Développement et recherche en comportement et bien-être

 

Mieux comprendre le comportement des équidés permet de mieux adapter nos actions à leur besoins, tant en termes de méthodes d’apprentissages, que de choix d’équidés pour un cavalier/une discipline ou de choix de management !
Prendre en compte leur bien-être est une nécessité absolue, mais qui demande tout d’abord de mieux comprendre quels sont vraiment les facteurs qui influencent le bien-être ou le mal-être des équidés.

Etude de la cognition chez le cheval

Test dit de "permanence de l'objet" - © Inra

Test dit de « permanence de l’objet » – © Inra

Le but de ce projet est de caractériser les capacités cognitives du cheval, c’est-à-dire la manière dont le cheval perçoit et comprend le monde qui l’entoure. En effet, le cheval n’appréhende pas le monde de la même manière que nous : il ne voit pas comme nous, il ne ressent pas les choses comme nous, et il n’est pas capable de comprendre tout ce que nous comprenons. De ce fait, des événements qui semblent anodins pour nous peuvent en réalité être une source de stress pour lui. L’étude de la cognition équine, permettra d’identifier ces potentielles sources de stress et il sera alors possible d’adapter nos systèmes d’élevage et les pratiques équestres afin d’améliorer le bien-être du cheval.

De plus, une meilleure connaissance de la cognition équine est également importante dans le cadre de l’équitation. En effet, si le cheval n’est pas en mesure de comprendre ce que le cavalier attend de lui, cela va nuire à ses performances et à sa progression. Pire, il va être tenté de développer petit-à-petit toutes sortes de défenses (morsures, coups de pied, tentatives pour désarçonner le cavalier,…), qui le rendront potentiellement dangereux. Par cette étude, nous pourrons remédier à ce problème en cherchant des méthodes d’apprentissages en adéquation avec les capacités cognitive de l’espèce et ainsi guider le développement des pratiques équestres.

P1010037Aujourd’hui, les conditions de vie des chevaux font que les besoins naturels des animaux peuvent ne pas être comblés, ce qui peut conduire à des souffrances principalement exprimées au travers de comportements anormaux et d’une sensibilité accrue aux maladies. Le bien-être se définit comme une complète santé physique et mentale, découlant notamment de la satisfaction de ces besoins. La principale difficulté est qu’il s’agit d’un concept subjectif c’est à dire que deux chevaux détenus dans des conditions identiques peuvent présenter un état de bien-être différent.

Le projet de recherche « évaluer le bien-être » vise à identifier une combinaison d’indicateurs de bien-être par une approche multidisciplinaire. Cette approche comprend des analyses :

  • comportementales,
  • de la santé,
  • du microbiote intestinal
  • de l’expression de gènes de cellules sanguines.

Le projet sera réalisé sur un panel d’environ 300 chevaux, hébergés dans des conditions différentes et destinés à des utilisations allant du loisir au sport de haut-niveau. L’étude permettra également de mettre en lumière l’impact du milieu de vie (hébergement, alimentation, contexte social) et des conditions d’utilisation sur le bien-être des animaux.

Les résultats sont actuellement en cours d’analyse.

REC-AwinhorseLe programme Beoutils a pour objectif de tester et d’adapter un protocole d’évaluation du bien-être des chevaux, le protocole « AWIN Horse » (Animal Welfare Indicators), élaboré par une équipe de chercheurs internationaux, dans le cadre d’un projet de recherche européen.

Ce protocole, conçu pour être utilisé sur le terrain, est associé à une application pour mobiles et tablettes. Il s’agira d’analyser l’ensemble des indicateurs proposés dans le protocole, en termes de fiabilité, de faisabilité et de reproductibilité.

Pour ce faire, le protocole devra être testé en conditions expérimentales sur deux lots de chevaux détenus dans des conditions différentes de bien-être, ainsi que dans diverses exploitations équestres. L’application sera ensuite adaptée et diffusée à destination du public.

Ensuite, avec l’appui d’un groupe de réflexion spécifique, il s’agira de mettre en place un réseau de structures pilotes d’enseignement de l’équitation, dont les responsables, sont désireux de partager et d’améliorer leurs pratiques sur le bien-être des équidés. Ces structures pourront bénéficier de conseils et d’expertise permettant d’optimiser le bien être des chevaux, la facilité et la sécurité des pratiques quotidiennes et le coût.

Tests de tempérament complets

Dans le cadre d’une collaboration entre l’INRA et les Haras Nationaux, Léa Lansade a mené pendant plus de trois ans une étude longitudinale visant à identifier un modèle de tempérament chez le cheval.

Ce modèle comporte cinq grandes dimensions :

  • les réactions de peur, soit la tendance qu’a le cheval à réagir plus ou moins fortement aux évènements soudains (ex : surprise) ou nouveaux (ex : passer sur une surface inconnue)
  • la grégarité : supporte-t-il de se séparer d’autres chevaux ?
  • l’activité motrice : est-ce un animal qui bouge beaucoup spontanément ?
  • la réactivité vis-à-vis des humains : vient-il facilement au contact d’un homme venant le chercher ?
  • la sensibilité sensorielle : tendance à réagir plus ou moins fortement à des stimulations tactiles.

Ces dimensions peuvent être prédites dès l’âge de 8 mois grâce à une série des tests, appelés tests de tempérament complets. Ces tests ont une durée de 20 à 30 minutes pour un hongre ou une jument, ou de 1 heure pour les étalons. Le cheval est alors confronté à 9 situations différentes permettant d’évaluer les différents aspects de son tempérament. On édite à partir de ces scores le « profil de tempérament » du cheval, et on peut alors le comparer à d’autres chevaux du même âge et de la même race.

 

Tests de tempérament simplifiés

REC_tests de tempéraments simplifiésAfin de caractériser le tempérament, rapidement et sans infrastructure dédiée, lors des concours de Modèle et Allures, des mesures de comportement ont été réalisées lors des ateliers habituels du concours et lors d’ateliers spécifiques :

  • tests de peur : objet nouveau, surface nouvelle et soudaineté,
  • tests de sensibilité tactile,
  • test du petit paddock en liberté pour les chevaux de trait, de territoire et les ânes.

Ces tests ont été validés en comparant leurs résultats à ceux obtenus par des tests complets sur les mêmes chevaux.

 

Résultat test de tempérament simplifié

Modèle de résultats pour des tests de tempérament simplifiés d’un cheval de sang (cliquer pour agrandir)

Ces nouvelles mesures, notamment celles réalisées lors des ateliers spécifiques, permettent de mesurer en particulier l’émotivité et la sensibilité tactile. Plus de 1000 chevaux ont déjà été mesurés depuis 2012 pour les jeunes chevaux de sang et les poneys, et depuis 2013 pour les jeunes chevaux de trait et ânes (en collaboration avec la SFET).

L’héritabilité de ces mesure (part génétique de la mesure, valeur comprise entre 0 et 100%) a pu être calculée sur la population de chevaux de sang et de poneys de sport français. Elle est modérée à élevée pour la plupart des mesures de réactions de peur (25 à 50%).

Pour en savoir plus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les dimensions du tempérament influencent-elles les performances d’apprentissage du cheval ?

REC-apprentissage

©C. Chassé

La dimension de peur est déterminante mais son influence est variable :

  • Si le cheval est stressé au moment d’apprendre, mais que ce stress n’est pas induit par la situation d’apprentissage elle-même (le cheval est mis dans une situation anxiogène avant d’apprendre), les chevaux peureux sont défavorisés.
  • Néanmoins, lorsque aucun facteur de stress n’est surajouté, les chevaux peureux semblent favorisés.
  • En cas d’état de stress induit par la tâche elle-même (cas d’utilisation de renforcements négatifs par exemple), les chevaux peureux sont aussi les plus performants.

Il n’y a donc pas de bons ou de mauvais tempérament, du point de vue des performances d’apprentissage.

En revanche, les chevaux peureux développent plus facilement des automatismes :

  • ceci est certainement un atout pour l’entraînement, car ils continuent plus longtemps à répondre aux demandes du cavalier même en l’absence de renforcements
  • mais cette prédisposition pourrait aussi être un facteur de risque pour le développement des stéréotypies (tics).

Les autres dimensions, telles que la grégarité, l’activité locomotrice ou la sensibilité sensorielle ont une influence moindre, qui nous permet néanmoins d’affiner notre compréhension des liens entre personnalité, stress et performances cognitives.

D’un point de vue appliqué, ces études nous permettent de suggérer des méthodes d’entraînement adaptées à la personnalité de chaque individu, et d’envisager une sélection des chevaux en fonction de leur utilisation.

Ce travail est en partie issu de la thèse de Mathilde Valenchon, soutenue le 1er juillet 2013, à l’Université de Tours.

Ce travail a été financé par l’institut Français du Cheval et de l’Equitation, la région Centre et l’INRA.

Logo ifce-Vertical_Simple_QuadriREC-Logo INRA 2015

REC-enrichissementQuelle est l’influence des conditions de vie des chevaux sur leur bien-être, leur personnalité, leurs performances d’apprentissage et la sécurité des manipulateurs ?

Deux lots de poulains ont été maintenus pendant 12 semaines en conditions de vie :

  • « Appauvries » : en box sur copeaux, avec 3 repas par jour et une sortie individuelle au paddock une heure tous les deux jours
  • « Enrichies » : en box paillé et confronté à de nombreuses stimulations comme des objets nouveaux, des odeurs ou encore une alimentation variée et sorti toutes les nuits au pré en groupe.

Les poulains « enrichis » :

  • ont montré moins de comportement de stress et de vigilance,
  • ont passé plus de temps à se reposer,
  • sont devenus moins émotifs, plus proches de l’homme et moins réactifs aux stimulations tactiles,
  • étaient plus faciles à manipuler,
  • ont montré des capacités cognitives améliorées.

Une analyse de l’expression de leurs gènes, a montré que :

  • Dans les conditions appauvries, des gènes impliqués dans des fonctions d’apoptose (mort cellulaire programmée) sont préférentiellement exprimés.
  • Dans les conditions enrichies, ce sont des gènes impliqués dans les fonctions de prolifération et de différentiation des cellules qui sont davantage exprimés.

L’enrichissement permet donc d’améliorer le bien-être, de réduire l’émotivité des jeunes chevaux, d’augmenter leurs performances d’apprentissage et de limiter les comportements dangereux envers l’homme. Il a également un fort impact au niveau cellulaire.

Le pansage : Un mode opératoire à adapter pour plus de confort et de sécurité

DSC01691

© M. Vidament

La pratique du pansage est loin d’être anodine, que ce soit pour la sécurité du cavalier ou pour le bien-être du cheval.

Un bilan des pratiques de terrain a été réalisé auprès de 69 cavaliers. Il montre que 100% des cavaliers ont présenté au moins une fois un comportement dangereux, et 9 incidents (dents ou sabots passés à moins de 10 cm de la tête du cavalier) ont été relevés. Par ailleurs, 50% des chevaux ont présenté des comportements d’inconfort ou de défenses contre seulement 5% de comportements positifs.
Ensuite deux techniques ont été comparées :

  • la technique habituelle : 2 min étrille finlandaise, 2 min brosse dure et 1 min brosse douce par côté
  • une pratique plus adaptée : 4 min de massage avec les mains et 1 min de brossage à l’étrille finlandaise par côté en adaptant la pression à un endroit donné aux réactions du cheval (moindre si réactions négatives et plus forte si réactions positives).

La pratique adaptée a eu des effets positifs sur le comportement du cheval au bout de 11 jours : aucune défense et, au contraire, recherche du contact humain.

Cette étude a permis d’identifier des expressions faciales typiques de l’état

  • de confort : lèvres avancées, yeux mi-clos et oreilles vers l’arrière mais non plaquées
  • ou d’inconfort du cheval : lèvres crispées, nuque élevée et yeux très ouverts.

Poulains en grooming

Le sevrage progressif permet-il de réduire le stress lors du sevrage définitif ou est-il, en lui-même stressant ?

Le sevrage artificiel entraîne un stress important, une perte d’état physique, voire l’apparition de stéréotypies, que ce soit chez la mère ou le poulain. Pour limiter ce stress, certains éleveurs mettent en place un « sevrage progressif » pendant lequel ils habituent quotidiennement les poulains à se séparer des mères derrière une barrière à claire-voie.

Après un sevrage progressif, le jour du sevrage définitif :

  • Les vocalises ont été 40 fois moins nombreuses pour les poulains du groupe « sevrage progressif » que pour le groupe contrôle
  • Les poulains ont également trois fois moins trotté.
  • Des indicateurs physiologiques tels que le cortisol salivaire ou des analyses plus poussées du transcriptome (tous deux révélateurs de stress) montrent clairement un impact positif du sevrage progressif chez les poulains, mais également chez les mères. Ces effets perdurent encore un mois après le sevrage.

Enfin, des effets positifs et durables sur le développement de la personnalité des poulains sevrés progressivement ont également été observés (plus de curiosité, moins de réactions de peur).

Le sevrage progressif, à la condition de veiller à ce que l’habituation aux séparations se fasse sans stress, est bénéfique pour le poulain comme pour sa mère.

Pour en savoir plus

Les chevaux comprennent-t-ils les états mentaux des humains ? Une expérience semble montrer que oui !

Quinze chevaux ont été testés de la façon suivante :

  • Phase 1 : un expérimentateur remplit un seau de nourriture devant le cheval tenu en main. Deux personnes sont présentes : l’une face au seau, l’autre dos au seau.
  • Phase 2 : Le seau est fermé (pour que le cheval ne puisse pas l’ouvrir) et le cheval est laissé en liberté avec les deux personnes.

Les résultats montrent que le cheval va préférentiellement se tourner vers la personne qui était face au seau pour lui demander de l’aide. Ceci suggère des aptitudes cognitives que l’on n’avait encore pas tellement suspectées chez le cheval.

REC-Chamberet6Située au cœur du Limousin sur 130 ha, le plateau technique Ifce de Chamberet, centre d’expérimentation animale agréé, constitue un outil unique en Europe.

  • 130 ha de surface agricole,
  • 170 chevaux dont 60 juments reproductrices et toute leur production de 0 à 3 ans
  • 10 personnes qualifiées permanentes
  • Une infrastructure adaptée de 11 bâtiments sous vidéosurveillance
  • Une dizaine de protocoles de recherche scientifique par an
  • 300 stagiaires depuis sa création (10/an) dont 6 thèses qui ont donné 2 chercheurs spécialistes du cheval
  • + de 100 références bibliographiques parues dans les revues scientifiques internationalement reconnues

Plus d'informations

L’Unité Expérimentale Inra de Physiologie Animale de l’Orfrasière a été  créée pour la mise en œuvre des protocoles expérimentaux sur différentes espèces dont les équidés. Elle dispose de 18 500 m2 de bâtiments d’élevage et de structures expérimentales sur un domaine de 400 ha de SAU. Elle entretient notamment un troupeau d’environ 130 poneys Welsh : 100 juments, 6 étalons et 20 à 30 poulains.

Ponettes de l'unité expérimentale de Nouzilly

Ponettes de l’unité expérimentale de Nouzilly © Inra

Plus d'informations

Le plateau technique de la Jumenterie du Pin dispose d’un troupeau d’une centaine de juments et d’une dizaine d’étalons, principalement dédiés à la formation au sein de l’école supérieure du cheval et de l’équitation. Selon leur disponibilité, ces animaux peuvent être utilisés pour des protocoles expérimentaux, principalement des protocoles de reproduction.

REC_jumenterie

Plus d'informations

Retrouvez les principaux résultats de ces projets sous formes de fiches pratiques et de posters « message clés » sur équipédia.

équipédia    Posters messages clés

Pour en savoir plus sur cette thématique consultez :
– le blog comportement et bien-être
– les fiches équipédia
– le portail documentaire Médiathèque Ifce
                      – les articles équ’idée

Découvrez également à la librairie :
– les ouvrages  : « Bien dans son corps, bien dans sa tête« , « Travailler son cheval selon les principes de l’apprentissage »
– le DVD « l’éthologie chez le cheval »
et d’autres produits sur cette thématique