Prévenir la transmission de maladies lors de la monte

10 décembre 2019

Résumé :

En France, les juments sont mises à la reproduction soit par monte naturelle (MN) soit par insémination artificielle (IA). Selon le type de monte utilisé, les risques de transmission de maladies diffèrent.

L’IA permet de limiter ce risque sanitaire puisqu’il n’y a pas de contact direct entre l’étalon et la jument. La transmission est unilatérale : de l’étalon vers la jument par l’intermédiaire de la semence.
En revanche, lors de MN, la transmission peut être bilatérale : de la jument vers l’étalon et de l’étalon vers la jument. Les voies de transmission sont plus nombreuses : par la semence mais aussi par le contact entre les appareils génitaux ou par voie respiratoire par exemple.
Afin de prévenir ce risque sanitaire, 3 types de mesures sanitaires existent : le dépistage des maladies, la vaccination mais aussi un certain nombre de mesures de biosécurité. Cette prévention repose notamment sur une règlementation qui diffère selon le type de monte : il s’agit d’une règlementation nationale pour l’IA, d’une réglementation spécifique à chaque stud-book pour la MN. Ces obligations réglementaires devraient être complétée sur le terrain par la mise en œuvre de mesures de biosécurité, comme par exemple l’examen clinique des juments avant la saillie.

Nous verrons dans cette webconférence quels sont les risques sanitaires lors de la reproduction, quelles sont les maladies spécifiques de la monte mais aussi quelle est la règlementation associée.