Envolée chez Hermès pour Maud, le CAP de sellier-harnacheur en poche

Après un CAP de maroquinerie l’an passée, Maud WALIGORA s’est inscrite en CAP de Sellier-harnacheur en 2017. Elle vient de valider son certificat après une année très riche au cours de laquelle elle a pu se perfectionner et exprimer son talent.

FOR-MW sellerie web

Maud a choisi le CAP de sellier-harnacheur de l’ ESCE site du Pin afin de se perfectionner sur les techniques de couture main. L’atelier du site du Haras national du Pin étant reconnu pour la qualité et l’exigence de la formation, le groupe Hermès embauche chaque année des élèves du CAP sellier harnacheur. Maud qui souhaitait intégrer cette grande maison, n’a donc pas hésité sur le choix de l’école pour sa formation. Elle nous livre son retour d’expérience après une année bien chargée .

Le contenu de la formation :

Pour devenir sellier-harnacheur, il est essentiel d’avoir un véritable attrait pour la matière, pour le cuir. Bien sûr, les chevaux sont aussi une motivation, mais cela reste secondaire.

La formation est vraiment intéressante, et elle a bien répondu à mes attentes. Nous avons pu voir toutes les techniques de sellerie, et nous avons réalisé tout le matériel d’ harnachement : longe, longues rênes, rênes coulissantes, surfaix, gogue… On touche à tout que ce soit la sellerie, en fabriquant une selle et une mini-selle avec tous les accessoires, les protections (guêtres , sangles, étrivières) et la briderie et notamment toute la briderie d’attelage . En plus , on a la chance à l’école de pouvoir essayer notre matériel à l’école avec les élèves BPJEPS attelage ou CS UCA et comprendre ainsi comment ce matériel est posé et utilisé. Nous avons aussi l’occasion de pratiquer l’attelage avec les stagiaires ( activité que je n’avais jamais pratiqué bien qu’étant cavalière). Cette mise en pratique est très importante pour intégrer le fonctionnement des outils que nous fabriquons, et pour poser toutes nos questions aux meneurs.

On pratique également la maroquinerie. C’est un plus pour les stagiaires qui n’ont pas eu la chance de faire un CAP maroquinerie avant. On a réalisé par exemple une serviette à soufflets.

FOR Sellerie selle Web FOR-materiel Sellerie web

En formation continue, nous avons deux périodes de stages. J’ai fait mon premier stage à la sellerie Percheronne, une petite société qui emploie 5 personnes et fabrique essentiellement du matériel spécialisé pour l’attelage, mais également un peu de matériel de sellerie. Mon deuxième stage s’est déroulé chez Hermès à l’atelier de maroquinerie.

Les visites ou interventions complémentaires :

On est parti en voyage pédagogique durant quelques jours pour faire le tour des fournisseurs professionnels. On a ainsi pu visiter des selliers, des tanneries comme la tannerie de Chamont, et des fabricants de machine.

Nous participons tour à tour également à des salons nationaux ou spécialisés, sur lesquels nous réalisons des démonstrations et nous échangeons avec le public. Ces rencontres nous permettent de faire découvrir notre métier, de partager notre passion, et au passage de voir les éventuelles « nouvelles recrues ». Pour ma part , j’ai eu la chance de participer à EquitaLyon, au salon des Portes du cuir à Nontron, à la fête du cheval à Evreux, ainsi qu’à Cheval Passion à Avignon.

FOR-LE PIN SF1

Nous avons assisté à une conférence passionnante sur le saddle fitting présentée par Vincent Legal directeur de la sellerie AULION et Nicolas Roupie, représentant de la sellerie BUTET. On a eu vraiment toutes les explications sur les mesures, sur le positionnement de la selle par rapport au cheval et à son mécanisme, et l’ergonomie de la selle. Leur explication était mise en pratique sur un cheval, c’était très parlant, et très intéressant pour des futurs fabricants de selle. Ils étaient très accessibles, et nous avons pu échanger longuement en petit groupe.

Les atouts de l’école :

Le logement sur place est un plus. Cela nous permet d’accéder à l’atelier toute la journée, et d’avoir une plage horaire de travail plus large, et adaptée à nos besoins.

A l’école l’avantage c’est que nous sommes en immersion totale avec les autres formations. On peut discuter avec les autres élèves, il y a une bonne ambiance, et un vrai partage d’informations sur les activités de chacun. Cette proximité permet un échange de compétences qu’on ne trouve nul part ailleurs. Par exemple, nous avons pu apprendre à poser un harnais, et mener un attelage .

Les autres élèves sont aussi de potentiels futurs clients, c’est donc important de tisser des liens avec eux, et de les garder.

La suite ?

Nous venons de terminer la formation la semaine dernière , après avoir passé le CAP, dont nous avons les résultats aujourd’hui : et j’ai validé ! Je rentre ce week-end à Paris, car la semaine prochaine je commence mon nouveau travail chez .. Hermès !

En savoir plus sur la formation

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager