Développement et recherche en sciences économiques et sociales

 

La recherche équine, en France et dans le monde, s’est longtemps focalisée sur les sciences du vivant. Ainsi, les sciences humaines et sociales sont des thématiques relativement récentes, encore minoritaires mais en développement face aux besoins grandissants des professionnels et des institutions de mieux connaitre la filière, à la fois à travers l’obtention de données statistiques évolutives, et à travers la compréhension des bouleversements en cours au sein du monde du cheval et de leurs impacts sur les territoires.

L’équipe de « sciences économiques et sociales » est composée d’1 ingénieur de recherche. Toute l’équipe de l’observatoire économique et social du cheval participe également à ces travaux.

Céline Vial

Céline Vial

Céline Vial, ingénieur de recherche, exerce son activité à l’INRA de Montpellier, au sein de l’Unité Mixte de Recherche MOISA (Marchés, Organisations, Institutions et Stratégies d’Acteurs). Ses recherches concernent l’économie de la filière équine à travers le programme « cheval et territoire » qui a pour objectif de décrire et analyser d’une part, l’organisation et l’importance territoriale des activités équestres et d’autre part, leurs impacts sur le développement des territoires.

 

Au sein de l’Ifce, l’Observatoire économique et social du cheval mène des études sur les marchés et les activités liées au cheval : état des lieux, suivi de tendances, évaluation d’impacts, etc.
L’équipe de l’Observatoire, basée à Pompadour, se compose de 4 ingénieurs :

  • Pascale Heydemann (responsable de l’Observatoire, ingénieur de développement économie),
  • Anne-Lise Pépin (chargée d’études et diffusion),
  • Charlotte Geyl (chargée d’études micro économiques)
  • Xavier Dornier (chargé d’études macro économiques).

L’Observatoire est partenaire du Réseau économique de la filière équine (REFErences), aux côtés de l’Institut de l’élevage, les Chambres d’agriculture et les Conseils des chevaux.

Pour plus d’information sur l’Observatoire, téléchargez la plaquette.

Ce programme de recherche, débuté en 2006 par Céline Vial, a pour objectif d’étudier l’organisation des activités équestres, notamment de loisir, leur répartition sur le territoire et leur importance dans l’occupation et l’entretien de l’espace. Dans le contexte actuel du développement des loisirs équestres dans des espaces périurbains et ruraux connaissant des mutations importantes (développement de leurs fonctions résidentielles et récréatives, recul agricole), ces travaux tendent à montrer l’importance croissante du cheval et des activités qui y sont liées dans les processus de développement local.

Source : G. Bretiere - Cemagref

Source : G. Bretiere – Cemagref

Ce projet, mené par Céline Vial, a pour objectif de construire une méthode d’évaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux, de court et long terme, des événements équestres sportifs de petite, moyenne et grande envergures. Il est porteur de quatre principales originalités/innovations : 1) l’application des méthodes d’étude d’impact au domaine de l’équitation, 2) la considération d’événements de grande envergure mais aussi de petite et moyenne envergure, 3) l’étude des impacts de court terme mais aussi de long terme de l’événement, 4) la prise en compte des trois piliers du développement durable.

obstacle de cross des JEM

Les Jeux Equestres Mondiaux FEI Alltech™ 2014 en Normandie sont le terrain d’étude choisi pour illustrer l’exemple d’un événement de grande envergure, leurs impacts de court terme ont déjà été étudiés tandis que les résultats sur les impacts de long terme sont encore en cours d’analyse.

Les travaux sur l’économie de la filière équine visent à fournir des outils d’aide à la décision et portent sur 2 approches :

  • la macro-économie, à l’échelle de la filière, apporte des éléments chiffrés objectifs aux décideurs et institutionnels  pour suivre les évolutions de la filière et adapter les stratégies collectives et les politiques publiques ;
  • la micro-économie, à l’échelle des entreprises, fournit des références technico-économiques aux chefs d’entreprises, conseillers et candidats à l’installation et plus généralement tous les détenteurs d’équidés.REC-observatoire
Dans le cadre de la thèse de Céline Vial, des recensements exhaustifs réalisés sur 6 petits territoires contrastés, soit 49 communes au sein desquelles 2635 équidés ont été comptabilisés, ont permis d’illustrer l’importance du segment des loisirs puisqu’il représente systématiquement plus des deux tiers des équidés recensés. Au sein de ce segment des loisirs, on note l’importance des propriétaires « amateurs » qui détiennent plus de la moitié des équidés de loisir (l’autre moitié étant des chevaux et poneys d’école en centres équestres). Enfin, les « particuliers indépendants » détiennent plus des deux tiers des équidés d’amateurs (le tiers restant étant placé en pension), soit un total de 1187 équidés recensés.

Exemple d’utilisation d’espaces de statut transitoire (plus agricole et pas encore constructibles) par des équidés de particuliers indépendants en zone périurbaine. (c) Ifce

Exemple d’utilisation d’espaces de statut transitoire (plus agricole et pas encore constructibles) par des équidés de particuliers indépendants en zone périurbaine. (c) Ifce

Dans le cadre de la thèse de Céline Vial, des recensements exhaustifs réalisés sur 6 petits territoires contrastés montrent que les équidés occupent entre 1,6 et 6% de la surface totale des 49 communes étudiées. En zone périurbaine, ils utilisent entre 1,6 et 3,5% de la surface totale, ce chiffre diminuant avec l’augmentation de la pression foncière, sans pour autant réduire la présence d’équidés, ceux-ci étant simplement concentrés sur de plus petits espaces (4 à 7 équidés/km²). En zone rurale, on constate d’importantes disparités concernant les surfaces occupées par les équidés qui vont de 1,5 à 6% de la surface totale des communes, selon la zone d’étude. Ces différences sont à relier à la fois à la densité de population et à la disponibilité des terres pour les équidés.

Source : A. Celier - Cemagref

Source : A. Celier – Cemagref

Les manifestations équestres sportives étudiées dans ce projet porté par Céline Vial (exemples : finales d’endurance d’Uzès 2013, CSI**** de Bourg en Bresse 2013, Jeux Equestres Mondiaux FEI Alltech™ 2014 en Normandie…) sont source de dynamisme économique pour les territoires locaux qui les accueillent et d’une valeur sociale pour les spectateurs et les habitants locaux. Sur l’aspect environnemental, certains postes tels que le transport ont un impact plus important que d’autres, mais le plus important est de considérer les actions mises en place par les organisateurs pour minimiser les effets de leur événement sur l’environnement.
Pour en savoir plus, voir les résumés des résultats des événements étudiés

Source : Ifce

Source : Ifce

  • 06/10/15 - - détails Impacts de court terme des Jeux Equestres Mondiaux FEI Alltech™ 2014 en Normandie

    Impacts de court terme des Jeux Equestres Mondiaux FEI Alltech™ 2014 en Normandie

    L’IFCE (Institut Français du Cheval et de l’Equitation), l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) et le CDES (Centre de Droit et d’Economie du Sport) de Limoges ont mené une étude d’impact économique, social et environnemental des Jeux Equestres Mondiaux FEI AlltechTM 2014 en Normandie et du projet territorial qui leur est associé.
    Ces travaux ont été réalisés dans le cadre d’un partenariat de recherche avec la Région Basse-Normandie, l’agglomération Caen-la-Mer, la ville de Caen et le GIP Normandie 2014.
    Certains aspects de cette étude concerneront également le long terme (effets de l’événement et du projet territorial). Néanmoins, le présent document a pour objectif de résumer les résultats des études d’impact de court terme de l’événement sur chacun des trois volets.

    FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager

    Le 06/10/2015 par Céline VIAL (IFCE-INRA), Fabien CLIPET (CDES), Cyrielle PEPE (INRA), Eric BARGET (CDES) - 2.91M

  • 19/06/15 - - détails Comment optimiser les impacts économiques, sociaux et environnementaux d'un évènement équestre ?

    Comment optimiser les impacts économiques, sociaux et environnementaux d

    Ce document présente une liste de préconisations à destination des organisateurs d’événements équestres. Celles-ci ont pour but d’optimiser les impacts économiques, sociaux et environnementaux de ces événements pour les territoires qui les accueillent.

    Lors de l’organisation d’un événement équestre, il peut être intéressant de mettre en place différentes mesures afin de maximiser les retombées économiques et sociales de l’événement et de minimiser son impact environnemental, aussi bien sur le court que le long terme. Le document suivant présente une liste d’actions qu’il est possible de mettre en place pour aller dans ce sens. La démarche engagée doit être progressive. La réflexion se nourrit des expériences passées afin de proposer des améliorations d’une fois sur l’autre. Il ne faut pas espérer tout changer d’un jour à l’autre mais mettre beaucoup de soin à chaque changement apporté. Par ailleurs, il faut cibler les priorités en fonction des spécificités (discipline, envergure localisation…) de l’événement organisé : déchets, transports, nourriture… Toutes les préconisations ci-dessous ne conviennent pas à tous les événements, chaque organisateur doit identifier les actions qui sont les plus adaptées à son événement.

    Le 19/06/2015 par Ifce-INRA : Céline Vial et Cyrielle Pepe - 364.28K

  • 19/06/15 - - détails Finales d'endurance 2013 : impact économique, social et environnemental

    Finales d

    Ce document a pour objectif de présenter les résultats d’une étude d’impact économique, social et environnemental des finales nationales d’endurance jeunes chevaux 2013 à Uzès. Cette recherche est menée en partenariat par l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation (Ifce), l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), l’Université et le Centre de Droit et d’Economie du Sport (CDES) de Limoges et l’Institut national de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture (IRSTEA; anciennement Cemagreph) de Clermont-Ferrand.

    Le 19/06/2015 par Ifce-INRA - 6.54M

  • 18/06/15 - - détails Rosières 2012 : rentabilité sociale des manifestations équestres

    Rosières 2012 : rentabilité sociale des manifestations équestres

    Etude de rentabilité sociale des manifestations équestres : point de vue des spectateurs ou de la population.

    Ce document a pour objectif de présenter les résultats d’une étude concernant la rentabilité sociale des manifestations équestres se déroulant à Rosières-aux-Salines. Cette recherche est menée en partenariat par l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation (IFCE), l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), l’Université et le Centre de Droit et d’Economie du Sport (CDES) de Limoges et l’Institut national de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture (IRSTEA ; anciennement Cemagref) de Clermont-Ferrand. Le calcul de l’utilité sociale de l’événement repose sur une analyse coûts-avantages issue de la théorie du bien-être économique1,2. Celle-ci a pour objectif de démontrer que l’événement est à l’origine de diverses externalités de long terme et d’un développement territorial. Ainsi, nous pouvons supposer que cette manifestation sera à l’origine d’une variation de bien-être liée à différents paramètres : image, ouverture, promotion du territoire, identité régionale, synergies entre acteurs, lien social, citoyenneté, éducation, santé, développement de la pratique de l’équitation… Ces éléments doivent être évalués à travers des enquêtes auprès des spectateurs de l’événement (évaluation de la valeur d’usage) et auprès de la population locale (évaluation de la valeur de non-usage). Ce travail est une première étape dans la mise au point de la méthodologie d’étude de la rentabilité sociale des événements équestres. Les résultats présentés ici concernent uniquement le point de vue de la population. Au cours du printemps et de l’été 2012, 50 personnes majeures choisies aléatoirement dans l’annuaire à Rosières et 129 au sein du département de Meurthe-et-Moselle (après application de la méthode des quotas par arrondissement) ont été enquêtées par téléphone ou en vis-à-vis sur la base d’un questionnaire.

    1 : Barget, E., Gouguet, J.J., 2010. Evénements sportifs – Impact économique et social. De Boeck, 462 p.

    2 : Perret, 2004. L’évaluation des politiques publiques. La découverte, Paris.

    Le 18/06/2015 par Ifce-INRA - 1.11M

  • 07/06/15 - - détails Etudes d'impact économiques d'événements équestres

    Etudes d

    Le 07/06/2015 par Ifce-INRA - 4.02M


Les études économiques sont menées en réponse à des questions d’actualité économique.
Quelques exemples récents :

  • Marché à l’exportation de chevaux de sport-loisir : quelle est la balance commerciale ? voir article 
  • Gestion de la fin de vie des chevaux : quelles sont les pratiques et leurs impacts économiques ? voir article
  • Conjoncture en filière équine : comment se situe la France comparée aux tendances internationales ? voir article
  • Rentabilité des structures équestres : centres équestres, connaître et améliorer sa rentabilité. voir article

Les travaux de l’Observatoire et du réseau REFErences font l’objet de publications régulières à usage externe et de présentations lors d’une journée dédiée.

REC-Etudes de l'Observatoire

Les résultats de ces études sont principalement issus du traitement de données originales, collectées sur le terrain par différents moyens :

  • recensements exhaustifs des équidés, de leurs propriétaires et des espaces qu’ils utilisent sur de petits territoires « modèles »,
  • enquêtes qualitatives ou quantitatives auprès d’acteurs de la filière ou du territoire.

Néanmoins, les bases de données disponibles sont également mobilisées : SIRE, INSEE, Ministère de l’Agriculture…
Ces projets utilisent une approche multidisciplinaire : la discipline de base est l’économie, complétée par des apports de géographie, sociologie et sciences de gestion.

Retrouvez l’ensemble des informations technico-économiques disponibles : statistiques et données brutes issues de ses bases (base SIRE et base de l’Observatoire Economique et Social du Cheval) mais aussi toutes les publications du Réseau Economique de la Filière Equine (REFErences), partenariat entre l’Ifce, l’Institut de l’élevage, les Conseils des chevaux et les Chambres d’agriculture, qui contribuent à améliorer la connaissance économique de la filière équine dans

La rubrique statistiques et donnéess

Retrouvez également les principaux résultats des projets de développement et de recherche, dans lesquels l’Ifce est partie prenante, sous formes de fiches pratiques et de posters « message clés » sur équi-paedia.

équi-paedia    Posters messages clés

 

Téléchargez le dépliant « Chiffres clés 2015 »

Pour en savoir plus sur cette thématique consultez :
– les fiches équipaedia
– le portail documentaire Médiathèque Ifce
– les articles équ’idée
                       – la rubrique « statistiques et données »

Découvrez également à la librairie :
– « Panorama économique de la filière équine »
– « Manifestations équestres et développement local »
– l’annuaire Ecus
et d’autres produits sur cette thématique