Enseigner aujourd’hui : entre le pire et le meilleur

15 janvier 2019

Résumé :

Enseigner/entraîner aujourd’hui : entre le pire et le meilleur
Le pire : nos nostalgies :

  • « Hier au moins, il y avait du respect et de la morale !… »
  • « Arrête de me parler comme si j’étais ton copain ! »
  • « Enlève ta casquette quand tu me parles ! »
  • « Ne me réponds pas ! »
  • « Tais-toi quand je te parle ! »
  • « Où as-tu appris la politesse ? »
  • « Mais où est passé le respect ? »

La défense mordicus de nos modèles éducatifs conçus comme des vérités universelles et atemporelles… notre focalisation craintive sur ce qui disparait de notre monde finissant.
Le meilleur : un regard de curiosité bienveillante sur ce qui émerge et qui remplace ce qui disparaît.
Cette posture réclame de notre part :

  • Le développement d’un sentiment de responsabilité,
  • Le courage d’une éthique personnelle
  • La recherche d’une nouvelle forme d’autorité, de relation plus horizontale sans soumission préalable.

Le « Fais comme je dis ! (et pas comme je fais) » ne fonctionne plus aujourd’hui avec nos petits mutants. Ils ne disposent plus de l’application « soumission à l’autorité» nécessaire au bon fonctionnement de cette injonction éducative.
Nos jeunes cavaliers, stagiaires sont des « mutants ». Comment enseigner et travailler avec eux ?
Nous sommes confrontés à une question cruciale : comprendre ce qui se passe dans la tête de nos jeunes, alors que l’ensemble des repères éducatifs auxquels on croyait ont perdu leur efficacité et leur pertinence.