L’Ifce s’organise pour répondre aux enjeux de la filière équine

institut technique agricole, filière équine, anglo arabeDans un contexte de développement de la filière équine, l’Etat se dote d’un institut dédié au cheval. Pour accompagner cette filière d’excellence française, l’Institut français du cheval et de l’équitation (Ifce) rassemble plusieurs points forts.

Reconnaissance d’un institut dédié au cheval

L’Ifce est reconnu comme institut technique agricole par le décret du 8 février 2018. Cette reconnaissance par l’Etat conforte la qualité académique des projets de recherche de l’établissement et la légitimité d’exercer les activités de développement, d’appui technique et de formation au sein de la filière équine. Ceci est une reconnaissance de la bonne orientation de la mutation de l’établissement après la fusion des deux établissements publics Les Haras nationaux et l’École nationale d’équitation en 2010. Le ministère de l’agriculture et de l’alimentation reconnait l’existence d’un opérateur public dédié au cheval et non plus dédié à la reproduction. Conforté dans son rôle transversal, l’Ifce s’organise pour répondre aux enjeux clés de la filière équine, intention inscrite dans le futur contrat d’objectifs et de performance 2018-2022 de l’Ifce.

La richesse de la filière équine

La filière équine se caractérise par différents secteurs : courses, équitation, utilisation de travail et viande chevaline, par des emplois en croissance qui se diversifient (180 000 en 2016) et par un effectif stable d’équidés (1 000 000 équidés présents en France en 2017). La conjoncture économique s’analyse selon un processus allant de la production, à l’utilisation en passant par le commerce. La filière équine se compose d’une filière agricole (élevage) et d’une filière non agricole (sport et loisir). Cette filière s’est dotée d’une « gouvernance cheval » pour promouvoir d’une seule voix les intérêts communs de la filière équine française auprès du Gouvernement, du Parlement, des institutions européennes et des organisations européennes.
Ainsi la qualification en tant qu’institut technique agricole ne couvre pas que les missions agricoles mais doit couvrir l’ensemble des facettes de la filière équine : de l’élevage à l’utilisation des équidés.

L’Ifce, un institut technique agricole spécifique

L’Ifce est un institut technique spécifique par son dimensionnement, ses missions et son historique ; il rassemble des points forts pour accompagner la filière équine :

  • son dimensionnement : premier institut en terme de ressources humaines et de budget devant Arvalis – institut du végétal -, il possède un important réseau de formation (nombre de formateurs, nombre de formations, un réseau de formation, une école),
  • ses missions en parallèle : au-delà des missions d’institut technique, l’Ifce a également des missions régaliennes de sécurité et de contrôle sanitaire ainsi que des missions de développement du sport de haut niveau et de valorisation du patrimoine, en particulier l’équitation de tradition française,
  • son historique et ses savoir-faire relatifs au patrimoine et à une culture équestre emblématique : le Cadre noir de Saumur et les Haras nationaux.

Le cheval a toute une spécificité sportive et culturelle qui est inhabituelle dans un institut technique agricole. Dans les mois à venir, l’Acta (Association de coordination technique agricole) a demandé à l’Ifce de faire en sorte que ces missions technique, régalienne, sportive et culturelle (sport de haut niveau, patrimoine équestre) s’enrichissent mutuellement de plus en plus.


Dossier : L’institut technique agricole de la filière équine

L’institut technique agricole de la filière équine
L’Ifce rejoint le réseau des instituts techniques agricoles animé par l’Acta
Les bénéfices de la reconnaissance d’institut technique agricole
L’Ifce reçoit la qualification d’institut technique agricole

Photo : A.Laurioux/Ifce

Cette entrée a été publiée dans IFCE. Ajouter aux favoris permalien.