Planifier la conduite de pâturage sur mes parcelles

05 avril 2018

Résumé :

Le cheval est un herbivore. Considérée comme la ressource alimentaire la plus économique, l’herbe peut assurer l’essentiel de l’apport alimentaire des chevaux dans les régions tempérées à condition de pratiquer une conduite raisonnée.
Dans cette présentation, le comportement du cheval à l’herbe est abordé pour tenir compte de son mode de pâturage hétérogène et son incidence sur la dégradation potentielle de la prairie.
Les besoins alimentaires annuels en quantité et en qualité sont précisés en fonction du type d’animal (à faibles ou forts besoins) pour définir la taille des surfaces et la qualité des prairies nécessaires. La connaissance du cycle de l’herbe et des espèces fourragères intéressantes pour le cheval permet de choisir la conduite de l’herbe la plus appropriée.
Deux conduites de pâturage sont développées dans cette présentation. Lorsqu’un état d’embonpoint s’installe, le cheval à l’entretien doit être restreint pour limiter les risques de fourbures et de maladies métaboliques. A l’opposé, le pilotage de l’offre en herbe en quantité et en qualité est essentiel pour subvenir aux besoins de la poulinière ou du poulain sans avoir recours à une complémentation énergétique ou protéinique.
Enfin une conduite de pâturage maîtrisée accompagnée de pratiques d’entretien raisonnées permettent de pérenniser les pâtures utilisées.

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager