Les entreprises équestres peuvent améliorer leur compétitivité

Compte-rendu et vidéos de la 9ème journée économie de la filière équine.

La 9ème journée économie-REFErences, qui a eu lieu le 29 mars dernier, s’est intéressée cette année à un thème très appliqué : « Améliorer la compétitivité des établissements équestres ».

Au total 120 personnes ont assisté à la journée, en direct à Paris ou depuis les 14 sites de retransmission.DIF Journée refe

 

Améliorer la compétitivité des établissements équestres
Les interventions consacrées à la thématique « Améliorer la compétitivité des établissements équestres » ont porté sur un outil de pilotage élaboré par les Chambres d’agriculture et l’Institut de l’élevage. Il permet d’analyser les coûts de production d’une structure, pour savoir si le prix de vente d’une heure d’équitation couvre les charges engendrées. Deux gérants ont illustré de façon très pragmatique les leviers techniques mis en évidence pour améliorer l’efficacité économique de leur propre structure.

La présentation conjointe de Sandrine Van Hauwaert de l’observatoire économique et sociale du cheval de l’Ifce et d’un conseiller Equicer a fourni des repères économiques sur les structures équines, montrant le poids des charges salariales et sociales dans les centres équestres et la difficile rentabilité des élevages de chevaux de sport.
L’analyse du prix de revient d’un cheval pour une écurie de course, réalisée par Equicer, démontre l’intérêt de cet outil de gestion pour piloter une structure.

 

Actualités sur la conjoncture et les marchés
La journée avait débuté par la présentation de Pascale Heydemann et Xavier Dornier de l’Observatoire économique et social du cheval de l’Ifce sur la conjoncture équine : la situation économique de la filière équine française, bien que toujours en recul, montre néanmoins quelques signes d’amélioration en 2015.
L’enquête sur le marché des loisirs en France, présentée par le PMU, a permis d’élargir la connaissance sur le type de loisirs pratiqué par les français et la manière dont ils les consomment.
Le point sur le marché de la viande chevaline a mis en évidence que la viande consommée en France est actuellement principalement importée, car la production française est mal adaptée à la demande.
Pour clôturer la matinée, l’intervention de Carole Troy d’équi-ressources sur l’employabilité des enseignants en activités équestres en Languedoc-Roussillon a suscité de nombreuses réactions quant aux contenus et à l’attractivité des formations BPJEPS.

 

Téléchargez le compte-rendu détaillé des communications de la journée

 

Regardez les vidéos des interventions de la journée sur équi-vod