Restauration de la fresque du Grand Manège : appel au mécénat

Cette toile, réalisée par Michel Darmon,  se situe dans le hall d’accès au grand manège foulées par les 104 000 visiteurs annuels de passage au Cadre noir. Le hall est aussi le memorium des écuyers du Cadre noir et un lieu d’expositions.

C’est une œuvre colossale de 40 m2 pesant 80 kg (au moment de sa réalisation elle était considéré comme la plus imposante après « le radeau de la méduse » de Géricault). L’artiste l’a réalisée dans son atelier en mêlant deux techniques, acrylique et huile, en à peine 3 mois, après une année d’étude et de conception. Elle a ensuite trouvé sa place dans le hall du grand manège. L’artiste a voulu créer la magie d’un ballet aérien plastiquement maîtrisé, chevaux et cavaliers dansent au rythme de leurs figures de haute école dans des espaces/temps qui cohabitent avec le temps normal.

fresque michel darmon

Le projet de restauration

Cette œuvre unique et contemporaine aux dimensions particulièrement importantes symbolise l’équitation de tradition française inscrite depuis 2011 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO dont le Cadre noir est le représentant le plus connu. Au-delà, cette toile retrace l’histoire du Cadre noir au travers les siècles c’est pourquoi nous devons y apporter une attention particulière et la conserver pour les générations futures.
Cette œuvre, âgée de 34 ans a subi des altérations principalement dues au variations de température et d’hygrométrie mais aussi d’exposition importante aux ultras violets. En effet, elle est située dans le hall du grand manège très utilisé comme axe de passage et sous une grande verrière sans protection.
Quelques légers travaux de rénovation ont été réalisés en 2005, (rentoilage, restauration picturale et travaux de conservation).
Depuis, la toile a continué de se dégrader et présente aujourd’hui une déchirure centrale de 1 m sur le bord haut ainsi que trois déchirures de moindre importance dans sa partie basse.

Par ailleurs, la frise des « 37 chevaux sauvages » en haut de la toile est en état avancé d’effacement ainsi que la partie d’architecture. Juste en dessous la frise des cavaliers en habits d’époque a aussi perdu en visibilité, les visages sont à peine perceptibles et leurs chevaux, dont on distingue encore la trace, demande à être renforcée.
En partie basse, les visages et les costumes des cavaliers ainsi que leurs chevaux sont aussi à reprendre.
Sur les préconisations de l’artiste et compte tenu de l’urgence des travaux, il convient d’effectuer un pré-nettoyage complet, une reprise des déchirures et un renforcement pictographique.

Afin de préserver au maximum l’œuvre d’art, des travaux de protection doivent être mis en œuvre pour limiter l’impact des ultras violets du soleil et le rayonnement lunaire provenant de la verrière. Pour cela il est nécessaire de remplacer le vitrage sans diminuer la luminosité dans le hall du grand manège.

Pendant le temps des travaux, nous mettrons à disposition de l’artiste une espace lui permettant d’exposer certaines de ses œuvres aux visiteurs.

 

budget :

Rénovation de la toile par l’Artiste
15 000 €

Traitement de la verrière pour le filtrage des UV
12 300 €
Soit un coût total de 27 300 €

Un appel au fonds privés est lancé afin de garantir la restauration intégrale de cette oeuvre monumentale qui trouve parfaitement sa place dans le Grand Manège des écuyers et symbolise admirablement l’Equitation de tradition française. Les dons sont entièrement desfiscalisables à hauteur de 60% pour les entreprises et 66% pour les particuliers par délivrance de reçus fiscaux (Exemple : un don de 1000 euros coûte réellement 400 euros à une entreprise)

 

Contact : claude.mouysset@ifce.fr ou frederique.mercier@ifce.fr

 

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager