Journée sport : la bienveillance de l’entraineur pour la performance

Ce jeudi 14 décembre 2017, l’Ifce SAUMUR a reçu trois grands noms du sport au palmarès de renommée internationale pour une Journée sport sur le thème de la performance : Thierry Pomel, Thomas Coville et Claude Onesta.

Si le programme a dû être un peu modifié pour permettre à Claude Onesta et Thomas Coville de quitter Saumur plus tôt que prévu pour des raisons professionnelles et personnelles, le contenu de cette journée a été d’autant plus riche. Invités, officiels, élèves et participants sont tous ressortis ravis de cette intervention dont le maître mot est : la bienveillance.

Les trois experts du sport ont su captiver l’auditoire avec leur témoignage dans un premier temps suite à l’introduction du président du CA de l’Ifce , Jean-Michel Marchand.

Les témoignages en entrée

La journée s’est ouverte sur le touchant discours de Thomas Coville. Ce dernier a expliqué, que suite à l’enterrement de son père la veille , il avait hésité à venir . Mais son désir de rencontrer le grand Claude Onesta et de partager son expérience l’a décidé à venir ( L’équipe organisatrice le remercie grandement d’avoir pris le temps de venir malgré cet événement douloureux) . Et quel plaisir de naviguer en amphithéâtre avec ce grand marin!

 

C’est ensuite Thierry Pomel qui a eu l’occasion de revoir la vidéo de ses parcours avec Thor des Chaines à Rome en 1998. Cette re-découverte a permis d’introduire le passage de cavalier à entraîneur. Thierry a partagé également son histoire en tant que jeune cavalier, ainsi que sa rencontre avec Thor des Chaines et les aléas de la compétition jusqu’aux médailles. Mais il a surtout fait part de son engagement et de son appétence pour ses activités d’entraîneur.

Enfin Claude Onesta nous à raconter son arrivée à la tête de l’équipe nationale, ses victoires avec la France et le collectif qu’il a réussi à construire autour d’un projet commun. Cet homme a su impliquer chaque acteur pour les conduire vers un objectif.

Et les tables rondes en plat de résistance

La deuxième partie de cette grande matinée de sport s’est déroulée sous forme de tables rondes :

un montage vidéo présentait la thématique. Ensuite les intervenants ont pu prendre la parole sur chaque sujet les uns après les autres.

Les thématiques abordées étaient complètes : le rôle du coach, la gestion de la défaite et du stress, la préparation physique, la gestion des pensées parasites, et la concentration

Ces trois hommes n’ont pas leur langue dans leur poche ! Des explications simples, concrètes, imagées et passionnantes, empruntent de réalité et de vécu. Et malgré la spécificité de chaque sport, les discours des intervenants convergeaient parfaitement sur la position du coach , la préparation des athlètes et le rôle de chacun.

On pourra ainsi retenir quelques uns des grands principes qui peuvent s’appliquer à toutes les disciplines , à tous les athlètes et à tous les entraîneurs :

  • le coach est au service des athlètes. Il doit savoir faire- faire , être présent quand cela est nécessaire et savoir s’effacer.

 

  • La préparation physique ne doit pas amener au sur-entraînement. Thomas Coville a particulièrement bien expliqué son expérience sur ce point, et a fait part de la méthode de retroplanning mis en place avec son préparateur physique.

 

  • Il faut savoir « bien jouer mal », ou « bien monter mal » pour gagner

 

  • La gestion des pensées parasites est propre à chaque athlète . Thierry Pomel a utilisé son exemple sur ce sujet, en expliquant que lors des compétition internationale avec l’équipe de France, quand il avait la responsabilité de passer en 4ème position (ie le dernier de l’équipe), trois heures avant d’entrer en piste il était pris de pensées négatives, à la limite de tout abandonner. Il a du trouver en lui le moyen de gérer ses pensées parasites.

 

  • La concentration est une capacité qui se travaille. Les athlètes ne peuvent pas physiquement être concentrés en permanence, donc le coach doit savoir quand la concentration doit entrer en jeu pour optimiser les compétences de l’athlète.

Thomas Coville a expliqué également les exercices qu’il pratique sur terre pour gagner en concentration : mémoriser le nombre de « o » ou de « a » dans le texte que lit son préparateur pendant qu’il réalise des exercices physiques. Ce travail de concentration lui est indispensable sur l’eau , et devient même vital quand il dispose de trois minutes maximum pour s’endormir, et profiter au maximum physiquement des 25 minutes de sommeil. Les heures de pause sont très courtes sur un bateau en pleine mer.

Cerise sur le gâteau

En résumé, une journée sport de l’Ifce riche en émotions et en partage comme tout sportifs, entraîneurs et autres passionnés aimeraient vivre plus souvent.

Merci à ces trois grands hommes du sport, qui savent transmettre leur passion et leur dévouement.

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager