IFCE – Pays de Loire, Centre-Val de Loire & Bretagne

La DT Ouest de l’IFCE, au service de la filière équine pour :

– Assurer la traçabilité sanitaire des équidés sur son territoire

– Appuyer le développement de la filière équine en territoire en :

  • Faisant remonter ses besoins au comité filière national et en facilitant la mise en relation de ses acteurs sur le territoire ;
  • Appuyant la mise en œuvre des projets territoriaux répondant à ses besoins (portage, co-portage, aide au montage) ;
  • Produisant et mettant à sa disposition les connaissances (recherche et développement) et données (observatoires) utiles.

– Contribuer à faire rayonner le patrimoine équestre matériel et immatériel (savoir-faire) hérité des Haras nationaux

 

Terre d’élevage et de courses hippiques, les Pays de la Loire se placent au second rang des régions en nombre d’élevages. Le poids de ce secteur, notamment du galop, et plus généralement le dynamisme de la filière équine ligérienne, représente un avantage incontestable sur le plan économique car celle-ci génère près de 4 000 emplois sur la région.

Le territoire ligérien est également une vitrine du sport équestre de haut niveau. Il accueille chaque année de grandes compétitions internationales (Jumping de la Baule, Mondial du Lion d’Angers, Concours Complet International de Saumur). Il héberge par ailleurs le Cadre noir de Saumur, qui assure la formation des futurs professionnels de l’enseignement équestre, et porte l’équitation de tradition française (inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO depuis 2011). Le Cadre noir attire chaque année plus de 100 000 visiteurs.

La dynamique locale en faveur de la promotion des nouvelles technologies (l’agglomération d’Angers devient en 2017 capitale mondiale de l’électronique en accueillant le World Electronics Forum) et la concentration d’entreprises privées dont l’objet social est lié au cheval en font une région très active et à fort potentiel en matière d’innovation pour la filière.

La filière équine fait l’objet d’une attention particulière de la Région Pays de la Loire ; c’est plus de 6 millions d’euros qui sont consacrés à son développement, sur la période 2017-2020 : rayonnement du cheval de sport ligérien, formation des acteurs, modernisation des hippodromes, protection des races locales et développement du tourisme équestre sont les objectifs prioritaires de ce plan de soutien.

La région Centre val de Loire est riche d’une culture qui fait la part belle à un écosystème historique, touristique et agricole exceptionnel. Dans cet environnement, le monde équin y trouve des conditions de réussite très favorables grâce à un fort maillage d’entreprises hippiques et à la présence de pôles hippiques structurants puissants. Avec une région centrale facile d’accès et proche de l’Ile de France, le potentiel de clientèle, même hors territoire, y est une réalité.

On note ainsi que le Centre Val de Loire est la première région cavalière de France avec un ratio de plus de 13 cavaliers pour 1000 habitants et accueille deux berceaux de races emblématiques, l’âne Grand Noir du Berry et le Percheron.

Deux pôles équestres éminents, l’un à Lamotte-Beuvron, siège de la Fédération Française d’Equitation, l’autre à Lignières, domaine de 110 hectares et propriété du Conseil Général du Cher, hébergent des manifestations majeures du monde équin (Générali Open de France, CCI, Sologn’Pony, etc…).

La ville de Tours accueille, par ailleurs, un salon d’envergure, Ferme Expo, où le monde équin du Centre Val de Loire a toute sa place parmi les grandes filières agricoles mises en valeur.

Enfin, un « Cap Equin » soutenu par le Conseil Régional de Centre Val de Loire, et conclu avec les organisations socio-professionnelles régionales représentatives. Il met en œuvre un plan stratégique quadriennal d’accompagnement. Il participe aux financements des différentes actions des parties prenantes de la filière.

Terre d’élevage multi-races, de l’emblématique Cheval de Trait Breton, aux chevaux de courses, la Bretagne compte environ 3000 naissances par an. Un tiers sont des poulains de trait, un tiers des poulains de races de sport et un quart des poulains de races de course.

L’élevage est réparti sur l’ensemble des quatre départements. Il s’agit, le plus souvent, de petites structures (moyenne de 2 naissances/an, 81 % font naître au maximum 3 poulains /an).

L’éleveur Breton a développé l’élevage de chevaux de concours de saut d’obstacles et de chevaux d’endurance. De nombreux produits se sont distingués dans des épreuves internationales faisant ainsi la renommée de l’élevage régional.

Les pratiques équestres sont variées. Les courses hippiques intéressent un large public : 29 hippodromes organisent chacun de 1 à 15 réunions annuelles. Avec plus de 500 centres équestres, l’équitation est le 4ème sport le plus pratiqué en Bretagne (derrière le football, la voile et le tennis).

En compétition, le concours de saut d’obstacles est pratiqué sur tout le territoire (plus de 41 000 engagés en 2019). Malgré que les courses d’endurance soient moins populaires, ce savoir-faire breton est reconnu en France et à l’étranger. Pour répondre à la demande grandissante de nombreux cavaliers souhaitant profiter d’un sport de pleine nature, le Comité régional de tourisme équestre de Bretagne (CREB) gère l’Equibreizh, circuit de 2600 kms permettant de sillonner la Bretagne sur des chemins balisés.

Chiffres clés

Données 2018

Retrouvez toutes nos données sur Stats & cartes et Equiressources

Projets au service de la filière