Formation

CS jeunes chevaux : l’étape « formation » du projet de Naïs

La 3e promotion du certificat de spécialisation (CS) « éducation et travail du jeune cheval » orienté vers le dressage à Rosières aux Salines a fait sa rentrée depuis maintenant 3 mois.
Naïs Roussel, qui a intégré cette promotion, revient sur son parcours auprès des chevaux et sur ses premiers mois de formation à l’approche du stage de débourrage compris dans le programme de ce CS. Une étape indispensable pour son projet professionnel.

 

Naïs et Festero en carrière à Rosières

Naïs suit la formation, notamment avec son cheval Festero

« Naïs, quel est ton parcours scolaire et professionnel jusqu’à maintenant ?
– Je suis diplômée d’un BAC STMG (Sciences et technologies du management et de la gestion) qui m’a permis d’acquérir des connaissances en marketing, management, économie et droit, indispensables pour mener à bien mon projet de structure équestre. J’ai ensuite suivi une formation BPJEPS mention équitation, que j’ai obtenu, pour pouvoir enseigner cette pratique.

 

– Quelle est ton expérience avec les chevaux et en dressage ?
– J’ai commencé à monter à cheval dans un centre équestre à 10 ans. Suite à une grosse chute, j’ai dû arrêter de monter, mais la passion étant la plus forte, j’ai recommencé à monter à 12 ans dans un autre centre équestre où j’ai pratiqué le dressage, le CSO et le Complet.

Dans ce nouveau club, j’ai fait la connaissance de Philip, un poney de 3 ans que j’ai fini par acheter. Nous avons tout appris ensemble, et c’est lui qui m’a donné l’envie de pratiquer le dressage. Il est tombé gravement malade lorsqu’il a eu 7 ans et j’ai dû le changer d’écurie en raison de son état de santé. Nous avons rejoint une petite écurie privée où l’on pratique l’équitation de dressage classique dans un cadre verdoyant et un environnement calme et agréable, particulièrement adapté à cette pratique. La propriétaire, Mme Jacottet, a partagé avec moi sa passion.

Ne pouvant plus monter mon poney à cause de sa maladie, j’ai eu la chance, à 16 ans, de me voir confier, un cheval d’âge, « maître d’école » de dressage. Mon poney est décédé 5 mois après notre arrivée dans cette nouvelle écurie. Sa perte a été très difficile à surmonter et j’ai eu du mal à continuer sans lui, mais finalement, j’ai voulu poursuivre mon rêve et 1 an plus tard j’ai acheté Festero, un pure race espagnole qui aujourd’hui 13 ans. Je le sors en compétition amateur, ainsi que Vincent, KWPN de 16 ans, le cheval de Mme Jacottet, qui m’a permis de participer au championnat de France Amateur 2 jeunes en 2017.
Propriétaire de chevaux depuis l’âge de 14 ans, confrontée à la maladie de mon poney, puis à sa perte, j’ai acquis, par la force des choses, une certaine expérience sur les soins aux chevaux. J’ai d’ailleurs également adopté une ponette de maintenant 13 ans atteinte d’une maladie incurable. Je me suis donc entourée de professionnels de la santé équine, vétérinaires, ostéopathe équin, maréchal ferrant. Je retire beaucoup d’enseignements à les observer et à échanger avec eux.
Par ailleurs, en parallèle de mes études, j’ai eu l’occasion pendant plusieurs mois, à titre bénévole, de monter des chevaux dans une écurie de valorisation de chevaux de CSO. Cette expérience m’a permis de découvrir cette activité et de confirmer mon envie d’apprendre à valoriser les jeunes chevaux, mais dans le dressage, ma discipline de prédilection.

 

Naïs et Marlène à cheval

Naïs et Marlène ont intégré la promotion 2017-2018

– Pourquoi avoir choisi le CS jeunes chevaux de Rosières aux Salines ?
– Pour réaliser mes projets, il me paraissait indispensable de suivre une formation qualifiante, afin d’acquérir les bonnes techniques pour valoriser les jeunes chevaux, plutôt que tâtonner pendant des années, sans garantie d’obtenir les résultats que je veux. L’expérience que j’ai pu faire dans l’écurie de valorisation de jeunes chevaux m’a conforté dans mes choix, et celui de la formation CS a donc été une évidence. J’ai choisi le CS pour apprendre à bien valoriser un jeune cheval, apprendre les bonnes techniques, acquérir les compétences, me perfectionner et progresser dans la discipline. Mon premier objectif est de réussir à valoriser correctement un jeune cheval et d’aller à la finale des jeunes chevaux à Saumur.

 

– Quelles sont tes premières impressions sur la formation ?
– Les différents professionnels qui interviennent sur la formation sont vraiment tous supers. Chaque intervenant complète les autres. Nous sommes encadrées par des professionnels pour chaque discipline, que ce soit pour le travail monté ou pour le travail à pied. Nous avons, pour l’instant, 3 jeunes chevaux confiés à qui nous apprenons et qui nous apprennent énormément aussi, car ils sont tous très différents en âge et en caractère. J’apprends à voir leur potentiel, leurs qualités et leurs défauts aussi. 2 juments, une de 4 ans et une de 5 ans, me sont confiées, très différentes l’une et l’autre, et nous venons d’accueillir un nouveau cheval de 4 ans que j’ai hâte de découvrir. Chaque cheval est différent, dans ses allures, dans ses capacités, dans sa personnalité et nous devons adapter notre manière de monter à chacun pour parvenir à obtenir le bon résultat. Chaque cheval apprend de façon différente, ce qui est très enrichissant et je m’attache beaucoup à eux. Les formateurs nous encouragent, nous expliquent et nous enseignent avec bienveillance et patience et j’apprends beaucoup grâce à eux. Leurs conseils sont précieux et je constate les progrès. Je mesure la chance que j’ai de pouvoir bénéficier de leurs connaissances.

Dans le cadre de la formation, nous montons un cheval d’âge. Pour moi, c’est mon cheval Festero qui a évolué beaucoup également en seulement 2 mois. Nous abordons des techniques qu’il ne possédait pas et je suis très fière de lui.

Les cours théoriques sont aussi très intéressants et enrichissants. Sur le Haras de Rosières, nous avons la chance de pouvoir découvrir d’autres métiers et disciplines liés au cheval : sellerie, maréchalerie, attelage …

 

– Un projet pour la suite ?
– Mon projet professionnel est de créer une écurie de propriétaire (dressage) d’ici quelques années (5 à 10 ans) avec pour activités : la sortie en compétition des propriétaires, la valorisation et la commercialisation de jeunes chevaux (personnels, d’éleveurs ou de propriétaires) et je souhaite également pouvoir évoluer personnellement en compétition ».

 

Vous souhaitez intégrer cette formation ? Contactez dès maintenant notre correspondant formations pour obtenir votre dossier d’inscription.
Contact : H. Marcheron, 06 14 06 85 75, harmonie.marcheron@ifce.fr

Plus d'informations
FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager

La performance par Thomas Coville : récit de la journée sport par Céline, élève DEJEPS

Le 14 décembre dernier, la journée sport de l’IFCE a été l’occasion de parler performance et préparation avec des experts de la compétition sportive: Thomas Coville , Claude Onesta et Thierry Pomel.

Céline COURSAN en formation continue DEJEPS sur le site du Pin s’est rendue avec ses « camarades de classe » à Saumur pour suivre cette journée sport riche en enseignements.

FOR DEJEPS
Céline n’est pas venue en simple auditrice, elle a consciencieusement pris en note les récits captivant des trois grands champions, et nous livre ainsi  son carnet de notes. Nous commençons aujourd’hui par la présentation de Thomas Coville, le marin de l’année.
Une année exceptionnelle pour Thomas COVILLE,  « Marin de l’année 2017» , :
  • record du tour du monde à la voile en solitaire en 49 jours ( avant que François Gabart ne batte le record en cette fin d’année 2017)
  • vainqueur de la transat Jacques VABRE en duo en 7 jours et 22h, et record de l’atlantique Nord en solitaire en 4 jours et 11 h
Né en 1968 (49 ans), il est ingénieur de formation (Math Spé). Il est avant tout un athlète, qui bénéficie des conseils d’entraineurs.
Bien qu’il ait enterré son père hier, Thomas a tenu à être présent ce 14 décembre, car il est très inspiré par Claude ONESTA. C’est la principale motivation de sa présence.
Il participe très rarement à des conférences, mais il considère que s’il faut savoir DONNER, il faut aussi savoir RECEVOIR des autres.
Thomas consacre plus de 200 jours par an à la navigation.
FOR-JSport

L’ échec pour la victoire.

Thomas a connu de nombreuses tentatives infructueuses : il est souvent «tombé» comme on pourrait tomber de cheval.
Il lui aura fallu 5 essais avant de battre le record du tour du monde en solitaire.
Dans ce parcours, son engagement a été total, puisque commettre certaines erreurs peut être fatal en plein milieu de l’Océan.
En solitaire, il est celui qui est dans l’action, il doit faire les bons choix, et la prise de décision est parfois une épreuve.
«Protège-toi contre ton courage »
Il a du faire des choix «raisonnables», et se rappeler qu’échouer permet de mieux rebondir par la suite. Il a du, par exemple, faire demi -tour face à une mer de glace annoncée par ses guides.
Engager le bateau vers cette mer de glace n’aurait pas permis de faire un retour en arrière.
Mais faire demi -tour était comme un nouvel abandon de son projet, et un nouvel échec dans sa quête de record. Or il a eu trop souvent «la nausée de l’échec».
Poussé dans ses retranchements, la décision à prendre était donc vitale, une mauvaise décision l’aurait conduit vers une forme de suicide. Thomas admet qu’il a été face à des idées noires, et qu’il doit encore aujourd’hui apprendre à vivre avec elles.
Après ces expériences très fortes, et surtout l’expérience de la réussite, TC a envie de transmettre aux autres aujourd’hui car « ça a marché ». Et ce succès légitime son action, sa parole.
Il cite la «Bienveillance» de l’entraineur comme une règle majeure de la performance. Le retour attendu est la réussite d’un objectif commun, la réussite d’une équipe.
La victoire est plus grande lorsqu’elle rayonne sur les autres : une équipe, un public.
Image de la pyramide de champagne : la victoire est plus grande quand elle accède aux coupes de champagne qui sont en bas de la pyramide, elle vous dépasse.
A la différence de l’équitation, la voile est un sport mécanique, mais dans ces 2 sports, des nombreux paramètres externes à l’athlète doivent être maitrisés.

Importance du «Connais – toi toi-même »

L’athlète doit apprendre à être en autonomie mais sans jamais tomber dans l’excès de technique et de préparation physique.

Sur le rôle du coach

Une nuit, il a percuté un cargo. Son bateau s’est trouvé coupé en deux. Une telle « chute» (épreuve/ échec) peut être la source d’une évolution majeure pour l’athlète. Thomas a ressenti un énorme sentiment de culpabilité à cette occasion. Son sponsor est venu le trouver, et lui a demandé «de se faire aider». Il avait alors deux options : accepter et avancer, ou se replier sur lui – même. Il a alors pris contact avec un préparateur mental. Après deux essais infructueux, il a finalement trouvé une personne avec qui travailler. Mais il a posé son cadre: « j’ai peur du gourou, je ne veux pas une psychothérapie, et j’ai envie de gagner ».
 La coach lui a posé une seule question pour démarrer : « A quoi te sert ta culpabilité ? ». Il aura eu besoin de 2 mois et demi pour répondre à la question, et cela lui aura coûté « 500 boules » , mais cela l’a fait avancer d’ un grand pas !

Sur ce qui vous fait avancer

Chaque être est unique et singulier, certains choisissent une expression artistique pour exprimer cette singularité, d’autres un sport de haut niveau.

Sur la préparation physique

Un marin performant qui fait la tournée des bars tous les soirs, ça n’existe plus.
Il faut avoir le goût de l’effort, mais attention de ne pas se complaire dans le faux confort de la préparation physique qui rassure. Attention aux obsédés du travail.
Attention au sur-entrainement, il faut penser à la récupération.
Un préparateur physique lui a dit un jour pour un premier entrainement: « Et bien aujourd’hui, on ne va rien faire!»

Sur la préparation mentale

Comme Roger Federer, il faut accepter de « Bien mal jouer» : reconnaitre les situations, objectiver les actions, comprendre/accepter que la performance n’est pas une courbe linéaire mais plutôt une
courbe sinusoïdale, par laquelle on passe du marécage en bas à la victoire en haut.
Sur l’attention et la concentration «Pour gagner cette putain de course», il faut maitriser le temps.
TC a appris à s’endormir en 3 minutes, pour une séquence de 30 minutes qu’il doit répéter X fois par jours.
Il doit être capable de se concentrer à l’instant T pour être dans l’action.
Il s’est par exemple exercé à compter les lettres U dans un texte qui lui était lu, alors qu’il pratiquait un entrainement physique.

L’ifce au salon Cheval Passion : la diffusion de la connaissance, une priorité.

 UZE-Sellerie

Du 18 au 22 janvier 2017 à Cheval Passion, l’Ifce décline des sujets d’élevage, de pratique autour du cheval sur la base de mini-conférences à la portée de tous.
L’Ifce vous accueille sur son stand: les visiteurs pourront s’informer sur les formations sellerie et attelage, découvrir l’espace formation sellerie, obtenir des informations sur l’emploi et les formations auprès d’Equiressources ainsi que sur les démarches SIRE.

Tout comprendre en 30 minutes avec un expert

Découvrez les mini-conférences programmées pour la première fois en 2018 à Cheval Passion, Hall E premier étage. Chaque jour, 2 mini-conférences sont proposées. Elles vous permettent d’approfondir vos connaissances en 30 minutes sur un sujet donné. Dialoguez en direct avec un spécialiste et posez vos question.

L’équipe de l’Institut français du cheval et de l’équitation délégation territoriale Arc méditerranéen présente des sujets qui touchent l’intérêt de tous les détenteurs. Le principe est de concentrer sur 30 minutes les informations à retenir. Un temps d’échange sera possible avec l’intervenant expert.

Ce que nous vous proposons cette année :

– Jeudi 18 janvier par Karine Renard (DU Ethologie)
15h30 à 16h00 : Bien être plus qu’un concept, une nécessité
16h00 à 16h30 : Le bien être vu du côté cheval

– Vendredi 19 janvier par Sophie Gacon (technicienne formatrice)
16h30 à 17h00 : 1ère mise à la reproduction de la jument
17h00 à 17h30 : Le poulain nouveau-né : les premiers soins, les signes d’alerte

– Samedi 20 janvier par Louis Basty (Meneur international, BEES2, enseignant)
17h30 à 18h00 : Cheval d’attelage, détecter son potentiel sportif
18h00 à 18h30 : Contact dans le travail à pied

– Dimanche 21 janvier par Louis Basty (Meneur international, BEES2, enseignant)
15h00 à 15h30 : Cheval d’attelage détecter son potentiel sportif
15h30 à 16h00 : Contact dans le travail à pied

L’école d’attelage HN

L’école est composée de deux cadres BEES2°, 3 Formateurs BPJEPS et une cavalerie composée de 25 chevaux de race – Camargue, Selle Français, races étrangères – ou de trait – Comtois ou Cob Normand. Elle forme au CS Utilisateur de Chevaux Attelés mais aussi propose un accompagnement pour les meneurs compétiteurs tout au long de la saison. C’est l’ensemble de ces compétences qui sera mobilisé afin de contribuer à des actions du cheval attelé sur le salon.

Un jeudi matin consacré à l’accueil de jeunes handicapés

Nos élèves CS s’associent à l’organisateur pour proposer un des trois ateliers autour de la découverte de l’attelage.

UZE-SellerieUn espace/atelier de démonstration sellerie Hall C

Deux niveaux de formation sont proposés au Haras d’Uzès : initiation et perfectionnement et une formation professionnelle au Haras du Pin.
Afin de présenter l’activité de sellerie et travail du cuir, un atelier vous sera proposé sur le salon. Des articles en cuir seront également présentés à la vente ou en commande sur cet atelier.

Des conseils et des informations sur les services de l’Ifce Hall C

Une conseillère SIRE sera présente pour répondre à toutes questions sur toutes les démarches administratives de la vie du cheval.
Des conseillers en formation seront à votre écoute concernant les formations proposées par l’établissement.

Equi-ressources

Une conseillère équi-ressources sera disponible pour toute aide concernant les démarches de recrutement, de recherche d’emploi ou de stage dans la filière équine.

En vente sur le stand dans un espace librairie / boutique : des livres, des DVD.

L’Institut français du cheval et de l’équitation sur l’Arc méditerranéen
L’équipe de l’Ifce, propose un appui aux organismes de la filière équine et contribue au développement de projets autour du cheval dans toutes les régions Occitanie – PACA – Corse

La formation:
Il participe activement au développement de formations spécialisées, sur des thématiques en relation avec l’élevage et la valorisation du cheval, plus particulièrement dans le domaine de l’attelage.

L’innovation:
Un travail de recherche autour d’une pédagogie innovante en cours avec le LIRDEF (Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Didactique, Éducation et Formation), afin de contribuer au développement de la discipline de l’attelage.

Le développement:
Le Haras est le siège de nombreuses manifestations sportives et culturelles.
Ce lieu dispose également d’un plateau technique de qualité adapté à l’accueil tout au long de l’année de compétitions de haut niveau, près de 60 journées de compétitions toutes disciplines.
Il s’étend sur 11 hectares ; on y trouve une forge et des granges à proximité d’une demeure du XIXe siècle, mais aussi deux écuries comptant plus de 70 boxes, ainsi que des lieux de travail et de spectacle (carrières et manège…).

L’expertise:
En appui aux collectivités nos experts contribuent à la mise en place du cheval en ville et à son insertion dans les territoires au travers de projets tels que le cheval utilitaire ou encore les brigades équestres.
La valorisation du patrimoine: Un projet de valorisation du patrimoine est lancé par la société des amis des Haras. Il regroupe la Fondation du patrimoine ainsi que des mécènes. Il a pour but la mise en valeur et la remise en état du parc des 10 véhicules hippomobiles du Haras.

Rendez-vous dans le Hall E du salon Cheval Passion!

Plus d’informations sur www.ifce.fr

Claude Onesta, le patron des experts à Saumur le 14 décembre

Claude Onesta: l’entraîneur qui mène droit aux buts en mission pour Paris 2024

Crédits : Pillaud - FFHB

Crédits : Pillaud – FFHB

 

Vous avez forcément déjà entendu son nom… Claude Onesta s’est fait connaitre à travers l’équipe de handball masculine française. Il sera présent le 14 décembre 2017 pour prendre part à la Journée Sport de l’IFCE

Achetez vos billets en ligne

Le meilleur entraîneur d’équipe nationale de l’histoire du handball

Né le 6 février 1957, Claude Onesta débute le handball à 11 ans dans un club toulousain. En 2001, il succède à Daniel Constantini et devient entraîneur de l’équipe de France, les célèbres Experts.

Durant sa carrière il a mené les handballeurs français à 11 titres : 3 olympiques (2 médailles d’or et 1 médaille d’argent), 3 de champions du monde et 3 de champions d’Europe. Il est aujourd’hui considéré comme le meilleur entraineur national de l’histoire de sa discipline. Après l’aventure Rio 2016, Claude Onesta a quitté son poste d’entraîneur pour devenir manager général de l’Equipe de France masculine de Handball.

Crédit: PILLAUD- FFHB Mondial 2009

Crédit: PILLAUD- FFHB Mondial 2009

Sa nouvelle mission pour Paris 2024

A l’aube de Paris 2024 il se voit confier une nouvelle mission pour la performance des athlètes français aux Jeux Olympiques de Paris. En effet, Laura Flessel, ministre des sports, l’a chargée de « travailler sur un nouvel ecosystème de la performance, donc travailler sur les sportifs, les entraîneurs, les clubs, les régions, les sparring-partners », sujet clé de la Journée Sport. Nul doute que Claude Onesta saura apporter un maximum de réponses à vos questions sur la gestion des victoires et des défaites, sur la préparation physique et mentale, et sur la performance.

Rendez-vous le 14 décembre à l’école supérieure du cheval et de l’équitation pour une journée d’exception avec Claude Onesta, Thomas Coville et Thierry Pomel

 

En savoir plus sur la journée Sport, Apprentissage et Performance

 

 

Le skipper Thomas Coville fait escale à Saumur le 14/12

Un marin de haut-niveau en escale à Saumur pour la journée sport sur le thème de la performance

Qui est Thomas Coville?

Thomas Coville est né le 10 mai 1968 à Rennes.

Ingénieur de formation, ce sportif de haut-niveau est devenu skipper de l’équipe Team Sodebo en 1999.

Marié et père de deux enfants, il est un marin vanté pour le soin qu’il apporte à ses bateaux et reconnu par son palmarès multi-« tourdumondiste ».

Homme aux centres d’intérêts variés dans la vie comme dans le sport, Thomas est déterminé et investi dans tout ce qu’il entreprend. Culture, lecture, musique, cyclisme, alpinisme, sa vie se partage entre ses différentes activités, sa famille et la voile.

Marin de haut niveau depuis son adolescence, il a concouru du mini 6.50 aux plus grands trimarans dans des courses comme l’America’s Cup et la Volvo Ocean Race. Son domaine de prédilection reste le multicoque où il excelle contre les chronomètres ou ses adversaires, à travers l’Atlantique et autour du monde.

Copyright: Frédéric MORIN – TEAM SODEBO

Son palmarès :

  • 7 tours du monde
  • 9 passages du Cap Horn et plus de 15 transatlantique
  • 7 records en solitaire et 4 en équipage
  • 4 route du Rhum dont une victoire en monocoque et 2 podiums en trimaran

Egalement :

  • Record du Tour du monde en solitaire : 49 jours 3 heures 7 minutes et 38 secondes (décembre 2016)
  • Record des 24 heures : 714 miles soit 1 322 km (juin 2016)
  • Vainqueur de la Volvo Océan Race (2011-2012)
  • Détenteur du trophée Jules Vernes (1997 et 2010)
  • Deuxième de la Transat Anglaise (2012)
  • Vainqueur de la transat Jacques Vabre (1998)
  • Deuxième de la mini Transat (1997)

    Arrivee Ar Men Race 2017@Fréd Morin-3 red

    Copyright: Frédéric MORIN – TEAM SODEBO

Une escale à Saumur

Thomas Coville sera exceptionnellement présent à l’ Ecole supérieure du cheval et de l’équitation site de Saumur le 14 décembre 2017 pour la Journée Sport de l’Ifce un rendez-vous de haut-niveau à ne pas manquer pour tous les enseignants, entraîneurs, mordus de voile ou tout simplement passionnés de sport.

Il interviendra aux côtés de deux autres pointures du haut-niveau : Thierry Pomel et Claude Onesta.

Achetez vos billets en ligne

 

En savoir plus sur la journée Sport, Apprentissage et Performance

 

Découvrez les activités d’attelage… de 7 à 77 ans…

Les Haras nationaux souhaitant faire partager leur savoir-faire autour de la discipline de l’attelage, l’équipe de l’école du loisir attelé de Combelles vous propose de venir participer à des activités toute l’année grâce à plusieurs formules, que vous souhaitiez découvrir l’attelage, vous y initier ou encore vous perfectionner, et ce, dans le cadre du loisirs ou vous former dans le cadre de la formation professionnelle.

ROD-Attelage-Sainte-Radegonde

 

Découverte – Tourisme : uniquement pendant les vacances scolaires de la Toussaint, de Pâques, et d’été

Promenade sur le causse : au gré du son des fers et de l’odeur du cuir et des chevaux, découvrez le causse de Combelles au cours d’une ballade, en famille ou entre amis – jusqu’à 8 personnes – du mardi au vendredi de 14h à 16h

– Découverte à l’heure : formule où vous devenez acteur de votre activité – promenade en attelage sur le causse avec alternance de menage en double guides entre les participants sur une même voiture d’attelage – jusqu’à 3 personnes – du mardi au vendredi de 10h30 à 11h30

– Découverte à la 1/2 journée : formule où vous êtes également acteur de votre activité – approche du cheval, régles élémentaires de sécurité, alternance de menage en double guides sur une aire d’évolution puis en extérieur – jusqu’à 3 personnes – du mardi au vendredi de 9h à 12h

 

Stage Attelage Adolescents Haras national de Rodez Avril 2016

Stages adolescents : uniquement pendant les vacances de la Toussaint et de Pâques

– Stage pour les adolescents : le cheval, son environnement, son fonctionnement, son système de communication ; le matériel spécifique, la communication au travers des guides, l’enjeu d’une continuité de traction ; la connaissance de l’environnement de pratique ; la pratique en extérieur, le menage ; les règles élémentaires de sécurité – 1 jour ou 2 jours – jusqu’à 4 ados – mardi et mercredi de chaque 1ère semaine de vacances – possibilité de passage des galops d’attelage pour les ados réguliers sur l’année

 

Cours Initiation ou perfectionnement : toute l’année hors vacances scolaires

– Cours réguliers du mercredi : 3 niveaux accessibles dès 8 ans
-> jeune public de 8 à 11 ans – jusqu’à 3 enfants – de 14h à 15h
-> ados de 12 à 18 ans – jusqu’à 3 ados – de 15h30 à 16h30
-> adultes au-delà de 18 ans – jusqu’à 3 adultes – de 17h à 18h30 – + un soir dans la semaine à définir

ROD-Ouverture_Ecole_d'attelage_Domaine de Combelles (6)– Initiation à la journée : S’initier à l’attelage – le cheval, son environnement, son fonctionnement, son système de communication ; le matériel spécifique, la communication au travers des guides, l’enjeu d’une continuité de traction ; la connaissance de l’environnement de pratique ; la pratique en extérieur, le menage ; les règles élémentaires de sécurité – jusqu’à 4 personnes – date à définir au moment de la réservation

– Initiation en stage de 4 jours continus : Acquérir de l’autonomie en attelage – le cheval, son environnement, son fonctionnement, son système de communication ; le matériel spécifique, la communication au travers des guides, l’enjeu d’une continuité de traction ; la connaissance de l’environnement de pratique ; la pratique en extérieur, le menage ; les règles élémentaires de sécurité – jusqu’à 4 personnes – date à définir au moment de la réservation

 

Et pour plus de souplesse en fonction de vos propres disponibilités, nous proposons aussi des cartes 4 ou 16 séances :

– la carte de 4 séances de 1h30 : pour une première approche du cheval et de l’attelage

– la carte de 16 séances de 1h30 : pour approfondir un peu plus

La carte est valable 1 an ; elle vous permet de programmer vos séances au gré de vos disponibilités. Vous pouvez programmer plusieurs séances en suivant (par exemple utiliser 2 séances pour venir sur une 1/2 journée ou 4 séances pour une journée entière…) – Ces formats d’1h30 /séance vous donne plus de flexibilité pour pratiquer cette activité, et de façon régulière!! Sur rendez-vous uniquement

Voici l’adresse de l’Ecole du loisir attelé (à seulement 5 kms de Rodez), n’hésitez pas à vous y avancer pour rencontrer notre équipe :
Ecole du loisir attelé

Ecurie du Prat del Roc
Domaine de Combelles
12000 Le Monastère

Vous pourrez joindre Philippe Beaujean au 06 18 26 28 87 pour tous renseignements mais surtout pour réserver vos places! Réservation indispensable!!

ROD-CADEAU.JPEGD’autres propositions s’offrent à vous : idées cadeaux d’anniversaire, de Noël, pour un départ à la retraite – sorties comités d’entreprise ou groupe famille – … N’hésitez pas à nous demander.

ROD-CADEAU.JPEG

Plus d’infos auprès de :

Ifce Site de Rodez

Bourran

9 Rue de Bruxelles

12000 RODEZ

07 64 57 61 96

formations.midi-pyrenees@ifce.fr

Suivez-nous aussi sur Facebook : https://www.facebook.com/harasnationalrodez/ et abonnez-vous au blog Equi-info Arc méditerranéen : https://chevalarcmediterraneen.wordpress.com/

Formation jeunes chevaux : cap sur Saumur pour Laurine et Hélios !

La deuxième année de la formation jeunes chevaux à Rosières aux Salines touche presque à sa fin. De retour de son stage chez le cavalier de dressage Bertrand Liegard en Belgique, Laurine prépare ses dernières évaluations et continue sa préparation pour ce qui sera le point d’orgue de cette année de formation : la Grande Semaine de Saumur du 21 au 24 septembre 2017. L’heure est au bilan pour la jeune cavalière pour qui se dessine l’avenir.

 

Laurine et Hélios dans la cour du Haras de Rosières

Laurine et Hélios participeront à la finale Cycle libre 4 ans

« Laurine, tu as décidé de partir en stage chez Bertrand Liegard dans le cadre de la formation. Que retiens-tu de cette expérience ?
– Le stage était une expérience formidable pour moi. Il m’a permis de découvrir une écurie de professionnel avec un autre état d’esprit qu’en France, une autre approche de la discipline, des infrastructures bien différentes de chez nous aussi bien en terme de qualité que d’exploitation ou de logistique.
J’ai eu la chance de pouvoir m’occuper du cheval de Bertrand, « Star Wars », un extraordinaire cheval de grand prix, tellement attachant avec un caractère fort.

 

– Hélios t’as également accompagné durant ce stage. Quels ont été pour toi et pour lui les bénéfices de cette période de travail ?
– Cette formation n’a été que bénéfique pour Hélios et moi. Le fait de travailler au quotidien des chevaux de dressage avec des qualités et un potentiel énorme ma permis de beaucoup progresser. Mon temps de travail journalier consacré a la monte des chevaux et a Hélios était parfait pour ma progression car mon planning m’a dégagé des tâches fastidieuses, notamment le curage des boxes.

 

En 2 mois, Hélios a beaucoup appris et progressé au travail mais aussi dans son comportement. Il a bénéficié d’un cadre agréable en Belgique. Bien qu’il soit un entier de 4 ans, il s’est beaucoup apaisé au contact des autres chevaux.
Grâce a l’encadrement de Bertrand, nous n’avons donc pu que progresser ensemble, jour après jour, et cela nous a permis de vraiment évoluer et de corriger nos erreurs. Je remercie Bertrand pour tout ce qu’il nous a apporté pendant ces deux mois.

 

– Ce stage t’a apparemment ouvert des opportunités. Peux-tu nous en dire plus ?
Effectivement, mon séjour en Belgique fut agréable et je m’y suis aisément intégrée grâce au bon accueil de toute l’équipe. Les installations, le cadre de vie et la bonne entente avec Bertrand ont fait de ce stage une réussite. Après ces deux mois de stage, Bertrand m’a proposé de travailler chez lui après ma formation avec un contrat professionnel afin de valoriser mon diplôme qui n’existe pas en Belgique.
Cela me permettra d’avoir une première expérience chez un cavalier international, de rentrer dans la vie active et de pouvoir ainsi faire encore progresser ma technique.

 

– Prête pour la finale de Saumur ?
– Oui, nous somme prêts pour Saumur ! Bien sûr, nous avons encore quelques inquiétudes et du (bon) stress. Nous avons très bien travaillé cette année avec l’aide des enseignants du CS. L’association des conseils techniques de Rémy et Bertrand, deux cavaliers internationaux, nous ont permis de nous apaiser Hélios et moi et nous donne une grande confiance pour cette finale. Hélios et un bon cheval, je l’estime beaucoup et je le porte haut dans mon cœur. Notre complicité grandissante est un plus pour la finale. Nous sommes motivés et nous continuons a travailler pour aborder Saumur dans les meilleurs dispositions possibles ».

 

Après cette belle année de formation, souhaitons-leur un beau final sur le carré de dressage de Saumur !

Formation jeunes chevaux : des bases saines pour un avenir réussi

En octobre prochain, le certificat de spécialisation (CS) «éducation et travail du jeune cheval» accueillera sa troisième promotion. Les élèves ne seront pas les seuls à effectuer leur rentrée … les chevaux également ! L’Institut français du cheval et de l’équitation (Ifce) propose aux éleveurs et propriétaires de confier leurs jeunes équidés dans le cadre de la formation. Il est toujours temps de vous renseigner !

Bouton d'Or et Flora Girardet

Bouton d’Or de Fey, 2e de la finale nationale jeunes poneys 5 ans en 2016

Après Bouton d’Or de Fey en 2016 et Hélios d’Apolline cette année, c’est peut-être votre cheval qui foulera le rectangle de la finale des jeunes chevaux à Saumur. Confiés aux élèves dans le cadre de la formation, ces deux jeunes chevaux font parti des « élèves » recrutés pour être valorisé, quelque soit leur discipline.

 

Pour sa prochaine rentrée, l’Ifce et ses partenaires relancent l’opération et recrutent les prochains élèves équidés, âgés de 4 à 6 ans en 2018. Ils seront sélectionnés selon leur modèle et leurs allures. Encadrés par des professionnels tels Rémy Issartel (vice-chamion de France Pro Elite dressage) et des enseignants de l’Ecole Supérieure du Cheval et de l’Equitation (Saumur), les chevaux seront travaillés quotidiennement par des élèves déjà expérimentés et valorisés sur le circuit SHF dressage.

 

Les chevaux seront accueillis de novembre à fin juin dans des infrastructures de qualité qu’offrent le Haras national de Rosières aux Salines et le Pôle Hippique de Lorraine, au cœur de la région Grand Est.

 

Vous êtes éleveur, propriétaire et possédez un cheval à valoriser par le dressage ? Contactez-nous dès maintenant pour connaître les critères détaillés de sélection et les modalités d’accueil.

 

Contact : P. Fontaine – 06 11 65 29 49 – pierre.fontaine@ifce.fr
En savoir plus : Cavalier préparateur de jeunes chevaux

Portrait de stagiaire : Sabine, du clavier d’ordinateur au travail du cuir

La sellerie-bourrellerie, un métier qui suscite vocation et reconversion ! Après 25 années à pianoter sur les claviers d’ordinateur, Sabine C. souhaite changer de voie pour le commerce de matériel équestre, en y associant la réparation et la confection d’articles en cuir. C’est à Rosières aux Salines auprès de Xavier Bricaire , sellier-bourrelier des Haras nationaux, qu’elle a suivi une formation d’initiation en sellerie (35h).

 

Sabine et son cheval avec son licol réalisé en stage

Sabine a réalisé un licol durant sa formation à Rosières

« Sabine, avant la formation, aviez-vous déjà quelques bases en couture classique ? En travail du cuir ?
– J’avais quelques notions de couture classique textile, mais aucune avec le travail du cuir. Je ne connaissais pas la couture sellier à deux aiguilles que Xavier m’a très bien apprise.

 

– Pourquoi avoir choisi cette formation ? Avez-vous un projet en particulier ?
– Avec le souhait de changer de voie professionnelle, j’ai choisi le stage d’initiation à la sellerie car j’avais besoin d’une formation de courte durée qui me permettait d’avoir des notions de couture sur cuir. En effet, je vais ouvrir un magasin de vente de matériel équestre et je désire y intégrer des petites réparations en sellerie et, s’il y a une demande, la création d’objets de sellerie comme par exemple le licol et sa longe que j’ai fabriqué avec l’aide avisée de Xavier.

 

Ce licol a d’ailleurs eu un grand succès auprès de mes amis cavaliers et de la responsable du centre où je monte à cheval. Tous ont pensé que le licol avait été fait à la machine et non à la main. De ce fait, je suis assez fière de ma création. Merci Xavier !

 

– Comment s’est déroulée la formation ? Que vous a t-elle apportée ?
– La formation suivie avec Xavier a été pour moi un grand moment de bonheur car j’ai pu apprendre sérieusement les gestes simples de la couture du cuir (connaître les différentes parties d’une peau et en choisir les meilleurs morceaux pour chaque pièce du licol, la mesure et le traçage au compas, la découpe, l’utilisation de l’aba-car et du formoir, la couture, le verrage, les épissures pour la longe etc…). Créer un objet de A à Z rien qu’à la main a été pour moi une grande expérience. Elle m’a permise de connaître le métier de sellier en y apprenant tous les gestes qui me serviront pour mon évolution professionnelle.

Cette formation s’est déroulée, de plus, dans le cadre idyllique du Haras de Rosières-aux-salines avec vue sur les magnifiques jardins et écuries entretenus tous les deux avec brio.

 

– Recommanderiez-vous cette formation à votre entourage ?
J’ai tellement apprécié cette formation que j’en ai fait l’éloge autour de moi. Je recommande à tous les amoureux des chevaux et à ceux qui aimeraient connaître le travail de sellier de faire leur formation dans les haras de France. J’espère, si le temps me le permet, faire la formation de 35 heures « Se perfectionner en sellerie » à Rosières-aux salines.
Un grand Merci à Xavier Bricaire ».

 

Retrouvez toutes les dates de formation sellerie en région :