L’expertise française au service de la filière équine marocaine

Depuis  de nombreuses années, le Maroc et la France entretiennent des relations économiques et culturelles privilégiées consolidées par les passages successifs des présidents français au Maroc et l’accueil des souverains marocains en France.

Dans ce contexte favorable et avec la forte tradition cheval au sein du pays, les Haras nationaux et maintenant l’Ifce dans son ensemble ont su instaurer des relations durables entre les deux filières avec le développement du logiciel e-sire, la coopération sur le thème de la réglementation de l’élevage, le soutien mutuel dans les organismes internationaux, l’entraînement de cavaliers de la Garde Royale,  et les échanges avec l’OFPPT et l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II. 

Au cours de son bref séjour, le directeur général de l’Ifce a eu l’occasion de visiter le Haras national de Bouznika et ses étalons barbes, arabes-barbes, pur-sang arabes de show et de courses et pur-sang anglais, mais aussi de rencontrer M. Omar Skalli, nouveau directeur général très actif de la SOREC (société royale d’encouragement du cheval),  et de rencontrer la fédération royale marocaine des sports équestres et le directeur du Salon d’El Jadida (auquel avait participé le Haras national du Pin l’année dernière avec ses percherons et cobs). Il a pu également  tenir une réunion de travail  avec les dirigeants de l’OFPPT, créateurs de l’Institut National du Cheval Prince Moullay El Hassan. IL s’agit d’un complexe  de formation aux métiers du cheval  pour la mise en place duquel  l’Ifce  apporte son expertise dans le cadre d’un important contrat d’assistance à maîtrise d’ouvrage .. Cet établissement ouvrira ses portes aux formations à une  centaine de jeunes  en  septembre 2013 selon les souhaits de Sa Majesté.