Une enquête pour l’étude de l’impact économique du Covid-19 dans la filière équine : découvrez les premiers résultats !

 

Chevaux au pré

Comme beaucoup d’autres, la filière équine va subir de lourdes conséquences économiques suite à la pandémie de Covid-19.

 

En mars 2020, la « Filière Cheval », composée des sociétés-mères France Galop, La SECF (LeTrot), la SHF, la SFET et la FFE, a été mandatée par le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation pour réaliser une enquête, avec l’appui technique de l’IFCE. Cette enquête a pour objectif d’évaluer les pertes économiques immédiates liées à l’arrêt des activités telle que les courses, les compétitions équestres, l’enseignement de l’équitation, l’utilisation d’équidés pour le travail.

Cette synthèse en présente les premiers résultats. L’impact économique de l’arrêt des activités en mars, et surtout en avril 2020, est considérable pour les entreprises.

 

Consulter les premiers résultats de l'enquête

 


Près de 2 430 réponses ont été collectées pour cette synthèse qui présente des premiers résultats bruts.

 

 

L’IFCE coordonne en partenariat étroit avec la filière cheval, à la demande du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, l’analyse de l’impact économique de l’épidémie actuelle.

Cette étude comprend deux axes :

  • Analyse des pertes immédiates des acteurs de la filière via les structures nationales sectorielles, auprès des acteurs chez qui un manque à gagner par rapport aux résultats économiques de la même période en 2019 est observé. Cette enquête est consolidée par l’OESC (observatoire économique et social du cheval, de l’IFCE).
  • Au-delà des pertes directes de revenu, il est indispensable d’analyser les effets sur la filière de la production à l’utilisation. Combien aura-t-on de juments saillies en moins, quelles seront les évolutions des modes de consommation sur le PMU, l’équitation, l’utilisation des chevaux de travail, en sortie de confinement ?

Cette analyse des indicateurs a nécessité des échanges entre les différents acteurs pour analyser les impacts directs et induits. Elle a nécessité également une expertise de la part du comité de filière de l’IFCE sur les acteurs associés (soins aux équidés, matériel, prestataires…).

Les premiers résultats font état d’une lourde perte du chiffre d’affaires (CA) cette année par rapport à 2019 pour les professionnels de la filière équine. Les premiers effets du confinement en mars ont généré une perte du CA de 35 à 50%.

Cette perte augmente considérablement, à 50% de perte pour les entraineurs de galop, jusqu’à 80% du CA en avril chez les entraineurs de trot et les établissements équestres. Une large majorité d’entreprises font face à une valeur ajoutée négative compte-tenu de charges maintenues à un niveau élevé.