Quel suivi sanitaire pour mon reproducteur ?

Étalon et/ou jument

Monte naturelle

Pour la monte naturelle, selon la race dans laquelle vous souhaitez que votre étalon ou votre jument produise, certains dépistages de maladies et/ou vaccinations sont rendus obligatoires par les règlements de Stud-book.

Pour la saison de reproduction 2019, les races de production concernées par des obligations sanitaires sont listées ci-dessous. Concernant les étalons, la réalisation de ces tests est indispensable à l’obtention d’un carnet de saillie pour la race concernée. En fonction du type de monte, cliquez sur le suivi sanitaire étalon et/ou jument à effectuer selon la race de production afin de connaître les obligations sanitaires à effectuer.

Pour information : Les étalonniers peuvent demander des tests supplémentaires.



RACE Etalon  SIR-Etalon Jument  SIR-Jument RACE Etalon  SIR-Etalon Jument  SIR-Jument
Anglo Arabe/DSAA
Niveau 4 allégé Sanitaire jument Mérens Niveau 3
Breton Niveau 1 bis New Forest Niveau 4 allégé
Cheval Corse Niveau 4 allégé Poney Français de Selle Niveau 4 allégé
Cob Normand Niveau 1 Pur sang Arabe/DSA Niveau 4 allégé Sanitaire jument
Connemara Niveau 4 allégé Pur Sang AQPS Niveau 4 Sanitaire jument
CSAN Niveau 4 allégé Selle Français Niveau 4 Sanitaire jument
Crème Niveau 1 Shagya Niveau 3
Haflinger Test PSSM1 Trotteur Français Niveau 4 Sanitaire jument
Henson Niveau 1 Trakehner Niveau 2
Islandais Niveau 1 Vercors Niveau 3
Lipizzan Niveau 1 Welsh Niveau 4 allégé
Lusitanien Niveau 1

 Insémination artificielle

L’Arrêté du 4 novembre 2010 impose des dépistages et des vaccinations pour toute utilisation d’un étalon en insémination artificielle, quelle que soit la race de l’étalon.

Pour un étalon utilisé en semence fraîche ou réfrigérée, la réalisation de ces tests est indispensable à l’obtention d’un carnet de saillie pour la race concernée : Niveau 4

Informations complémentaires

– Pour les étalons, les tests sanitaires doivent être effectués à partir du 1er décembre de l’année N-1 et avant toute première saillie.
– Pour les juments, les tests sanitaires doivent être effectués à partir du 1er janvier de l’année de monte et avant toute première saillie.
– Les maladies dépistées étant des maladies réglementées, les prélèvements doivent être réalisés par votre vétérinaire sanitaire et les analyses doivent être effectuées par un laboratoire agréé.

Pour faciliter l’administratif de la monte, pour les demandes d’analyses, utilisez le formulaire pré-rempli qui permet la transmission directe des résultats au SIRE, par le laboratoire, dès lors qu’il est laboratoire qualifié.

Ce formulaire est téléchargeable sur votre espace SIRE sur le site www.ifce.fr pour chacun de vos reproducteurs.

Les différents types de tests

La mise en évidence de la réponse immunitaire spécifique (à partir de prélèvements sanguins)

Lorsqu’un agent pathogène (AP) infecte le cheval, une réponse immunitaire spécifique se met en place et permet la production d’anticorps dirigés contre l’AP responsable de la maladie.

Les analyses sérologiques permettent de rechercher la présence de ces anticorps :

  • Le test de Coggins et le test Elisa pour l’anémie infectieuse équine (AIE)
  • La séro-neutralisation et le test Elisa pour l’artérite virale (AVE)

Ces analyses sérologiques permettent de savoir si l’équidé a été en contact avec l’AP, que celui-ci soit encore présent dans l’organisme ou non. Dans la plupart des cas, si l’analyse sérologique est positive, un autre test est réalisé pour confirmer ou non la présence de l’AP (ci-dessous).

Elles permettent cependant parfois de diagnostiquer directement une maladie :

  • Le test de Coggins est le test de référence pour l’AIE. Lors d’infection, le cheval est porteur à vie du virus. Un test de Coggins positif signifie que le cheval est porteur du virus à l’instant T.
  • Si deux tests de séroneutralisation AVE successifs montrent une augmentation du taux d’anticorps, cela implique que le cheval a été infecté par le virus de l’AVE entre les deux tests.

La mise en évidence de l’agent pathogène ou de ses constituants (à partir de prélèvements génitaux)

Il s’agit soit :

  • D’identifier directement l’agent pathogène :
    • Isolement du virus de l’AVE dans le sperme
    • Culture bactérienne pour faire pousser la bactérie responsable de la MCE (Taylorella equigenitalis)
    • Mise en évidence présomptive de Taylorella equigenitalis par immunofluorescence
  • D’identifier le génome de l’AP (virus de l’AVE, bactérie de la MCE) par une technique d’amplification (PCR). Les techniques de PCR sont de plus en plus utilisées car elles sont plus rapides et plus sensibles (probabilité importante que le test soit positif si la maladie est présente).

Pour consulter d’autres informations saillies et/ou sanitaires :

Retour Accueil Carnet de saillie & suivi sanitaire