Observatoire des anomalies génétiques équines

 

L’observatoire des anomalies génétiques équines, créé en 2008, vise à collecter de façon confidentielle, les informations concernant les anomalies rencontrées en élevage. Ces informations pourront permettre aux chercheurs de mettre en évidence une éventuelle origine génétique de ces anomalies et si possible identifier le gène incriminé. L’objectif est de faire coopérer chercheurs, éleveurs, vétérinaires équins et le réseau des Haras nationaux, afin de centraliser et consolider les données collectées sur le terrain.

Antérieur déformé

Antérieur déformé, © IFCE

Les anomalies d’origine héréditaire sont une réalité. Elles représentent un risque « normal » lors de la fécondation. Rares, leur apparition peut poser de réels problèmes. Elles peuvent :

  • affecter la viabilité des animaux qui en sont porteurs
  • et également être transmises par les reproducteurs.

L’étude de ces anomalies nécessite d’avoir suffisamment d’informations. Ces études permettent de mettre évidence une potentielle origine génétique. Elles vont aussi, si possible, identifier le gène incriminé.

Les anomalies sont rares et les données à destination des chercheurs sont souvent insuffisantes. Pour pallier ce manque d’informations, un observatoire des anomalies génétiques équines a été créé. Son but est de faire coopérer :

  • chercheurs,
  • éleveurs,
  • propriétaires,
  • vétérinaires équins,
  • le réseau de l’Institut français du cheval et de l’équitation,

pour centraliser et consolider des données collectées sur le terrain à des fins d’analyse.

Les informations collectées restent strictement confidentielles et il n’est fait aucune utilisation des personnes concernées par les cas recensés.

REC-observatoireAnomalies3

Eleveurs et détenteurs se demandent si les affections constatées sur leurs équidés sont génétiques ?

En réalité, celles-ci peuvent être classées en deux catégories. Elles sont toutes deux importantes à déclarer à l’Observatoire:

  1. Le cheval/poulain présente vraiment une particularité (par exemple: membre surnuméraire, absence de queue, animal intersexué…): dans ce cas il s’agit très probablement d’une anomalie génétique;
  2. Certains équidés présentent plutôt des « petits détails physiques » (exemple: tumeur/sarcoïde, cheval naviculaire, jument dont les poulains font systématiquement de la rétention de méconium…): dans ces cas l’origine n’est pas nécessairement génétique. Le fait de les déclarer à l’Observatoire permettra justement de travailler à l’identification d’une possible cause génétique.

En cas de doute, n’hésitez pas à faire le signalement. Nos équipes identifieront ensuite sa pertinence par rapport aux études !

Nez déformé et poulain aveugle

Nez déformé et poulain aveugle, ©IFCE

Pour recenser un cas d’anomalie observée, trois solutions :

  • Répondez directement au questionnaire en ligne en cliquant ici
  • Pour la PSSM, répondez directement au questionnaire spécifique en ligne en cliquant ici
  • Téléchargez la fiche de description des anomalies ci-dessous et renvoyez-la complétée (coordonnées en bas de la fiche).

Pour vous tenir au courant des résultats de l’observatoire : téléchargez les lettres d’information ci-dessous.

Cliquer pour en savoir plus sur les affections déjà recensées

Plusieurs équipes de recherche travaillent dans le monde sur le sujet de la génomique équine, vous pouvez consulter leurs nouveautés sur leurs sites:

Documents