Coopération entre la France et l’Algérie

Les  experts français ont procédé avec leurs homologues algériens de la DSV à un tour d’horizon approfondi des dossiers majeurs concernant la situation de l’élevage et de la valorisation des chevaux. Ils ont tenu des réunions de travail successives avec les responsables de la Société des Courses d’Algérie, de la Fédération Equestre Algérienne, de l’Ecole Nationale des Sports Equestres, de l’Office National de Développement des élevages d’Equidés et de Camélidés, de la Jumenterie Nationale de Tiaret et du CNIAAG (centre national d’insémination artificielle et d’amélioration génétique), avant de visiter le tout nouveau Haras Hocine El Mansour. 

L’élevage, le dressage et la valorisation des équidés en courses, en équitation traditionnelle, dans les disciplines olympiques et en endurance, la formation des enseignants, des entraîneurs et des jockeys, la détection des jeunes talents, la formation des maréchaux et des selliers, la formation aux techniques modernes de reproduction dans l’espèce équine, tous ces thèmes ont été largement abordés. 

L’ensemble pourrait déboucher sur un accord cadre de coopération entre l’Algérie et la France, ouvrant la porte à des contrats sectoriels associant les meilleurs experts des deux pays. 

L’objectif est de redynamiser les différents domaines de l’industrie du cheval. Il faut rappeler que ce secteur est en plein essor des deux côtés de la Méditerranée. En France, la fédération équestre est la troisième fédération sportive avec plus de 6000 centres équestres et 700 000 licenciés. 

L’Algérie dispose de points forts mis en valeur récemment lors de l’assemblée générale de l’Organisation mondiale du cheval Barbe tenue en décembre 2012 à Alger. En dehors de son utilisation en équitation traditionnelle, qui met en valeur ses caractéristiques propres de courage et de noblesse, le cheval Barbe correspond en tous points au cheval d’école, de sport amateur et de loisirs qui constitue désormais l’essentiel du débouché commercial en Europe. Et un cheval algérien a été sacré Champion suprême lors du dernier salon d’El Jadida qui rassemblait les élites du Maghreb et d’Europe. 

Lors de la visite d’Etat du président Hollande au mois de décembre, le président Bouteflika lui a offert un étalon et une jument Barbes élevés à la jumenterie de Tiaret. Ce cadeau symbolise la fécondité que l’on attend de la nouvelle coopération franco-algérienne dans le domaine du cheval.