Asthme équin : reconnaître, diagnostiquer, gérer…

9 juin  2020

Résumé :

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’asthme équin.

Depuis 2016 un nouveau terme est apparu pour désigner d’anciennes maladies respiratoires du cheval : l’asthme équin qui peut être modéré ou sévère :

  • L’asthme équin modéré correspond à la Maladie Inflammatoire des Voies Respiratoires Profondes (MIVRP).
  • L’asthme équin sévère correspond à la Maladie Obstructive des Voies Respiratoires Profondes (MOVRP) ou pousse ou emphysème. Un cheval en « crise de pousse » présentera des signes cliniques caractéristiques.

Concernant des chevaux présentant un asthme équin modéré ou un asthme équin sévère en période de rémission, les signes cliniques au repos sont non seulement peu spécifiques (toux, jetage) mais, de plus, non constants. Des examens complémentaires seront nécessaires pour établir un diagnostic.

Les mesures de gestion de l’environnement de l’équidé (bâtiment et boxes dans lesquels il vit, la litière de son box, le foin (qualité, stockage, …) sont aussi, si ce n’est plus, importantes que le traitement médical. Le cheval doit être mis dans des conditions « hors poussière » dans la mesure du possible.

Par ailleurs, un traitement médical pourra également être instauré avec utilisation de corticoïdes, de broncho-dilatateurs et pour certains de modificateurs de secrétions.