France-Maroc : une véritable coopération autour du cheval

Le salon du cheval d’El Jadida
Le troisième Salon du cheval du Maroc se tient à El Jadida du 18 au 24 octobre sous le thème « Le cheval barbe au Maroc et à l’international ». Invitée d’honneur pour cette nouvelle édition, la France est pour des raisons historiques, le pays « hors berceau » où la concentration de chevaux barbes est la plus forte. L’objectif de ce salon est de favoriser l’échange des expériences et des connaissances pour développer l’élevage du cheval au Maroc.

Une délégation française au Maroc pendant toute la durée du salon
Depuis la création du salon, une délégation française a toujours été présente pour exporter ses savoir-faire et ses chevaux. Le stand de l’Institut français du cheval et de l’équitation est une vitrine de la filière cheval en France mais aussi un espace d’échanges et de rencontres pour tous les acteurs de la filière cheval du Maroc.

Cette année la délégation de l’établissement est composée de Jean Lesne, ancien président du conseil d’administration des Haras nationaux, Robert d’Artois, directeur général adjoint de l’établissement, Franck Le Mestre, directeur du site du Pin et Bernard Maurel chargé de projets européens et internationaux. A cette délégation s’ajoutent cinq agents et cinq étalons percherons du Haras national du Pin. Les percherons seront attelés et montés lors de l’inauguration du salon et dans la carrière d’animation.

Les échanges entre la France et la Maroc
Depuis 2008, les Haras nationaux et l’Ecole nationale d’équitation, mènent des projets de conseil, de formation et de développement auprès du Maroc. Pour l’élevage marocain, les Haras nationaux français et marocains ont développé un système d’information et d’identification des équidés nommé « e-sire ma », inspiré du système d’information relatif aux équidés (SIRE).

Depuis un an, plusieurs experts de l’établissement sont associés à la création du futur institut national du cheval baptisé Institut Moulay Abdellah. Enfin, le projet de coopération « Euro-Maghreb » entre la France, le Maroc, la Tunisie et l’Algérie a pour objectif unediversification des débouchés du cheval dans les pays du Maghreb,autre que l’agriculture, afin de générer de nouvelles activités et de nouveaux emplois.