Colloque « Élevage et société, vers un nouveau pacte ? » en synthèse

Troupeau de chevaux / L.Gerard - Ifce

Troupeau de chevaux / L.Gerard – Ifce

Un colloque sur l’élevage et la société, organisé par Allice, France Conseil Elevage, FIEA, Races de France, s’est tenu le 14 février 2018. Un constat issu des résultats de l’observatoire des éthiques alimentaires et de l’INRA, les débats autour de tables rondes traduisent les défis à venir. L’Institut français du cheval et de l’équitation (Ifce), opérateur public des politiques publiques et institut technique agricole au service des acteurs de la filière équine, éclaire notamment les socioprofessionnels et professionnels sur les enjeux à venir.

Quels liens entre l’élevage et la société ?

Demain, tous végan ? L’animal est mon égal. L’élevage n’a jamais autant été décrié que ces dernières années alors que la profession a fait beaucoup d’effort pour améliorer les pratiques et communiquer pour expliquer ses métiers. Les liens entre l’élevage et la société sont en train de changer. Un nouveau pacte se profile fait d’attentes sociétales et environnementales, d’engagements sanitaires, d’une confiance à renouveler.
Même si certaines contraintes et interrogations sont spécifiques aux autres animaux de rente, les points soulevés lors de ce colloque font émerger des points de vigilance et des questionnements pour la filière cheval.

A retenir pour la filière cheval

  • La sensibilité animaliste est surtout portée par les plus jeunes : elle est donc sur une tendance forte à l’amplification.
  • Il faut entrer dans l’arène médiatique moderne, notamment les réseaux sociaux, pour montrer les pratiques et expliquer comment elles sont respectueuses du bien-être et de l’environnement. La cible est, non les détracteurs (potentiels) de ces pratiques, mais le grand public sensible à leur communication. Il ne faut pas laisser un boulevard aux militants anti-élevage.
  • La « cause animaliste » a été réfléchie dans un monde intellectuel, loin de l’élevage, et centrée sur l’animal. Pour ramener une réflexion humaniste, il faut être vigilant dans la communication en veillant à afficher la place de l’Homme. Il ne faut pas « véganiser la communication » avec des images de « chevaux seuls dans la nature ». L’Homme doit toujours être présent.
  • l’élevage a des atouts car il permet à l’agriculture d’être plus durable (valorisation de surfaces non cultivables, bilan protéique favorable, …) contrairement aux idées répandues par ses adversaires. Mais cela nécessite des évolutions des systèmes de production (polyculture élevage le plus efficient) et de nouvelles occupations de l’espace (concurrence sur le foncier entre les cultures et l’élevage pour nourrir 10 milliards de personnes en 2050) . Comment le cheval pourra t’il s’intégrer dans ces évolutions ?
  • la France s’est engagée dans une politique de réduction des gaz à effet de serre. L’élevage, considéré comme gros producteur, devra faire des efforts et être en mesure de démontrer que des réductions ont été faites avec des indicateurs mesurables. Même si la filière cheval n’est pas un gros contributeur (au moins pour le méthane), ne va-t-on pas lui demander qu’elle participe à l’effort commun ? Comment s’y préparer ?

Consulter la synthèse du colloque élaborée par l’Ifce
Télécharger le compte rendu de France Conseil Élevage

Éclairer les enjeux de la filière équine pour apporter des outils d’aide à la décision

Afin de répondre aux besoins de la filière équine, l’Institut français du cheval et de l’équitation (Ifce), opérateur public des politiques publiques et institut technique agricole, agit entre autres pour :

  • produire, capitaliser et transférer des données via l’observatoire économique et social du cheval,
  • développer des études économiques et sociales,
  • renforcer ses activités de veille, de prospective et d’anticipation.

L’Ifce éclaire notamment les socioprofessionnels et professionnels sur les enjeux à venir. Il informe les tendances lourdes de la filière équine et celles de son environnement à travers des synthèses de publications ou de conférences.

Cette entrée a été publiée dans IFCE. Ajouter aux favoris permalien.