La recherche avance dans la génomique du cheval de sport

Résultats projet SoGen sur la génomique du cheval de sport

Mesures d’accélérométrie avec la méthode Equimétrix(R)

A l’invitation de l’Institut français du cheval et de l’équitation (Ifce), des représentants de la filière sport se réunissent depuis 2014 pour proposer des axes de travail sur la sélection du cheval de sport et du poney. Dans le cadre de ces réflexions, le projet SoGen a émergé, conduit en partenariat entre la SHF, les associations de race SF, AA, PFS, CSAN, les représentants des éleveurs, l’Inra et l’Ifce. Il vise à une meilleure caractérisation du cheval de saut d’obstacles en utilisant les outils de la génomique. Au-delà du projet, le groupe de travail poursuit ses réflexions sur les outils de sélection à proposer à la filière équine.

 

SoGen, un nouveau projet sur la génomique des chevaux de sport

Ce projet de recherche SOGEN, porté par Anne Ricard, chercheur ifce/Inra, va débuter en 2015.

Deux étapes sont nécessaires à sa mise en place :

  • mesurer de façon détaillée le cheval pour obtenir des informations précises sur différents caractères : c’est le phénotypage ;
  • analyser les caractéristiques des gènes de ces mêmes chevaux : c’est le génotypage.

Le projet prévoit d’analyser les liens entre les 2 types d’informations collectées sur les chevaux. Les mesures effectuées dans ce cadre portent sur la morphologie, les allures et les résultats en compétitions.

Il deviendra alors possible d’obtenir de nouveaux outils permettant de caractériser objectivement et précocement les chevaux de sport et ainsi d’informer tout propriétaire le désirant, des caractéristiques génomiques de son poulain. Les éleveurs pourront alors :

  • raisonner leurs accouplements sur davantage de critères en fonction des objectifs qu’ils se fixent ;
  • prévoir dès la naissance, le potentiel sportif d’un cheval et d’orienter rapidement chaque individu produit.

Le projet SO-GEN a été labellisé par le conseil scientifique de la filière équine. Il bénéficie du cofinancement de l’ifce et du Fonds EPERON et s’appuie sur le soutien logistique de la Société Hippique Française et la contribution des propriétaires de chevaux selle-français.

Les perspectives du groupe de travail après SoGen

Les discussions ont été l’occasion de débattre sur les autres phénotypages envisageables en parallèle de ce projet, ouvrant ainsi des perspectives plus larges de caractérisation des chevaux de sport. Notamment, il sera possible de caractériser les chevaux lors des concours des 3 ans en septembre :

  • notation de la morphologie et des allures via une grille pointage ;
  • accélérométrie sur les chevaux en liberté pour tester l’aptitude précoce au saut ;
  • comportement avec les tests de tempérament simplifiés.

Il est également prévu de réfléchir sur quels critères de santé, il serait opportun de noter.

Les outils issus de la génomique se développent dans toute l’Europe. Il est important que la France soutienne la recherche dans ce domaine afin de conserver la maîtrise des informations objectives susceptibles d’être diffusées. En effet, les Allemands ont déjà génotypés 3500 chevaux de sport, les Suédois ont breveté un gène d’allure dont l’intérêt est indéniable dans l’aptitude au trot et les Irlandais commercialisent des tests génomiques pour les chevaux de courses.

Pour en savoir, téléchargez la fiche descriptive disponible à la suite du communiqué