Coopération franco-algérienne autour du cheval et de l’équitation

Des conventions signées et suivies de contrats
Lors d’un déplacement en avril à l’invitation du ministre de l’agriculture et du ministre des sports algériens, le directeur général de l’Ifce a signé deux conventions de coopération, portant sur l’accompagnement du développement de sociétés des courses et d’un office de l’élevage équin. Deux autres conventions ont été signées à Pompadour, le 31 mai dernier, l’une concernant la Fédération équestre algérienne, l’autre l’Ecole nationale des sports équestres algérienne. Le rôle de l’Ifce est d’apporter son expertise et de mettre en relation les interlocuteurs internes ou externes au regard des besoins de l’Algérie. Une première mission se rend en Algérie le 19 juin pour travailler sur les courses. Elle est composée d’un représentant du PMU, d’un cadre de l’Ifce et d’un expert externe. Les responsables algériens de l’élevage viendront à Pompadour la première semaine de juillet pour travailler sur e-SIRE*.

SAMI  (par ROHIL et OUASSARA), un mâle né le 18 janvier 2011, issu d’une grande lignée de champions nationaux, à la robe gris foncé, basé au Haras national de Pompadour. 
« SAMI  a un comportement très familier avec les hommes. C’est encore un jeune équidé, en pleine croissance mais qui a déjà un modèle très harmonieux. Il va passer deux mois dans les herbages du domaine de Chignac pour profiter de la qualité de nos pâtures. Il rejoindra ensuite son boxe prestigieux pendant l’été où il pourra être admiré par les visiteurs. Son éducation de base se poursuivra parallèlement. S’il continue à avoir ce comportement exemplaire, il pourrait être présenté pendant les  spectacles équestres cet été.» 
Olivier Legouis, directeur du Haras national de Pompadour.

SAJDA, (par CHANEL et L’BIA), une jument née le 24 janvier 2011 de robe baie, basée au Haras national Pin.

« Née à la ferme pilote de Chaou Chaoua, Sajda est une jolie pouliche expressive et très représentative de la production Barbe du Haras national de Tiaret. Cette fille de Chanel a une très belle ascendance, les meilleures souches Barbe d’Algérie telles que Ouagfa, Hamani, Jaber, Elifers… Conforme au modèle de la race, le barbe Algérien est léger, elle a une très jolie tête, d’un comportement facile, il ne lui reste qu’à grandir auprès des poulains de son âge et savourer l’herbe du domaine du Pin sans modération ». 
Sophie Lemaire, directrice du Haras national du Pin.

Un cadeau rare et symbolique d’une coopération à venir

La remise d’un étalon et d’une jument barbe provenant du Haras national de Tiaret dans l’ouest de l’Algérie,  accompagnés de selles traditionnelles en fil d’or, de mors et d’étriers faits à la main, avait eu lieu le mercredi 20 décembre dans la résidence présidentielle de Zeralda. François Hollande, avait déclaré qu’il était  "très honoré par ces présents". A son tour, il avait  offert à son homologue algérien, un livre  sur Tlemcen, "parce que vous êtes un homme de Tlemcen", avant de conclure "Merci beaucoup, je suis très touché par ces deux chevaux qui vont nous emmener très loin". Traditionnellement, les chefs d’état arabes offrent un étalon, image de la puissance des gouvernants. Le président Bouteflika a voulu marquer la fécondité attendue de la coopération franco-algérienne en offrant une jument et un étalon, dont une descendance pourra être mise en œuvre par l’Ifce en tout état de cause le moment venu.

*e-SIRE : un logiciel du système d’information relatif aux équidés qui a pour principe d’être modulable afin de s’adapter au mieux aux exigences du client.

Pour lire le communiqué de presse intégralement cliquez ici