Un vétérinaire Ifce à l’écoute des voltigeurs du Pôle France

A l’occasion des Jeux Équestres Mondiaux de Tryon et des Championnats du Monde d’attelage solo de Kronenberg, nous avons interviewé les agents Ifce au service de la filière équine pour en connaitre davantage sur leur rôle. Isabelle Burgaud, vétérinaire pour le Pôle France de voltige, nous a accordé un peu de son temps précieux avant le décollage pour la Caroline du Nord..

 

cof

« Isabelle, quel est votre parcours ?
– A ma sortie de l’école en 2001, j’ai travaillé un peu en libéral, fais quelques remplacements et je suis arrivée ici en novembre. On était donc deux à la clinique : Xavier et moi. J’étais intéressée par l’ostéopathie et l’acupuncture donc je me suis spécialisée vers cette voie. Le Pôle France de voltige s’est installé à Saumur en 2012. Xavier étant déjà vétérinaire pour le concours complet, on m’a demandé de devenir vétérinaire de l’équipe de voltige.

 

– Quel est votre métier au sein de l’Ifce et votre rôle au Pôle ?
– J’accompagne l’équipe au quotidien pour le suivi des chevaux lors des stages fédéraux à Saumur. Beaucoup de chevaux ne sont pas logés sur le site. Pour eux, je suis en contact permanent avec le vétérinaire traitant pour les soins. J’accompagne chevaux et voltigeurs sur les concours, y compris à l’étranger. Avant que la compétition ne débute, mon rôle est d’examiner les chevaux à l’arrivée et de coacher le longeur pour que le cheval passe sans problème la visite vétérinaire (avec l’aide de Sébastien Langlois responsable du travail des chevaux) puis je suis à leurs « petits soins » pendant toute la durée du concours sachant que notre pharmacie est très réduite car nous ne pouvons utiliser que des substances autorisées en compétition ! C’est donc à moi de trouver des solutions « non -dopantes », de gérer la fatigue et les courbatures par des massages par exemple ou d’autres techniques de physiothérapie (ostéopathie, stretching…). Je dois aussi observer avec attention leur locomotion pour discuter ensuite avec le vétérinaire traitant d’éventuels soins qui auront lieu en dehors des périodes de concours. J’ai donc aussi un rôle de médiateur.

 

– Comment vivez-vous cette sélection ?
– Je ne suis pas vraiment surprise par les sélections individuelles. Les trois voltigeurs sont prêts. Lambert emmène deux chevaux (dont un réserviste). Vincent ne partira pas avec son cheval habituel mais emmènera un cheval sur lequel il a l’habitude de voltiger, donc pas d’inquiétude à avoir. Clément forme avec son cheval le couple habituel. Manon emmène Kirsch, son cheval de 20 ans, qui va vraiment très bien.

Nous sommes plutôt optimistes pour ces JEM. Depuis fin août, ils ont fait beaucoup de répétitions en condition quasi-réelles puisqu’ils étaient intégrés aux matinales du Cadre Noir, donc en manège avec un public qui applaudit et qui fait du bruit. C’est donc une super expérience et cela met les chevaux dans l’ambiance.

 

– Comment préparez-vous cette échéance ?

– Sur les stages terminaux pour les JEM, je prends en charge toute la partie vétérinaire, y compris sanitaire. Ça passe donc par la validation de tous les papiers auprès de la DDPP d’Angers pour que les chevaux puissent voyager. Je gère la malle vétérinaire qui est très réglementée puisque tout doit être déclaré. Je suis en dialogue permanent avec l’équipe pour répondre à toutes leurs demandes, questions et inquiétudes.

Nous partons lundi en camion pour l’aéroport de Liège, je serai avec eux dans le camion puis lundi nous décollerons pour la Caroline du nord (9h30 de vol). les chevaux seront en quarantaine mardi et mercredi. Ensuite, ils seront sur le terrain de concours en attendant la visite vétérinaire lundi 17 septembre. Ils auront donc quatre jours pour s’acclimater.

 

– Un mot d’encouragement pour vos athlètes ?

– Allez les Bleus, you are the bests !

 

Retrouvez également l’interview de Xavier Goupil, vétérinaire de l’équipe de France de concours complet, et les autres sur le site internet.

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager