Author: berenice messeant

Réunion de lancement du projet Equifumier

La réunion de lancement du projet interrégional Equifumier a eu lieu le jeudi 15 octobre dans les locaux de la région Normandie, en présence du préfet interministériel en charge du développement de la Vallée de Seine, M. Philizot.

(c) IFCE / N. Mabire

La délégation territoriale Nord-Ouest de l’IFCE est coordinatrice de ce projet. Le montant du projet est de 650 000 €, dont 460 000 € de subventions par l’ADEME et les régions Normandie et Ile-de-France. Il regroupe 10 partenaires : l’IFCE, le Conseil des Chevaux de Normandie, le Conseil des Chevaux d’Ile-de-France, Biomasse Normandie, la Chambre Régionale d’Agriculture de Normandie, le centre d’entraînement de course de Grosbois, la société Atanor, la société Veragrow, la société AGB et le lycée agricole et agroalimentaire d’Yvetot. Chaque partenaire et financeur était représenté par une ou plusieurs personnalités lors de la réunion, en présentiel ou en visio-conférence.

 

 

Ce projet interrégional durera 2 ans. Il répond à l’appel à manifestation d’intérêt 2015-2020 « transition écologique et valorisation économique ». Il a pour objectifs de :

  • Préciser la localisation et les caractéristiques des gisements de fumier de cheval en Normandie et en Ile-de-France.
  • Identifier les solutions de valorisation du fumier de cheval existantes dans les deux régions, ainsi que dans le reste du territoire français et à l’étranger afin d’améliorer nos connaissances sur ces solutions.
  • Expérimenter des solutions de valorisation telles que la combustion et le lombricompostage afin de créer des références technico-économiques sur ces solutions innovantes.
  • Comparer les différentes solutions trouvées afin de déterminer la solution la plus pertinente à l’échelle locale.
  • Diffuser les connaissances acquises à l’ensemble de la filière grâce à des fiches techniques et à des journées d’informations notamment.
  • Lancer une plateforme de mise en relation des producteurs et des transformateurs de fumier de cheval afin de faciliter leurs échanges à l’échelle locale.

Si vous êtes intéressés par les projets de l’IFCE, retrouvez, par thématique, les projets de développement et de recherche dans lesquels l’IFCE est partie prenante.

SIRE – Un service public à l’ère du numérique

Afin d’assurer la sécurité sanitaire au sein de la filière, l’IFCE enregistre les équidés, les détenteurs et les propriétaires présents sur le territoire au sein du Système d’information relatif aux équidés (SIRE).

La dématérialisation au service de l’utilisateur

Démonstration de l’utilisation de l’application mobile @SIRE pour l’identification d’un poulain. (c) IFCE / C. Brisset

En 2020, l’effort est porté sur la refonte des outils métiers destinés aux étalonniers afin de s’adapter à la fois aux besoins de ceux-ci, aux évolutions réglementaires et aux innovations technologiques.

L’objectif est de proposer de nouveaux outils pour la saison de monte 2021. Les applications en ligne dématérialisées continuent de convaincre les utilisateurs, toujours plus actifs sur internet. Les démarches de gestion des cartes de saillies sont désormais complètement dématérialisées y compris pour les chevaux de traits et ânes.

L’application mobile @SIRE dédiée aux identificateurs (vétérinaires et agents IFCE) a réalisé une belle entrée en matière tant sur le plan technique que sur les retours des utilisateurs qui lui attribuent une note de 7/10. Celle-ci permet la saisie du signalement, de la puce, ou l’enregistrement de l’exclusion à la consommation pour les vétérinaires, puis une transmission directe des informations au SIRE.

Le SIRE met également à disposition des OS un outil de gestion des inscriptions aux programmes d’élevage.

 

 

Une nécessaire sécurisation de la base de données

Suite à la demande du comité SIRE, un travail important est engagé afin de nettoyer la base de données tant sur le volet des personnes que des équidés enregistrés.

(c) A. Bassaler

Le suivi des évolutions technologiques de la base se poursuivent afin de garantir le bon fonctionnement de la base de données.

Côté réglementaire, l’harmonisation des règles de diffusion, de transmission et de traitement des données de la base en lien avec le règlement général sur la protection des données sera effective prochainement et sera accompagnée d’une nouvelle charte d’utilisation des données SIRE.

Le règlement de l’Union européenne relatif aux maladies animales transmissibles, dit « santé animale », entrera en application au 21 avril 2021. Certains textes européens d’application qui précisent le règlement sont adoptés ou en cours de finalisation.

L’impact est majeur sur les règles d’identification et de mouvement des équidés, notamment sur deux aspects :

  • l’obligation d’enregistrement en base centrale du lieu de résidence « habituel » de l’équidé ; le suivi des mouvements avec des conditions spécifiques pour certains équidés à haut statut sanitaire,
  • des potentielles modifications des règles d’identification : signalement, modèle de document d’identification et règles d’exclusion bouchère.

L’IFCE continue de suivre avec le ministère de l’Agriculture les négociations en cours, et travaillera en collaboration avec la filière, et en lien avec les instances européennes sur les modalités de mise en oeuvre de cette nouvelle réglementation européenne en France.

Avec la crise sanitaire de la COVID-19 traversée cette année, ou les actes de mutilation des équidés, le SIRE a renforcé son statut de base centrale comportant des informations essentielles au bon fonctionnement de la filière équine.

Chiffres clés – zoom sur le bilan d’activité 2019 de l’IFCE

  • 8 222 k€ de chiffre d’affaires
  • 3 797 331 équidés enregistrés dans la base dont 92 147 créés en 2019
  • 1 485 770 personnes dont 54 819 créés en 2019
  • 867 782 opérations administratives réalisées
  • 124 270 appels téléphoniques et 117 041 mails traités
  • 305 124 comptes Internet en 2019, avec 25 826 comptes ouverts sur l’année.
  • Des taux de démarches en ligne en progression :
    • 76 % des demandes de cartes de saillies chevaux de sang, 44 % traits/ânes
    • 100 % des déclarations de saillie chevaux de sang, 50 % traits/ânes
    • 66 % des déclarations de naissance chevaux de sang, 48 % traits/ânes
    • 51 % des déclarations de détenteur
    • 18 % des changements de propriétaire
  • 55 races gérées, 5 races étrangères sous convention et 13 avec accord
  • 92 % de taux de satisfaction global cumulé des utilisateurs de SIRE
Lire le rapport d'activité

Recensement Agricole 2020 : chacun de vous compte, on compte sur vous !

Le recensement agricole est une opération européenne et obligatoire qui a lieu tous les 10 ans. Il a pour objectif d’actualiser les données sur l’agriculture française. La campagne de 2010 avait montré que les équidés sont présents sur 91% des cantons français (hors Corse).

La campagne d’enquête vient d’être lancée : tous les exploitants agricoles sont concernés

En y répondant, vous contribuerez à mieux connaître les exploitations et l’agriculture française pour pouvoir ensuite adapter les politiques publiques et les travaux de recherche. Les données agricoles seront ainsi actualisées et rendues accessibles à tous sous forme de cartes et tableaux. Les données récoltées serviront aussi à mieux comprendre les besoins des territoires en soins vétérinaires et surveillance sanitaire. Enfin, elles permettront de mieux appréhender le renouvellement des générations, en terme de main d’œuvre et de formation.

 

 

Comment les équidés y sont intégrés ?

Un règlement européen cadre cette opération, obligatoire, selon une méthodologie homogène entre les états membres. Si les équins ne sont plus considérés dans le règlement européen, le ministère de l’agriculture a fait le choix de maintenir, en France, le recensement des élevages professionnels d’équidés, ce qui conforte le statut agricole du cheval. Une liste de naisseurs enregistrés dans la base IFCE-SIRE a été mise à disposition pour compléter la base de sondage. Plus généralement, tous les détenteurs d’équidés ayant une activité agricole et déposant un dossier de demande d’aides de la PAC (Politique Agricole Commune) seront interrogés.

Quelles sont les informations attendues ?

Les questions posées portent sur les surfaces cultivées et les cheptels présents sur l’exploitation. Les principaux facteurs de production mobilisés en agriculture sont aussi concernés, en particulier le foncier avec le mode de faire-valoir et la main-d’œuvre.

Concernant les équidés, la composition du cheptel par type (course de galop, trot, selle et poneys, traits, ânes) est demandée, ainsi que le nombre de naissances.

Des questions portent également sur l’engagement dans des démarches spécifiques (démarches de qualité et ou environnementales), sur la diversification des activités et sur les modalités de commercialisation des produits.

Toutes les informations concernant la campagne du Recensement Agricole 2020 sont disponibles sur le site internet du ministère de l’agriculture et de l’alimentation.

 

Deux sites de l’IFCE sont officiellement centres de préparation pour les jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024

Le 30 novembre 2019 se clôturait la phase de candidature pour les sites sportifs français souhaitant être reconnus comme centre de préparation aux Jeux Olympiques, qui auront lieu du 26 juillet au 11 août 2024. Plus de 600 centres se sont portés candidats, 415 collectivités territoriales ont été retenues. Parmi les centres, deux sites de l’Institut français du cheval et de l’équitation : le Cadre noir de Saumur et le Haras national de Pompadour.

Ces centres de préparation seront principalement ouverts aux délégations étrangères. « Véritable base arrière, permettant aux athlètes de s’imprégner de l’ambiance du pays hôte et de se projeter dans l’aventure des Jeux trois ans à l’avance, les centres de préparation aux Jeux jouent un rôle déterminant dans la préparation des performances sportives » explique Paris 2024.

La liste des centres de préparation sera mise à la disposition des 206 comités nationaux olympiques et des 182 comités nationaux paralympiques dans le courant du premier trimestre 2021. Ces comités choisiront ensuite les lieux les plus adaptés pour leurs équipes.

Deux sites déjà activement sportifs

(c) IFCE / A. Azzos

Le site IFCE – Cadre noir de Saumur, pourra accueillir des équipes en préparation pour les jeux sur ses deux emplacements, à Terrefort et Verrie (49). C’est sur ces sites que l’IFCE accueille déjà les pôles France FFE et met à disposition ses installations dans le cadre de sa mission de soutien au sport de haut-niveau :

  • les pôles France jeunes et seniors de concours complet d’équitation,
  • le pôle France voltige,
  • le centre d’expertise de para-dressage.

L’IFCE privilégiera donc les demandes de la fédération française d’équitation pour la préparation des équipes de France en vue des JOP de Paris 2024.

Haut lieu de l’événementiel équestre, le Haras national de Pompadour est reconnu pour son patrimoine, l’accueil de formations, son pôle d’animation autour des chevaux et bien sûr, le sport, avec des compétitions équestres de haut niveau.

 

L’IFCE soutiendra directement cinq sites par la mise à disposition d’installations et/ou de moyens humains

33 sites ont été retenus, dans les disciplines équestres olympiques (dressage, saut d’obstacles et concours complet) et paralympique (para-dressage).

Au vu de nos engagements d’aujourd’hui, l’IFCE soutiendra directement cinq sites par la mise à disposition d’installations et/ou de moyens humains :

  • Haras national de Pompadour (19), pour les disciplines de concours complet, dressage olympique et saut d’obstacles,
  • Parc départemental de l’Isle Briand, le Lion d’Angers (49), pour les disciplines de concours complet, dressage olympique, para-dressage et saut d’obstacles,
  • IFCE sites de Saumur, Terrefort et Verrie (49), pour les disciplines de concours complet, dressage olympique, para-dressage et saut d’obstacles,
  • Pôle hippique de Saint Lô (50), pour les disciplines de dressage olympique, para-dressage et saut d’obstacles,
  • EPA Haras National du Pin (61), pour les disciplines de concours complet, dressage olympique, para-dressage, saut d’obstacles.

Le travail avec des délégations européennes ou internationales appuiera nos actions dans ce domaine.

Après la pépinière d’entreprises, de nouvelles aventures pour Alexis Goury

Alexis Goury, ancien jeune du Pôle France FFE* de concours complet, quitte le site de l’IFCE** – Le Cadre noir de Saumur après avoir bénéficié d’une pépinière d’entreprises. Son parcours lui permet aujourd’hui d’envisager de nouveaux projets dans ses nouvelles structures.

 

CHIO Aix-la-Chapelle 2019 Crédit photo : B. Lemaire / IFCE

« Peux-tu rappeler ton parcours, de ton arrivée sur le site de Saumur jusqu’à ton installation en pépinière d’entreprises ?

– Je suis rentré en 2014 à l’IFCE pour la formation initiale. A ce moment-là, sportivement ce n’était pas très glorieux puisque Trompe l’œil et moi faisions péniblement de l’amateur 1 en concours complet.

En 2015, la situation se décante progressivement avec le cheval et il classe son premier 2*L, puis classe le 3*S de Pau en fin d’année.

– Ceci m’a permis de me rapprocher du pôle France FFE pendant l’hiver. Je me qualifie pour les championnats d’Europe jeune cavalier en avril 2016 à Arville. Je suis 2e du championnat de France jeune cavalier au Pin. En septembre aux championnats d’Europe jeune cavalier, je décroche la médaille de bronze individuel et champion d’Europe par équipe.

Durant la saison 2015-2016, la FFE m’a donc proposé de rentrer au pôle France tout en continuant ma formation.

En 2017, je cours mon premier CCI4*L à Bramham puis je suis 3e du CCIO4*L de Boekelo en fin d’année.

En 2018, je cours de nouveau le CCI4*L à Bramham et je suis 11e du CCI4*S du Pin. Ces résultats me permettent d’être premier réserviste des Jeux équestres mondiaux de Tryon et de vivre la préparation à Granville. Je finirai l’année sur une 7e place dans mon premier CCI5*L à Pau.

Du côté de la formation, j’ai validé mes trois diplômes BP, DE et DES ainsi que la licence de management des établissements équestres. Je continue l’année au pôle puis démarre la pépinière en juillet 2018 avec l’aide de Fanny avec qui nous avons eu ce projet en commun. Elle a suivi une formation initiale un an avant moi à l’IFCE, puis est restée un an en formation cavalier d’entrainement avec Matthieu Vanlandeghem avant de m’accompagner dans ce projet.

En 2019, je fais une saison en préparation des championnats d’Europe seniors, en courant mon premier CHIO à Aix-la-Chapelle, puis les championnats à Lühmuhlen en septembre où nous finissons 4e par équipe.

2020, la saison est particulière, mais nous irons courir le 5* de Pau. Nous avons profité du confinement pour prévoir notre départ vers une structure extérieure à l’IFCE.

 

– Comment la pépinière d’entreprises t’a aidé ? Durant combien de temps en as-tu bénéficié ?

– La pépinière est une occasion que l’on ne peut pas refuser. Ce projet nous a permis de développer une activité professionnelle au sein d’une structure que nous connaissions parfaitement. J’ai pu également bénéficier de l’encadrement du staff fédéral qui est sur place et de Philippe Mull (écuyer du Cadre noir, entraîneur des jeunes du Pôle France FFE jeunes), toujours disponible quand c’était nécessaire.

De plus, pour attirer de nouveaux propriétaires, c’était plus rassurant pour eux car l’endroit a une réputation connue. Les infrastructures sont très bonnes et le fait d’être toujours encadré amenait un côté rassurant pour un propriétaire souhaitant confier un cheval à un jeune professionnel.

Les conditions étaient très avantageuses car toutes les infrastructures sont entretenues par les équipes de l’IFCE. Nous avions donc uniquement à nous occuper de nos chevaux et du développement de l’activité.

La pépinière nous a évité de devoir trouver une structure en location dans un lieu que nous ne connaissions pas et un potentiel client peu développé. Pour nous, c’est avec beaucoup plus de sérénité que nous abordions la transition école / vie professionnelle. En tout, nous sommes restés un peu plus de deux ans en pépinière.

 

– Quels sont tes futurs projets ?

– Notre projet avec Fanny est donc l’installation dans notre écurie, que nous avons achetée à Morannes-sur-Sarthe. Nous allons continuer de développer notre activité de jeunes chevaux, chevaux de sport et commerce. Nous aimerions aussi faire du coaching ou les clients viennent chez nous prendre des cours régulièrement ».

 

*FFE : Fédération française d’équitation

**IFCE : Institut français du cheval et de l’équitation

Alain Tisseuil, nommé Président du conseil d’administration de l’IFCE

Le journal officiel du 25 septembre 2020 a publié le décret du Président de la République, en date du 24 septembre 2020, nommant Monsieur Alain TISSEUIL Président du conseil d’administration de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE). Le Maire d’Arnac-Pompadour succède ainsi à Jean-Michel MARCHAND.

 

(c) Mairie de Pompadour

Alain TISSEUIL a 64 ans, il est maire d’Arnac-Pompadour, et vice-président de la communauté de communes de Pompadour-Lubersac en Corrèze. Cette commune héberge le Haras national de Pompadour, un des lieux emblématiques de la filière cheval en France. S’y trouve également le plus gros site administratif de l’IFCE, où travaillent environ 200 agents, notamment au service du SIRE (système d’information relatif aux équidés).

Pour M. Alain TISSEUIL : « C’est un honneur de prendre la présidence du conseil d’administration de cet établissement que je connais bien pour en être administrateur depuis février 2017. J’ai assuré les agents de l’IFCE de mon dévouement au service de l’établissement, à l’estime que je porte à son histoire et à l’énergie que j’insufflerai pour son avenir. »

Il devient le quatrième président du conseil d’administration de l’IFCE, créé en 2010 par la fusion des Haras nationaux et de l’Ecole nationale d’équitation – Cadre noir de Saumur. Il succède à M. Jean-Michel MARCHAND qui a travaillé à la définition et la signature du contrat d’objectifs et de performance (COP) 2018-2022 qui lie l’établissement à ses ministères de tutelle, agriculture et sports. Il a également assuré son début de mise en œuvre, donnant du sens et un cap à l’IFCE.

Les enjeux portés par l’établissement et son conseil d’administration seront multiples pour accompagner les mutations encore nécessaires à l’atteinte des objectifs du COP actuel, notamment au sujet de l’ancrage territorial de l’IFCE, auquel M. Alain TISSEUIL croit beaucoup. Il est également nécessaire, dès maintenant, de faire des propositions et porter la rédaction du COP suivant, pour affirmer l’IFCE dans ses missions indispensables au service de l’ensemble de la filière équine.

 

En savoir plus sur la gouvernance de l'IFCE

Un numéro vert pour les détenteurs d’équidés – actes de cruauté

Les détenteurs d’équidés sont invités à utiliser le numéro vert 0800 73 89 08 qui vient d’être mis en place pour répondre à leurs interrogations. Ce numéro est porté par les services de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE).

Seul établissement public en charge de la filière équine, l’IFCE a notamment la délégation du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation pour l’enregistrement des équidés stationnés en France, leurs propriétaires et les lieux de détention au sein du Système d’information relatif aux équidés (SIRE).

Une équipe pour accompagner les détenteurs

L’IFCE dispose d’un central d’appel qui répond habituellement aux interlocuteurs de la filière équine, notamment sur les démarches administratives relatives aux équidés. Face à l’ampleur du phénomène des actes de cruauté, une partie de l’équipe sera mise à disposition pour répondre aux appels à ce numéro vert, afin de relayer les préconisations de la gendarmerie et d’accompagner les détenteurs dans leurs questionnements. Ce numéro fonctionne de 09H00 à 17H00 les jours ouvrables.

L’IFCE au service des gendarmeries

Les services de gendarmerie sont fortement mobilisés avec des moyens d’investigation importants. Les détenteurs doivent les contacter en appelant le 17 pour tout signalement relatif à cette affaire.

Depuis plusieurs semaines, l’IFCE collabore étroitement avec les services de gendarmerie et leur communique la liste des lieux de détention d’équidés de leurs circonscriptions pour leur permettre de mener des actions de prévention (informations / surveillance). Il est donc essentiel que les détenteurs soient bien déclarés auprès de l’IFCE-SIRE afin de bénéficier de ces services (déclaration obligatoire, gratuite, possible en ligne ou par formulaire papier).

Déclaration des détenteur d'équidés

 

L’IFCE met également à disposition de gendarmeries un appui local des contrôleurs IFCE, agents assermentés et disponibles afin d’apporter leur expertise de terrain : connaissance des acteurs locaux de la filière cheval, échanges autour des fichiers de lieu de détention.

Les recommandations de la Gendarmerie nationale

La Gendarmerie nationale a formulé plusieurs recommandations à l’intention des détenteurs de chevaux afin de faire avancer les investigations et de mettre un terme à ce phénomène.

Les recommandations de la Gendarmerie nationale

Informations et liens utiles

Afin d’obtenir des informations fiables, nous vous suggérons de vous renseigner via des sites d’information officiels :

 

Médiathèque : la sélection de l’été

Juillet et août sont synonymes de vacances et de détente pour la grande majorité. A cette occasion, nous vous avons préparé une petite sélection issue de nos ressources. A découvrir, pourquoi pas, sur la plage !

 

 

 

Un ouvrage patrimonial : « Dressage et emploi du cheval de selle » de Jacques de Saint Phalle.

Formé à l’école de cavalerie de Saumur, il fut ensuite écuyer du Cadre noir de 1903 à 1905. Il est connu pour son dressage de la jument Mlle d’Etiolles dont il tira les observations pour ce livre ainsi que son pari contre James Fillis d’exécuter un galop sur trois jambes, un galop en arrière avec changement de pied.

En savoir plus

Les bénéfices physiques et mentaux et les freins à la pratique de l’équitation

Un article scientifique sur les bénéfices physiques et mentaux et les freins à la pratique de l’équitation ressentis par des cavaliers (selon leur genre et leur statut). Disponible en ligne en anglais.

En savoir plus

L’ingénieux « Hidalgo Don Quichotte de la Manche » en livre audio

L’ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche par Miguel de Cervantès a été adapté à la radio. Une quinzaine d’épisodes d’une vingtaine de minutes pour découvrir ce classique de la littérature chevaleresque.

En savoir plus

Une thèse de doctorat vétérinaire

Audit d’écuries : enquête auprès des propriétaires de chevaux et des vétérinaires sur les pratiques actuelles et mise en place de Lucie Perrin, 2019 – ONIRIS  – Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l’Alimentation, Nantes Atlantique. Les enquêtes réalisées auprès des propriétaires de chevaux et des vétérinaires montrent la prise de conscience pour les différents acteurs de la filière, relative à la gestion de l’environnement et ses impacts sur la santé, le bien-être et les performances sportives des chevaux.

En savoir plus

Un guide pratique sur les harnais pour chevaux de trait

Les deux auteurs italien et luxembourgeois du guide pratique « The harness for draught horses » détaillent trois types de harnais parmi les innombrables existant dans le monde. De nombreuses photos et dessins multicolores illustrent tous les avantages et désavantages des différents types de harnais et leurs réglages. Axé sur le respect du bien-être animal, l’accent est mis sur l’ajustement et l’entretien des harnais de travail. Présentation et sommaire en ligne.

En savoir plus

Une réflexion sur le changement de statut des équidés au travers d’un panorama mondial des cultures équestres

« Equestrian cultures in global and local contexts » de Miriam Adelman et Kirrilly Thompson livre de nouvelles informations sur les interactions homme-cheval, les pratiques équestres dans les contextes à la fois mondial et local, en soulignant les aspects sociaux, culturels, économiques et politiques de l’équitation contemporaine. Le chapitre 5, par Sylvine Pickel-Chevalier, est dédié à l’équitation de tradition française.

En savoir plus

Bonne lecture, ou écoute !

Développement des partenariats – Points forts 2019, perspectives 2020

Zoom sur le bilan d’activités 2019 de l’IFCE :

Plusieurs opérations de mécénat et de partenariat se sont concrétisées pour l’IFCE en 2019. Retour sur ces actions et sur les projets en cours pour 2020.

Mécénat

L’opération « Parrainer un cheval du Cadre noir » a rencontré un franc succès pour sa deuxième année de mise en place.

Lancé à titre expérimental en 2018, le dispositif a permis de récolter en 2019 12 000 € (4 500 € en 2018). Les dépenses concernant ces dons sont affectées à des actions en faveur du bien-être des chevaux.

Mis en place en 2018, le Cercle des mécènes s’est étoffé de cinq membres en 2019 avec un montant de dons de 9 000 €. Ces dons ont permis de financer notamment le premier épisode du film « l’Esprit du Cadre ».

Partenariats

Afin de satisfaire ses préoccupations en matière de confort, de bien-être et performance des chevaux, le Cadre noir a signé un partenariat commercial avec les laboratoires Audevard et sa marque Ravene, autour de valeurs communément partagées.

En plus de l’expertise et des conseils sur la santé équine des laboratoires Audevard, 40 chevaux (20 sauteurs de galas et 20 chevaux de sport de haut-niveau dont le cheval champion olympique Qing du Briot*IFCE) bénéficieront de produits à l’année. Audevard fournit des compléments alimentaires permettant de soutenir l’appareil locomoteur, digestif et respiratoire du cheval athlète, tandis que Ravene apporte des produits de soin du pied ainsi que des produits cosmétiques essentiels pour les représentations.

Un partenariat a été conclu entre l’association Saumur Attelage, l’entreprise Bouvet Ladubay et l’IFCE pour la valorisation d’une vingtaine de voitures hippomobiles des Haras nationaux. Il s’agit de créer, dans un lieu atypique de Bouvet Ladubay, la « Collection Hippomobile de Saumur ».

Cette exposition se veut dynamique en présentant des voitures authentiques ainsi que les diverses techniques de menage.

Perspectives 2020

Une rencontre a eu lieu fin 2019 avec une créatrice de haute joaillerie à Monaco pour un projet de mécénat qui devrait voir le jour en 2020 : la création d’un bijou dont une partie des bénéfices des ventes sera reversée au Cadre noir.

L’opération « Parrainer un cheval » sera reconduite avec le projet de pouvoir développer en 2020 un module de don en ligne. Une demande de rescrit fiscal au titre du Cadre noir va être déposée auprès des services fiscaux pour permettre sa reconnaissance officielle en tant que patrimoine français reconnu d’intérêt général.

La « collection hippomobile de Saumur » ouvrira ses portes au printemps 2021 et s’accompagnera de plusieurs actions de promotion de l’attelage et de l’équitation attelée dans le Saumurois.

 

En savoir plus sur les projets en cours