Développement et recherche en équitation

 

Au sein de l’École nationale d’équitation, des études sont menées dans différents domaines afin d’améliorer la performance du couple cavalier / cheval. La diversité des besoins en matière de recherche et développement exprimés par les cavaliers et entraîneurs implique des collaborations diverses avec des laboratoires universitaires, des centre de ressources, d’expertise et de performance sportives, des écoles vétérinaires ou bien encore des écoles d’ingénieurs.

Sophie Biau

Sophie Biau

 

Sophie Biau est ingénieur de recherche à l’École nationale d’équitation.
Chercheur associé à l’université d’Angers à l’INSERM, U1085, IRSET, Équipe ESTER, Université d’Angers, Angers, France, elle travaille sur la santé du cavalier et la prévention des traumatismes.

Elle collabore également avec le Centre d’Analyse d’Image et de Performance sportive du Creps de Poitiers pour des aspects plus axés sur la biomécanique.

Elle enseigne la physiologie du sport aux brevets d’état « activité équestres ».

 

 

Le cheval de sport est un athlète soumis à un mode de vie et des contraintes biomécaniques pouvant générer des dysfonctions ostéopathiques. La mise au point d’un bilan ostéopathique standardisé permet d’étudier la fréquence des dysfonctions ostéopathiques chez le cheval de sport et mettre en évidence d’éventuelles régions plus sensibles en fonction de la discipline. Des tests locomoteurs associés permettent d’évaluer objectivement les effets d’un traitement ostéopathique et/ou de physiothérapie sur la locomotion en main.

Les fonctions principales de l’appareil manducateur sont la mastication et la déglutition. Chez l’homme, le lien entre cet appareil et l’équilibre postural du corps est admis. Chez le cheval, le sujet est mal connu et controversé.
L’objectif de cette étude est de quantifier de manière objective des modifications biomécaniques liées au port d’un système de relaxation mandibulaire intrabuccal : l’Allégeoir®. Des bilans ostéopathiques standardisés et des tests locomoteurs du cheval en main et montés sont réalisés avec un groupe de 8 chevaux équipés et 8 chevaux témoins

Le cavalier de complet dispose déjà de différents outils de suivi de sa performance, comme le cardiofréquencemètre, le GPS… Ces outils, très accessibles, conviennent pour bon nombre d’activités sportives. Mais une objectivation plus fine de la performance ¬nécessite le développement d’outil d’évaluation spécifique à la discipline du concours complet.
Une collaboration précédente entre le CAIPS et le site de Saumur, l’ENE, a abouti à un prototype de mesure des aides du cavalier dans le cadre de la conception du module Hippolib (Module de selle adaptable aux handicapés). Ce premier outil de mesure des aides, adapté à la discipline du dressage, répondait aux exigences des instructeurs. Le prototype en développement pour le concours complet est orienté vers l’expertise sportive de haut niveau.
Les objectifs sont doubles, apporter une aide directe à l’entraîneur et au cavalier et enrichir les connaissances de la discipline.
La construction des capteurs spécifiques d’étriers et de rênes, la mise au point de la chaine d’acquisition ainsi que la synchronisation des capteurs avec les images vidéo ont conduit à un premier prototype. Les premiers enregistrements réalisés en carrière ont permis de vérifier la mesure. Les valeurs de forces mesurées correspondaient aux valeurs de la littérature (saute, 2014).
En ce qui concerne l’évaluation de la position du buste, après avoir testé différents capteurs du marché (inclinomètre et accéléromètre), le choix s’est porté sur les centrales inertielles. Une première expérimentation en laboratoire a permis de valider les résultats de ces capteurs (Axe « Robotique, Biomécanique Sport Santé » Institut PPRIME, UPR3346 CNRS Université de Poitiers) en les comparants à l’analyse cinématique Vicon. Puis le prototype a été enrichi d’un système de synchronisation des capteurs avec la vidéo.
Une campagne de mesure sur un cross standardisé (en cours)
Le début de la campagne de mesure sur un cross standardisé a permis de mettre en évidence 9 attitudes du buste. Les cavaliers se distinguent entre eux par une attitude  prédominante. Cette information serait pertinente pour déceler un état de stress ou de fatigue en fin de parcours. Cette campagne permettra également d’évaluer l’effet du dénivelé et l’effet du type d’obstacle sur ces valeurs.

Photo1 Photo1bis

Photo 1 : cheval partant sur un cross. Il est équipé des capteurs mesurant des forces sur les étriers et des capteurs de tensions de rênes.

Photo2

Photo 2 : cheval et cavalier équipés

 

  • Caméra fixée sur la visière du casque
  • Étriers équipés de jauges de contraintes
  • Rênes équipées de jauges de contraintes

 

 

 

 

Figure 1

Figure 1: illustration des informations de la posture du buste extraites des centrales inertielles positionnées au niveau de L5 et du sternum du cavalier.

Bientôt un outil pour le concours complet !

Le cavalier de complet dispose déjà de différents outils de suivi de sa performance, comme le cardiofréquencemètre, le GPS… Ces outils, très accessibles, conviennent pour bon nombre d’activités sportives. Mais une objectivation plus fine de la performance ­nécessite le développement d’outil d’évaluation spécifique à la discipline du concours complet.

Une collaboration précédente entre le CAIPS et l’ENE a abouti à un prototype de mesure des aides du cavalier dans le cadre de la conception du module hippolib (Module de selle adaptable aux handicapés). Ce premier outil de mesure des aides, adapté à la discipline du dressage, répondait aux exigences des instructeurs. Le prototype en développement pour le concours complet est orienté vers l’expertise sportive de haut niveau.

Les objectifs sont doubles, apporter une aide directe à l’entraîneur et au cavalier et enrichir les connaissances de la discipline.

REC-CC cross Le Pin

(c) Ifce

Hippolib est un module de selle spécifiquement conçu pour les cavaliers handicapés, s’adaptant à tous les types de selle (mixte, obstacle, dressage…).

Financée par le Ministère des sports, cette étude est le fruit d’une collaboration entre l’Ecole Nationale d’Equitation et le Creps de Poitiers. L’objectif du projet, lancé en 2006, était de concevoir une selle adaptée à toutes les formes de handicap, aux différentes morphologies et permettant d’optimiser la relation mécanique du couple cavalier/cheval, dans le confort et la sécurité.

Après six années de recherche, hippolib est commercialisé par la société G2M. IL a été récompensé au salon du cheval en 2012 en recevant le trophée de l’innovation et le trophée coup de cœur.

Pour en savoir plus

Module de selle hippolib

Module de selle Hippolib

Une première étude a dégagé des pistes d’évaluation objective des sauts d’école réalisés par le Cadre Noir, avec une liste de paramètres biomécaniques au travers de la littérature. L’étude suivante a contribué à quantifier ces paramètres à partir d’une analyse cinématique et à les comparer à la description historique et actuelle.
Les résultats ont permis de caractériser des paramètres biomécaniques discriminants de la performance de la courbette, croupade et cabriole, et ainsi d’enrichir la connaissance de ce patrimoine inscrit à l’Unesco.

Analyse cinématique des sauts d'école

Analyse cinématique des sauts d’école


LaREC-Equisafencé en novembre 2013 pour 2 ans, EQUISAFE est un projet qui visait à concevoir et développer une plate-forme informatique de surveillance intelligente des activités de loisir équestre afin de limiter les risques, grâce à une meilleure surveillance de la santé des chevaux, de leur comportement et une meilleure gestion de leur utilisation. La mise à disposition en temps réel d’informations sur le cheval, permet d’améliorer la sécurité et le management des activités équestres, à tout moment et de n’importe où.

Dans ce contexte, le service recherche de l’Ifce a été sollicité afin d’apporter à l’équipe projet son expertise cheval. Un prototype opérationnel a été fourni aux différentes PME du consortium, qui sont maintenant en charge du développement du produit commercialisable.

CREC-europee projet de recherche a reçu des fonds de l’union européenne dans le cadre du 7ème programme cadre géré par le REA – Research Executive Agency – ec.europa.eu/research/rea (FP7/2007-2013) dans le cadre de la convention de financement n° FP7-SME-2013-605751″.

Cette étude de type épidémiologique a interrogé les douleurs du cavalier professionnel, en particulier les rachialgies. Le nombre de lombalgies des cavaliers professionnels (75%) n’est pas plus élevé que dans la population générale. Mais ce n’est pas le cas des cervicalgies (67%) et des dorsalgies (59%). Les prévalences des rachialgies de plus de 1 mois et permanentes sont particulièrement élevées.

Les résultats de notre étude ne justifient pas le lien entre « le mal au dos » et la pratique de l’équitation. Ils mettent en évidence un lien entre le mal au dos et les postures, les gestes et les efforts des tâches à pied que le métier impose. Ces douleurs, en accord avec la bibliographie, ne sont pas invalidantes pour le travail à cheval.  Ces douleurs identifiées ne sont pas le fait d’accident, mais le fait de l’activité de travail principalement hors monte, ce qui permet d’interroger les conditions du travail liée à la présence du cheval comme animal d’élevage et non uniquement les conditions d’entrainement et de compétition.  Il est intéressant de rechercher des aménagements organisationnels.

Pour en savoir plus, téléchargez ce poster

Cette étude a été réalisée conjointement par l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation (IFCE) et le Laboratoire d’Ergonomie et d’Epidémiologie en santé au travail (LEEST) de l’Université d’Angers.

(c) Ifce

(c) Ifce

 

Pour en savoir plus sur cette thématique consultez :
– les fiches équipaedia
– le portail documentaire Médiathèque Ifce
– les articles équ’idée

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager