COVID-19 : vétérinaires et personnels infirmiers s’adaptent pour le suivi médical des chevaux

Les contraintes sanitaires liées à l’épidémie de COVID-19 ont nécessité une réorganisation du travail des équipes du Cadre noir pour assurer l’entraînement des chevaux et les soins qui leur sont apportés.

Après nos précédentes publications concernant cette nouvelle organisation (la mise au pré des chevaux et le travail des écuyers et des soigneurs), découvrez comment nos vétérinaires et personnels infirmiers s’adaptent pour le suivi médical des chevaux.

 

Isabelle Burgaud, vétérinaire au Cadre noir de SaumurEntretien avec le docteur Isabelle Burgaud, vétérinaire et ostéopathe équin à l’IFCE sur le site du Cadre noir.

Vos habitudes ont-elles changé ?

I. B : Il est important de noter que si nos confrères du secteur privé ne peuvent malheureusement pas exercer pour accueillir leur clientèle (sauf pour les urgences) afin de limiter les contacts, nous pouvons continuer à soigner les chevaux du Cadre noir quotidiennement car il n’y a pas d’échange avec du public extérieur. C’est une chance car les 350 chevaux de l’école nécessitent des soins quotidiens et nous devons traiter différentes formes de pathologies, des plus bénignes aux plus importantes. En tant que vétérinaires, nous sommes habitués aux gestes barrières et aux mesures sanitaires de précautions. Mais pour assurer la sécurité de tous, nous avons dû adapter notre organisation.

 

Comment s’organise le travail de l’équipe vétérinaire actuellement ?

I. B : Nous sommes trois vétérinaires au sein de l’école et nous avons organisé notre fonctionnement en trois équipes distinctes (avec nos infirmiers). Une équipe s’occupe des soins cliniques des chevaux présents à l’école (soins courants, traitements particuliers, etc…) mais uniquement pour les soins urgents. Tous les traitements dits « de conforts » sont pour l’instant reportés. La deuxième équipe se charge du suivi des chevaux au pré puisque qu’une grande partie de la cavalerie de l’école (120 chevaux sur 350) a été mise au pré durant cette période particulière. Cette équipe doit veiller à ce que chaque cheval ne se soit pas blessé durant la nuit et que tout se passe bien dans les troupeaux qui se sont naturellement formés. Enfin, la dernière équipe assure les gardes des nuits et jours fériés mais aussi les suites de soins pour les chevaux qui ont été hospitalisés.

 

 

Toutes vos activités sont-elles maintenues ?

I. B : Avec les quelques ajustements en terme d’organisation globale oui. Nous pouvons apporter tous les soins nécessaires à nos chevaux. Par contre, notre clinique accueille habituellement une clientèle extérieure référée par des vétérinaires privés pour des soins ou des examens de contrôle que ces derniers ne peuvent assurer. Pour respecter la distanciation sociale, cette activité est pour le moment suspendue pour les chevaux extérieurs au site du Cadre noir. En complément des soins que nous apportons à nos chevaux, nous continuons nos contributions aux travaux de recherche, au suivi des études en cours avec différents laboratoires, l’organisation de journées de formation à venir ainsi que la rédaction de supports de cours et exposés pour la formation des élèves.

 

Entretien avec l'écuyer Pauline Vanlandeghem

Entretien avec la soigneuse Sandrine Jousselin

Mise au pré des chevaux