Développement et recherche sur les autres activités équestres

 

Au-delà de l’équitation, les équidés sont impliqués dans de nombreuses autres activités telles que :

  • La médiation, qui peut être déclinée pour des aspects médicaux, de réinsertion, …
  • La traction équine, qui peut être déclinée en ville, en agriculture, dans les forêts …

 

Des actions de médiation sont réalisées dans ou avec différents sites de l’Ifce pour des publics variés :

  • personnes âgées à Lamballe, à Hennebont et à Rosières ;
ephad dombasle 25 mars 2015 046_vidament© J. Moss
  • mineurs et majeurs détenus à Besançon ;
  • jeunes hospitalisés en pédo-psychiatrie longue durée à Besançon ;
  • collégiens en difficulté scolaire à Hennebont.

médiation équine

© Kerpape

Analyse des besoins en matière de médiation et d’activités équestres adaptées

L’étude vise à décrire le plus finement possible :

  • les besoins des bénéficiaires directs et de leurs familles ;
  • les attentes des partenaires médico-sociaux ;
  • les problématiques des partenaires institutionnels et financiers vis-à-vis de la médiation équine et des activités équestres adaptées.

Elle a été confiée au cabinet Itinere et durera 2 ans.

 

© M. Vidament

Caractérisation des chevaux de rééducation sensori-motrice

Dans la rééducation sensori-motrice, les soignants utilisent les mouvements en 3 dimensions et la chaleur du cheval sur le patient.

Le but de ce projet est de comprendre quelles sont les caractéristiques de modèle, d’allures et de tempérament recherchées chez les chevaux servant à ce type de rééducation.

Dans un deuxième temps, nous vérifierons que l’usage des tapis utilisés en séance de rééducation montée ne provoque pas de zones d’appui trop élevées pour le cheval.

 

© Ifce

Développement d’outils de gestion pour les entreprises utilisant les équidés de travail

L’objectif du projet « DOGESET » est de produire des références technico-économiques sur les activités de prestations reposant, complètement ou en partie, sur la traction équine. Ces références permettront :

  • d’aider les porteurs de projet dans ce domaine à s’installer ;
  • aux prestataires de se situer dans leur branche d’activité ;
  • de donner de la visibilité à ces métiers auprès des institutions et organismes d’accompagnement du secteur agricole.

Ce projet bénéficie de l’expérience de l’Idele et de son réseau équin. Il est basé sur le suivi du fonctionnement de 12 structures réalisant des prestations de traction équine dans les domaines du débardage, des services urbains et du travail du sol dans la vigne.

 

 

Depuis 2014, l’Ifce est engagé dans un projet d’optimisation de l’apprentissage et de la performance du meneur par l’ajustement innovant des méthodes d’enseignement à l’attelage en partenariat avec le Laboratoire Interdisciplinaire de recherche en Didactique, Éducation et Formation (LIRDEF).

Le projet se présente sous la forme d’une recherche technologique visant, dans la logique d’appui à la filière que porte l’Ifce, la co-construction avec les acteurs de terrain de dispositifs de formations comprenant différents outils pédagogiques dont certains sont dits « virtuels » (un environnement de vidéo-formation et un simulateur de contact).

Cette co-construction se base notamment sur l’analyse de l’activité de meneurs professionnels plus ou moins chevronnés, et sur celle de formateurs et de formés.

© Ifce

Pouvoir déceler le plus tôt possible les aptitudes des équidés à l’attelage – incluant les activités de traction – représente un enjeu pour les acteurs de la filière, des éleveurs aux utilisateurs finaux.

Ainsi, une équipe de l’Ifce a procédé en mai et juin 2018 à la caractérisation de presque 80 chevaux selon 4 axes :

  1. La morphologie : par l’utilisation de la grille SFET de pointage,
  2. La locomotion : par l’utilisation de l’accélérométrie,
  3. Le tempérament : par le biais des tests de tempérament simplifiés
  4. La puissance de traction : en enregistrant les efforts (force développée et évolution de la fréquence cardiaque) des chevaux tractant des charges progressives allant jusqu’à 40% de leur poids.

© Ifce

Ces tests font suite à une campagne conduite en 2017 de description de ces mêmes chevaux, par leurs utilisateurs habituels, sur différents aspects liés à leur utilisation tels que :

  • comportement au travail,
  • résistance à l’effort,
  • qualité de la locomotion,
  • adaptabilité,
  • comportement vis-à-vis de l’homme…

L’analyse des relations entre les aptitudes perçues par l’utilisateur et les éléments mesurés, permettra d’aider au choix des chevaux et à leur orientation vers une utilisation spécifique : attelage, travail du sol, débardage….

Cette opération est portée dans le cadre de deux projets aux interfaces nombreuses :

  • le PAN (plan d’attelage national), projet interne à l’Ifce à vocation de coordination des activités attelage de l’IFCE ;
  • le CAPTRAC (comme CAPacité de TRACtion) qui correspond à une commande de la SFET dans l’optique d’élaborer un protocole facilitant la détection précoce de ces aptitudes chez les équidés de travail.

Copyright : Erik Bogros pour Equiphoria

©Erik Bogros pour Equiphoria

Peu de recherches ont été faites pour mesurer objectivement le tempérament des chevaux dédiés à l’équitation adaptée ou aux thérapies assistées par l’animal (soin psychique et/ou moteur, avec un soignant).

Le tempérament (émotivité /réactions de peur, sensibilité tactile) de 4 groupes de chevaux appartenant à des établissements équestres spécialisés (1 en France et 3 aux USA) a été mesuré puis comparé à celui d’un groupe témoin (en centre équestre traditionnel français).

Les 46 chevaux mesurés aux USA étaient globalement âgés (12-20 ans) et présentaient une sensibilité tactile basse à moyenne et une émotivité plutôt faible. Les 8 chevaux mesurés en France étaient beaucoup plus jeunes (5-13 ans) et avaient une sensibilité tactile moyenne et une émotivité modérée, proches de celles du groupe Témoin (29 chevaux de 8 à 14 ans). Le fait que les chevaux des 3 groupes USA servaient tous à l’équitation adaptée notamment pour les vétérans de l’armée donc en équitation autonome (et certains en plus aux thérapies assistées), alors que les chevaux mesurés en France ne servaient qu’aux thérapies pourrait, en partie, expliquer ces différences.

 

Cette étude (2018-2019) a analysé les services de médiation équine* et/ou d’équitation adaptée* à destination des personnes en situation de handicap et/ou en difficulté sociale.

Cette offre est très hétérogène dans un secteur :

  • en recherche de définitions partagées, de reconnaissance et de lisibilité ;
  • à la frontière du loisir, du sport et du soin au sens large ;
  • à l’intersection de différentes réglementations.

Ce sont des activités qui répondent en général aux attentes des bénéficiaires et des structures médico-sociales, en apportant de toute façon plaisir et bien-être.

Le développement de ces activités est souvent longuement mûri par les professionnels qui les ont créées après d’autres expériences professionnelles et des formations multiples (double ou multi-compétence).

Les modèles technico-économiques et les structures juridiques sont très variés et certains points ont été mis en évidence :

  • Un manège couvert semble indispensable pour une activité annuelle ainsi que des chevaux polyvalents et divers (taille, morphologie, caractère).
  • Des partenariats pérennes avec des établissements sociaux ou médico-sociaux semblent indispensables pour sécuriser les recettes, même si ces partenariats peuvent se terminer du jour au lendemain.
  • Le coût de la séance est difficile à fixer à son juste prix puisqu’il doit couvrir les charges et rester acceptable par le client.
  • Les critères d’éligibilité des prises en charges des séances sont mal connus par les bénéficiaires, les établissements et les professionnels, dépendant à la fois de la qualification du professionnel mais aussi du département.

Ces activités apparaissent aujourd’hui difficilement rentables surtout pour les structures à vocation uniquement thérapeutique, sociale ou éducative.

Réalisation Cabinet Itinere Conseil, commanditaire : Ifce, financement Ministère Agriculture, conception et suivi projet : IFCE, FFE et un groupe de socio-professionnels.

*médiation équine : activités de soins ou à vocation éducative encadrées par un professionnel médico-social ou éducatif
*équitation adaptée : enseignement et encadrement de techniques équestres à but de loisir

DOGESET : produire des références technico-économiques sur les activités de prestations en traction équine

© Ifce – L. Maly

Les 12 structures suivies possèdent globalement peu de surfaces (moins de 10 ha pour plus de la moitié d’entre elles) et un faible nombre de chevaux (médiane à 5 équidés). Majoritairement unipersonnelles, 9 d’entre elles ont plus de 6 ans d’existence, et le montant total de leurs produits s’étend de 28 500 € à 88 000 € avec une médiane proche de 30 000€.

Les 12 prestataires sélectionnés ont été regroupés en 3 systèmes différents :

  • « Vigne » regroupant 6 structures ;
  • « Utilitaire » regroupant 3 structures, centré autour du tourisme et des services urbains, nécessitant un cheptel équin plus important ;
  • « Débardage » centré sur des interventions en forêt et milieux naturels sensibles.

En 2019, la poursuite du suivi des 12 structures permettra d’affiner et de conforter ces premières données.

Pour en savoir plus

 

Le simulateur coMtactS a été conçu dans le cadre d’une recherche technologique visant le perfectionnement de l’enseignement-apprentissage de l’équitation attelée. Il est aujourd’hui ciblé sur l’éducation de la main de meneurs débutants. Il leur permet notamment, dans une simulation dynamique et interactive, d’affiner leur appréhension du contact « main du meneur/bouche du cheval », et de perfectionner les gestes techniques qui lui sont associés.

 

 

 

Le site d’Uzès est consacré à l’enseignement professionnel en attelage et travail à pied et accueille des manifestations sportives. Il est support d’expérimentations sur l’attelage, la traction et l’endurance.

© Ifce

Plus d'informations

Les résultats de ces études sont principalement issus du traitement de données collectées sur le terrain :

  • Dans les entreprises auprès des acteurs concernés.
  • Lors d’expérimentations spécifiques réalisées en étroite collaboration avec ces acteurs.

Ces projets centrés sur des activités spécifiques, utilisent des approches multidisciplinaires : éthologie, économie, mécanique…

Retrouvez les principaux résultats de ces projets de développement et de recherche, dans lesquels l’Ifce est partie prenante, sous formes de fiches pratiques et de posters « message clés » sur équipédia.

équipédia    Posters messages clés

Pour en savoir plus sur cette thématique consultez :
– les fiches équipédia
– le portail documentaire Médiathèque Ifce
– les articles équ’idée

Découvrez également à la librairie :
– Les ouvrages  : « La médiation équine« , « Utilisation du cheval attelé en territoire«