Formation

Formation Identification des équidés – 19 avril – Envt Toulouse

ROD-Formation identifcation des équidés Dernières minutes pour vous inscrire à la formation « Identification des équidés : signalement et démarches administratives » réservée aux vétérinaires identificateurs : le jeudi 19 avril 2018 à l’Envt de Toulouse.

Cette formation, agréée CNVFCC (Conseil National Vétérinaire de la Formation Continue et Complémentaire), est ouverte à toute personne habilitée à l’identification des équidés.
Cette session aura pour objectifs :

  • d’optimiser ses compétences en matière d’identification des équidés grâce à une meilleure maîtrise des démarches administratives
  • de perfectionner ses références techniques en matière d’identification pour garantir des prestations de qualité  

     

 

  • Retrouvez les 5 bonnes raisons de vous former à l’identification des équidés :

    ⇒ devenez vétérinaire conseil en identification
    ⇒ un dossier bien monté, l’assurance d’un service de qualité
    ⇒ développez vos connaissances techniques
    ⇒ appréhendez les cas complexes
    ⇒ profitez des services Internet et gagnez du temps

 

Tarif & financement :

  • 190,00€ TTC– Tarif exonéré de la TVA dans le cadre de la formation professionnelle continue

 

Voir la version en ligne

 

Cette session sera dispensée par Yves Berroche, Correspondant identification – Formateur Ifce

 

 

Télécharger le programme : ROD – Programme Formation IDENTIFICATION – VETERINAIRES 2018

et le dossier d’inscription : ROD – DTAm-Bulletin d’inscription formations courtes – 2018 + ROD – Réglement intérieur Ifce

 

Si vous souhaitez y participer, ne tardez pas à nous contacter au 07 64 57 61 96 ou par mail à formations.midi-pyrenees@ifce.fr.

Dès à présent, vous pouvez aussi retourner votre dossier d’inscription à l’adresse ci-dessous. Les inscriptions seront acceptées jusqu’au 10/04/2018.

Si besoin, nous pourrons vous fournir un devis pour toute demande de financement.

Ifce Site de Rodez – Bourran – 9 Rue de Bruxelles 12000 RODEZ

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager

Un début d’année 2018 riche en expériences pour nos élèves de la promotion 2017/2018 du CS UCA du Haras national d’Uzès

La promotion 2017-2018 du Certificat de Spécialisation « Utilisateur de Chevaux Attelés » (CS UCA) dispensée par le Haras national d’Uzès en partenariat avec le CFPPA du Gard (Rodilhan) a débuté l’année 2018 sur les chapeaux de roues.

Du 17 au 21 janvier 2018 nos élèves ont participé au salon Cheval Passion d’Avignon en proposant des navettes hippomobiles aux visiteurs, en assurant le transport et l’accueil d’enfants en situation de handicap, en réalisant le hersage des carrières extérieures et la livraison de matériel en attelage pendant les spectacles des Crinières d’Or. Ils ont ainsi pu œuvrer au milieu du public dans leur cœur de métier.

crédit photo Stéphanie Carcenac

crédit photo Stéphanie Carcenac

Crédit photo Stéphanie Carcenac

Crédit photo Stéphanie Carcenac

Crédit photo Stéphanie Carcenac

Crédit photo Stéphanie Carcenac

Crédit photo : Stéphanie Carcenac

Crédit photo : Stéphanie Carcenac

Nos élèves ont ensuite enchaîné par deux semaines d’apprentissage du travail du sol avec Olivier Pichaud, formateur cocher-laboureur, Secrétaire du Syndicat National des Cochers Professionnels, sur une exploitation maraîchère à Jonquières Saint Vincent. Cette expérience leur a permis de découvrir une autre facette du cheval au travail pour une diversification éventuelle de leurs activités futures.

Crédit photo : Vincent Moreau

Crédit photo : Vincent Moreau

Crédit photo : Vincent Moreau

Crédit photo : Vincent Moreau

crédit photo : Vincent Moreau

crédit photo : Vincent Moreau

 

Du 5 au 16 février 2018 nos élèves sont retournés en stage en entreprise, l’occasion pour eux de découvrir d’autres techniques et utilisations du cheval attelé, comme ici Nadège KRENINGER dans l’entreprise de M. HOLECEK « Traits du Jardin ».

Crédit photo : Vincent Moreau

Crédit photo : Vincent Moreau

Crédit photo : Vincent Moreau

Crédit photo : Vincent Moreau

Crédit photo : vincent Moreau

Crédit photo : vincent Moreau

 

 

 

Enfin, du 20 au 22 février 2018 nos élèves ont abordé en centre de formation deux nouvelles thématiques :

– la notion de « force – travail – puissance » avec Jean-François Cottrant, lui-même CS UCA débardage par traction animale et ses trois ânes :

 

Crédit photo M Héreau

Crédit photo M Héreau

Crédit photo M Héreau

Crédit photo M Héreau

Crédit photo M Héreau

Crédit photo M Héreau

Crédit photo S Carcenac

Crédit photo S Carcenac

Crédit photo K Renard

Crédit photo K Renard

Crédit photo K Renard

Crédit photo K Renard

 Crédit photo K Renard

Crédit photo K Renard

 

– les notions de base de la maréchalerie et de la maréchalerie « d’urgence » avec Frédéric Contet, Maréchal du Haras national d’Uzès :

 

Crédit photo S Carcenac

Crédit photo S Carcenac

Crédit photo S Carcenac

Crédit photo S Carcenac

Crédit photo S Carcenac

Crédit photo S Carcenac

Crédit photo S Carcenac

Crédit photo S Carcenac

Crédit photo S Carcenac

Crédit photo S Carcenac

 

Si cette formation vous attire, le prochain test de recrutement pour la promotion 2018-2019 se déroulera le 17 mai 2018 au Haras national d’Uzès.

La formation est finançable pour les demandeurs d’emploi (sous condition de réussite au test d’entrée) par le Programme Régional Qualifiant du Conseil Régional Occitanie.

 

Si vous souhaitez participer à cette journée, n’hésitez pas à nous contacter pour recevoir des informations complémentaires !

 

Contact : Stéphanie Carcenac – Tél : 04 66 75 77 19 – Mail : formations.lrpc@ifce.fr

L’attelage sous le soleil … au domaine de Combelles!

ROD-reprise-att

ROD-Promenade-attelage

Par des températures avoisinantes les 1°C mais sous un soleil radieux et un beau ciel bleu, de courageuses meneuses ont profité de cette belle journée ensoleillée pour venir pratiquer l’attelage à l’école de Combelles!!!

Un moment de complicité avec le fjord Omana et l’âne Vinclair au cours de la détente en reprise suivie d’une promenade sur le causse…

 

Retrouvez l’ensemble des activités proposées à l’école du loisir attelé de Combelles sur le blog : https://chevalarcmediterraneen.wordpress.com/ et plus de photos sur Facebook : https://www.facebook.com/harasnationalrodez/

 

Vous souhaitez des informations sur les activités d’attelage de l’école :

Formation Identification des équidés en Occitanie

ROD-Formation identifcation des équidés L’Ifce vous informe de la programmation de la formation « Identification des équidés : signalement et démarches administratives » réservée aux vétérinaires identificateurs : le jeudi 19 avril 2017 à l’Envt de Toulouse.

Cette formation, agréée CNVFCC (Conseil National Vétérinaire de la Formation Continue et Complémentaire), est ouverte à toute personne habilitée à l’identification des équidés.
Cette session aura pour objectifs :

  • d’optimiser ses compétences en matière d’identification des équidés grâce à une meilleure maîtrise des démarches administratives
  • de perfectionner ses références techniques en matière d’identification pour garantir des prestations de qualité 

    Retrouvez les 5 bonnes raisons de vous former à l’identification des équidés :

    ⇒ devenez vétérinaire conseil en identification
    ⇒ un dossier bien monté, l’assurance d’un service de qualité
    ⇒ développez vos connaissances techniques
    ⇒ appréhendez les cas complexes
    ⇒ profitez des services Internet et gagnez du temps

 

Tarif & financement :

  • 190,00€ TTC– Tarif exonéré de la TVA dans le cadre de la formation professionnelle continue

 

Voir la version en ligne

 

Cette session sera dispensée par Yves Berroche, Correspondant identification – Formateur Ifce

 

 

Télécharger le programme : ROD – Programme Formation IDENTIFICATION – VETERINAIRES 2018

et le dossier d’inscription : ROD – DTAm-Bulletin d’inscription formations courtes – 2018 + ROD – Réglement intérieur Ifce

 

Si vous souhaitez y participer, ne tardez pas à nous contacter au 07 64 57 61 96 ou par mail à formations.midi-pyrenees@ifce.fr.

Dès à présent, vous pouvez aussi retourner votre dossier d’inscription à l’adresse ci-dessous. Les inscriptions seront acceptées jusqu’au 10/04/2018.

Si besoin, nous pourrons vous fournir un devis pour toute demande de financement.

Ifce Site de Rodez – Bourran – 9 Rue de Bruxelles 12000 RODEZ

CS jeunes chevaux : portrait de Naïs, élève en formation

La 3e promotion du certificat de spécialisation (CS) « éducation et travail du jeune cheval » orienté vers le dressage à Rosières aux Salines a fait sa rentrée depuis maintenant 3 mois.
Naïs Roussel, qui a intégré cette promotion, revient sur son parcours auprès des chevaux et sur ses premiers mois de formation à l’approche du stage de débourrage compris dans le programme de ce CS. Une étape indispensable pour son projet professionnel.

 

Naïs et Festero en carrière à Rosières

Naïs suit la formation, notamment avec son cheval Festero

« Naïs, quel est ton parcours scolaire et professionnel jusqu’à maintenant ?

– Je suis diplômée d’un BAC STMG (Sciences et technologies du management et de la gestion) qui m’a permis d’acquérir des connaissances en marketing, management, économie et droit, indispensables pour mener à bien mon projet de structure équestre. J’ai ensuite suivi une formation BPJEPS mention équitation, que j’ai obtenu, pour pouvoir enseigner cette pratique.

 

– Quelle est ton expérience avec les chevaux et en dressage ?

– J’ai commencé à monter à cheval dans un centre équestre à 10 ans. Suite à une grosse chute, j’ai dû arrêter de monter, mais la passion étant la plus forte, j’ai recommencé à monter à 12 ans dans un autre centre équestre où j’ai pratiqué le dressage, le CSO et le Complet.

Dans ce nouveau club, j’ai fait la connaissance de Philip, un poney de 3 ans que j’ai fini par acheter. Nous avons tout appris ensemble, et c’est lui qui m’a donné l’envie de pratiquer le dressage. Il est tombé gravement malade lorsqu’il a eu 7 ans et j’ai dû le changer d’écurie en raison de son état de santé. Nous avons rejoint une petite écurie privée où l’on pratique l’équitation de dressage classique dans un cadre verdoyant et un environnement calme et agréable, particulièrement adapté à cette pratique. La propriétaire, Mme Jacottet, a partagé avec moi sa passion.

Ne pouvant plus monter mon poney à cause de sa maladie, j’ai eu la chance, à 16 ans, de me voir confier, un cheval d’âge, « maître d’école » de dressage. Mon poney est décédé 5 mois après notre arrivée dans cette nouvelle écurie. Sa perte a été très difficile à surmonter et j’ai eu du mal à continuer sans lui, mais finalement, j’ai voulu poursuivre mon rêve et 1 an plus tard j’ai acheté Festero, un pure race espagnole qui aujourd’hui 13 ans. Je le sors en compétition amateur, ainsi que Vincent, KWPN de 16 ans, le cheval de Mme Jacottet, qui m’a permis de participer au championnat de France Amateur 2 jeunes en 2017.
Propriétaire de chevaux depuis l’âge de 14 ans, confrontée à la maladie de mon poney, puis à sa perte, j’ai acquis, par la force des choses, une certaine expérience sur les soins aux chevaux. J’ai d’ailleurs également adopté une ponette de maintenant 13 ans atteinte d’une maladie incurable. Je me suis donc entourée de professionnels de la santé équine, vétérinaires, ostéopathe équin, maréchal ferrant. Je retire beaucoup d’enseignements à les observer et à échanger avec eux.
Par ailleurs, en parallèle de mes études, j’ai eu l’occasion pendant plusieurs mois, à titre bénévole, de monter des chevaux dans une écurie de valorisation de chevaux de CSO. Cette expérience m’a permis de découvrir cette activité et de confirmer mon envie d’apprendre à valoriser les jeunes chevaux, mais dans le dressage, ma discipline de prédilection.

 

Naïs et Marlène à cheval

Naïs et Marlène ont intégré la promotion 2017-2018

– Pourquoi avoir choisi le CS jeunes chevaux de Rosières aux Salines ?

– Pour réaliser mes projets, il me paraissait indispensable de suivre une formation qualifiante, afin d’acquérir les bonnes techniques pour valoriser les jeunes chevaux, plutôt que tâtonner pendant des années, sans garantie d’obtenir les résultats que je veux. L’expérience que j’ai pu faire dans l’écurie de valorisation de jeunes chevaux m’a conforté dans mes choix, et celui de la formation CS a donc été une évidence. J’ai choisi le CS pour apprendre à bien valoriser un jeune cheval, apprendre les bonnes techniques, acquérir les compétences, me perfectionner et progresser dans la discipline. Mon premier objectif est de réussir à valoriser correctement un jeune cheval et d’aller à la finale des jeunes chevaux à Saumur.

 

– Quelles sont tes premières impressions sur la formation ?

– Les différents professionnels qui interviennent sur la formation sont vraiment tous supers. Chaque intervenant complète les autres. Nous sommes encadrées par des professionnels pour chaque discipline, que ce soit pour le travail monté ou pour le travail à pied. Nous avons, pour l’instant, 3 jeunes chevaux confiés à qui nous apprenons et qui nous apprennent énormément aussi, car ils sont tous très différents en âge et en caractère. J’apprends à voir leur potentiel, leurs qualités et leurs défauts aussi. 2 juments, une de 4 ans et une de 5 ans, me sont confiées, très différentes l’une et l’autre, et nous venons d’accueillir un nouveau cheval de 4 ans que j’ai hâte de découvrir. Chaque cheval est différent, dans ses allures, dans ses capacités, dans sa personnalité et nous devons adapter notre manière de monter à chacun pour parvenir à obtenir le bon résultat. Chaque cheval apprend de façon différente, ce qui est très enrichissant et je m’attache beaucoup à eux. Les formateurs nous encouragent, nous expliquent et nous enseignent avec bienveillance et patience et j’apprends beaucoup grâce à eux. Leurs conseils sont précieux et je constate les progrès. Je mesure la chance que j’ai de pouvoir bénéficier de leurs connaissances.

Dans le cadre de la formation, nous montons un cheval d’âge. Pour moi, c’est mon cheval Festero qui a évolué beaucoup également en seulement 2 mois. Nous abordons des techniques qu’il ne possédait pas et je suis très fière de lui.

Les cours théoriques sont aussi très intéressants et enrichissants. Sur le Haras de Rosières, nous avons la chance de pouvoir découvrir d’autres métiers et disciplines liés au cheval : sellerie, maréchalerie, attelage …

 

– Un projet pour la suite ?

– Mon projet professionnel est de créer une écurie de propriétaire (dressage) d’ici quelques années (5 à 10 ans) avec pour activités : la sortie en compétition des propriétaires, la valorisation et la commercialisation de jeunes chevaux (personnels, d’éleveurs ou de propriétaires) et je souhaite également pouvoir évoluer personnellement en compétition ».

 

Vous souhaitez intégrer cette formation ? Contactez dès maintenant notre correspondant formations pour obtenir votre dossier d’inscription.
Contact : H. Marcheron, 06 14 06 85 75, harmonie.marcheron@ifce.fr

Plus d'informations

La performance par Thomas Coville : récit de la journée sport par Céline, élève DEJEPS

Le 14 décembre dernier, la journée sport de l’IFCE a été l’occasion de parler performance et préparation avec des experts de la compétition sportive: Thomas Coville , Claude Onesta et Thierry Pomel.

Céline COURSAN en formation continue DEJEPS sur le site du Pin s’est rendue avec ses « camarades de classe » à Saumur pour suivre cette journée sport riche en enseignements.

FOR DEJEPS
Céline n’est pas venue en simple auditrice, elle a consciencieusement pris en note les récits captivant des trois grands champions, et nous livre ainsi  son carnet de notes. Nous commençons aujourd’hui par la présentation de Thomas Coville, le marin de l’année.
Une année exceptionnelle pour Thomas COVILLE,  « Marin de l’année 2017» , :
  • record du tour du monde à la voile en solitaire en 49 jours ( avant que François Gabart ne batte le record en cette fin d’année 2017)
  • vainqueur de la transat Jacques VABRE en duo en 7 jours et 22h, et record de l’atlantique Nord en solitaire en 4 jours et 11 h
Né en 1968 (49 ans), il est ingénieur de formation (Math Spé). Il est avant tout un athlète, qui bénéficie des conseils d’entraineurs.
Bien qu’il ait enterré son père hier, Thomas a tenu à être présent ce 14 décembre, car il est très inspiré par Claude ONESTA. C’est la principale motivation de sa présence.
Il participe très rarement à des conférences, mais il considère que s’il faut savoir DONNER, il faut aussi savoir RECEVOIR des autres.
Thomas consacre plus de 200 jours par an à la navigation.
FOR-JSport

L’ échec pour la victoire.

Thomas a connu de nombreuses tentatives infructueuses : il est souvent «tombé» comme on pourrait tomber de cheval.
Il lui aura fallu 5 essais avant de battre le record du tour du monde en solitaire.
Dans ce parcours, son engagement a été total, puisque commettre certaines erreurs peut être fatal en plein milieu de l’Océan.
En solitaire, il est celui qui est dans l’action, il doit faire les bons choix, et la prise de décision est parfois une épreuve.
«Protège-toi contre ton courage »
Il a du faire des choix «raisonnables», et se rappeler qu’échouer permet de mieux rebondir par la suite. Il a du, par exemple, faire demi -tour face à une mer de glace annoncée par ses guides.
Engager le bateau vers cette mer de glace n’aurait pas permis de faire un retour en arrière.
Mais faire demi -tour était comme un nouvel abandon de son projet, et un nouvel échec dans sa quête de record. Or il a eu trop souvent «la nausée de l’échec».
Poussé dans ses retranchements, la décision à prendre était donc vitale, une mauvaise décision l’aurait conduit vers une forme de suicide. Thomas admet qu’il a été face à des idées noires, et qu’il doit encore aujourd’hui apprendre à vivre avec elles.
Après ces expériences très fortes, et surtout l’expérience de la réussite, TC a envie de transmettre aux autres aujourd’hui car « ça a marché ». Et ce succès légitime son action, sa parole.
Il cite la «Bienveillance» de l’entraineur comme une règle majeure de la performance. Le retour attendu est la réussite d’un objectif commun, la réussite d’une équipe.
La victoire est plus grande lorsqu’elle rayonne sur les autres : une équipe, un public.
Image de la pyramide de champagne : la victoire est plus grande quand elle accède aux coupes de champagne qui sont en bas de la pyramide, elle vous dépasse.
A la différence de l’équitation, la voile est un sport mécanique, mais dans ces 2 sports, des nombreux paramètres externes à l’athlète doivent être maitrisés.

Importance du «Connais – toi toi-même »

L’athlète doit apprendre à être en autonomie mais sans jamais tomber dans l’excès de technique et de préparation physique.

Sur le rôle du coach

Une nuit, il a percuté un cargo. Son bateau s’est trouvé coupé en deux. Une telle « chute» (épreuve/ échec) peut être la source d’une évolution majeure pour l’athlète. Thomas a ressenti un énorme sentiment de culpabilité à cette occasion. Son sponsor est venu le trouver, et lui a demandé «de se faire aider». Il avait alors deux options : accepter et avancer, ou se replier sur lui – même. Il a alors pris contact avec un préparateur mental. Après deux essais infructueux, il a finalement trouvé une personne avec qui travailler. Mais il a posé son cadre: « j’ai peur du gourou, je ne veux pas une psychothérapie, et j’ai envie de gagner ».
 La coach lui a posé une seule question pour démarrer : « A quoi te sert ta culpabilité ? ». Il aura eu besoin de 2 mois et demi pour répondre à la question, et cela lui aura coûté « 500 boules » , mais cela l’a fait avancer d’ un grand pas !

Sur ce qui vous fait avancer

Chaque être est unique et singulier, certains choisissent une expression artistique pour exprimer cette singularité, d’autres un sport de haut niveau.

Sur la préparation physique

Un marin performant qui fait la tournée des bars tous les soirs, ça n’existe plus.
Il faut avoir le goût de l’effort, mais attention de ne pas se complaire dans le faux confort de la préparation physique qui rassure. Attention aux obsédés du travail.
Attention au sur-entrainement, il faut penser à la récupération.
Un préparateur physique lui a dit un jour pour un premier entrainement: « Et bien aujourd’hui, on ne va rien faire!»

Sur la préparation mentale

Comme Roger Federer, il faut accepter de « Bien mal jouer» : reconnaitre les situations, objectiver les actions, comprendre/accepter que la performance n’est pas une courbe linéaire mais plutôt une
courbe sinusoïdale, par laquelle on passe du marécage en bas à la victoire en haut.
Sur l’attention et la concentration «Pour gagner cette putain de course», il faut maitriser le temps.
TC a appris à s’endormir en 3 minutes, pour une séquence de 30 minutes qu’il doit répéter X fois par jours.
Il doit être capable de se concentrer à l’instant T pour être dans l’action.
Il s’est par exemple exercé à compter les lettres U dans un texte qui lui était lu, alors qu’il pratiquait un entrainement physique.