économie

Note de conjoncture n°23 Juin 2016

Quelles sont les premières tendances de la conjoncture équine pour 2016 ?

Une nouvelle Note de Conjoncture sur la filière équine est parue !
Produite par l’Observatoire économique et social du cheval de l’IFCE, elle informe sur la situation de la filière équine française en ce début d’année 2016.

En résumé :
Les productions de chevaux de courses, de chevaux de selle et poneys sont en légère diminution.
Les premières ventes aux enchères de chevaux de course affichent des résultats contrastés : en berne pour les ventes mixtes des galopeurs mais en progression pour les 2 ans montés. Par ailleurs, les ventes aux enchères de trotteurs ont des résultats en repli.
Le marché intérieur des chevaux de courses, selle et poney s’améliore en volume. Quant aux importations, elles sont en diminution pour les chevaux de selle et poneys et en augmentation pour les chevaux de courses. Le marché de la viande connaît, en ce début d’année, une diminution du nombre d’abattages.
Du côté des utilisations, la baisse se poursuit pour les paris en ligne. Le nombre de cavaliers licenciés à la FFE en 2016 annonce une réduction pour la quatrième année consécutive mais elle semble moins importante qu’en 2015. Par contre, les cavaliers compétiteurs sont toujours plus nombreux !

Note de conjoncture n°22 Mars 2016

Des activités équines toujours en recul en 2015, malgré quelques signes d’amélioration

L’élevage de chevaux, toutes productions confondues, continue décroître en 2015. La baisse concerne les poneys de sport (-3%) et encore plus les chevaux de trait (-9%), mais les productions de galopeurs et de chevaux de sport repartent à la hausse (+8% et +3%).

Le commerce de Pur Sang en ventes aux enchères est resté très dynamique en 2015, avec des prix moyens en hausse. En revanche, le marché des trotteurs s’est montré en recul et le marché sport-loisir enregistre une légère baisse du prix moyen des chevaux. Par ailleurs, le recul des importations d’équidés de selle se poursuit, pour la 3è année consécutive.

Les indicateurs illustrant la consommation de « produits équins » régressent toujours en 2015. Les enjeux misés sur les courses hippiques baissent à nouveau en 2015 (-2%), mais de façon moindre comparée à 2014. Côté équestre, le nombre de cavaliers licenciés à la Fédération française d’équitation continue de décroître (-2%). Enfin, la consommation de viande chevaline recule nettement en 2015 (-10%).

Ces baisses d’activités s’accompagne d’un léger recul de l’emploi salarié en exploitations équines mais aussi d’une baisse du cheptel équin présent en France.

Note de conjoncture – mars 2016

La filière équine en Bretagne – édition 2016

Depuis 2001, le Conseil des Equidés de Bretagne fédère et
représente l’ensemble des secteurs de la filière équine régionale
et se positionne à l’interface entre les socio-professionnels et les
partenaires institutionnels.
La quantification et la qualification de la filière équine régionale
par des données économiques et sociales constituent une de nos
missions fondamentales.
Cette plaquette présente les résultats de l’Observatoire
Economique Régional et mesure l’impact et le poids économique
des activités équines en Bretagne.
Nous remercions les entreprises ayant participé à l’enquête
menée en 2015.
Cette vision macro-économique de la filière est indispensable
pour informer les acteurs du secteur et faire reconnaître la place
que la filière équine occupe dans notre région et son rôle dans
l’animation et l’aménagement des territoires ruraux.
Culturellement et historiquement terre de cheval, la Bretagne doit
continuer à pouvoir s’affirmer comme l’une des régions françaises
leader dans le secteur équin.
Michel de GIGOU,
Président du Conseil des Equidés de Bretagne

La filière équine dans les Hauts de France

Nous sommes heureux de vous présenter la 4ème édition de l’observatoire de la filière équine du
Nord-Pas-de-Calais-Picardie.
La fusion entre nos deux régions est maintenant réalisée, il nous semblait important de vous proposer l’état
des lieux de la filière équine dans cette nouvelle grande région française.

Cette édition est la première regroupant les données de la Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, car jusqu’à
présent nous éditions une plaquette pour chaque région.
Il convient cependant d’insister sur les faits marquants de cette nouvelle édition :
• Une augmentation du chiffre d’affaire de la filière de 5 %.
• Un statut des professionnels de la filière toujours plus flou : agriculteurs ou pas, malgré le passage
au statut agricole de la filière équine en 2005, on constate qu’il est toujours aussi difficile de bénéficier du
statut d’agriculteur alors que nous valorisons des productions agricoles régionales.
• Une pression du foncier qui chasse la filière équine : de plus en plus de jeunes préfèrent quitter
notre région pour s’installer sur d’autres territoires où le foncier est plus accessible.
• Des sous-filières en « panne ». Malgré une volonté de développer la filière trait, les chantiers
hippomobiles sont inexistants sur notre territoire alors qu’un ensemble d’éléments devraient contribuer à
leur essor : réduction de l’empreinte carbone, création de liens sociaux, développement d’emplois locaux,
animation touristique, etc.
Si l’on devait résumer ces constatations, la filière cheval disparait du paysage régional et si nous continuons,
d’ici 10 ans, il faudra aller chez nos voisins anglais, belges ou normands, pour trouver des entreprises
équines.
L’ensemble des socio-professionnels que je représente ne veut pas se résoudre à cette fin et aujourd’hui,
nous voulons être ambitieux et proposer un nouveau schéma directeur qui reprendra les 3 points suivants :
• Favoriser l’installation des jeunes (aide aux financements, à la recherche de foncier, transmission,
etc…)
• Aider au développement des structures existantes (innovation, extensions, accompagnement des
entreprises en difficultés)
• Favoriser le développement de nouveaux marchés (nationaux, européens, mondiaux).
Le cheval possède de nombreux atouts pour contribuer au développement et au rayonnement de notre
belle région, alors, donnez-nous les moyens de nos ambitions.

Hervé Delloye,
Président du Conseil du Cheval Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Formation Découverte du cheval médiateur

Une nouvelle session de formation sur la médiation équine sera programmée :

le Lundi 9 mai 2016

au Haras national de Rodez

« Découverte du cheval médiateur »

dispensée par Monique Le Bon, Titulaire du BEES1 : Brevet d’État Éducateur Sportif Équitation, spécialisation BF Equi-Handi et BF Équitation Éthologique -Titulaire du DU Ethologie du cheval de l’Université de Rennes 1
Cette session est ouverte à tous professionnels du secteur éducatif, socio-éducatif, médical, médico-éducatif, médico-social qui ont pour projet ou idée d’intégrer le cheval médiateur dans leurs activités proposées à leurs patients en partenariat avec des professionnels de l’enseignement à l’équitation, ainsi qu’aux responsables de structures équestres qui souhaitent développer l’accueil de personnes en difficultés. L’objectif étant de découvrir le cheval et les différentes pratiques de médiation équine au travers d’apports théoriques et d’aborder le cheval.

« L’utilisation du cheval médiateur et sa valorisation comme outil thérapeutique et/ou pédagogique constitue un axe de développement pour la filière équine. Il s’agit d’une ouverture innovante en direction des publics les plus divers, de l’enfant à l’adulte qu’il soit ou non intégré scolairement et/ou socialement, quelle que soit sa situation de handicap : physique, mental ou social. Le développement de ces activités est souvent freiné par une méconnaissance du cheval qu’il engendre chez les personnels soignants et encadrants. Il est alors indispensable pour un responsable de structure équine de pouvoir se positionner comme référent pour présenter les atouts du cheval et garantir la sécurité du public.

Suite à des rappels à des comportements du cheval, différentes techniques d’approche du cheval seront expérimentées afin de pouvoir s’adapter au public et au projet d’accompagnement. Les atouts de la médiation équine seront présentés pour permettre aux professionnels de la filière équine de devenir force de proposition dans l’élaboration de séance de médiation en collaboration avec le personnel soignant. »
Vous trouverez ci-joints le programme : Programme Formation Cheval médiateur Rodez 2016.pdf et le dossier d’inscription : Dossier inscription Formations 2016.pdf, et nous restons à votre disposition pour plus de renseignement
N’hésitez pas à nous demander un devis si besoin.

▷ Tarif : 220€ la journée de formation /personne (repas en supplément)

 

Renseignements et Inscription

Retourner la fiche d’inscription :

– par mail à l’adresse suivante : formations.midi-pyrenees@ifce.fr
– par fax au : 05 65 68 29 07
– par courrier à : IFCE – Haras national de Rodez
Formations Midi-Pyrénées
Rue Eugène Loup
12000 RODEZ

– tel : 05 65 73 84 17

Formation groom international

Objectif : devenir groom concours responsable et autonome en France ou à l’étranger

Le groom international travaille dans une écurie de compétition de haut-niveau. Il est en charge de la préparation des chevaux de sport, des soins, de l’échauffement et de la récupération, du transport, etc. Il se déplace  pour accompagner les chevaux en compétition.

Pour pouvoir assurer le transport des chevaux, la formation comprend : le passage du CAPTAV, de la FIMO et du permis poids lourds.

Sélections 2020 : 1 journée

  • vendredi 17 juillet
  • vendredi 11 septembre
Dossier de candidature 2020

L’Ifce coordonne le plus gros congrès européen de maréchalerie

Equimeeting maréchalerie 2015Les 25 et 26 septembre dernier, 600 personnes étaient présentes à l’équi-meeting maréchalerie au Haras national du Pin.
300 professionnels, maréchaux-ferrants et vétérinaires, 200 étudiants et 100 exposants se sont rencontrés, ont écouté des conférences plénières de haut-niveau et assisté à des démonstrations de produits innovants.

Les 3 sessions de conférences ont fait salle comble. Les questions et discussions à l’issue de chaque présentation étaient si nombreuses que le programme des interventions a été difficile à respecter. La richesses des échanges a été très appréciée par les participants.

 

Des intervenants renommés internationalement.
Notons la présence d’intervenants étrangers spécialistes :
– Lorenzo d’Arpe, venu d’Italie présenter sa technique de phlebogramme,
– Claude Lortie, venu du Québec proposer sa technique d’amélioration de la tournure de fer,
– Simon Curtis, venu d’Angleterre exposer les spécificités du ferrage des galopeurs,
– Florian Hafner, venu d’Allemagne donner les résultats de ses études sur l’influence des types de fers sur les antérieurs.

La tente des exposants s’était encore agrandie pour accueillir 18 entreprises. Chacune bénéficiait d’un espace d’exposition et d’un temps de démonstration de leurs produits innovants. Les retours sont très positifs et de nombreuses entreprises ont annoncé leur souhait de revenir dans deux ans.
Outre la qualité des interventions, qui chaque année fidélise les participants, l’intérêt d’équi-meeting maréchalerie est également de permettre aux professionnels de partager et échanger sur leurs pratiques et expériences.

 

L’aventure a débuté en 2009, par la mise en place, à la demande des professionnels de la maréchalerie, d’un évènement leur permettant de se mettre à jour en termes d’innovations et d’évolution de leur métier. C’est ainsi que le comité organisateur composé des Haras nationaux, l’Institut de la Maréchalerie – Compagnons du devoir, l’Union française des maréchaux et le CFPPA de Saint-Hilaire-du-Harcouët a organisé la 1ère édition de l’équi-meeting maréchalerie, grâce au soutien du pôle de compétitivité filière équine. Les éditions suivantes, 2011 et 2013, ont vu progressivement s’accroître le nombre de participants et d’exposants. Cette édition 2015, qui a intégré deux vétérinaires au comité organisateur, avec ses 600 personnes, se positionne comme le plus gros congrès européen de maréchalerie.

 

Rendez-vous fin septembre 2017 pour la 5ème édition, avec d’ors et déjà de nombreuses nouveautés envisagées.
En attendant, vous pouvez télécharger le compte-rendu des interventions de la journée sur www.equimeeting.fr et dès la mi-novembre, retrouvez les vidéos des interventions et démonstrations sur www.equivod.fr.

Vers la performance économique des entreprises équines


Découvrez le nouveau cycle de formations performance économique proposé par l’Ifce en partenariat avec la FFE et le GHN.

Un dispositif de formation inédit pour la compétitivité économique des entreprises équines

En réponse à l’appel à projet du VIVEA, l’Ifce, la FFE et le GHN ont développé une nouvelle offre de formation à destination des éleveurs et dirigeants de structures équestres. Ces formations visent à appuyer la pérennité et le développement économique des entreprises de la filière équine.

L’Ifce en partenariat avec la FFE et le GHN mobilise intervenants spécialisés et experts reconnus pour renforcer les compétences en matière de maitrise des charges, de gestion et de stratégie commerciale des dirigeants d’entreprise.

Ce nouveau cycle de formations «  Performance économique » se compose de 4 modules indépendants d’une durée de 2 jours financéspar le VIVEA pour les profils éligibles.
maîtriser les charges alimentaires et sanitaires de son entreprise
raisonner ses coûts de production : analyse technico-économique.
identifier son potentiel de développement et mieux commercialiser son offre.
maitriser les bases de comptabilité et de gestion de son entreprise

Un accès facilité à l’offre de formation

Pour en faciliter l’accès, ces modules de formation sont proposés dans toute la France dès septembre sur les sites de :

  • Antenne parisienne de l’Ifce (75 – 13ème arrondissement),
  • Parc équestre fédéral à Lamotte-Beuvron (41),
  • Toulouse (31) et Mirande (32),
  • Parc du Cheval à Chazey sur Ain (01),
  • Haras national d’Hennebont (56).

Comment s’inscrire ?

Contactez-nous à formations(at)ifce.fr
Pour en savoir plus
 

logo VIVEA