Bilan du premier concours à huis-clos sur le site de Pompadour

Les 2 et 3 juin 2020, se sont déroulées les premières épreuves de saut d’obstacles SHF à huis-clos (réservées aux professionnels) sur le site de Pompadour. Nous sommes fiers de vous annoncer que ce premier RDV s’est très bien déroulé, dans le respect strict des consignes sanitaires, que les cavaliers ont suivies à la lettre.

Qu’en ont-ils pensé ?

Camille, organisatrice des épreuves

Qui de mieux pour en parler que Camille Cougoule la nouvelle organisatrice de concours sur le site de Pompadour ?

« En prenant mes fonctions le 25 mai, en pleine crise sanitaire liée au Covid-19, il me restait une semaine pour finaliser l’organisation du premier concours SHF à huis-clos du site de Pompadour post-confinement, avec toutes les mesures sanitaires que cela implique. La mise en place a demandé beaucoup de travail, mais ça en valait la peine !

Concernant le déroulement des épreuves, à mon grand soulagement, tout le monde a bien respecté les règles. Pour ne rien vous cacher, je ressentais beaucoup de stress, mais c’est une belle réussite. Nous avons beaucoup travaillé en amont notamment sur la mise en place, de l’entrée unique et du comptage des personnes présentes sur le site, des sens de circulations pour éviter les croisements, des espaces de parking respectant les distances imposées, du matériel sanitaire pour les officiels et les concurrents (masques, savon, gel, gants…), des rotations de nettoyage des sanitaires…

Lundi après-midi, nous étions fin prêts à accueillir les 195 chevaux et leurs cavaliers engagés avec leurs accompagnants, et lancer les épreuves mardi matin pour 363 tours en 2 jours.

Au sujet du protocole sanitaire, certaines choses se sont mises en place très facilement, d’autres sont plus compliquées à faire respecter. La visite de la SHF sur le site et l’audit mis en œuvre par l’IFCE ont confirmé que nous avions parfaitement appliqué les mesures impératives, et j’en étais très fière.

Pour le concours complet de la semaine prochaine, nous attendons 124 chevaux et nous devrons revoir quelques points pour adapter notre organisation à la discipline, tout en conservant les mesures sanitaires de huis-clos, même si c’est compliqué. Mais il faut jouer le jeu, c’est important pour soutenir la reprise d’activité de la filière équine, notamment le segment élevage et sportif ! »

 

Déborah, commissaire au paddock

« J’ai accueilli avec beaucoup d’enthousiasme la reprise des concours, car j’avais très envie de revenir sur le terrain. Je n’avais pas d’appréhension particulière grâce à la garantie de la bonne mise en place du protocole sanitaire par les agents de l’IFCE sur le site du Haras de Pompadour.

Concernant ce protocole, je trouve qu’il était nécessaire pour les premiers concours, mais je pense que désormais avec les allègements que le gouvernement a annoncés comme la réouverture des bars et restaurants, nous pourrions peut-être alléger l’organisation et notamment rouvrir les buvettes et la partie restauration.

Concernant le déroulement du concours, il y avait une très bonne organisation et une très bonne ambiance malgré les circonstances très particulières. Si c’était à refaire, je ne changerais rien ! »

 

Emmanuel, cavalier

« J’ai abordé la reprise avec beaucoup d’optimisme car elle est nécessaire pour valoriser mes chevaux. Le respect du protocole n’a pas posé de problème car nous tous, cavaliers, avons bien compris la nécessité de relancer les concours et ce type d’épreuves se prête facilement au respect du protocole puisque nous sommes entre professionnels et que les épreuves jeunes chevaux se déroulent en semaine, et attirent moins de public, contrairement aux concours fédéraux.

Concernant le déroulement du concours, il y avait une bonne organisation.

Enfin, concernant l’aspect sanitaire, je pense que les espaces sur lesquels nous travaillons, étant extérieurs, ne nécessitaient peut-être pas autant de mesures sanitaires, mais c’est néanmoins indispensable pour envisager la reprise des concours fédéraux au plus vite dans de bonnes conditions ! »