CS Dressage : portrait d’une élève passionnée

Depuis maintenant un mois, le certificat de spécialisation (CS) « éducation et travail du jeune cheval par le dressage » a ouvert ses portes pour la première fois sur le site de Rosières aux Salines. Flora, élève au sein de la formation, nous fait part de son expérience avec les chevaux et de ses premières impressions.

Apolon et Flora à la longe

Apolon Eving, l’un des 3 jeunes chevaux confiés pour le CS

 » Flora, parle nous un peu de ta relation avec les chevaux.
– Ma mère est éleveuse et propriétaire du Haras de Pondole, je suis donc née au milieu des chevaux et de cette passion. Je l’ai vu faire du dressage dès mon plus jeune âge, et c’est elle qui m’a donné le goût d’éduquer les jeunes chevaux et poneys. Plus tard, on m’a offert la chance de commencer les compétitions avec un poney de 4 ans, par Fricotin. Ce fut l’une de mes plus belles expériences, je n’avais alors que 14 ans !
Par la suite, j’ai obtenu un BAC Pro en conduite et gestion d’une exploitation agricole (CGEA), sous dominante élevage, en apprentissage à l’élevage de Pondole, ce qui m’a permis d’acquérir de la confiance en moi, de la pratique, de l’expérience et du professionnalisme.
L’année dernière, j’ai suivi une formation BPJEPS durant un an avec Adrien Appay et Christelle Boulard, où j’ai appris toute une pédagogie autour des chevaux.

Quelle expérience as-tu en compétition et plus particulièrement en dressage ?
Depuis l’âge de 10 ans, je sors en compétition de saut d’obstacles, concours complet, hunter, mais surtout en dressage. A 14 ans, j’ai pris goût à l’éducation du jeune cheval et depuis, ça ne me lâche pas ! Je sors régulièrement des jeunes chevaux en concours ou en modèles et allures.
A 16 ans, Olywood de Blonde m’a permis de découvrir le haut niveau dans les épreuves As Poney Grand Prix. J’ai poursuivi en épreuves Junior avec mon cheval Presley Lerchenberg.
Je suis également juge dressage en catégorie Club, ce qui est très enrichissant.

Pourquoi as-tu choisi le certificat de spécialisation « éducation et travail du jeune cheval par le dressage ?
Le CS me permet d’obtenir des compétences, du perfectionnement, de la pratique, tout cela avec un encadrement professionnel et de qualité et un diplôme ! C’était donc une évidence pour moi de m’inscrire. Je découvre sans cesse de nouvelles choses incroyables, comme avec le stage de M. Blondeau. Cette formation m’aide à m’ouvrir à d’autres univers autour du jeune cheval, mais aussi d’obtenir une nouvelle vision du quotidien grâce aux formateurs qui m’encadrent chaque jour et m’apportent beaucoup d’éléments et détails trop souvent oubliés ou négligés.

Quelles sont tes premières impressions sur les chevaux qui te sont confiés ?
J’ai la chance d’avoir deux jeunes chevaux et un jeune poney confiés dans le cadre de la formation par des éleveurs régionaux. Ils sont tous les 3 différents dans le fonctionnement, leur façon d’être et leur modèle. Avec leur potentiel, je vois et ressens la marge de progression devant nous, ce qui est très agréable et motivant. Je me projette facilement avec eux, ce qui créé l’envie de se donner à fond pour réussir ! Un énorme merci aux éleveurs de la grande région qui font confiance à l’équipe du Haras de Rosières, de l’IFCE et Rémy Issartel.

Après un mois sur le site, peux-tu faire un premier bilan rapide de la formation ?
Depuis que j’ai intégré le CS, je me sens très à l’aise, dans une bonne ambiance générale et de travail. Je suis heureuse de pouvoir évoluer dans un cadre de travail et de vie idyllique ! J’ai la chance d’être très bien encadrée par mes formateurs présents, patients et toujours à mon écoute. Ils m’apprennent et réapprennent toutes les tâches du cavalier, soigneur et éducateur sans que je ne sois oppressée. Par exemple, je pensais savoir longer un cheval, mais avec Diane Delmas, nous avons revu tous les codes, les bases et les exercices utiles et nécessaires pour ce type de travail. J’ai également bénéficié de l’expérience de Fréderique Defrémont, longeuse nationale de voltige et pris conscience de l’importance du travail à pied grâce à Oliver Puls.
Le contenu de la formation est divers et varié, ce qui est très enrichissant ! Je participe à des stages pratiques et théoriques avec des intervenants de la filière. Je ne peux pas m’ennuyer ! C’est réellement une chance énorme. Cela me permet de faire des rencontres que je n’osais même pas imaginer et de voir des portes s’ouvrir. Tout cela avec un diplôme reconnu, que demander de mieux ?

Après le CS Dressage, quel est ton projet professionnel ?
Par la suite, même si j’aimerais que le CS ne s’arrête jamais, j’ai pour projet de faire un DEJEPS Dressage à l’Ecole Nationale d’Equitation à Saumur. D’ailleurs, mes formateurs s’intéressent souvent à ce projet et me préparent pour cela.
Mon objectif après tout cela est de créer une entreprise de valorisation des jeunes chevaux et poneys par le dressage en incluant des débourrages et des sorties en tant que juge de dressage pour valoriser la production de ma mère et l’élevage de Pondole.

Un dernier mot ?
Je tiens à remercier toute l’équipe du site de Rosières aux Salines de me permettre de suivre cette formation dont je rêvais, dans une dynamique de groupe et dans la bonne humeur, le tout dans un structure et un cadre idyllique ! »

Plus d’informations sur le CS « éducation du jeune cheval par le dressage » sur cette page