Optimiser la reconnaissance de parcours en CSO

1 septembre 2020

Résumé :

La reconnaissance de parcours permet, au minimum, au cavalier de découvrir la « géographie » du circuit d’obstacles : emplacement, profil, tracé … C’est ce que j’appelle le « ce qu’il y a à faire ».

Mais bien souvent, le cavalier peut se rendre compte à l’issue de l’épreuve que certaines fautes auraient pu être évitées ou certains pièges déjoués si sa reconnaissance de parcours avait pu lui apporter des informations également sur le « comment le faire » !

Je me propose d’explorer quelques pistes à ce sujet, notamment par rapport aux notions de tactique, de conditionnement, et d’état d’esprit, au cours de cette webconférence.