs implique des collaborations diverses avec des laboratoires universitaires, des centre de ressources, d’expertise et de performance sportives, des écoles vétérinaires ou bien encore des écoles d’ingénieurs.

Le cheval de sport est un athlète soumis à un mode de vie et des contraintes biomécaniques pouvant générer des dysfonctions ostéopathiques. La mise au point d’un bilan ostéopathique standardisé permet d’étudier la fréquence des dysfonctions ostéopathiques chez le cheval de sport et mettre en évidence d’éventuelles régions plus sensibles en fonction de la discipline. Des tests locomoteurs associés permettent d’évaluer objectivement les effets d’un traitement ostéopathique et/ou de physiothérapie sur la locomotion en main.

Les fonctions principales de l’appareil manducateur sont la mastication et la déglutition. Chez l’homme, le lien entre cet appareil et l’équilibre postural du corps est admis. Chez le cheval, le sujet est mal connu et controversé.
L’objectif de cette étude est de quantifier de manière objective des modifications biomécaniques liées au port d’un système de relaxation mandibulaire intrabuccal : l’Allégeoir®. Des bilans ostéopathiques standardisés et des tests locomoteurs du cheval en main et montés sont réalisés avec un groupe de 8 chevaux équipés et 8 chevaux témoins

Le cavalier de complet dispose déjà de différents outils de suivi de sa performance, comme le cardiofréquencemètre, le GPS… Ces outils, très accessibles, conviennent pour bon nombre d’activités sportives. Mais une objectivation plus fine de la performance nécessite le développement d’outil d’évaluation spécifique à la discipline du concours complet.
Une collaboration précédente entre le CAIPS et le site de Saumur, l’ENE, a abouti à un prototype de mesure des aides du cavalier dans le cadre de la conception du module Hippolib (Module de selle adaptable aux handicapés). Ce premier outil de mesure des aides, adapté à la discipline du dressage, répondait aux exigences des instructeurs. Le prototype en développement pour le concours complet est orienté vers l’expertise sportive de haut niveau.
Les objectifs sont doubles, apporter une aide directe à l’entraîneur et au cavalier et enrichir les connaissances de la discipline.

Photo1Photo1bisPhoto2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cheval et cavalier équipés : caméra fixée sur la visière du casque, étriers équipés de jauges de contraintes et Rênes équipées de jauges de contraintes.

Le début de la campagne de mesure sur un cross standardisé a permis de mettre en évidence 9 attitudes du buste. Les cavaliers se distinguent entre eux par une attitude  prédominante. Cette information serait pertinente pour déceler un état de stress ou de fatigue en fin de parcours. Cette campagne permettra également d’évaluer l’effet du dénivelé et l’effet du type d’obstacle sur ces valeurs.

Figure 1

Illustration des informations de la posture du buste extraites des centrales inertielles positionnées au niveau de L5 et du sternum du cavalier.

 

Hippolib est un module de selle spécifiquement conçu pour les cavaliers handicapés, s’adaptant à tous les types de selle (mixte, obstacle, dressage…).

Financée par le Ministère des sports, cette étude est le fruit d’une collaboration entre l’Ecole Nationale d’Equitation et le Creps de Poitiers. L’objectif du projet, lancé en 2006, était de concevoir une selle adaptée à toutes les formes de handicap, aux différentes morphologies et permettant d’optimiser la relation mécanique du couple cavalier/cheval, dans le confort et la sécurité.

Après six années de recherche, hippolib est commercialisé par la société G2M. IL a été récompensé au salon du cheval en 2012 en recevant le trophée de l’innovation et le trophée coup de cœur.

Pour en savoir plus

Module de selle hippolib

Module de selle Hippolib

Une première étude a dégagé des pistes d’évaluation objective des sauts d’école réalisés par le Cadre Noir, avec une liste de paramètres biomécaniques au travers de la littérature. L’étude suivante a contribué à quantifier ces paramètres à partir d’une analyse cinématique et à les comparer à la description historique et actuelle.
Les résultats ont permis de caractériser des paramètres biomécaniques discriminants de la performance de la courbette, croupade et cabriole, et ainsi d’enrichir la connaissance de ce patrimoine inscrit à l’Unesco.

Analyse cinématique des sauts d'école

Analyse cinématique des sauts d’école


LaREC-Equisafencé en novembre 2013 pour 2 ans, EQUISAFE est un projet qui visait à concevoir et développer une plate-forme informatique de surveillance intelligente des activités de loisir équestre afin de limiter les risques, grâce à une meilleure surveillance de la santé des chevaux, de leur comportement et une meilleure gestion de leur utilisation. La mise à disposition en temps réel d’informations sur le cheval, permet d’améliorer la sécurité et le management des activités équestres, à tout moment et de n’importe où.

Dans ce contexte, le service recherche de l’Ifce a été sollicité afin d’apporter à l’équipe projet son expertise cheval. Un prototype opérationnel a été fourni aux différentes PME du consortium, qui sont maintenant en charge du développement du produit commercialisable.

CREC-europee projet de recherche a reçu des fonds de l’union européenne dans le cadre du 7ème programme cadre géré par le REA – Research Executive Agency – ec.europa.eu/research/rea (FP7/2007-2013) dans le cadre de la convention de financement n° FP7-SME-2013-605751″.

(c) Ifce

(c) Ifce

Cette étude de type épidémiologique a interrogé les douleurs du cavalier professionnel, en particulier les rachialgies. Le nombre de lombalgies des cavaliers professionnels (75%) n’est pas plus élevé que dans la population générale. Mais ce n’est pas le cas des cervicalgies (67%) et des dorsalgies (59%). Les prévalences des rachialgies de plus de 1 mois et permanentes sont particulièrement élevées.

Les résultats de notre étude ne justifient pas le lien entre « le mal au dos » et la pratique de l’équitation. Ils mettent en évidence un lien entre le mal au dos et les postures, les gestes et les efforts des tâches à pied que le métier impose. Ces douleurs, en accord avec la bibliographie, ne sont pas invalidantes pour le travail à cheval.  Ces douleurs identifiées ne sont pas le fait d’accident, mais le fait de l’activité de travail principalement hors monte, ce qui permet d’interroger les conditions du travail liée à la présence du cheval comme animal d’élevage et non uniquement les conditions d’entrainement et de compétition.  Il est intéressant de rechercher des aménagements organisationnels.

Pour en savoir plus, téléchargez ce poster

Cette étude a été réalisée conjointement par l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation (IFCE) et le Laboratoire d’Ergonomie et d’Epidémiologie en santé au travail (LEEST) de l’Université d’Angers.

 

Le plateau technique de Saumur est situé au siège de l’Ifce et dans le berceau du Cadre Noir. Il dispose d’infrastructures et d’équipements adaptés à la formation d’excellence, à l’accueil d’équipes de haut niveau et aux présentations du Cadre noir. Il dispose également d’équipements spécifiques : simulateurs, tapis roulants, moyens de mesure pour le cheval ou le cavalier…

Analyse cinématique des sauts d'école

Plus d'informations

Retrouvez les principaux résultats de ces projets de développement et de recherche, dans lesquels l’Ifce est partie prenante, sous formes de fiches pratiques et de posters « message clés » sur équi-paedia.

équi-paedia    Posters messages clés

 

Pour en savoir plus sur cette thématique consultez :
– les fiches équipaedia
– le portail documentaire Médiathèque Ifce
– les articles équ’idée