Quand respirer fait tousser – l’asthme équin

11 décembre 2018

Résumé :

De multiples agents étiologiques peuvent être impliqués l’asthme équin (modéré à sévère). L’air inhalé peut contenir de multiples particules : organioques et inorganiques dont les endotoxines, du β-d-glucan, des particules fines (< 1µm) à ultrafines (< 0.1 µm), des microorganismes, des débris d’acariens, du matériel végétal, des poussières inorganiques, et des gaz toxiques.
Les chevaux sont exposés à différentes particules provenant, entre autres, de la nourriture et de la litière.

L’exposition est dépendante de la localisation des box, la gestion des écuries ou la saison. En pratique, la composition du foin administré a une plus grande influence que la litière sur les concentrations en poussières respirables et en endotoxines dans l’air inhalé par les chevaux. Un effet synergique a par ailleurs été expérimentalement mis en évidence pour ces différents éléments présents dans l’air ambiant.

D’un point de vue préventif et/ou thérapeutique, deux approches logiques et complémentaires peuvent permettre de réduire l’exposition aux particules inhalées :
1- Utiliser des litières ou aliments générant moins de poussières
2- Améliorer l’élimination des particules dans l’air par une meilleure ventilation

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager