dressage

Covid-19 et sélections pour les formations DEJEPS : quelles modifications ?

Les mesures prises par le gouvernement dans le cadre de la limitation de la propagation du coronavirus touchent toutes les activités de l’Institut français du cheval et de l’équitation, et notamment les sélections à l’entrée en formation DEJEPS.

Les activités de formation sont suspendues depuis le lundi 16 mars 2020 jusqu’à nouvel ordre. Les dates de sélection à l’entrée en formation DEJEPS sont pour le moment maintenues sur les 4 sites ( Saumur / Le Pin / Uzès / Rosières-aux-Salines). Néanmoins, si ces dates venaient à être modifiées en fonction de l’évolution de la situation, les candidats seraient avertis du report des tests.

Envoi des dossiers adapté

La situation sanitaire actuelle impacte le service de distribution des courriers. L’IFCE s’adapte à ces contraintes en assouplissant les délais d’envoi des dossiers de candidature. Ainsi, nous vous proposons un envoi simplifié dans un premier temps.

Pour tous les candidats qui souhaitent s’inscrire aux tests de sélection 2020 préalables à l’entrée en formation,  il est demandé :

  • d’envoyer au plus vite une version informatique (scan, photo) du dossier par mail sans pièces justificatives,
  • d’envoyer en parallèle, la version papier avec tous les documents par courrier.

Retour des dossiers et dates de sélection 2020

L’IFCE propose plusieurs « formules » sur ses 4 pôles de formations. Les différentes modalités permettent à chacun de trouver le format qui répond au mieux à ses objectifs et ses contraintes professionnelles (choix du support, rythme de l’alternance, niveau en compétition, ..)

Le site de Saumur propose deux formats de préparation au DEJEPS perfectionnement sportif pour les supports : Dressage, ou CSO, ou CCE, ou Hunter.

La date de retour des dossiers est reportée au mois de juin 2020.

Les sélections ( DEJEPS pro et la formation sport) se déroulent sur 2,5 jours. Elles seront organisées probablement fin juin – début juillet, sous réserve des instructions de nos instances

Contact : Nathalie GUERIN – nathalie.guerin@ifce.fr

DEJEPS formation sport :

Cette formation continue de 11 mois (d’octobre à juillet) sur le site de Saumur assure la préparation du diplôme en parallèle d’un programme d’entraînement sportif.

Il est indispensable pour cette formation d’avoir un voire deux chevaux de plus de 6 ans capables d’accéder aux compétitions de niveau amateur élite ou pro.

Fiche DEJEPS SPORT

DEJEPS pro Saumur :

Ce cursus s’adresse à des enseignants qui souhaitent évoluer dans leur métier et des cavaliers professionnels. Il est nécessaire de disposer d’un cheval personnel du niveau de l’examen. Cette formation se déroule sur 10 mois de septembre à juin en alternance. Cela correspond à : 2 modules de 6 semaines et un module de 3 semaines à l’IFCE, entrecoupés de deux périodes de stage en entreprise.

Fiche DEJEPS pro Saumur

Le site de Saumur propose deux formats de préparation au DEJEPS perfectionnement sportif pour les supports suivants: Dressage, ou CSO, ou CCE, ou Attelage.

NB :Tous les candidats doivent justifier des résultats en compétitions avec l’attestation DTN avant de candidater à l’entrée en formation.

Une session de sélection, comprenant le passage du test pédagogique (pour les non titulaires d’un BPJEPS ou BEES 1) est prévue pour la formation professionnelle comme la formation par la voie de l’apprentissage  :

  • Mercredi 24 juin 2020

Contact : Fabienne LEGEARD – fabienne.legeard@ifce.fr

DEJEPS apprentissage :

Cette voie s’adresse aux cavaliers amateurs et professionnels de moins de 30 ans, ayant un cheval personnel du niveau de l’examen, titulaires ou non d’un BPJEPS. Cette formation en apprentissage sur deux ans leurs offre la possibilité de prendre de l’expérience avant leur installation. Dans ce cadre, le rythme est généralement d’une semaine par mois à l’IFCE et les 3 autres semaines en entreprise.

Fiche DEJEPS apprentissage

Témoignage - Julien apprenti 2017-2019

DEJEPS pro Le Pin :

Cette formation sur 12 mois est répartie par modules de 2 à 3 jours. Un plan individuel de formation est proposé à l’entrée en formation. Elle s’adresse à des cavaliers professionnels expérimentés, qui peuvent justifier des résultats dispensant des tests techniques préalables à l’entrée en formation et de la modalité certificative de l’unité capitalisable 4 (UC 4: «être capable d’encadrer les sports équestres en sécurité»).

Fiche DEJEPS pro LE PIN

DEJEPS pro– support attelage

Le parcours sans allègement compte 81 jours en centre et 147 jours en entreprise. Cette formation s’adresse à des enseignants et/ou meneurs avec des résultats en compétition d’attelage souhaitant valoriser ou acquérir de nouvelles compétences et diversifier leurs activités.

Des sessions de sélection sont prévues à Uzès :

  • jeudi 2 juillet 2020
  • lundi 7 septembre 2020

Formation DEJEPS support Attelage -UZES

Contact : Andréa BERTOLINO – formations.sud@ifce.fr

Le site de Rosières proposera pour la rentrée 2020, sous réserve d’habilitation, la formation DEJEPS perfectionnement sportif pour les supports : Dressage et CSO. Cette formation est complémentaire du CS éducation et travail du jeune cheval de dressage pour accompagner la formation de cavalier -entraîneur spécialisé en dressage notamment.

Cette formation se déroule en alternance sur 7,5 mois de novembre 2020 à juillet 2021

Les sélections ( DEJEPS pro et la formation sport) se déroulent sur 2,5 jours. Elles sont prévues (sous réserve de modification en fonction de l’évolution de la situation) :

  • du 15 au 17 juin 2020

Formation DEJEPS-Rosières

Contact : Harmonie MACHERON – harmonie.macheron@ifce.fr

Rappel sur les exigences préalables techniques et pédagogiques requises pour l’entrée en formation

L’entrée en formation d’un candidat du diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport, spécialité « perfectionnement sportif », est conditionnée par la validation d’exigences préalables conformément aux arrêtés du 21/09/2018 (JORF n° 0230 du 05/10/2018 texte n°28).

  1.  Les TEP « techniques » DRESSAGE et CSO :

Les candidats qui ne sont pas dispensés des exigences préalables techniques devront systématiquement réaliser les 2 tests suivants (quel que soit le support choisi)

exceptionnellement en 2017, préparez le DEJEPS avec les chevaux de l' ESCE saumur

  • Test technique de dressage (Test A1 ) : présentation d’une reprise de dressage Amateur 3 Grand Prix (ou de niveau équivalent) sur un rectangle de 60x20m.
  • Test technique de CSO (Test A2) : parcours de CSO de niveau Amateur 2 (ou de niveau équivalent – Cotes : 1,05 m à 1.10 m ).

 

   2 . Le TEP « pédagogique » :

Le candidat doit conduire une séance de perfectionnement de travail sur le plat d’une durée de 20 minutes maxi dans le support de son choix. Cette séance se déroule avec 3 cavaliers de niveau de galop 5 ou plus, et est suivie d’un entretien de 10 minutes maxi.

Les dispenses des exigences préalables à l’entrée en formation.

Les dispenses peuvent porter sur tout ou partie des tests préalables à l’entrée en formation, des tests préalables à la mise en situation pédagogique ou de tout ou partie d’une modalité certificative d’une unité capitalisable (UC).

Vous pouvez vous reporter à la page 5 de l’Arrêté du 21 septembre 2018 pour connaître les équivalences (tableaux figurant dans les annexes III)

 

Contact

Si vous avez des questions sur les formations DEJEPS ou les dossiers de candidatures, n’hésitez pas à nous contacter :

Mail :formations(at)ifce.fr

Tél : 06 19 22 71 85

Immersion au sein de l’école portugaise d’Art équestre

Alexandra Petit est partie, dans le cadre de sa formation, début mars à Lisbonne pour un stage. Elle est installée pour deux mois en immersion au sein de l’École Portugaise d’Art Équestre.

Ce stage doit lui permettre de s’imprégner de la culture des écuyers et de cette «équitation de tradition » portugaise après 6 mois de travail auprès des écuyers du Cadre noir de Saumur.

Lisbonne : Des nouvelles en direct et en images

La première semaine lui a permis de découvrir le site, les chevaux et la culture du pays.

Depuis son arrivée au sein de l’école,  Alexandra a pu commencer le travail avec CAJEBEL. Avec ce cheval, elle a débuté son apprentissage du travail en main et au pilier. En quelques jours, Alexandra a toute de suite noté une évolution dans son travail, et a pris ses marques ainsi petit à petit.

« Le petit manège de l’école est en travaux. Nous avons la chance de travailler les chevaux dans l’ancien corps militaire qui est attenant à l’école. »

La crise sanitaire du COVID-19 touche également le Portugal. De fait cet apprentissage au sein de l’école a été interrompu. Mais Alexandra continue le travail des chevaux dans l’écurie de son maître de stage afin d’éviter tout déplacement.

«Je travaille par exemple une jeune jument de 6 ans en dressage et initie son travail à l’obstacle. Nous avons mis quasiment tous les chevaux de l’écurie sur les barres, même un entier de race espagnol. De bonnes surprises pour la plupart des chevaux. Tout est organisé afin que je travail sans risque. ».

Le coordinateur de la formation et les responsables administratifs sont évidemment en contact avec Alexandra pour assurer sa sécurité. Ils sont en relation avec les responsables de l’école portugaise pour prévoir si besoin son rapatriement en France si la situation venait à évoluer.

 

Complémentarité entre les performances sportives (liées à la préparation physique et à la compétition) et l’équitation de tradition

Après son DEJEPS en apprentissage à l’IFCE – Haras national du Pin, Alexandra a obtenu son diplôme d’instructeur en 2018 sur le site IFCE du Cadre noir de Saumur. Compétitrice dans la discipline du saut d’obstacle depuis son plus jeune âge, Alexandra se concentre cette année sur l’équitation académique et la performance sportive. Cela se traduit grâce à une formation unique en son genre et la réalisation d’un mémoire sur la préparation physique et mentale du cavalier.

Durant les deux mois d’apprentissage à Lisbonne, le partage d’expérience des écuyers doit lui permettre de s’imprégner de la culture des écuyers, et notamment de cette « équitation de tradition » qui découle de trois piliers fondamentaux, historiques :

  • la tauromachie,
  • la guerre et,
  • l’équitation de travail.

La complémentarité entre la théorie et la pratique avec la cavalerie de l’école assure une transmission culturelle des plus riches.

Rencontre entre l’écuyer du Cadre noir  et  l’écuyer en chef de l’Ecole portugaise d’Art Equestre de Lisbonne

Vincent Pottier, écuyer du Cadre noir, coordonateur de la formation Cavalier d’entraînement du Cadre noir et de l’Executive Master Entraineur « équitation de tradition et performance sportive » avait rencontré le directeur et l’écuyer en chef de l’École Portugaise d’Art équestre en 2018. Cet échange a permis de mettre en place une convention de stage pour ce cursus.

Ils avaient également organisé toute la logistique liée au stage pour un accueil optimal des stagiaires, c’est pourquoi la situation est un véritable enrichissement pour Alexandra qui peut continuer sa formation en toute sécurité.

Un enrichissement culturel inédit.

L’École Portugaise d’Art Équestre a succédé à la Picaria Real. Cette ancienne académie équestre de la cour royale du Portugal s’est éteinte au 19e siècle.

Durant deux mois à Lisbonne, les stagiaires sont plongés au cœur du quotidien des écuyers. Ils profitent de cette occasion unique pour découvrir une culture équestre de tradition reposant sur des écrits du XIVe siècle. Cette session se déroule sous forme de compagnonnage.

Une montée en compétence pour les professionnels

Ce master (partenariat avec l’INSEP jusqu’en 2019) « Equitation académique et performance sportive » est un enrichissement, une montée en compétence. Il permet d’acquérir une expérience et une culture ainsi qu’une ouverture d’esprit sur la pratique de l’équitation de tradition française et étrangère.

Elle s’adresse à des cavaliers expérimentés, ayant atteint un certain degré de maturité dans leur équitation.

La formation sera proposée sous une nouvelle forme pour la rentrée 2020.

Pour suivre cette immersion, rendez-vous sur le groupe IFCE -Formations Saumur

Rencontre avec le directeur et l’ écuyer en chef de l’Ecole portugaise d’Art Equestre de Lisbonne

Vincent Pottier, écuyer du Cadre noir, coordonateur de la formation Cavalier d’entraînement du Cadre noir et de l’Executive Mastere Entraineur (EME) « équitation de tradition et performance sportive » s’est rendu à Lisbonne accompagné par la responsable de la formation professionnelle de l’Ifce , Maud Dupuy D’Uby, afin de rencontrer le directeur et l’écuyer en chef de l’École Portugaise d’Art équestre.

Les quatre responsables ont validé la convention de stage qui sera mise en place dans le cadre de la formation qualifiante : Executive Mastere Entraineur. Ils ont également organisés toute la logistique liée au stage pour un accueil optimal des stagiaires: hébergement, restauration et transport (éléments inclus dans le coût de la formation) .

FOR-LisbonneEME

Un enrichissement culturel inédit

L’École Portugaise d’Art Équestre a succédé à la Picaria Real, l’ancienne académie équestre de la cour royale du Portugal, éteinte au 19e siècle.

Durant deux mois à Lisbonne, les stagiaires seront plongés au cœur du quotidien des écuyers, et profiteront de cette occasion unique pour découvrir une culture équestre de tradition reposant sur des écrits qui remontent au XIVe siècle. Cette session de deux mois sera axée sur l’ équitation de tradition et se déroulera sous forme de compagnonnage.

FOR-LisB EME

Durant cette immersion, le partage d’expérience permettra aux stagiaires de s’imprégner de la culture des écuyers , et notamment de l’équitation de tradition qui découle de trois piliers fondamentaux, historiques : la tauromachie, la guerre et l’équitation de travail. La complémentarité entre la théorie et la pratique avec la cavalerie de l’école assurera une transmission culturelle des plus riches.

FOR-EME voyage Lisbonne

Une montée en compétence pour les professionnels

L’EME « Equitation académique et performance sportive » est un enrichissement , une montée en compétence permettant d’acquérir une expérience et une culture, mais également une ouverture d’esprit sur la pratique de l’équitation de tradition française et étrangère.

Elle s’adresse à des cavaliers expérimentés, ayant atteint un certain degré de maturité dans leur équitation, titulaires du DEJEPS ou du BEES 2/ DESJEPS , qui dispose d’un cheval personnel de niveau Pro 2 (toutes disciplines confondues)

Les sélections pour la session 2018 sont prévues le mardi 26 juin.

En savoir plus sur l’EME  :

Executive Mastere Entraineur

Télécharger le dossier de candidature :

Dossier de candidature 2018

CS jeunes chevaux : portrait de Naïs, élève en formation

La 3e promotion du certificat de spécialisation (CS) « éducation et travail du jeune cheval » orienté vers le dressage à Rosières aux Salines a fait sa rentrée depuis maintenant 3 mois.
Naïs Roussel, qui a intégré cette promotion, revient sur son parcours auprès des chevaux et sur ses premiers mois de formation à l’approche du stage de débourrage compris dans le programme de ce CS. Une étape indispensable pour son projet professionnel.

 

Naïs et Festero en carrière à Rosières

Naïs suit la formation, notamment avec son cheval Festero

« Naïs, quel est ton parcours scolaire et professionnel jusqu’à maintenant ?

– Je suis diplômée d’un BAC STMG (Sciences et technologies du management et de la gestion) qui m’a permis d’acquérir des connaissances en marketing, management, économie et droit, indispensables pour mener à bien mon projet de structure équestre. J’ai ensuite suivi une formation BPJEPS mention équitation, que j’ai obtenu, pour pouvoir enseigner cette pratique.

 

– Quelle est ton expérience avec les chevaux et en dressage ?

– J’ai commencé à monter à cheval dans un centre équestre à 10 ans. Suite à une grosse chute, j’ai dû arrêter de monter, mais la passion étant la plus forte, j’ai recommencé à monter à 12 ans dans un autre centre équestre où j’ai pratiqué le dressage, le CSO et le Complet.

Dans ce nouveau club, j’ai fait la connaissance de Philip, un poney de 3 ans que j’ai fini par acheter. Nous avons tout appris ensemble, et c’est lui qui m’a donné l’envie de pratiquer le dressage. Il est tombé gravement malade lorsqu’il a eu 7 ans et j’ai dû le changer d’écurie en raison de son état de santé. Nous avons rejoint une petite écurie privée où l’on pratique l’équitation de dressage classique dans un cadre verdoyant et un environnement calme et agréable, particulièrement adapté à cette pratique. La propriétaire, Mme Jacottet, a partagé avec moi sa passion.

Ne pouvant plus monter mon poney à cause de sa maladie, j’ai eu la chance, à 16 ans, de me voir confier, un cheval d’âge, « maître d’école » de dressage. Mon poney est décédé 5 mois après notre arrivée dans cette nouvelle écurie. Sa perte a été très difficile à surmonter et j’ai eu du mal à continuer sans lui, mais finalement, j’ai voulu poursuivre mon rêve et 1 an plus tard j’ai acheté Festero, un pure race espagnole qui aujourd’hui 13 ans. Je le sors en compétition amateur, ainsi que Vincent, KWPN de 16 ans, le cheval de Mme Jacottet, qui m’a permis de participer au championnat de France Amateur 2 jeunes en 2017.
Propriétaire de chevaux depuis l’âge de 14 ans, confrontée à la maladie de mon poney, puis à sa perte, j’ai acquis, par la force des choses, une certaine expérience sur les soins aux chevaux. J’ai d’ailleurs également adopté une ponette de maintenant 13 ans atteinte d’une maladie incurable. Je me suis donc entourée de professionnels de la santé équine, vétérinaires, ostéopathe équin, maréchal ferrant. Je retire beaucoup d’enseignements à les observer et à échanger avec eux.
Par ailleurs, en parallèle de mes études, j’ai eu l’occasion pendant plusieurs mois, à titre bénévole, de monter des chevaux dans une écurie de valorisation de chevaux de CSO. Cette expérience m’a permis de découvrir cette activité et de confirmer mon envie d’apprendre à valoriser les jeunes chevaux, mais dans le dressage, ma discipline de prédilection.

 

Naïs et Marlène à cheval

Naïs et Marlène ont intégré la promotion 2017-2018

– Pourquoi avoir choisi le CS jeunes chevaux de Rosières aux Salines ?

– Pour réaliser mes projets, il me paraissait indispensable de suivre une formation qualifiante, afin d’acquérir les bonnes techniques pour valoriser les jeunes chevaux, plutôt que tâtonner pendant des années, sans garantie d’obtenir les résultats que je veux. L’expérience que j’ai pu faire dans l’écurie de valorisation de jeunes chevaux m’a conforté dans mes choix, et celui de la formation CS a donc été une évidence. J’ai choisi le CS pour apprendre à bien valoriser un jeune cheval, apprendre les bonnes techniques, acquérir les compétences, me perfectionner et progresser dans la discipline. Mon premier objectif est de réussir à valoriser correctement un jeune cheval et d’aller à la finale des jeunes chevaux à Saumur.

 

– Quelles sont tes premières impressions sur la formation ?

– Les différents professionnels qui interviennent sur la formation sont vraiment tous supers. Chaque intervenant complète les autres. Nous sommes encadrées par des professionnels pour chaque discipline, que ce soit pour le travail monté ou pour le travail à pied. Nous avons, pour l’instant, 3 jeunes chevaux confiés à qui nous apprenons et qui nous apprennent énormément aussi, car ils sont tous très différents en âge et en caractère. J’apprends à voir leur potentiel, leurs qualités et leurs défauts aussi. 2 juments, une de 4 ans et une de 5 ans, me sont confiées, très différentes l’une et l’autre, et nous venons d’accueillir un nouveau cheval de 4 ans que j’ai hâte de découvrir. Chaque cheval est différent, dans ses allures, dans ses capacités, dans sa personnalité et nous devons adapter notre manière de monter à chacun pour parvenir à obtenir le bon résultat. Chaque cheval apprend de façon différente, ce qui est très enrichissant et je m’attache beaucoup à eux. Les formateurs nous encouragent, nous expliquent et nous enseignent avec bienveillance et patience et j’apprends beaucoup grâce à eux. Leurs conseils sont précieux et je constate les progrès. Je mesure la chance que j’ai de pouvoir bénéficier de leurs connaissances.

Dans le cadre de la formation, nous montons un cheval d’âge. Pour moi, c’est mon cheval Festero qui a évolué beaucoup également en seulement 2 mois. Nous abordons des techniques qu’il ne possédait pas et je suis très fière de lui.

Les cours théoriques sont aussi très intéressants et enrichissants. Sur le Haras de Rosières, nous avons la chance de pouvoir découvrir d’autres métiers et disciplines liés au cheval : sellerie, maréchalerie, attelage …

 

– Un projet pour la suite ?

– Mon projet professionnel est de créer une écurie de propriétaire (dressage) d’ici quelques années (5 à 10 ans) avec pour activités : la sortie en compétition des propriétaires, la valorisation et la commercialisation de jeunes chevaux (personnels, d’éleveurs ou de propriétaires) et je souhaite également pouvoir évoluer personnellement en compétition ».

 

Vous souhaitez intégrer cette formation ? Contactez dès maintenant notre correspondant formations pour obtenir votre dossier d’inscription.
Contact : H. Marcheron, 06 14 06 85 75, harmonie.marcheron@ifce.fr

Plus d'informations

Formation jeunes chevaux : cap sur Saumur pour Laurine et Hélios !

La deuxième année de la formation jeunes chevaux à Rosières aux Salines touche presque à sa fin. De retour de son stage chez le cavalier de dressage Bertrand Liegard en Belgique, Laurine prépare ses dernières évaluations et continue sa préparation pour ce qui sera le point d’orgue de cette année de formation : la Grande Semaine de Saumur du 21 au 24 septembre 2017. L’heure est au bilan pour la jeune cavalière pour qui se dessine l’avenir.

 

Laurine et Hélios dans la cour du Haras de Rosières

Laurine et Hélios participeront à la finale Cycle libre 4 ans

« Laurine, tu as décidé de partir en stage chez Bertrand Liegard dans le cadre de la formation. Que retiens-tu de cette expérience ?
– Le stage était une expérience formidable pour moi. Il m’a permis de découvrir une écurie de professionnel avec un autre état d’esprit qu’en France, une autre approche de la discipline, des infrastructures bien différentes de chez nous aussi bien en terme de qualité que d’exploitation ou de logistique.
J’ai eu la chance de pouvoir m’occuper du cheval de Bertrand, « Star Wars », un extraordinaire cheval de grand prix, tellement attachant avec un caractère fort.

 

– Hélios t’as également accompagné durant ce stage. Quels ont été pour toi et pour lui les bénéfices de cette période de travail ?
– Cette formation n’a été que bénéfique pour Hélios et moi. Le fait de travailler au quotidien des chevaux de dressage avec des qualités et un potentiel énorme ma permis de beaucoup progresser. Mon temps de travail journalier consacré a la monte des chevaux et a Hélios était parfait pour ma progression car mon planning m’a dégagé des tâches fastidieuses, notamment le curage des boxes.

 

En 2 mois, Hélios a beaucoup appris et progressé au travail mais aussi dans son comportement. Il a bénéficié d’un cadre agréable en Belgique. Bien qu’il soit un entier de 4 ans, il s’est beaucoup apaisé au contact des autres chevaux.
Grâce a l’encadrement de Bertrand, nous n’avons donc pu que progresser ensemble, jour après jour, et cela nous a permis de vraiment évoluer et de corriger nos erreurs. Je remercie Bertrand pour tout ce qu’il nous a apporté pendant ces deux mois.

 

– Ce stage t’a apparemment ouvert des opportunités. Peux-tu nous en dire plus ?
Effectivement, mon séjour en Belgique fut agréable et je m’y suis aisément intégrée grâce au bon accueil de toute l’équipe. Les installations, le cadre de vie et la bonne entente avec Bertrand ont fait de ce stage une réussite. Après ces deux mois de stage, Bertrand m’a proposé de travailler chez lui après ma formation avec un contrat professionnel afin de valoriser mon diplôme qui n’existe pas en Belgique.
Cela me permettra d’avoir une première expérience chez un cavalier international, de rentrer dans la vie active et de pouvoir ainsi faire encore progresser ma technique.

 

– Prête pour la finale de Saumur ?
– Oui, nous somme prêts pour Saumur ! Bien sûr, nous avons encore quelques inquiétudes et du (bon) stress. Nous avons très bien travaillé cette année avec l’aide des enseignants du CS. L’association des conseils techniques de Rémy et Bertrand, deux cavaliers internationaux, nous ont permis de nous apaiser Hélios et moi et nous donne une grande confiance pour cette finale. Hélios et un bon cheval, je l’estime beaucoup et je le porte haut dans mon cœur. Notre complicité grandissante est un plus pour la finale. Nous sommes motivés et nous continuons a travailler pour aborder Saumur dans les meilleurs dispositions possibles ».

 

Après cette belle année de formation, souhaitons-leur un beau final sur le carré de dressage de Saumur !

Formation jeunes chevaux à Rosières : un premier concours prometteur

L’heure est venue pour les jeunes équidés de la formation du certificat de spécialisation (CS) « éducation et travail du jeune cheval par le dressage » d’entrer en piste ! Sous la selle de Laurine, élève de la formation, les chevaux ont participé à leur premier concours à Belleray. Une première sortie très satisfaisante pour la jeune élève et l’équipe formatrice.

Delice en concours de dressage

Délice d’Ormange Z

Le bilan de Laurine

Pour rappel, les trois jeunes chevaux, âgés de 4 ans, ont été confiés par les éleveurs de la région dans le cadre de la formation du CS. Délice d’Ormange Z, Hélios des Sources d’Apolline et Dolce Vita en Meuse ont foulé pour la première fois le carré de dressage sur le circuit SHF* en épreuve cycle libre première année à Belleray (55).

Dolce Vita se classe 2e de l’épreuve et empoche une deuxième prime. Son très bon comportement est souligné par Laurine : « La jument était à l’écoute et concentrée. Dolce est parfois difficile à gérer au travail car elle a beaucoup de caractère, mais elle nous a surprise lors de l’épreuve en étant très concentrée ».

Délice s’est également bien comportée en surmontant ses craintes habituelles. La jument se montre sérieuse sur le carré avec une reprise réalisée aux ordres et pleine de sensation pour sa cavalière, émue de ce très bon résultat. Un carton plein pour la belle alezane avec une 1e place et une première prime.

Hélios, le jeune mâle, est resté concentré tout au long de sa reprise malgré son caractère pouvant influencer son travail. Il remporte une deuxième prime et se classe 3e de l’épreuve. « C’est un cheval très attachant avec lequel j’ai une belle complicité. Il est parfois compliqué à travailler mais il me pousse encore plus à vouloir réussir », rapporte Laurine.

A la fois confiante sur le comportement des chevaux et stressée de cette première sortie face aux juges (relire notre article précédent), la jeune élève ressort ravie et fière d’eux, de leurs résultats et de ce qu’ils ont donné durant ce week-end. «Je pars au Grand National de Rosières aux Salines plus confiante mais je ne relâche pas la pression pour pouvoir faire encore mieux ! Le stress est toujours présent car j’ai à cœur de montrer le travail accompli jusque-là grâce à mes formateurs ».

Côté formateur : l’avis de Rémy Issartel

« Délice confirme ses qualités et ce que l’on pensait d’elle. Elle est parfaitement au niveau attendu et déroule ses reprises avec beaucoup d’équilibre, d’expression, avec la sagesse qui la caractérise. Dolce nous a surpris par son très bon comportement et une belle deuxième prime. C’est une jument qui n’est pas facile et qui n’est, à la base, pas du tout orientée vers le dressage. Hélios, malgré son instabilité, a montré de belles choses mais manque encore de travail pour être vraiment performant et s’exprimer au mieux.

Quant à Laurine, elle a répondu présente vis-a-vis des attentes que l’on avait d’elle. Avoir trois chevaux à sortir n’est pas facile pour quelqu’un qui n’a pas une réelle expérience, mais prend les choses à cœur et est sérieuse. A l’avenir, elle devra apprendre à se décontracter et à aborder la compétition avec plus de sérénité. C’est un premier concours satisfaisant pour chacun dans l’ensemble ».

De bon augure à l’approche de la prochaine échéance :  le Grand National de Dressage au Pôle Hippique de Lorraine, du 9 au 11 Juin prochain.

 

Vous souhaitez devenir cavalier préparateur de jeunes chevaux ? Inscrivez-vous dès maintenant pour la prochaine promotion du CS à Rosières aux Salines !
Contact : H. Marcheron – 06 14 06 85 75 – formations.lorraine@ifce.fr
Plus d’informations : Valorisation du jeune cheval par le dressage

*Société Hippique Française, circuit consacré aux jeunes chevaux.

CS Dressage : Laurine prend la route des compétitions

Voilà maintenant 5 mois que Laurine et les chevaux confiés par les éleveurs régionaux ont intégré le certificat de spécialisation « éducation et travail du jeune cheval par le dressage » à Rosières aux Salines. Après plusieurs semaines de travail, l’heure est venue d’entrer sur la piste des compétitions. L’occasion pour Laurine de faire un bilan à mi-chemin de la formation sur son travail et celui de ses jeunes chevaux.

 

Laurine et Dolce Vita

Dolce Vita en Meuse débutera la compétition à Belleray

« Laurine, à quasiment mi-parcours de la formation, que penses-tu de l’évolution des chevaux et de ta progression ?
– Depuis le début de la formation, les chevaux ont très bien évolué. Il reste cependant beaucoup de travail à effectuer et des points à améliorer. Les formateurs sont à l’écoute des chevaux qui sont bien dans leur tête, la progression se fait en respectant le rythme de chaque cheval.
Pour ma part, ma position et mon attitude ont fortement évolué, dans le bon sens ! Il me reste cependant beaucoup à apprendre.

– La première compétition approche, quels chevaux vont y participer ?
– Nous participons au concours de Belleray dans la Meuse le 20 et 21 mai 2017. Trois jeunes chevaux sont engagés : Dolce Vita en Meuse, Délice d’Ormange Z et Hélios des Sources d’Apolline. Ils sont engagés dans les épreuves cycle libre 1ere année, préliminaire le samedi, et finale le dimanche.

– Comment te sens-tu à l’approche des premières sorties en compétition ?
– Je suis vraiment contente de pouvoir montrer mon travail, mais aussi stressée. Je suis impatiente de connaître l’avis des juges, cela me permettra de cibler et de retravailler mes points faibles. Quant au comportement de mes chevaux, je suis confiante ».

Nous lui souhaitons un bon week-end de concours et une bonne chance pour cette première sortie.

Les premiers tests de sélection pour la prochaine promotion auront lieu début juin. Contactez-nous pour d’autres renseignements sur la formation et pour le retrait du dossier d’inscription.
Contact : H. Marcheron, 06 14 06 85 75, formations.lorraine@ifce.fr

Plus d’informations sur le site https://www.ifce.fr/haras-nationaux/formations/valorisation-jeune-cheval/cavalier-preparateur-de-jeunes-chevaux-de-dressage/

CS Dressage : un atout pour la carrière de Laurine

Le dressage, elle est tombée dedans toute petite. Laurine Corbier a intégré cette année le certificat de spécialisation (CS) « éducation et travail du jeune cheval par le dressage » au Haras national de Rosières aux Salines. Elle nous livre ses premières impressions sur la formation et son rêve le plus cher.

 

Laurine et un cheval en formation

Laurine Corbier a intégré la 2e promotion du CS dressage

« Laurine, peux-tu revenir sur ton parcours jusqu’à présent ?
– Je pratique l’équitation depuis mon plus jeune âge (2 ans), et me suis essayée à plusieurs disciplines comme le saut d’obstacles et le hunter, avant de trouver ma discipline de prédilection : le dressage. J’ai évolué avec ma jument Henson jusqu’à mes 15 ans, avec laquelle j’ai obtenu tous mes examens jusqu’au galop 7 . C’est également avec elle que j’ai appris tout au long de ces années à travailler et soigner un cheval au quotidien.
Je me suis dirigée par la suite vers le dressage avec le cheval de ma mère, Junior, ancien cheval de saut d’obstacles, qu’il n’a pas été facile de valoriser dans cette discipline ! Mais avec le travail et les conseils de différents professionnels, c’est aujourd’hui un vrai maître d’école.

Côté études, je suis diplômée depuis l’an dernier d’un BAC Professionnel « Gestion des milieux naturel et de la faune ».

– Pourquoi avoir choisi le CS à Rosières aux Salines ? As-tu un projet en tête ?
– J’ai choisi cette formation afin de perfectionner mon équitation et mes connaissances en dressage. Elle me permet également d’avoir une réelle approche du milieu professionnel du cheval et de bénéficier d’une formation enrichissante. Le CS sera un véritable atout pour moi pour réaliser mon rêve le plus cher : intégrer la Garde Républicaine.

– Quelles sont tes impressions sur tes premiers mois de formation ?
– Aujourd’hui, après quelques mois de formations, mes attentes sont comblées ! Je travaille avec des professionnels attentifs, avec des jeunes chevaux au fort potentiel et tout ceci dans un cadre magnifique. Les différents stages et intervenants ne font qu’enrichir mes connaissances et je suis curieuse de découvrir la suite ! »

Nous lui souhaitons la même réussite que Flora l’an dernier pour sa formation et la réalisation de ses projets.

Le recrutement est en cours pour le certificat de spécialisation « éducation et travail du jeune cheval par le dressage », promotion 2018. Contact : H. Marcheron, 06 14 06 85 75, harmonie.marcheron@ifce.fr.

Plus d'informations

Certificat de spécialisation dressage : top départ pour le recrutement !

Ouvert en 2016 à Rosières aux Salines, le certificat de spécialisation (CS) « éducation et travail des jeunes équidés par le dressage » accueille actuellement sa deuxième promotion. Après de très bons résultats obtenus lors de la première édition de cette formation, l’institut Français du Cheval et de l’Equitation (IFCE) lance dès à présent le recrutement des cavaliers et chevaux pour la promotion 2018.

Belem et Flora, élèves de la promotion 2016

Belem et Flora, élèves de la promotion 2016

Former des cavaliers au travail et à la valorisation des jeunes équidés, donner aux jeunes chevaux des bases solides en dressage, telles sont les missions de ce CS proposé par l’IFCE à Rosières aux Salines depuis 2016. Un double enjeu permettant aux élèves cavaliers et jeunes chevaux de bénéficier d’un programme complet autour du travail, de la préparation et de la valorisation de ces derniers, quelle que soit la discipline qu’ils pratiquent ou pratiqueront par la suite.

Encadrés par des professionnels comme Rémy Issartel (vice-champion de France Pro Elite), Fabien Larue (DEJEPS dressage) et des enseignants de l’Ecole Supérieure du Cheval et de l’Equitation (ESCE), les stagiaires se voient confier chacun deux jeunes chevaux qui seront travaillés quotidiennement avec, pour objectif, la grande finale du circuit SHF de dressage à Saumur. Des modules permettant l’insertion professionnelle (gestion, communication, réglementation …) complètent le programme de formation des élèves, ponctué par des stages organisés sur le site en cours d’année (méthode Blondeau, Young Breeders …).

Durant 9 mois, cavaliers et chevaux seront accueillis dans les infrastructures de qualité qu’offrent le Haras national de Rosières aux Salines et le Pôle Hippique de Lorraine (www.pole-hippique-lorraine.com).

La formation est ouverte aux cavaliers disposant d’un galop 7, d’un niveau BAC et d’une première expérience dans la discipline du dressage, en compétition ou encore dans le milieu professionnel équestre (niveau amateur 2 recommandé). Elle est accessible sur dossier, puis test pratique et entretien individuel oral.
Informations, conditions d’admissibilité et retrait du dossier auprès de H. Marcheron, 06 14 06 85 75, harmonie.marcheron@ifce.fr .

Côté chevaux, si vous êtes éleveur et/ou propriétaire, et que vous possédez un cheval, âgé entre 4 et 6 ans en 2018, à valoriser par le dressage, contactez P. Fontaine au 06 11 65 29 49, pierre.fontaine@ifce.fr, ou F. Larue au 06 28 78 52 87, fabien.larue@ifce.fr pour connaître les critères de sélection.

Plus d’infos sur la formation : https://www.ifce.fr/haras-nationaux/formations/valorisation-jeune-cheval/cavalier-preparateur-de-jeunes-chevaux-de-dressage/