haras du pin

Une rentrée 2020 au petit trot à la Jumenterie du Pin

Au cœur de l’Orne, entre l’hippodrome et le Haras du Pin, trône la Jumenterie du Pin et ses bâtiments historiques.

Lieu de formation unique en Europe, la Jumenterie du Pin est aussi :

La Jumenterie dispose notamment:

  • d’une quinzaine d’étalons,
  • d’un troupeau de 60 juments d’élevage et,
  • d’une vingtaine de poulains de 1 à 3 ans.

Les stagiaires trouvent tout le matériel adéquate à leur formation sur place : salle de collecte de semence, deux laboratoires avec matériel de traitement de la semence réfrigérée ou congelée, analyseur de mobilité HTM IVOS, cytomètre en flux, quatre salles d’échographie et d’insémination, un laboratoire de transfert d’embryons et des salles de cours.

Un calendrier minutieux pour assurer un accueil soigné.

La fin de l’été est chargée pour les équipes pédagogiques et administratives de la Jumenterie.

En plus de la promotion de stagiaires assistants d’élevage en formation depuis la fin mai 2020, le pôle formation doit accueillir successivement, entre septembre et novembre, 5 groupes d’une dizaine de futurs inséminateurs (formation sur 5 semaines, non consécutives) et un groupe de 7 stagiaires chefs de centre.

Ce défilé a commencé fin août avec le premier groupe de stagiaires inséminateurs.

Le déroulement de la journée d’accueil est bien rôdé. Après une présentation des consignes de sécurité, la distribution de masques et des packs d’accueil, l’ensemble de l’équipe pédagogique vient se présenter.

 

Dès le premier jour, chaque groupe entre dans le vif du sujet. Les inséminateurs commencent par exemple avec les démonstrations de récolte le matin. Ils enchainent les TP et les cours en laboratoires pour leur première semaine.

Les 7 stagiaires qui préparent cette année le certificat d’aptitude aux fonctions de chef de centre, nécessaire pour assurer la responsabilité d’un centre de collecte, ont passé une première semaine autour d’activités variées :

  • Récolte d’étalons avec Clothilde Gourtay et Alex Kempfer
  • Manipulation d’embryons avec Maud Caillaud
  • Préparation de doses avec Estelle Provost
  • Utilisation et interprétation du spermogramme, analyse des résultats avec Isabelle Barrier-Battut.

Des profils très variés

Les stagiaires ont tous des profils diversifiés. Ils viennent de toute la France et ont tous plus ou moins d’expériences professionnelles.

On rencontre des projets professionnels variés : reprise d’une activité d’insémination, ou lancement d’activité avec un cabinet vétérinaire, diversification d’activité au sein d’un élevage ou d’une écurie.

Le groupe est aussi bien composé de professionnels en phase d’installation, de salariés envoyés par leur employeur pour compléter ou renouveler leurs équipes, ou de personnels en cours d’évolution professionnelle mais tous sont passionnées par la reproduction équine, l’élevage, la génétique, et bien évidemment les chevaux.

Pour en savoir plus sur ces formations REPRODUCTION :

Certificat d’aptitude aux fonctions d’inséminateur équin Certificat d’aptitude aux fonctions de chef de centre

 

 

 

Une année jonchée d’obstacles pour les cavaliers jeunes chevaux

2020 est une année particulière mais rien n’empêche les stagiaires cavaliers jeunes chevaux d’enchaîner les sans-faute.

Un arrêt carré suivi d’un nouveau départ au galop

Le 14 mars 2020, toutes les formations IFCE ont dû être arrêtées du fait de la pandémie de COVID 19. Le site du Pin, en tant qu’organisme de formation a été complétement fermé au public à cette date, et ceux jusqu’à la fin du confinement. Les stagiaires dont les cavaliers préparateurs de jeunes chevaux sont partis précipitamment, mais il a fallu également gérer la sortie des chevaux de formation sur site. Une majeure partie des jeunes chevaux a pu profiter de ce confinement avec leurs congénères des formations attelage et équitation dans les vertes prairies ornaises.

Mais la situation étant inédite, et l’avenir incertain à ce moment, une partie du piquet de chevaux est donc restée au travail durant le confinement. Durant trois mois, soigneurs et formateurs se sont relayés pour assurer les soins et le maintien en forme des chevaux IFCE.

Suite à l’annonce de réouverture des établissements de formation post confinement, le responsable de la formation Alban Notteau, l’équipe pédagogique, la direction du site du Pin et l’équipe administrative ont planché sur la reprise de cette formation. Une question émerge ainsi courant juin :

Comment accueillir dans le cadre des règles sanitaires cette promotion de cavaliers jeunes chevaux?

Afin de limiter le nombre de stagiaires sur site et d’assurer une remise en route optimale des élèves avec les chevaux de formation, il a été décidé de reprendre la formation avec 3 stagiaires uniquement. Les 5 autres jeunes cavaliers reprendront leur cursus fin décembre 2020 pour être prêts à attaquer la prochaine saison de concours dès le mois de février ou mars 2021.

Une reprise à 200%

Mathilde Galais, Adélaïde Laurent et Théo Mouliets ont retrouvé l’écurie Baladin le 6 juillet. Ils ont très vite repris les rênes vers les pistes de concours. Une dizaine de jours plus tard, ils étaient engagés dans les épreuves amateurs avec les « chevaux d’âge » (i.e. 7 ans et plus). Ils avaient déjà eu le temps de fouler les pistes avant le confinement, et donc ils étaient ravis de pouvoir continuer le travail commencé quelques mois plus tôt.

Quelques jours plus tard, Mathilde Théo et Adélaïde étaient en selle sur les jeunes chevaux à Canteleu, puis Notre Dame d’Estrées et « à la maison » sur la carrière Furioso du Haras du Pin.

Ils ont chacun plusieurs sans-fautes et très bons parcours à leur compteur. Mathilde est plusieurs fois sans faute en cycles classiques 4 ans avec Geisha du Parc*IFCE et Jump Lucky Z*IFCE et en formation 2 avec Eden du Pin*IFCE.  Dernièrement elle a également terminé sur le podium du GP 115 au Pin.  Théo réalise également des sans-fautes en 4 ans cycles classiques avec Gold du Pin *IFCE, Gucci de Lairaux* IFCE et Gang of New York IFCE. Quant à Adélaïde elle tire son épingle du jeu avec Epsilon *IFCE et Furioso du Pin *IFCE en formation 2.

Une discipline complémentaire qui valorise la progression des couples

En cette fin de mois d’août, le Pôle sport du Haras du Pin organisait un concours de CSO jeunes chevaux sur deux jours, agrémentés spécialement d’épreuves de Hunter style 4,  5 ou 6 ans. Les trois élèves étaient engagés dans ces épreuves qui demandent de la rigueur. Les chevaux doivent être parfaitement présentés car tout est décortiqué par le jury : cadence, abord, geste à l’obstacle, régularité, rectitude, .. C’est donc un excellent test pour les stagiaires afin de savoir s’ils sont dans la juste équitation et la maitrise de leur parcours.

A l’issue de cette compétition, Mathilde obtient deux premières primes avec Eden du Pin*IFCE, Théo reçoit une première prime et une deuxième prime avec Echo de Caverie*IFCE et Adélaïde et Epsilon *IFCE terminent l’épreuve avec une deuxième prime.

Suivez le quotidien des formations IFCE du site du Pin

 

Réouverture de l’atelier : bienvenue aux nouveaux élèves CAP sellier !

Le lundi 17 aout, Raphaël Rivard, Vincent Dalodier, Anna Kozlovskaya ont accueilli les nouveaux élèves en CAP sellier-harnacheur, promotion 2020-2021.

Les 8 stagiaires et les 8 apprentis ont rencontré l’équipe pédagogique et administrative. Ils ont découvert l’atelier au sein duquel ils vont passer désormais leurs journées jusqu’en juillet 2021.

Atelier partage et cohésion.

Dès leur arrivée, les élèves se retrouvent pour des ateliers.. bien loin de la sellerie.

Afin de leur permettre de se former dans les meilleures conditions et d’éviter toute tension au sein d’un groupe, la première journée est dédiée aux exercices de cohésion d’équipe. C’est Anne Le Coniat, ancienne entraîneuse des équipes de France de Golf,  formatrice INSEP et coach en entreprise qui intervient auprès des stagiaires de l’IFCE. Elle est présente à la rentrée, mais elle accompagne également les élèves de l’IFCE durant l’année pour optimiser leur apprentissage et leur performance.

Premiers exercices, dans l’air du temps !

Après cette expérience, les 16 futurs selliers ont pu appréhender l’organisation de l’atelier, prendre place sur leur établi et découvrir les bases techniques de la sellerie.

La prise en main des outils et des machines a été complétée par la présentation des peaux: la fabrication et la préparation des cuirs, les différentes parties utilisées, les méthodes de découpage…

Puis comme chaque année, les cigales se sont mises à chanter dans l’atelier. L’affûtage des outils fait également partie des étapes clés des premières journées de formation. Lors de cet affûtage, on entend alors un bourdonnement dans l’atelier qui rappelle avec un peu d’imagination le chant des cigales.

Pour se mettre en route, entre deux points selliers, les stagiaires ont pris les pédales des machines à coudre. Pour se faire la main sur ces machines, ils ont tous réaliser un lot de masques en tissu, indispensables en cette période de pandémie.

Ils attaquent désormais la découpe, la couture main et le patronage.

Et si vous voulez découvrir l’atelier, rendez-vous en 2021 lors de la journée Portes ouvertes du site du Pin dédiée aux formations.

Suivez le quotidien des formations sur le groupe Facebook

Nos sites de formation

L’IFCE bénéficie d’équipes pédagogiques et d’infrastructures de haut niveau. Il offre aux professionnels de la filière équine des formations diplômantes ou qualifiantes dans tous les domaines. A la pointe des sciences humaines et équines, l’offre de formations prend en compte l’individualisation des parcours et l’optimisation de la mobilisation des financements de la voie professionnelle.

Le Pôle de formation IFCE développe son offre de formations diplômantes et qualifiantes sur 4 sites :

  • Le Cadre noir de Saumur
  • Le Haras national du Pin
  • Le Haras national d’Uzès
  • Le Haras national de Rosières-aux-Salines.

Le site du Haras national du Pin accueille également des formations par la voie de l’apprentissage via le CFA Interregional du cheval et de l’équitation.

Chaque site possède un véritable patrimoine historique et des particularités. Découvrez ci-dessous les infrastructures, les équipements pédagogiques, la cavalerie, et les équipes qui développent au quotidien les formations professionnelles.

 

Aide financière exceptionnelle pour les employeurs recrutant un apprenti

L’aide unique et l’aide financière exceptionnelle pour les employeurs qui recrutent en apprentissage

Depuis 2012, l’Institut français du cheval et de l’équitation accueille un Centre de Formation d’Apprentis. Accessible aux jeunes de 18 à 29 ans, l’apprentissage fait l’objet d’un contrat de travail à durée déterminée. Ce type de formation permet d’obtenir une insertion rapide dans le monde professionnel grâce à une formation appliquée.

Le CFA délivre trois formations en apprentissage dont le CAP sellier-harnacheur, le DEJEPS perfectionnement sportif et le CS utilisation et conduite d’attelages de chevaux.

Concernant le CAP sellier-harnacheur, ce certificat se prépare en un an en alternance entre le centre de formation et l’entreprise. Dans un premier temps, les candidats sont sélectionnés en amont par le biais d’un test technique, d’un questionnaire de culture général et d’un entretien de motivation permettant de cibler le projet professionnel de chacun. Une dizaine d’apprentis, tous majeurs, rejoignent ainsi l’atelier chaque année pour préparer le CAP.

La formation est encadrée par des professionnels expérimentés : Raphael Rivard, Vincent Dalodier et Anna Kozlovskaya.

Vous souhaitez embaucher un apprenti ? Nous vous expliquons ci –dessous quelles sont les aides dont vous pouvez bénéficier et notamment l’aide exceptionnelle de 8 000€ mise en place dans le cadre du plan de relance de l’apprentissage.

Contrat d’apprentissage

Vous avez décidé de recruter un apprenti en formation de CAP sellier-harnacheur. Dans ce cas, vous devez tout d’abord :

  • vous assurez que le(s) maître(s) d’apprentissage aient les qualifications requises.
  • remplir la convention tripartite entre le CFA , l’employeur et l’apprenti.
  • rédiger et remplir un contrat d’apprentissage accompagné des pièces justificatives demandées.
  • déposer le contrat auprès de l’OPCO concerné pour qu’il soit enregistré.

Aides financières pour les entreprises:

  • Les entreprises de moins de 250 salariés employant un apprenti en CAP peuvent bénéficier de :

  1. Aide unique versée mensuellement par anticipation de la rémunération par l’Agence de services et de paiement (ASP) et à compter du début d’exécution du contrat.

Montant maximum de l’aide pour un apprenti en 1ère année : 4125 euros

  1. Aide exceptionnelle aux employeurs d’apprentis pour les contrats signés du 01.07.2020 au 28.02.2021: 8000euros
  • Pour les entreprises de moins de 250 salariés employant un apprenti en CAP la condition qu’elles s’engagent à atteindre le seuil de contrats d’apprentissage ou de contrats de professionnalisation dans leur effectif en 2021)

Aide exceptionnelle aux employeurs d’apprentis pour les contrats signés du 01.07.2020 au 28.02.2021 : 8000euros

Cette mesure exceptionnelle assurent aux entreprises un coût de recrutement d’un salarié en contrat d’apprentissage très faible voire quasi-nul.

 

 

Projet et stages des élèves artisans selliers de l’IFCE – Haras du Pin

Projet, production et prise d’expérience : le programme des élèves artisans selliers de l’ IFCE (site du Haras du Pin)

Présentation de la formation artisan sellier

La formation d’artisan sellier, inscrite au RNCP, propose à des titulaires du CAP sellier-harnacheur de perfectionner leur technique, tout en développant leurs compétences commerciales ainsi qu’en gestion d’entreprise de sellerie (management, comptabilité, suivi qualité,…).

Durant 10 mois, les 2 stagiaires artisans selliers de la promotion 2019-2020, Marylou Arce et Guillaume Gent, se perfectionnent en :

  • dessins techniques,
  •  patronage,
  • dessin assisté par ordinateur.

En ce qui concerne la pratique, les stagiaires fabriquent aussi bien :

  • des articles de sellerie-harnachement (selle, bride, harnais, licol, protection, bavette…),
  • des articles de sellerie-maroquinerie.

Cette année, le projet des deux élèves artisans lie fortement les sites du Pin et de Saumur. En effet, ils travaillent sur la réalisation de 3 selles (dressage, cso, cross) pour des enseignants-écuyers du Cadre noir, Benoît Pierre et Erwan Leroux, qui sont également des compétiteurs dans la discipline du concours complet. Ce projet souligne la complémentarité entre les sites  et permet aux élèves de prendre en main la réalisation de plusieurs selles de la conception à la fabrication en concertation avec le cavalier-utilisateur.

Formation Artisan Sellier

Durant la formation, les artisans ont également deux mois de stages à réaliser en entreprise.

  • Guillaume Gent est en stage au sein de l’entreprise MEYER,
  • Marylou Arce est partie depuis le mois de novembre prendre de l’expérience au sein de l’atelier de production du sellier MACEL basé à Saint-Marcellin-en-Forez.

Marylou avec l’équipe de l’atelier MACEL – copyright Lucie Michel/ Macel Sellier France

Présentation de l’entreprise MACEL, partenaire des formations sellerie de l’IFCE depuis de nombreuses années.

« Le métier d’artisan sellier est un travail complexe et entier, alliant savoir-faire, attention portée aux détails et compréhension des attentes et besoins du couple cheval/cavalier.
Depuis plus de 50 ans, Macel Sellier s’engage à valoriser et pérenniser son expertise française. Voilà pourquoi, chaque année, l’atelier accueille de nouveaux stagiaires ou apprentis.
La transmission de ce savoir-faire à de futurs selliers participe ainsi au renouvellement de la main d’œuvre de ce métier d’art.
De part ses méthodes de production, Macel s’attache à perpétuer une fabrication française et à la main, par des maîtres selliers hautement qualifiés.
Chaque selle sortant de l’atelier est un pièce unique, sur-mesure, qui aura pour principal but d’œuvrer en faveur du bien-être et de la performance des cavaliers et de leurs chevaux. »

Plus d'informations sur MACEL SELLIER FRANCE