Cas de fièvre charbonneuse dans les Hautes-Alpes

17 cas de fièvre charbonneuse ont été diagnostiqués depuis début juillet 2018 sur des bovins (13 cas), ovins (2 cas) et équins (2 cas) de 17 élevages dans les communes de Montgardin, La Bâtie Neuve, Chorges, Ancelle, Théus, Rambaud et La Freissinouse.

SIRE- fièvre charbonneuse - Juments-au-pre-M.DHOLLANDE (7)

La fièvre charbonneuse atteint tous les mammifères, domestiques ou sauvages, mais principalement les herbivores ; elle est transmissible à l’homme et dangereuse pour lui sans traitement adapté.

Elle apparaît de manière sporadique et bien localisée. En effet, la contamination des animaux se fait à partir du sol et de l’herbe (c’est la maladie des « champs maudits »).

Les cas humains sont rares en France, mais ils sont généralement liés aux professions en rapport avec l’élevage (éleveurs, vétérinaires, équarrisseurs, tanneurs).

La maladie ne se transmet pas entre animaux, ou entre personnes atteintes.

Elle se soigne par antibiotiques ; un vaccin existe pour les bovins et ovins.

Le vaccin utilisé en France, importé d’Espagne, n’a pas d’autorisation de mise sur le marché pour les équidés. Toutefois, à la demande du propriétaire et après avoir réalisé avec lui une étude bénéfices/risques, le vétérinaire peut vacciner un équidé. Des vétérinaires spécialistes sont actuellement sollicités afin d’obtenir de plus amples des informations sur l’utilisation de ce vaccin sur les équidés : efficacité, risques d’effets secondaires.

Quand les animaux sont au pré, souvent l’éleveur ne voit pas ces symptômes mais découvre un cadavre. Un cadavre mort de fièvre charbonneuse présente le plus souvent une congestion généralisée (muqueuses sombres), des hémorragies, ou des écoulements de sang par les orifices naturels, qui sont sombres.

D’une manière générale, les cadavres d’animaux, sauvages ou domestiques, ne doivent jamais être manipulés sans précaution (car de nombreuses autres maladies animales sont transmissibles à l’homme) : 2 paires de gants (ou gants solides en caoutchouc), lunettes de protection, masque.

Si l’un de vos équidés présente des symptômes de fièvre charbonneuse, ou est retrouvé mort subitement, surtout dans les communes citées ci-dessus ou limitrophes : contactez votre vétérinaire. Ne touchez pas le cadavre avant d’avoir contacté le vétérinaire, et demandez-lui ses instructions.

Sur ces mêmes communes, nous vous demandons :

– de vérifier au moins 1 fois / jour l’état de santé de vos équidés, et de contacter votre vétérinaire en cas de signes de maladie ;

– lors des promenades, de rester autant que possible sur les chemins.

Enfin, dans tout le département, nous vous demandons également, pour chaque promenade et pour chaque cheval, d’enregistrer les noms et coordonnées d’une personne à contacter. Ces informations pourront être utiles en cas d’enquête épidémiologique lors d’une suspicion de mortalité suspecte d’un de vos équidés.

 

Les symptômes de la fièvre charbonneuse chez les animaux sont :

1) Bovins

  1. a) Forme aiguë : charbon septicémique.

Atteinte brusque de l’état général avec frissons, élévation thermique (41-42°C), arrêt de la sécrétion lactée.

En 12 à 24 heures : développement de troubles respiratoires et circulatoires (dyspnée, accélération du rythme cardiaque, congestion puis cyanose des muqueuses et parfois ecchymoses), éventuellement digestifs (coliques et diarrhée avec selles sanguinolentes) et plus tardivement urinaires (« pissement de sang »).

La mort survient en 2 à 3 jours.

  1. b) Formes suraiguës : idem avec symptômes plus accusés et mort en 6 à 12 h.
  2. c) Formes subaiguës : charbon « externe » ou charbon « à tumeur ».

Il débute par une réaction œdémateuse atteignant en quelques heures 20 à 30 cm de diamètre, chaude, douloureuse, non crépitante, localisée le plus souvent à la gorge ou l’entrée de la poitrine. Développement rapide de symptômes identiques à ceux de la forme aiguë et mort en 4 à 5 jours (guérison rare).

2) Chevaux : Idem bovins avec deux particularités : importance des symptômes digestifs (coliques fréquentes et précoces, entérite hémorragique) et évolution moins rapide (mort en 3 à 6 jours).

 

 Plus de renseignements ici :

Communiqué de presse de la Préfecture Ministère de l'agriculture

 

Contact :

DDCSPP   –   SPAEA   –   5 rue des silos – parc Agroforest   –   BP 16002   –   05010 GAP Cedex

Tél. 04 92 22 22 30  –  Fax 04 92 22 22 77  –  Maill : ddcspp@hautes-alpes.gouv.fr