La PSSM d’un point de vue génétique

30 novembre 2017

Résumé :
La PSSM (polysaccharide storage myopathy) est une myopathie, anomalie musculaire, mise en évidence chez de nombreux mammifères dont le cheval. Son expression est connue depuis de nombreux siècles. Elle se retrouve dans de multiples races, tant de sport que loisirs ou trait. Il existe plusieurs types de PSSM, toutes sont dues à des anomalies de stockage du glycogène (chaîne de molécules de glucose) au niveau des cellules musculaires. Les symptômes de cette anomalie sont plus ou moins graves, plus ou moins visibles. Ils peuvent se manifester pendant ou tout de suite après l’effort.
Plusieurs équipes, notamment américaine et française, ont travaillé sur l’origine de la PSSM1. Leurs résultats sont convergents et montrent l’incidence de plusieurs gènes dont un « majeur ». Aujourd’hui un test breveté existe pour le gène majeur de la PSSM1. Pour les autres formes de PSSM, il n’existe pas encore de test génétique.
Deuxième webconférence d’un cycle sur la PSSM, nous allons voir quels sont les mécanismes héréditaires de la PSSM et comment raisonner les croisements des reproducteurs.

Dans la même série, inscrivez-vous à la webconférence :

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager