Avenir de la filière équine française à l’horizon 2030

La filière équine française est en plein développement : le nombre de licenciés FFE augmente de 5 % par an depuis 10 ans, celui des centres équestres devrait doubler dans les 5 ans, et le nombre de propriétaires d’équidés "hors structure" est en forte croissance. Alors que la production de chevaux de sport reste élevée et ouverte à la concurrence internationale, la demande en équidés de loisirs est en forte augmentation. Ces évolutions s’accompagnent de l’émergence de nombreuses structures professionnelles, peu coordonnées et parfois sans grands moyens, alors que dans le même temps, les subventions de l’Etat diminuent et les organismes de tutelle se restructurent. Plus récemment, les incertitudes sur le financement et l’avenir de la filière se sont renforcées avec l’ouverture des paris en ligne et le développement de la concurrence internationale.

La filière française se trouve ainsi confrontée à de nombreux enjeux : le maintien de sa place de leader mondial du cheval de sport, la production de chevaux en adéquation avec le marché, mais aussi le maintien de la diversité des races, de leur présence dans certains territoires, la préservation du bien-être animal, la contribution du cheval au maintien de l’agriculture et du tissu social, l’emploi dans les zones rurales, etc.

(source INRA.fr)