Economie des entreprises

Les publications disponibles à l’échelle de l’entreprise sont rassemblées ici :

  • Réseau équin : retrouvez dans cette rubrique la présentation et les résultats du dispositif « réseau équin ».
  • Cas types et concrets : cas types et des cas concrets sur les élevages d’équidés (sport, loisir, trait) ainsi que sur les établissements équestres (centres équestres, écuries de pension et fermes équestres).
  • Monographies : ensemble de monographies sur différentes entreprises équines qui fonctionnent bien avec leurs clés de réussite.
  • Gestion technique de l’entreprise : publications et supports de présentation des journées Références sur les thématiques liées à la gestion de l’entreprise (alimentation, bâtiments, coûts de production, sanitaire…).

 

Le réseau équin est un dispositif d’élaboration de références techniques et économiques pour les entreprises de la filière cheval. Ces références sont élaborées à travers le suivi d’exploitations équines de typologies variées.

Retrouvez dans cette rubrique une présentation du réseau équin et de son cadre méthodologique ainsi que les synthèses nationales et inter-régionales du dispositif et les présentations des journées Références.

  • 30/06/15 - - détails Synthèse nationale des exploitations du réseau équin : repères techniques et économiques 2012

    Synthèse nationale des exploitations du réseau équin : repères techniques et économiques 2012

    En 2007 un réseau de suivi d’exploitations équines a pu être mis en place à l’échelle nationale, grâce au soutien financier du Fonds Eperon, du Ministère de l’Agriculture, de l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation, des régions, des Conseils des Chevaux, des Chambres d’Agriculture et de l’Institut de l’Elevage.

    De 2007 à 2012, près de 250 entreprises ont été suivies dans plus d’une vingtaine de régions par des agents de Chambre d’Agriculture, de Conseil des chevaux et de l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation.

    Ces exploitations ont été choisies par les comités de pilotage régionaux selon plusieurs critères : le professionnalisme et la rentabilité de la structure, la représentativité de l’exploitation par rapport au système étudié, la reconnaissance de l’exploitation par ses pairs, l’accessibilité aux documents comptables ainsi que la disponibilité et l’intérêt de l’exploitant pour ces travaux.

    L’objectif de ce dispositif est de :

     – mieux connaître le fonctionnement technico-économique des différents systèmes équins présents sur le territoire,

     – disposer de repères technico-économiques fiables, pour orienter et conseiller les porteurs de projets souhaitant se lancer dans cette activité,

     – identifier des marges de progrès et les leviers d’amélioration pour optimiser les résultats économiques de ces structures afin d’assurer leur durabilité,

     – donner des outils aux décideurs pour orienter les politiques de développement de la filière équine en région.

    Ce document présente la synthèse des résultats techniques et économiques de 249 exploitations suivies dans 21 régions. Elle reflète les résultats technico-économiques d’une année de suivi, 2012. Pour compléter ces informations, nous invitons le lecteur à consulter les autres publications du dispositif, avec en particulier les premiers cas-types1 élaborés en région par les équipes réseau. Ces cas-types, qui décrivent de façon très approfondie le fonctionnement de divers systèmes équins, sont réalisés à partir de l’analyse du fonctionnement des exploitations sur plusieurs années. Ils présentent les choix techniques cohérents et les pratiques mises en oeuvre au niveau du fonctionnement du troupeau, des activités, des investissements en tenant compte du contexte de l’exploitation et de son environnement.

     

    FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager

    Le 30/06/2015 par Réseau REFErences - 2.33M

  • 30/06/15 - - détails Synthèse nationale des exploitations du réseau équin : évolution des résultats 2011-2012

    Synthèse nationale des exploitations du réseau équin : évolution des résultats 2011-2012

    En 2007, un réseau de suivi d’exploitations équines a pu être mis en place à l’échelle nationale, grâce au soutien financier du Fonds Eperon, du Ministère de l’Agriculture, de l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation, des régions, des Conseils des Chevaux, des Chambres d’Agriculture et de l’Institut de l’Elevage.

    De 2007 à 2012, près de 250 entreprises ont été suivies dans une vingtaine de régions par des agents de Chambres d’Agriculture, de Conseils des chevaux et de l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation.

    Ces exploitations ont été choisies au sein des comités de pilotage régionaux selon plusieurs critères : le professionnalisme et la rentabilité de la structure, la représentativité de l’exploitation par rapport à la famille étudiée, la reconnaissance de l’exploitation par ses pairs, l’accessibilité aux documents comptables ainsi que la disponibilité et l’intérêt de l’exploitant pour ces travaux.

    L’objectif de ce travail est de :

    - mieux connaître le fonctionnement technico-économique des différents systèmes équins présents sur le territoire,

    - disposer de repères technico-économiques fiables, pour orienter et conseiller les porteurs de projets souhaitant se lancer dans cette activité,

    - identifier des marges de progrès pour optimiser les résultats économiques de ces structures afin d’assurer leur durabilité,

    - donner des outils aux décideurs pour orienter les politiques de développement de la filière équine en région.

    Cette synthèse présente les résultats technico-économiques 2011 et 2012 d’un échantillon constant de 160 exploitations équines suivies dans le cadre du Réseau Equin National. Afin d’étudier l’évolution des résultats de ces structures, nous avons retenu les mêmes exploitations sur les deux années de suivi, ce qui explique un nombre d’exploitations plus réduit que le nombre réel d’exploitations suivies sur les deux années (254 exploitations en 2011 et 249 en 2012). A ce titre, les résultats présentés dans cette synthèse diffèrent de ceux de la synthèse 2012 qui s’appuient sur un échantillonnage différent.

     

     

    Le 30/06/2015 par Réseau REFErences - 2.85M

  • 30/06/15 - - détails Synthèse nationale des exploitations du réseau équin : repères techniques et économiques 2010

    Synthèse nationale des exploitations du réseau équin  : repères techniques et économiques 2010

    Le réseau équin national a vu le jour en décembre 2006, grâce au soutien financier du Fonds Éperon, du Ministère de l’Agriculture et des Conseils Régionaux. Ce sont l’Institut de l’Élevage et les Haras Nationaux via l’Observatoire Économique et Social du Cheval, qui ont associé leurs compétences pour constituer le dispositif REFErences, Réseau Économique de la Filière Équine. Il a été créé dans le but d’améliorer la connaissance économique de la filière équine pour en favoriser son développement.

    Ce sont plus de 200 exploitations qui ont été suivies pendant trois ans par une quarantaine d’ingénieurs de Chambre d’Agriculture et de Conseils des Chevaux. Les exploitations ont été choisies sur plusieurs critères : pérennité de la structure, représentativité, rentabilité, reproductibilité, accessibilité aux données techniques et économiques et intérêt pour ce travail.

    Après trois années de fonctionnement, ce dispositif a été reconduit pour 3 nouvelles campagnes (2010-2011-2012) et s’est étendu en 2011 avec un objectif de suivre 300 exploitations dans près de 22 régions. D’ailleurs, de nouvelles régions sont venues conforter le Réseau (Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bretagne, Nord Pas de Calais, Corse, Alsace).

    Si des premières références technico-économiques ont pu être établies par système de production, elles méritent d’être consolidées pour expliciter la variabilité inter individuelle et inter annuelle des données observées. De plus, il est nécessaire d’identifier des marges de progrès pour optimiser les résultats des entreprises et assurer leur durabilité. Effectivement, les conseillers ont besoin non seulement de repères pour guider, orienter des candidats à l’installation mais aussi pour améliorer le fonctionnement de ceux qui sont déjà en place.

    Des premières études ont été menées sur la variabilité des coûts d’alimentation, la commercialisation des chevaux, cette année l’Institut s’intéresse aux pratiques et coûts sanitaires des entreprises équines. Dans le cadre du fonctionnement de cette nouvelle vague de suivis, les Conseils des Chevaux ont pris en charge le pilotage de cette action, l’Institut de l’Élevage continue la coordination des réseaux équins régionaux et l’IFCE assure l’appui technique et la diffusion.

    Pour la campagne 2010, 220 exploitations ont été suivies dans 21 régions. En fait, parmi les nouvelles régions, certaines n’ont pas eu le temps suffisant pour recruter et stocker les données de toutes les exploitations. Au final, cette synthèse nationale portera sur l’analyse des données technico-économiques de 205 exploitations. Au vue de la très grande diversité des systèmes d’exploitation étudiés, une classification typologique a été établie à partir des produits d’exploitations. Cette typologie nationale permet ainsi de décrire les performances techniques et les résultats économiques des différents profils d’exploitation identifiés.

     

    Le 30/06/2015 par Réseau REFErences - 1.22M

  • 30/06/15 - - détails Synthèse nationale des exploitations du réseau équin : repères techniques et économiques 2009

    Synthèse nationale des exploitations du réseau équin : repères techniques et économiques 2009

    Les exploitations suivies dans les Réseaux d’Elevage de l’Institut sont choisies sur des critères de fonctionnement, de motivation, d’accessibilité aux informations mais surtout, et d’autant plus pour les exploitations équines, pour leur souci de rentabilité économique. Le réseau équin s’est mis en place en 2007.

    Depuis sa mise en place le dispositif n’a cessé de s’agrandir, initialement présent dans 16 régions, elles étaient 19 début 2010 pour près de 275 exploitations suivies.

    Dans le cadre des suivis de références, les données collectées concernent les connaissances générales de l’exploitation, le suivi des animaux (reproduction, valorisation, sanitaire), la conduite de l’alimentation, des surfaces, l’analyse des ventes et les résultats économiques globaux.

    Cette synthèse présente les résultats obtenus en 2009 à l’issue de la troisième année de suivi du dispositif. Il s’agit de la deuxième synthèse à l’échelon national.

    Cette synthèse porte sur le traitement des données de 222 structures, sur 249 suivies dans cet exercice. 27 exploitations n’ont pu être intégrées à cette synthèse pour diverses raisons.

    L’étude approfondie et pluri annuelle de ces structures nous permet de décrire précisément le fonctionnement, la logique et la cohérence. Elle fournit également les premiers repères technico-économiques, dans une approche globale des systèmes d’exploitation.

    Ces repères et références, quasi inexistants avant la mise en place des Réseaux Equin, sont nécessaires aujourd’hui pour accompagner les candidats à l’installation, de plus en plus nombreux dans cette filière, et mieux conseiller ceux, qui déjà installés, souhaitent améliorer leurs performances techniques et économiques

     

    Le 30/06/2015 par Réseau REFErences - 1.82M

  • 30/06/15 - - détails Synthèse nationale des exploitations du réseau équin : repères techniques et économique 2008

    Synthèse nationale des exploitations du réseau équin  : repères techniques et économique 2008

    Les exploitations suivies dans les Réseaux d’Elevage de l’Institut sont choisies pour leur système de fonctionnement, leur motivation, leur accessibilité à leurs informations mais surtout et d’autant plus pour les exploitations équines, pour leur souci de rentabilité économique. Le réseau équin s’est mis en place en 2007.

    Les données récoltées concernent les connaissances générales de l’exploitation, le suivi des animaux (reproduction, valorisation, sanitaire), la conduite de l’alimentation et les résultats économiques.

    Cette synthèse présente les résultats obtenus en 2008 : 250 exploitations réparties sur 16 régions ont été suivies.

     

    Le 30/06/2015 par Réseau REFErences - 0.96M

Grand-Est : Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine

  • 22/07/15 - - détails Synthèse des exploitations suivies dans les régions Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine : repères techniques et économiques de l'année 2011

    Synthèse des exploitations suivies dans les régions Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine : repères techniques et économiques de l

    Synthèse des exploitations suivies dans les régions Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine : repères techniques et économiques de l’année 2011.

    Depuis 2010, l’Alsace, la Lorraine et la Champagne-Ardenne ont suivi 31 exploitations dans le cadre du réseau équin en région selon la méthodologie nationale. Ces 3 régions sont soutenues financièrement par le Fonds Eperon. D’autres soutiens sont également présents, comme le Conseil Régional et la Chambre d’Agriculture de la Haute Marne pour la Champagne Ardenne, le contrat de plan état-région, le CASDAR et la Chambre régionale d’Agriculture pour la Lorraine, la Chambre d’Agriculture pour l’Alsace.

    31 exploitations suivies sur la période 2010-2013 :

    • les éleveurs de chevaux de sport : 6 éleveurs suivis
    •  les éleveurs de chevaux de trait : 4 éleveurs suivis
    •  les pensions de chevaux en diversification ou non d’une exploitation agricole classique : 9 agriculteurs suivis
    •  les centres équestres ruraux : 12 agriculteurs suivis

    Sur 2010-2013, le déploiement du nouveau dispositif a concentré la recherche de références sur les systèmes où la demande de repères était forte (installations, diversification….).

    En effet, les projets se concentrent sur le développement d’activités à forte valeur ajoutée telles que la pension travail, l’enseignement et le tourisme équestre. Les demandes sur les projets « élevage » arrivent souvent après.

     

    Le 22/07/2015 par Réseau REFErences - 4.83M

Centre-Est : Bourgogne, Franche-Comté et Rhône-Alpes

  • 22/07/15 - - détails Les systèmes équins des régions Bourgogne, Franche Comté et Rhône Alpes : Repères techniques et économiques de l'année 2009

    Les systèmes équins des régions Bourgogne, Franche Comté et Rhône Alpes : Repères techniques et économiques de l

    Les systèmes équins des régions Bourgogne, Franche Comté et Rhône Alpes : Repères techniques et économiques de l’année 2009.

    Avec plus d’un million de chevaux présents sur le territoire national, la filière cheval compte depuis quelques années, parmi les activités agricoles ainsi que dans l’organisation des territoires ruraux ou péri-urbains. Jusqu’alors méconnue cette filière est aujourd’hui incontournable. Les nombreux détenteurs d’équidés s’organisent et l’augmentation des dossiers d’installations témoigne de l’engouement suscité par les activités équestres.

    En 2010, au niveau national, le réseau équin comptait 268 élevage et centres équestres participant à l’amélioration des connaissances de la filière cheval. Déployé sur l’ensemble du territoire le réseau n’a cessé de s’agrandir depuis ses débuts (2007) pour s’étendre à 19 régions en 2010 parmi lesquelles celles que nous avons désignées sous l’appellation de « zone Centre-Est » (Rhône-Alpes, Franche-Comté et Bourgogne) qui compte 42 entreprises équines en suivi.

    Le regroupement de ces 3 régions offre une importante diversité de structures allant du cheval de trait au secteur des courses en passant par les disciplines du sport et le loisir. Les 2/3 des 42 exploitations suivies sont spécialisées cheval. Les autres comptent majoritairement des bovins en complément.

    Les exploitations d’élevage et d’activités équestres ont été sélectionnées, en 2007, sur des critères de dimension (taille de l’atelier) et d’objectif économique (rentabilité).

    Dans les structures observées, l’objectif de rentabilité n’est pas toujours atteint et laisse entrevoir les difficultés d’un métier exigeant derrière lequel se cache une grande diversité de situations.

    Le 22/07/2015 par Réseau REFErences - 2.67M

Grand Ouest : Nord, Picardie, Normandie et Bretagne

  • 22/07/15 - - détails Les systèmes équins du Grand Ouest : repères techniques et économiques de l'année 2011

    Les systèmes équins du Grand Ouest : repères techniques et économiques de l

    Les systèmes équins du Grand Ouest : repères techniques et économiques de l’année 2011.

    Le réseau de suivi d’entreprises équines fait partie du dispositif national « REFErences » (Réseau Economique de la Filière Equine) qui associe l’IFCE, l’Institut de l’Elevage, les conseils de chevaux et les Chambres d’Agriculture. Avec le soutien financier du Fonds Éperon et des Conseils Régionaux, le Réseau Equin réalise le suivi technique et économique de 64 structures de la zone Grand-Ouest (Nord/Picardie, Normandie, Bretagne).

    L’analyse porte sur 64 exploitations orientées sport dont les clôtures d’exercices comptables sont comprises entre l’été 2011 et le printemps 2012. Elles ont été retenues car considérées comme représentatives, en rythme de croisière et dans une optique de rentabilité. Cette synthèse 2011 (publiée en 2013) est la cinquième consécutive.

    Le contexte 2011…

    Après une année 2010 plutôt fraiche, 2011 se révèle être l’année la plus chaude que l’hexagone ait connue depuis 1900, malgré un été très mitigé (source : MétéoFrance). Sur le plan fourrager, la situation est assez contrastée mais globalement marquée par une bonne production d’herbe printanière associée à des conditions climatiques favorables à la récolte en sec (foin) jusqu’en juin.

    En 2011 l’augmentation du prix des matières premières pénalise l’élevage en général. Les ventes de chevaux sont difficiles et les prix en légère baisse. La situation économique des élevages reste fragile, notamment lorsqu’il s’agit de l’activité première.

    Cette synthèse présente 6 groupes systèmes représentés par un minimum de 7 exploitations dont les résultats, très influencés par le contexte, doivent être interprétés avec prudence.

     

     

    Le 22/07/2015 par Réseau REFErences - 0.97M

Sud et Massif Central : Limousin, Auvergne, Centre, Poitou-Charentes, Languedoc-Roussillon, PACA et Corse

  • 22/07/15 - - détails Synthèse des exploitations équines suivies dans les régions Sud et Massif Central : résultats techniques et économiques 2012

    Synthèse des exploitations équines suivies dans les régions Sud et Massif Central : résultats techniques et économiques 2012

    Synthèse des exploitations équines suivies dans les régions Sud et Massif Central : résultats techniques et économiques 2012.

    Cette synthèse présente les résultats 2012 de 91 exploitations suivies dans 7 régions (Limousin, Auvergne, Centre, Poitou-Charentes, Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes Côte d’Azur et Corse).

    Afin d’utiliser la nouvelle typologie établie par l’institut de l’Elevage, nous avons choisi de regrouper toutes ces exploitations pour disposer de suffisamment d’individus par système. Néanmoins, nous identifierons, dès que ce sera possible toutes les particularités rencontrées au sein des différentes régions.

    Cette synthèse ne reflète que les résultats technico-économiques d’une année de suivi, même si nous essayons systématiquement de comparer les résultats par rapport aux années précédentes. Pour compléter ce premier niveau d’information, nous vous invitons à vous rapprocher également des premiers cas-types élaborés en région par les différentes équipes qui décrivent de façon très approfondie le fonctionnement de ces divers systèmes équins.

    Ces cas types sont réalisés à partir de l’analyse du fonctionnement des exploitations sur plusieurs années. Ils présentent les choix techniques cohérents et les pratiques mises en œuvre au niveau du fonctionnement du troupeau, des activités, des investissements en tenant compte du contexte de l’exploitation et de son environnement.

     

    Le 22/07/2015 par Réseau REFErences - 2.81M

  • 22/07/15 - - détails Synthèse des exploitations équines suivies dans les régions Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse : repères techniques et économiques de l'année 2011

    Synthèse des exploitations équines suivies dans les régions Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d

    Synthèse des exploitations équines suivies dans les régions Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse : repères techniques et économiques de l’année 2011.

    Cette synthèse regroupe les résultats technico-économiques de 38 exploitations équines suivies sur la campagne 2011 dans les trois régions Sud.

    Il est important de préciser que ces exploitations ont été sélectionnées selon plusieurs critères : le professionnalisme et la rentabilité de la structure, la représentativité de l’exploitation par rapport au système étudié, la reconnaissance de l’exploitation par ses pairs, l’accessibilité aux documents comptables ainsi que la disponibilité et l’intérêt de l’exploitant pour ces travaux.

    En fait, il s’agit de résultats technico-économiques plutôt supérieurs à ce qui est le plus fréquemment observé sur le terrain mais accessibles après quelques années d’activité.

    Parallèlement à cette synthèse interrégionale, sont réalisées chaque année des journées techniques régionales afin de présenter de façon plus approfondie le fonctionnement des différents systèmes et de les illustrer grâce à des témoignages d’exploitants. Les systèmes Camargue et écoles d’équitation ont été présentés aux 4èmes journées « Languedoc-Roussillon » qui ont eu lieu en 2013. Les systèmes endurance et fermes équestres ont été abordés à la 2ème journée régionale du réseau Equin Provence-Alpes Côte d’Azur le 28 mai 2013. A ces deux journées ont été commentés en partenariat avec des vétérinaires locaux les principaux résultats de l’enquête sanitaire menée auprès de 155 exploitants. D’ailleurs, les résultats de cette étude ont été récemment publiés (1) et présentés à la journée REFErences Nationale le 5 février 2013. Très prochainement, sera organisée une 1ère journée régionale en Corse.

    (1 )« Etude des coûts et des pratiques sanitaires en structures équines- Enquête nationale 2012 », janvier 2013

    Le 22/07/2015 par Réseau REFErences - 1.84M

  • 22/07/15 - - détails Synthèse des exploitations suivies dans les régions Centre, du Massif central et de Poitou-Charentes : repères techniques et économiques de l'année 2011

    Synthèse des exploitations suivies dans les régions Centre, du Massif central et de Poitou-Charentes : repères techniques et économiques de l

    Synthèse des exploitations suivies dans les régions Centre, du Massif central et de Poitou-Charentes : repères techniques et économiques de l’année 2011.

    Après trois années de suivis menés auprès de 250 exploitations équines dans 17 régions françaises, le Réseau Equin National a été reconduit en 2011 pour 3 ans grâce au soutien financier du Fonds Eperon, du Ministère de l’Agriculture, des régions, des Conseils des Chevaux, des Chambres d’Agriculture et de l’Institut de l’Elevage.

    Les objectifs de ce réseau sont :

    • de mieux connaître le fonctionnement technico-économique des différents systèmes équins présents sur le territoire,

    • de disposer de repères technico-économiques fiables, pour orienter et conseiller les porteurs de projets souhaitant se lancer dans cette activité,

    • d’identifier des marges de manoeuvre pour optimiser les résultats économiques de ces structures afin d’assurer leur durabilité.

    Au niveau national, plus de 260 exploitations sont suivies par près d’une cinquantaine d’agents des Chambres d’Agriculture et des Conseils des Chevaux dans 22 régions.

    Cette synthèse interrégionale présente les résultats de 50 exploitations suivies par 10 ingénieurs de Chambre d’Agriculture : 10 exploitations en Limousin, 15 en Auvergne, 14 en Poitou-Charentes et 11 exploitations en région Centre.

    Plusieurs systèmes sont suivis dans le cadre de ces réseaux régionaux : des élevages (sport, trait) et des établissements équestres (centres équestres, centres de tourisme équestre, écuries de pensions).

    Des systèmes sont spécialisés tandis que d’autres associent cette activité à un autre atelier agricole (bovins viande, ovins viande, bovins lait, cultures pérennes…).

     

    Le 22/07/2015 par Réseau REFErences - 2.87M

Sud Ouest : Aquitaine et Midi-Pyrénées

  • 22/07/15 - - détails Synthèse des exploitations équines suivies dans le cadre des réseaux équins du Sud-Ouest : repères techniques et économiques de l'année 2011

    Synthèse des exploitations équines suivies dans le cadre des réseaux équins du Sud-Ouest : repères techniques et économiques de l

    Synthèse des exploitations équines suivies dans le cadre des réseaux équins du Sud-Ouest : repères techniques et économiques de l’année 2011.

    En 2007, grâce au soutien financier du Fonds Éperon, un réseau de références national a pu être mis en place en filière équine, comme il en existe depuis longtemps dans toutes les autres productions agricoles. Ce dispositif consiste à suivre sur plusieurs années le fonctionnement technique et économique d’exploitations spécialisées dans des activités équines ou diversifiées avec d’autres productions agricoles.

    De 2007 à 2009, plus de 250 exploitations ont été suivies au niveau national (dont 30 dans le sud-ouest), par des ingénieurs de Chambres d’Agriculture et de Conseils de Chevaux. Elles ont été choisies sur plusieurs critères : représentativité, accessibilité aux données techniques et économiques, intérêt de l’exploitant pour ce travail.

    Après 3 années de fonctionnement, le Réseau a pu mettre en évidence les premiers résultats sur les niveaux de rentabilité des différents secteurs d’activités équines. Le dispositif a été reconduit sur 3 nouvelles campagnes (2010-2012) en recentrant le choix des exploitations sur les critères de rentabilité, de reproductibilité et de pérennité des structures. Au niveau national, près de 250 exploitations ont été suivies dont 33 en Aquitaine et Midi-Pyrénées.

    Cette synthèse portera sur l’analyse des données technico-économiques de ces 33 exploitations sur la campagne 2011.

     

    Le 22/07/2015 par Réseau REFErences - 2.00M

  • 30/06/15 - - détails Description du réseau équin

    Description du réseau équin

    Le réseau équin est un dispositif d’élaboration de références techniques et économiques pour les entreprises de la filière cheval. L’organisation et les méthodes de travail mises en oeuvre dans le Réseau équin découlent de l’expérience acquise, depuis le début des années 1980, au sein des Réseaux d’élevage.

    Le réseau équin est une des composantes d’un dispositif plus large, le Réseau Economique de la Filière Equine (REFErences), animé en partenariat par les Haras nationaux et l’Institut de l’Elevage, qui a pour objectif d’améliorer la connaissance économique de la filière équine et de fournir aux acteurs politiques et aux acteurs de la filière des informations nécessaires à son développement.

     

    Le 30/06/2015 par Réseau REFErences - 1.89M

  • 30/06/15 - - détails Cadre méthodologique du réseau équin

    Cadre méthodologique du réseau équin

    Le réseau équin (Réseau de références technico-économiques pour la filière cheval) constitue l’une des trois composantes d’un dispositif plus large, le Réseau Economique de la Filière Equine (REFErences) animé en partenariat par les Haras nationaux et par l’Institut de l’Elevage. REFErences a pour objectif d’améliorer la connaissance économique de la filière équine aussi bien au niveau macroéconomique que microéconomique et de fournir aux acteurs politiques et aux acteurs de la filière des informations nécessaires à son développement.

    Trois types d’approches complémentaires sont mis en oeuvre au sein de REFErences :

     – des approches macroéconomiques permettant de préciser la place et l’impact de la filière équine ainsi que leur évolution dans l’économie nationale et des territoires, en termes de flux économiques, de services proposés, d’emplois, d’occupation du territoire. Ces travaux sont coordonnés par les Haras nationaux, dans le cadre de l’Observatoire Economique et Social du Cheval (OESC) qui assure la maintenance et la valorisation des bases de données nationales (SIRE, FFE, SECF, MSA …) et régionales (Observatoires Economiques Régionaux).

     – l’élaboration de référentiels techniques et économiques et la modélisation du fonctionnement des exploitations ayant une activité équine à partir du suivi approfondi d’entreprises. Ce travail est mené au sein du réseau équin, sous la responsabilité de l’Institut de l’Elevage.

     – des études thématiques complémentaires concernant des aspects techniques, sociologiques, de marché. Elles reposent sur des enquêtes auprès d’échantillons d’acteurs de la filière plus larges que le seul réseau équin.

    Le réseau équin comprend, en 2007, près de 200 entreprises réparties dans douze régions dont 150 appartenant à un socle national cofinancé par le Fonds Eperon et une cinquantaine bénéficiant de cofinancements régionaux (nombre en progression). Les partenaires du dispositif sont l’Institut de l’Elevage, les Haras nationaux, la FIVAL, les Chambres d’Agriculture et deux Conseils des chevaux des régions concernées.

    Le comité d’orientation de REFErences assure le pilotage du Réseau équin. Il est coprésidé par Marianne Dutoit, membre du conseil d’administration de l’Institut de l’Elevage, présidente de la FNC et par Marc Damians, membre du conseil d’administration des Haras nationaux, président de la SHF. Il est constitué de représentants des Haras nationaux, de l’Institut de l’Elevage, de la Sous-direction du Cheval au Ministère de l’Agriculture, de la FNC, deFrance Galop, de la FIVAL, d’INTERBEV équins, de l’APCA, des Conseils des chevaux et de l’INRA.

     

    Le 30/06/2015 par Réseau REFErences - 878.42K

Retrouvez dans cette partie des cas types et des cas concrets sur les élevages d’équidés (sport, loisir, trait) ainsi que sur les établissements équestres (centres équestres, écuries de pension et fermes équestres).

Si le cas concret est le reflet du fonctionnement d’une entreprise en rythme de croisière, le cas-type est un modèle construit à partir de l’analyse technico-économique de plusieurs exploitations d’un même système. Ces exploitations viables et pérennes sont des structures qui ont généralement de bons résultats technico-économiques, qui peuvent être atteints après plusieurs années de fonctionnement.

Publications

  • 20/07/15 - - détails Elevage de juments Percheronnes avec des vaches allaitantes Charolaises en zone herbagère

    Elevage de juments Percheronnes avec des vaches allaitantes Charolaises en zone herbagère

    Elevage de juments Percheronnes avec des vaches allaitantes Charolaises en zone herbagère, vente de poulains finis de 12 à 16 mois à un boucher et production de broutards repoussés.

    Ce système mixte se retrouve plutôt dans les zones herbagères de plaine, principalement dans les départements de l’Allier et de la Creuse.

    Cet élevage familial, de tradition, a perduré sur les exploitations en raison de la passion du cheval avant tout mais aussi de sa complémentarité avec le troupeau de vaches allaitantes pour la gestion de l’herbe. Elevés en plein air intégral, les chevaux sont conduits en association avec les bovins pour optimiser la gestion des surfaces en herbe (les vaches mangent les refus des chevaux et inversement).

    Sur 10 juments Percheronnes saillies, 7 poulains sont sevrés en moyenne chaque année. 5 d’entre eux sont engraissés pour être vendus à 12-16 mois à un boucher local.

    Pour les vaches allaitantes, sur 91 femelles mises à la reproduction, 75 veaux sont sevrés chaque année. Ils sont commercialisés en broutards repoussés vers 11 mois pour l’export en Italie.Avec un taux de renouvellement de 24%, 18 génisses sont gardées annuellement pour l’élevage.

    Avec un taux de chargement d’1 UGB/ha, la surface fourragère principale est de 130 ha auxquels s’ajoutent 10 ha de culture.

     

    Le 20/07/2015 par Réseau REFErences - 2.27M

  • 20/07/15 - - détails Elevage de juments trait Comtoises avec des vaches allaitantes Salers

    Elevage de juments trait Comtoises avec des vaches allaitantes Salers

    Elevage de juments trait Comtoises avec des vaches allaitantes Salers, vente de poulains maigres de 8-10 mois pour l’export.

    Ces systèmes, tout herbe, se situent principalement en zone de montagne humide, dans les départements du Cantal, de la Haute-Loire et du Puy de Dôme.

    Le trait, élevage de tradition, peu exigent en infrastructures et main d’œuvre, permet de valoriser les petites parcelles peu productives de ces exploitations mais aussi grâce à sa complémentarité avec les bovins d’optimiser le pâturage en limitant les refus.

    Avec un bon suivi de la reproduction, sur dix juments Comtoises saillies, 8 poulains sont sevrés par an. 7 d’entre eux sont commercialisés maigres à 8-10 mois à des négociants pour l’export en Italie.

    Le troupeau allaitant Salers de 56 vaches pratique l‘auto renouvellement et consacre les deux tiers du troupeau au croisement Charolais. La production principale est le broutard pour l’export. Les vêlages sont positionnés l’hiver à partir du mois de janvier. Le taux de renouvellement est faible (14%).

    Le système fourrager est exclusivement basé sur l’herbe et la prairie naturelle avec une récolte de foin. Le niveau de chargement est de l’ordre de 0,9 UGB/ha SFP.

     

    Le 20/07/2015 par Réseau REFErences - 1.36M

  • 20/07/15 - - détails Elevage mixte de juments Comtoises et vaches allaitantes Blondes d'Aquitaine dans le Massif Pyrénéen et la vallée de l'Adour

    Elevage mixte de juments Comtoises et vaches allaitantes Blondes d

    Elevage mixte de juments Comtoises et vaches allaitantes Blondes d’Aquitaine dans le Massif Pyrénéen et la vallée de l’Adour : valorisation d’estives ; laitons et broutards vendus maigres.

    Système traditionnel des vallées de l’Ouest des Pyrénées (Pays Basque – Béarn – Bigorre). Peut être également associé à un atelier ovin.

    Premier bassin de production français, la présence des chevaux dans cette région très éloignée des berceaux de races s’explique par leur capacité d’adaptation et leur rusticité. Les chevaux de trait font partie intégrante de l’identité culturelle de cette région.

     

    Le 20/07/2015 par Réseau REFErences - 551.04K

  • 20/07/15 - - détails Elevage sélectionneur de chevaux de trait Ardennais avec des cultures et des vaches allaitantes

    Elevage sélectionneur de chevaux de trait Ardennais avec des cultures et des vaches allaitantes

    Elevage sélectionneur de chevaux de trait Ardennais avec des cultures et des vaches allaitantes : vente de chevaux pour la reproduction, l’attelage et la viande.

    Ces systèmes se situent principalement en Lorraine et en Champagne-Ardenne, dans les zones où les contraintes agronomiques obligent le maintien des surfaces en herbe importantes. Les grandes cultures couvrent plus de la moitié de la surface.

    L’élevage des chevaux Ardennais est de tradition dans ces exploitations. Il est conduit en association avec les bovins au pâturage. Il permet de valoriser les anciens bâtiments. Les 8 juments produisent chaque année 5 à 6 poulains valorisés en reproducteurs, chevaux dressés à l’attelage et pour la moitié en boucherie.

    Le troupeau de 50 à 60 vaches allaitantes, est d’un bon niveau génétique grâce notamment au recours à l’insémination artificielle sur plus de la moitié du troupeau. Les vêlages d’automne et les croissances soutenues permettent la vente des jeunes bovins dès avril. Toutes les génisses sont élevées.

    Une fertilisation azotée d’environ 65 U/ha et des récoltes précoces pour un chargement technique de 1,3 UGB par hectare, rend le système tout juste autonome.

    Le travail est souvent le facteur limitant de ces exploitations, ce qui conduit à des investissements en matériel et en bâtiment importants. La situation financière est solide en phase de croisière. L’importance du capital d’exploitation rend toutefois l’installation difficile.

     

    Le 20/07/2015 par Réseau REFErences - 729.39K

  • 20/07/15 - - détails Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe

    Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe

    Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe : vente de poulains finis 8 à 12 mois

    Cet élevage de trait Comtois spécialisé avec vente directe des poulains est situé en Auvergne sur une zone de montagne dans le département de Haute Loire (43).

    L’éleveur utilise une exploitation herbagère de 40 ha de prairies permanentes, dont les spécificités sont le faible niveau de productivité d’une partie des surfaces, le morcellement des parcelles et leur dispersion autour de l’exploitation. Les chevaux sont conduits en plein air intégral toute l’année.

    Deux circuits de commercialisation sont utilisés pour la vente en directe des poulains : à la ferme, et au magasin «Le panier paysan» situé à Monistrol sur Loire(43). Cette boutique a été créée par les producteurs locaux pour faciliter la commercialisation de leurs produits (viande chevaline, bovine, volaille, œufs, fromage…).

    L’éleveur, agriculteur à titre principale depuis 1993, travaille à plein temps sur l’exploitation, il est aidé ponctuellement par sa conjointe pour certains travaux.

     

    Le 20/07/2015 par Réseau REFErences - 1.08M

Présentations des journées Références

Publications

  • 20/07/15 - - détails Elevage de chevaux de Camargue et tourisme équestre en zone littorale

    Elevage de chevaux de Camargue et tourisme équestre en zone littorale

    Elevage de chevaux de Camargue et tourisme équestre en zone littorale.

    Le cheval Camargue est un cheval élevé en semi-liberté, adapté aux conditions de son territoire d’origine : sol, climat, pâture. Il est confronté aux excès du climat, certes, il est privilégié par un bon ensoleillement mais le climat est souvent sévère : vents violents, humidité fréquente, froid, piqûres d’insectes…

    Ces conditions de vie en ont fait un cheval rustique, endurant et frugal. Utilisé historiquement par les manadiers pour le travail avec les taureaux, ses nombreuses qualités (polyvalence, caractère, agilité et équilibre) lui ont valu d’être valorisé dans le secteur du loisir.

    Aujourd’hui, le cheval de Camargue se retrouve soit dans des systèmes diversifiés, chez des manadiers, conduits en association avec des taureaux et/ou des cultures (rizicultures…) plutôt dans les terres, soit en système spécialisé sur le bord du littoral. Quel que soit le système, les exploitants ont souvent développé une activité de promenade pour répondre à une clientèle touristique qui souhaite découvrir la Camargue. En fait, le cheval est le meilleur moyen pour se rendre dans des endroits peu accessibles à pied.

    Le système décrit ici, est un système spécialisé, situé au bord de la méditerranée, avec de l’élevage de chevaux de Camargue et une valorisation en tourisme équestre. 10 poulinières sont présentes sur la structure et l’activité de balade nécessite un effectif de 18 chevaux. La main d’oeuvre, diplômée au minimum de l’ATE (Accompagnateur de Tourisme Equestre), se compose d’1 UMO familiale et de 0,7 UMO salariée.

     

    Le 20/07/2015 par Réseau REFErences - 2.63M

  • 20/07/15 - - détails Elevage spécialisé dans la valorisation, l’entraînement et la commercialisation de chevaux d’endurance

    Elevage spécialisé dans la valorisation, l’entraînement et la commercialisation de chevaux d’endurance

    Elevage spécialisé dans la valorisation, l’entraînement et la commercialisation de chevaux d’endurance, vente de chevaux pour la compétition et prestations de pensions avec ou sans entraînement.

    L’élevage de chevaux d’endurance, très souvent spécialisé, est localisé sur le sud de la Lozère, le Gard, ou l’Hérault, et plus particulièrement sur les grands parcours des Causses et des garrigues du Languedoc, berceau du cheval d’endurance.

    Ces structures, créées de toutes pièces, se sont installées récemment dans la région, à partir de 1975. L’organisation de la course emblématique de Florac de 160 km et l’achat du fameux reproducteur Arabe Persik par le Parc National des Cévennes en 1974, ont entraîné le développement de l’élevage de chevaux d’endurance dans la région, au niveau national et international.

    Ce système équin spécialisé de 34 équidés, situé en garrigue, est constitué de deux ateliers : un élevage de 23 chevaux dont 5 poulinières commercialisant des chevaux d’endurance valorisés et un atelier de 11 chevaux en pension avec ou sans entraînement.

    La stabilité économique de ce système repose sur la complémentarité de ces deux ateliers.

     

    Le 20/07/2015 par Réseau REFErences - 803.71K

Présentations des journées Références

Publications

  • 20/07/15 - - détails Création et conduite d'un centre équestre

    Création et conduite d

    Création et conduite d’un centre équestre.

    Cette fiche correspond à le description complète d’un système centre équestre dans son fonctionnement, ses résultats et ses pratiques. Il ne s’agit ni d’une moyenne, ni d’un système optimisé mais la reconstruction d’une exploitation observable dans son contexte.

    L’observation du fonctionnement des structures équines par les réseaux équins permet ainsi de décrire des façons de faire qui mettent en cohérence les éléments de production tels que main-d’œuvre, cavalerie, investissements, activités et clientèle. Le travail des ingénieurs des réseaux équins de poursuit dans l’analyse des résultats économiques, des modalités d’installation et de financement.

    Le 20/07/2015 par Réseau REFErences - 900.77K

  • 20/07/15 - - détails La ferme équestre en Languedoc-Roussillon : un circuit court cousu main à son territoire

    La ferme équestre en Languedoc-Roussillon : un circuit court cousu main à son territoire

    La ferme équestre en Languedoc-Roussillon : un circuit court cousu main à son territoire.

    Identification des facteurs clés de réussite.

    Beaucoup moins connus que les centres équestres traditionnels, sans doute lié à la difficulté de les caractériser, les fermes équestres sont des systèmes qui ont une réelle activité économique et qui disposent d’un potentiel de développement de part leur spécificité.

    Au niveau national, le cahier des charges lié à la procédure d’agrément « Ferme équestre Bienvenue à la ferme » est une première source d’information qui nous renseigne sur leurs critères d’appartenance : 30% de la cavalerie née ou élevée sur l’exploitation, un minimum de 0,5 UGB/ha, des prestations qui incluent obligatoirement des circuits extérieurs, etc.

    Afin d’aider et de guider les porteurs de projets, les conseillers et même les exploitants déjà en place, le réseau équin régional a souhaité à travers cette analyse mieux caractériser la ferme équestre en Languedoc-Roussillon mais aussi comprendre leur fonctionnement et leurs conditions de réussite. Quelles sont les prestations proposées ? Quelle est la taille de ces structures ? Ont-elles été consolidées par leur récent statut dans le régime agricole ? Quels sont les facteurs clés de leur réussite ?

    Pour répondre à ces différentes interrogations, nous nous sommes appuyés sur les références technicoéconomiques élaborées depuis trois ans par le Réseau Equin Languedoc-Roussillon et des entretiens plus approfondis menés auprès de deux gérants de fermes équestres.

     

     

    Le 20/07/2015 par Réseau REFErences - 1.16M

Présentations des journées Références

Publications

  • 20/07/15 - - détails L'écurie de pension valorisation en Poitou-Charentes

    L

    L’écurie de pension valorisation en Poitou-Charentes

    L’écurie de pension-valorisation de chevaux est un système qui attire aujourd’hui de plus en plus de jeunes qui souhaitent s’installer dans la filière équine. Effectivement, le milieu de la compétition de haut niveau, pratiquée par des professionnels, fait rêver : une vie rythmée par des concours de qualité, des chevaux performants mais aussi des moyens structurels importants en termes d’équipements et de main-d’oeuvre pour la préparation de chevaux …

    Derrière ce rêve se cachent parfois beaucoup d’illusions. La réussite de ceux qui s’installent dans ce système est très variable et jamais acquise. Il ne suffit pas d’être un cavalier performant pour prendre la décision de se lancer. De nombreuses autres compétences sont nécessaires, relatives à la connaissance des chevaux, aux relations commerciales, à la gestion d’entreprise, etc. L’accès au foncier et à des infrastructures correspondants à l’exercice de cette activité est difficile et exige des investissements qui sont souvent un frein à l’installation.

    Il existe peu de documents donnant des repères sur le fonctionnement de ces exploitations, que ce soit sur le plan technique, économique, ou sur le plan de la gestion. Pour aider les jeunes créateurs d’entreprises, l’équipe du réseau Équin Poitou-Charentes a étudié le fonctionnement de ces structures à partir des parcours de sept cavaliers professionnels suivis dans le cadre du réseau.

    Après une description des contours qui caractérisent ces exploitations, seront mises en exergue les clés de réussite et les compétences qui nous paraissent incontournables pour réussir dans ce métier.

     

    Le 20/07/2015 par Réseau REFErences - 724.73K

  • 20/07/15 - - détails Témoignage : des pensions de toutes sortes !

    Témoignage : des pensions de toutes sortes !

    Des pensions de toutes sortes !

    Du simple gardiennage au travail du cheval, en passant par la pension de soins, les activités de pensions se déclinent de bien des manières dans les élevages.

    Un nouveau dispositif de recherche sur les structures équines s’est mis en place en 2007 dans une douzaine de régions françaises, à l’initiative des Haras nationaux et de l’Institut de l’Elevage. Evidemment, la Basse-Normandie fait partie de ce dispositif, financé à la fois sur les fonds Eperon et sur des crédits régionaux.

    Dans le cadre d’un réseau de références, le dispositif s’appuie sur le suivi de 30 structures équines pendant une durée minimale de 3 ans. Le Conseil des Chevaux et les Chambres d’Agriculture de Basse-Normandie assurent ce travail de terrain. La coordination et l’appui méthodologique sont confiés à l’Institut de l’Elevage. A travers un travail régulier et rigoureux dans les élevages, l’objectif est la production de références techniques mais également économiques. Pour installer des jeunes, améliorer l’efficacité de nombreuses structures, nous devons disposer de points de repères, d’objectifs, de références objectives et mesurées.

    Les résultats seront issus du terrain, de structures comme les nôtres dans lesquelles les compétences et les savoir-faire des éleveurs seront valorisés. Cette première publication en est un exemple.

    A travers les témoignages de 3 éleveurs, nous partageons autant d’expériences récentes et différentes. Tous pratiquent des pensions de chevaux et pourtant, aucun ne fait le même métier. Entre le gardiennage et le travail en compétition, le terme de pension peut recouvrir de nombreuses activités, des plus simples aux plus complexes.

    Philippe DEMAEGDT

    Président du Conseil des Chevaux de Normandie

     

    Le 20/07/2015 par Réseau REFErences - 450.45K

  • 20/07/15 - - détails Pension reproduction en activité complémentaire

    Pension reproduction en activité complémentaire

    Pension reproduction en activité complémentaire

    C’est une activité de complément dans une gamme de prestations de pensions souvent associée à une activité propre d’élevage. Ces prestations permettent de valoriser et de rentabiliser les outils du suivi de reproduction pour la saillie, le poulinage et ses suites.

    Cette activité repose sur la compétence et la pratique régulière des actes liés à la reproduction et au suivi des juments.

    Pour offrir des services de qualité, des surfaces en herbe ou paddock sont indispensables à proximité de la structure.

     

    Le 20/07/2015 par Réseau REFErences - 950.25K

  • 20/07/15 - - détails Pension hébergement en activité complémentaire

    Pension hébergement en activité complémentaire

    Pension hébergement en activité complémentaire

    Ils sont de plus en plus nombreux à proposer des formules d’hébergement variées, pour chevaux de propriétaires. C’est un système de pensions qui repose sur la prise en charge de l’alimentation, la surveillance et le logement du cheval.

    Parfois des infrastructures spécifiques (carrière, manège) sont mises à la disposition des propriétaires. Cela leur permet éventuellement de travailler leurs chevaux sur place.

    C’est une activité de complément dont la gamme de prestations est relativement large.

     

    Le 20/07/2015 par Réseau REFErences - 1.10M

  • 20/07/15 - - détails Pension travail et valorisation de chevaux de sport

    Pension travail et valorisation de chevaux de sport

    Pension travail et valorisation de chevaux de sport

    Parmi les nombreux systèmes de pensions observables, celui des pensions travail et valorisation de chevaux, présente des spécificités liées à l’importance régionale de l’activité chevaux de sport.

    Généralement le système repose sur un cavalier professionnel à la tête d’une écurie dite “de propriétaire”.

    Les prestations de pensions versées par les propriétaires aux cavaliers comprennent l’hébergement en pension complète, le travail du cheval et les sorties en concours de saut d’obstacle.

     

    Le 20/07/2015 par Réseau REFErences - 3.72M

L’ensemble des publications de cette page présente des cas d’exploitations équines qui fonctionnent bien. Choisies dans les réseaux, elles apparaissaient comme efficaces et ayant développé une organisation favorable. Elles sont issues de différentes régions et produisent des activités très diverses. L’approche monographique est adaptée ici à la présentation de la globalité du système.

Sur 250 fermes suivies dans le cadre du réseau Références, 15 exploitations ont été sélectionnées sur leurs performances économiques et sur les types d’activités produites, regroupées au sein de 4  grandes familles : les élevages, les pensions, les centres équestres, les fermes équestres. Les monographies distinguent cinq parties : les éléments structurels, la stratégie, les résultats économiques, les pratiques et une synthèse. Quelques ratios, des zooms sur les pratiques spécifiques de l’exploitant et une phrase témoignage viennent compléter le document. Une synthèse globale s’ajoute au dossier afin de positionner ces exploitations par rapport à l’ensemble de celles suivies dans le cadre du Réseau.

Ces publications illustrent la grande diversité des situations des entreprises équines. Mais il existent des points communs aux systèmes qui marchent : la maîtrise des charges, la volonté d’entreprendre , la bonne écoute de la demande.

Nous vous invitons également à consulter l’article équ’idée relatif à ces monographies en cliquant ICI.

  • 22/06/15 - - détails Une petite structure d’élevage Connemara, optimisée et à temps partiel

    Une petite structure d’élevage Connemara, optimisée et à temps partiel

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur un élevage de poneys Connemara de petite dimension : 20 poneys présents, dont 6 ponettes poulinières, sur 11,5 ha de SAU. Le système est très économe, avec des pratiques réfléchies en vue de réduire les coûts : conduite en plein air intégral ; monte naturelle surveillée, avec 2 étalons en propriété ; valorisation des produits à l’extérieur, sous contrat, avec rémunération sur la vente ; infrastructures limitées, adaptées aux besoins.

    Le mot de l’exploitant : « Le premier argent gagné est celui qu’on ne dépense pas. Toutes les pratiques de l’exploitation doivent être pensées et optimisées. »

    Le 22/06/2015 par Réseau REFErences - 368.30K

  • 22/06/15 - - détails Un élevage de Selle Français associé à un atelier pension travail

    Un élevage de Selle Français associé à un atelier pension travail

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur un élevage de Selle Français associé à un atelier pension travail : 45 équins présents, dont 8 poulinières et 7 chevaux en pension travail, sur 42 ha de SAU. Les postes alimentation et reproduction du système sont bien maîtrisés avec des pratiques réfléchies en vue de réduire les coûts.

    Le mot de l’exploitant : « Se remettre en permanence à niveau pour anticiper l’avenir. »

    Le 22/06/2015 par Réseau REFErences - 376.63K

  • 22/06/15 - - détails Un élevage de chevaux de sport performant par sa diversité de production de biens et de services

    Un élevage de chevaux de sport performant par sa diversité de production de biens et de services

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur un élevage de chevaux de sport (74 chevaux en propriété dont 16 poulinières et 5 étalons) associé à plusieurs ateliers : bovins allaitants (67.8 UGB), pension reproduction, soins et travail (69 chevaux) et étalonnage (200 juments saillies, 26 étalons récoltés).

    Les bon résultats de l’exploitation s’explique en partie par la diversification des activités avec d’une part une optimisation des surfaces par l’activité bovine (125 ha SAU en herbe) et d’autre part une optimisation des infrastructures équines par la pluriactivité  et une bonne stratégie de commercialisation.

    Le mot de l’exploitant : « Il ne faut pas s’encombrer de chevaux. »

    Le 22/06/2015 par Réseau REFErences - 346.34K

  • 22/06/15 - - détails Un élevage équin en système extensif avec valorisation de surfaces pastorales

    Un élevage équin en système extensif avec valorisation de surfaces pastorales

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur un élevage de chevaux d’endurance sur une surface importante : 370 ha de surface totale dont 46 ha de SAU, 181 ha de surface pastorale et 143 ha de bois et étang. 54 équins sont présents dont 29 en propriété et 25 en pension. Les charges de structures sont faibles et les coûts d’alimentation maîtrisés. Le revenu est sécurisé par la diversification des ateliers.

    Le mot de l’exploitant : « Tous les chevaux sont élevés dans l’objectif d’être beau, gentil et polyvalent. Les champions d’endurance sont la cerise sur le gâteau. »

     

    Le 22/06/2015 par Réseau REFErences - 384.67K

  • 22/06/15 - - détails Une structure combinant élevage de course et travail de chevaux de sport

    Une structure combinant élevage de course et travail de chevaux de sport

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur un élevage de chevaux de course combiné à un atelier pension : 54 équins sont présents pour une SAU de 47 ha. 37 équins en propriété dont 9 poulinières et 22 équins en pension (hébergement à 37%, travail à 34%, poulinage 14%…). Les charges de structure sont très stables et l’exploitant  fidélise sa clientèle grâce à un bon réseau professionnel et personnel. Les pistes d’amélioration concernent les charges opérationnelles et la gestion de l’herbe.

    Le mot de l’exploitant : « Nous voulons pouvoir vivre heureux de notre passion. »

    Le 22/06/2015 par Réseau REFErences - 463.91K

  • 22/06/15 - - détails Une écurie de pension orientée compétition

    Une écurie de pension orientée compétition

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur une écurie de pension orientée compétition : 28 équins sont présents dont 20 en pension pour une SAU de 1.9 ha. La main d’œuvre pèse lourd dans les charges de structures et les charges opérationnelles sont importantes et principalement liées à l’alimentation car rien n’est produit sur la structure. La clientèle est fidélisée grâce à de bonnes infrastructures et à l’attention particulière que l’exploitant porte aux chevaux et aux clients. Ainsi, les produits issus des pensions permettent des résultats économiques corrects.

    Le mot de l’exploitant : « Cavalier passionné de compétition, je souhaitais pouvoir mener en parallèle une écurie et pouvoir sortir en concours. »

    Le 22/06/2015 par Réseau REFErences - 359.60K

  • 22/06/15 - - détails Une écurie de pension sport optimisée

    Une écurie de pension sport optimisée

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur une écurie de pension orientée compétition : 40 équins sont présents dont 23 en pension (25% en pension travail) et 17 en propriété (dont 2 poulinières) pour une SAU de 19 ha. Les charges de structure sont très faibles comme les charges opérationnelles grâce à une bonne gestion de l’herbe pour les fourrages et un bon partenariat pour la paille. L’écurie de coaching permet la valorisation des compétences équestres de l’exploitant et la valorisation de l’élevage.

    Le mot de l’exploitant : « Etre toujours là pour s’occuper des chevaux et des clients. Bien suivre chaque partie de l’entreprise. »

    Le 22/06/2015 par Réseau REFErences - 351.59K

  • 23/06/15 - - détails Une structure importante avec des prestations diversifiées

    Une structure importante avec des prestations diversifiées

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur un centre équestre proposant un enseignement de qualité est des prestations variées pour satisfaire les clients. 77 équins sont présents dont 25 en pension  et 48 utilisés pour le club le tout pour une SAU de 13 ha. Cette SAU réduite conduit à une forte dépendance aux achats extérieurs et la stabilité du chiffre d’affaires est assurée par la diversité des enseignements et des niveaux des 210 clients réguliers.

    Le mot de l’exploitant : « L’organisation doit être parfaite pour se dégager du temps pour la famille et les loisirs, tout en gardant la structure continuellement ouverte. »

    Le 23/06/2015 par Réseau REFErences - 342.29K

  • 23/06/15 - - détails La polyvalence d'un centre équestre avec des tarifs abordables

    La polyvalence d

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur un centre équestre polyvalent avec des tarifs abordables. 64 équins sont présents dont 40 en pension  et 30 utilisés pour le club le tout pour une SAU de 10 ha. Le système est raisonné avec des charges bien maitrisées : installations  en auto-construction, production céréalière familiale, aliments achetés à des producteurs locaux. Le système permet ainsi la transmission des compétences de l’exploitant à un large public.

    Le mot de l’exploitant : « Nous avons mis en place un ensemble d’outils de gestion qui me permet de m’organiser à ma convenance et de me libérer du temps. »

    Le 23/06/2015 par Réseau REFErences - 364.39K

  • 23/06/15 - - détails Un centre équestre rural qui bénéficie de la proximité de Paris

    Un centre équestre rural qui bénéficie de la proximité de Paris

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur un centre équestre rural avec 62 équins présents dont 29 en pension et 23 utilisés pour le club le tout pour une SAU de 33 ha. La location de la structure induit des charges de structure importantes, les charges opérationnelles sont quant à elles bien maîtrisées grâce à la valorisation de l’herbe et l’achat de céréales plutôt que d’aliments industriels. La structure n’a pas de concurrence locale sur son activité de compétition (Tournée des As et Championnats de France).

     

    Le 23/06/2015 par Réseau REFErences - 366.26K

  • 23/06/15 - - détails La complémentarité entre poney-club et commerce d'équidés

    La complémentarité entre poney-club et commerce d

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur un poney-club avec un atelier de commerce d’équidés. 32 équins sont présents dont 2 en pension  et 20 poneys utilisés pour le club le tout pour une SAU de 10 ha. Les charges de structure comme opérationnelles sont bien maîtrisées et les produits sont également répartis entre le commerce et l’enseignement. Le poney-club permet à l’exploitant de vivre sa passion de cavalier.

    Le mot de l’exploitant : « Satisfaire la clientèle et essayer de répondre toujours positivement à leurs attentes. »

    Le 23/06/2015 par Réseau REFErences - 383.85K

  • 23/06/15 - - détails Un poney-club combinant efficacité de la main d'œuvre et bien être des chevaux

    Un poney-club combinant efficacité de la main d

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur un poney-club qui respecte les besoins fondamentaux des chevaux et rationalise le temps de travail pour se libérer du temps libre. 83 équins sont présents dont 6 en pension et 79  utilisés pour le club le tout pour une SAU de 18 ha. Les charges de structure comme opérationnelles sont bien maîtrisées grâce à la conduite en extérieur de la cavalerie. Le poney-club est orienté vers le tourisme équestre (TREC, endurance…) et possède 216 clients réguliers auxquels s’ajoutent l’accueil de groupes.

    Le mot de l’exploitant : « Je cherche juste à pouvoir payer tout le monde, et travailler dans une bonne ambiance avec l’équipe et les cavaliers. »

    Le 23/06/2015 par Réseau REFErences - 340.98K

  • 23/06/15 - - détails Une petite structure au régime maximum

    Une petite structure au régime maximum

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur un centre équestre dans lequel l’exploitant a misé sur ses compétences commerciales et son réel respect du cheval pour compenser le manque de surface. 33 équins sont présents dont 19 en pension et 23 utilisés pour le club le tout pour une SAU de 2.5 ha. Les charges de structure comme opérationnelles sont bien maîtrisées et les produits sont principalement constitués par les cours d’équitation (équitation classique et ludique : equifun, pony-games, horse-ball…).

    Le mot de l’exploitant : « Une structure familiale avec un contact personnalisé pour permettre aux adhérents de s’épanouir. Trouver de nouvelles activités à proposer aux anciens et nouveaux adhérents. »

    Le 23/06/2015 par Réseau REFErences - 369.16K

  • 29/03/15 - - détails Témoignage : EARL le moulin de Tric-Trac

    Témoignage : EARL le moulin de Tric-Trac

    Présentation de la journée Références 2015 : témoignage, EARL le moulin de Tric-Trac.

    Le 29/03/2015 par F.Hyvernat, exploitante - JM Pouget, CA de la Charente-Maritime - Réseau REFErences - 1.81M

  • 22/06/15 - - détails Une importante ferme équestre spécialisée dans le tourisme et la randonnée

    Une importante ferme équestre spécialisée dans le tourisme et la randonnée

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur une importante ferme équestre spécialisée dans la randonnée où l’exploitant a pour objectif de faire découvrir son territoire à travers les équins. 84 équins sont présents dont 8 en pension et 58 utilisés pour le club le tout pour une SAU de 35 ha. Les charges de structure comme opérationnelles sont importantes car l’organisation de séjours touristiques implique une avance sur les frais, de plus la structure n’est pas autonome en fourrages. La bonne gestion de la cavalerie et la contractualisation avec un lycée permettent, entre autres, l’atteinte d’un bon équilibre financier.

    Le mot de l’exploitant : « Il faut savoir se remettre en cause, adapter son offre à la clientèle et innover pour progresser. »

    Le 22/06/2015 par Réseau REFErences - 353.30K

  • 22/06/15 - - détails L'attelage, cœur de métier d'une ferme équestre à fort ancrage territorial

    L

    La monographie est un document synthétique qui présente chaque exploitation dans une logique d’approche systémique. Ce mode opératoire permet de mettre en lumière la cohérence de l’exploitation et les combinaisons de facteurs qui en font la réussite : éléments structurels, stratégie, résultats économiques et pratiques sont analysés ici, illustrés de quelques ratios clés et d’un mot de l’exploitant.

    Cette monographie porte sur une  ferme équestre spécialisée qui a choisi l’innovation et la polyvalence pour être autonome. 14 équins sont présents dont 8 chevaux et 6 ânes  tous en propriété pour une SAU de 21 ha. Si les charges de structure sont importantes (entretien du parc hippomobile et main d’œuvre saisonnière), les charges opérationnelles sont parfaitement maîtrisées : autonomie fourragère, conduite en quasi plein air, compétences en maréchalerie… La répartition des activités sur l’année prévoit la complémentarité entre l’enseignement via l’école de formation, les prestations d’attelage et la location d’ânes.

    Le mot de l’exploitant : « Je me suis donné les moyens de vivre de ma passion du cheval. »

    Le 22/06/2015 par Réseau REFErences - 346.63K

  • 22/06/15 - - détails Monographies 2015 : Méthodologie et index

    Monographies 2015 : Méthodologie et index

    Le Réseau équin est un dispositif national initié en 2006 avec le soutien financier du Fonds Eperon comme co-financeur. Il est né de la volonté de quatre partenaires, l’Institut français du Cheval et de l’Equitation, les Chambres d’agriculture, les Conseils des chevaux et l’Institut de l’Elevage, de s’unir pour améliorer la connaissance économique de la filière pour en favoriser son développement. Les ingénieurs de ce dispositif suivent près de 250 exploitations équines réparties sur tout le territoire français. Les objectifs de ce réseau sont de mieux connaître le fonctionnement technico-économique des différents systèmes équins, de créer des références et des repères technico-économiques fiables ainsi que d’identifier des marges de manœuvre pour optimiser les résultats des structures et assurer leur durabilité. Le travail de « monographie » s’inscrit dans cette optique et couvre un éventail de familles relativement large : élevages, centres équestres, pensions et fermes équestres. Tous les systèmes mis en avant dans ce dossier sont des exploitations spécialisées en équin, avec ou sans atelier de diversification qui peut être également équin ou orienté vers d’autres productions agricoles.

     

    Le 22/06/2015 par Réseau REFErences - 201.46K

  • 22/03/15 - - détails Monographies 2015 : synthèse

    Monographies 2015 : synthèse

    Le Réseau équin est un dispositif national initié en 2006 avec le soutien financier du Fonds Eperon comme co-financeur. Il est né de la volonté de quatre partenaires, l’Institut français du Cheval et de l’Equitation, les Chambres d’agriculture, les Conseils des chevaux et l’Institut de l’Elevage, de s’unir pour améliorer la connaissance économique de la filière pour en favoriser son développement. Les ingénieurs de ce dispositif suivent près de 250 exploitations équines réparties sur tout le territoire français. Les objectifs de ce réseau sont de mieux connaître le fonctionnement technico-économique des différents systèmes équins, de créer des références et des repères technico-économiques fiables ainsi que d’identifier des marges de manœuvre pour optimiser les résultats des structures et assurer leur durabilité. Le travail de « monographie » s’inscrit dans cette optique et couvre un éventail de familles relativement large : élevages, centres équestres, pensions et fermes équestres. Tous les systèmes mis en avant dans ce dossier sont des exploitations spécialisées en équin, avec ou sans atelier de diversification qui peut être également équin ou orienté vers d’autres productions agricoles.

    Le 22/03/2015 par Réseau REFErences - 517.07K

  • 31/01/15 - - détails Vivre d'une activité équine : c'est possible ! Synthèse du dossier "comprendre les exploitations qui fonctionnent"

    Vivre d

    Présentation de la journée Références 2015 : vivre d’une activité équine : c’est possible !  Synthèse du dossier « comprendre les exploitations qui fonctionnent ».

    Le 31/01/2015 par A.Decouty, Idele - Réseau REFErences - 808.78K

Retrouvez dans cette partie des références technico-économiques sur les thématiques liées à la gestion de l’entreprise (alimentation, bâtiments, sanitaire…).

 

Publications

  • 19/06/15 - - détails Alimenter les équins en Normandie

    Alimenter les équins en Normandie

    L’alimentation peut être raisonnée rationnellement chez le cheval comme chez les autres espèces de rente en tenant compte des particularités de l’espèce équine et de son utilisation pour le travail. L’alimentation est un point central de l’élevage des équins. Son rôle dans la performance du cheval, son état, son bien-être, parfois sa santé est indiscutable.

    Sur le plan économique, l’alimentation est un poste de charges parmi les plus importants. Du bon choix des composants dépendra le coût journalier d’entretien du cheval, facteur non négligeable de la rentabilité de l’entreprise. L’art du bon éleveur est de trouver cet équilibre qui garantit maîtrise des coûts et performances animales. Les éleveurs suivis dans le cadre du Réseau Equin de Normandie nous montrent la grande diversité des pratiques alimentaires, leurs trucs et astuces en matière de distribution, leur capacité à valoriser les ressources simples, locales et en premier lieu la prairie normande. Il s’appuie également sur ces expériences vécues en Normandie où la simplicité est le gage de la maîtrise des coûts.

    Enfin, ce document intègre les nouvelles normes alimentaires équines élaborées par l’INRA et parues en 2012.

     

    Le 19/06/2015 par Réseau REFErences, Réseaux équins de Normandie - 1.35M

Présentations des journées Références

Publications

  • 30/11/15 - - détails Caractéristiques des modes d' hébergement équins et conséquences sur les conditions de travail

    Caractéristiques des modes d

    Caractéristiques des modes d’hébergement équins et conséquences sur les conditions de travail : résultats de l’enquête nationale 2014.

    Le réseau équin REFEences a mis en évidence un manque de productivité des structures équines. La main d’œuvre nécessaire en système équin est supérieure aux autres production, en raison de la gestion individuelle des animaux. En outre, les bâtiments doivent répondre aux trois grands besoins fondamentaux des chevaux : besoin de s’alimenter / s’abreuver régulièrement, besoin d’espace, besoin de contacts avec ses congénères (Boussely L, 2003). Les chevaux étant sensibles aux courants d’air bien que résistants aux températures basses, la conception du bâtiment doit être pensée pour leur bien être. Le bâtiment doit permettre aux exploitants et à leurs salariés de travailler dans de bonnes conditions, en terme de sécurité, d’absence de pénibilité et de confort.

    Une série de 126 enquêtes sur des exploitations réparties partout en France a été réalisée entre juillet 2013 et mars 2014. L’analyse a permis d’identifier les éléments favorisant ou pénalisant le travail. Les références sur le temps de travail donné dans ce document ne concerne que le travail hivernal.

    L’étude porte sur 5 types d’hébergement : stalle, box intérieur, box donnant sur l’extérieur, box avec une aire de sortie attenante, stabulation libre à plusieurs compartiments. Chaque type est décrit avec les caractéristiques du groupe d’exploitations, la sortie des chevaux en paddock, la distribution de l’alimentation, l’entretien des logements et avec un bilan du travail d’astreinte quotidien. Une comparaison des temps par activités entre bâtiments permet de proposer des solutions pour gagner en productivité de la main d’œuvre.

    La conduite en plein air est également abordée en comparant des systèmes avec ou sans abris.

    Le 30/11/2015 par Réseau REFErences - 4.36M

Présentations des journées Références

Présentations des journées Références

Publications

  • 31/03/15 - - détails Installations équines : du rêve à la réalité !

    Installations équines : du rêve à la réalité !

    Pour installer des jeunes, améliorer l’efficacité de nombreuses structures, nous devons disposer de points de repères, d’objectifs, de références locales précises et mesurées.
    Pour cela, nous avons besoin de résultats issus du terrain, de structures comme les nôtres dans lesquelles les compétences et les savoir-faire des acteurs de la filière équine seront valorisés.
    A cet effet, un nouveau dispositif de recherche sur les structures équines s’est mis en place à partir de 2007 dans 17 régions françaises, à l’initiative des Haras nationaux et de l’Institut de l’Elevage. La région Picardie fait partie de ce dispositif, financé à la fois sur les fonds Eperon, et sur des crédits nationaux et régionaux.
    Ce réseau de références, s’appuie sur le suivi de 24 structures équines pendant une durée minimale de 3 ans. Les Chambres d’Agriculture de Picardie assurent le travail de terrain, la coordination et l’appui méthodologique sont confiés à l’Institut de l’Elevage.
    Ce dispositif s’est mis en place grâce au soutien du Conseil Interrégional du Cheval de Picardie et de l’appui financier du Conseil Régional de Picardie.
    Basé sur un travail régulier et rigoureux dans les élevages, l’objectif est la production de références techniques mais également économiques.
    A travers les témoignages de 3 jeunes femmes récemment installées, nous pouvons réaliser les difficultés rencontrées mais aussi les motivations qui animent les porteurs de projets équins. Comme en d’autres productions, l’installation en structure équine est un challenge.
    Toutefois, lorsque la motivation s’associe à la compétence, la réussite est souvent au rendez-vous comme le démontrent ces trois exemples.

    Le 31/03/2015 par Réseau REFErences - 927.65K

  • 31/03/15 - - détails S'installer en élevage équin, c'est possible !

    S

    Les structures équines sont aujourd’hui intégrées au secteur agricole. De ce fait, les projets d’installation “équins” peuvent bénéficier des aides (DJA et prêts bonifiés) comme tout projet agricole.
    Afin d’optimiser l’installation des jeunes, améliorer l’efficacité de nombreuses structures, nous devons disposer de points de repères, d’objectifs, de références locales précises et mesurées.
    Pour cela, nous avons besoin de résultats issus du terrain, à partir d’exploitations comme les nôtres dans lesquelles nos expériences et nos savoir-faire sont valorisés.
    A cet effet, un nouveau dispositif de recherche sur les structures équines s’est mis en place, depuis 2007 dans 17 régions françaises. Cette action, à l’initiative des Haras nationaux et de l’Institut de l’Élevage, en partenariat avec la fédération des Conseil des Chevaux, et l’appui des fonds Eperon a permis de mettre en place des réseaux de références. La Chambre Régionale d’Agriculture des Pays de la Loire et le Conseil des équidés ont été pionniers dans ce dispositif.
    Le dispositif régional s’appuie sur le suivi de 12 structures équines pendant une durée minimale de 3 ans. Basé sur un travail régulier et rigoureux dans les élevages, l’objectif est la production de références techniques mais également de repères économiques.
    Au travers les témoignages de 3 jeunes récemment installés, nous pouvons réaliser les difficultés rencontrées mais aussi les motivations qui animent les porteurs de projets équins. Comme pour d’autres productions, l’installation en structure équine est un challenge.
    Toutefois, lorsque la motivation s’associe à la compétence, la réussite est souvent au rendez-vous comme le démontrent ces trois exemples.

    Le 31/03/2015 par Réseau REFErences - 668.54K

Présentations des journées Références

  • 31/03/15 - - détails Réduire la pénibilité et la quantité de travail c'est possible !

    Réduire la pénibilité et la quantité de travail c

    Sous l’effet des évolutions de la société et du mode de vie, toutes les structures agricoles ou d’élevage se sont interrogées ces dernières années sur l’organisation du travail, l’optimisation de la main-d’œuvre, la réduction de la pénibilité ou de la charge de travail.

    Les structures équines ne font pas exception. Comme les autres structures d’élevage elles sont en recherche d’idées, de techniques, de moyens et de solutions pour réduire les temps de travaux où faciliter certaines tâches fastidieuses, pénibles, répétitives et consommatrices de temps.
    Elles sont aussi confrontées au manque de main-d’œuvre, à la gestion du temps de travail de leurs salariés les weekends et jours fériés, à l’aménagement des postes pour conserver leurs employés dans ce métier de passion.
    La recherche d’une optimisation économique invite aussi à gérer de manière la plus efficace la main-d’œuvre salariée et son propre temps de travail. On le voit principalement à travers l’évolution des équipements, les choses changent. Elles influencent parfois les techniques d’élevage et les modes de conduite. Les trucs et astuces font recette et se transmettent. Dans ce second bulletin du Réseau Equin de Picardie, trois éleveurs du dispositif ont accepté de témoigner sur les solutions qu’ils ont adoptées pour mieux s’organiser et gagner en temps de travail.
    Si leurs idées reposent souvent sur des équipements nouveaux, elles leur permettent de mieux optimiser leur temps autour de l’animal, là où tout éleveur et cavalier préfère être.

    Le 31/03/2015 par Réseau REFErences - 945.96K

  • 31/03/15 - - détails Organiser le travail : la clé de réussite des centres équestres

    Organiser le travail : la clé de réussite des centres équestres

    Dans un centre équestre, ce n’est pas l’élevage qui est au cœur du système, mais la prestation de services et, en tout premier lieu, l’enseignement de l’équitation.
    Pour garantir une rentabilité, les centres équestres doivent atteindre un nombre de licenciés et d’élèves suffisant. Au-delà de l’enseignement proprement dit, beaucoup cherchent à diversifier les prestations avec des cours collectifs ou individuels, stages, randonnées, coaching, équithérapie… Ils visent aussi différents publics : jeunes, adultes, scolaires, handicapés, comités d’entreprises…
    L’idée de départ est souvent de « remplir » un planning de travail, notamment les phases creuses en périodes scolaires, et d’optimiser les investissements ou la main-d’œuvre disponible.
    Cependant, plus un système est diversifié et plus sa gestion est complexe, plus il nécessite une réflexion en amont sur l’organisation et la répartition des tâches.
    Les trois centres équestres qui témoignent dans ce bulletin mettent bien en évidence la problématique de l’organisation du travail. Ils insistent tous sur le risque de « se faire déborder », sur la nécessité d’avoir un dialogue permanent et organisé avec les personnes travaillant sur la structure.
    A l’heure où de nombreux cavaliers envisagent la création d’un centre équestre, il convient de rappeler aux porteurs de projet qu’ils doivent veiller à ne pas multiplier les activités en saturant leur temps disponible. Même passionnés, les futurs installés doivent raisonner leurs activités en terme de travail et penser à se ménager des temps de repos.

    Le 31/03/2015 par Réseau REFErences - 1.46M

Publications

  • 31/03/15 - - détails Gestion du parasitisme chez le cheval : une marge de progrès identifiée au sein des exploitations équines

    Gestion du parasitisme chez le cheval : une marge de progrès identifiée au sein des exploitations équines

    Dans le cadre du réseau REFErences, une enquête nationale a été menée en 2012 auprès de 155 exploitants du réseau afin de réaliser un état des lieux des pratiques et des coûts concernant la gestion sanitaire de leurs chevaux. La gestion du parasitisme est une des principales marges de progrès identifiée dans cette étude.
    Effectivement, quel que soit le système analysé, les exploitants ont trop souvent recours à une vermifugation systématique des chevaux, avec des protocoles identiques chaque année. Par conséquent, ces traitements ne sont pas forcément adaptés aux conditions de l’élevage. A cela s’ajoute, la diversité des appellations commerciales des vermifuges pour une même matière active, qui peut induire en erreur les éleveurs. Ces premiers constats ont révélé que le parasitisme n’est pas toujours bien appréhendé par les exploitants. Ils ne
    prennent pas assez en compte l’âge, les conditions d’hébergement et d’utilisation de leurs équidés (élevages, écuries de compétition, poneys club). Et pourtant, avec l’apparition des premières résistances à certaines molécules fréquemment utilisées, leur utilisation doit être de plus en plus rigoureuse et raisonnée.
    Pour répondre à ces préoccupations et donner quelques repères aux exploitants pour mieux gérer le parasitisme, des interventions de vétérinaires ont été réalisées à l’occasion des journées régionales REFErences 2013. Cette synthèse présente les principaux repères évoqués à ces différentes restitutions.

    Le 31/03/2015 par Réseau REFErences - 1.00M

  • 31/03/15 - - détails Études des coûts et des pratiques sanitaires en structures équines - Enquête nationale 2012

    Études des coûts et des pratiques sanitaires en structures équines - Enquête nationale 2012

    Les synthèses nationales publiées par le réseau équin Références ont révélé une variabilité des frais sanitaires inter et intra système. Ces résultats ont engendré de nombreuses questions : comment se répartissent les frais sanitaires, quelles sont les maladies qui posent le plus souvent problèmes, quelle est la variabilité des pratiques sanitaires, est- il possible d’identifier les facteurs clés conduisant les exploitants à entreprendre une gestion économe ou à l’inverse très préventive ?

    D’autre part, peu de données de terrain sont disponibles à ce sujet. Une première enquête nationale auprès des exploitations du réseau a donc été entreprise au printemps – 2012 afin de constituer des premières informations de terrain sur les pratiques et les problématiques rencontrées dans ce domaine.
    À partir des 155 enquêtes réalisées, une analyse systémique a permis d’identifier les caractéristiques et problématiques liées au sanitaire, propres à chacun des six systèmes identifiés ; les élevages de chevaux de trait, les élevages mixtes (équins et autres productions animales), les élevages spécialisés, les centres équestres, les fermes équestres et les pensions.

    Le 31/03/2015 par Réseau REFErences - 762.02K

Présentations des journées Références

Retrouvez dans cette partie des références économiques sur les thématiques liées à la gestion de l’entreprise (coûts de production, rentabilité, etc.)


Présentations des journées Références

Publications

  • 19/06/15 - - détails Coût de production d'un cheval de sport en Normandie

    Coût de production d

    Dans le cadre d’une mise à jour, en 2010, du calcul des coûts de production portée par l’Institut de l’Elevage, le réseau équin du Grand-Ouest à participé à l’adaptation de la méthode aux systèmes d’élevage de chevaux de sport.

    La maitrise du coût de production d’un cheval s’avère un enjeu capital pour la rentabilité des structures dans un contexte de perturbation du marché et d’instabilité des ventes. Ce document présente la méthode appliquée à un échantillon test d’élevages.

     

    Le 19/06/2015 par Réseau REFErences ; Réseau équin de Normandie & Clarisse Lemière - 745.42K

Présentations des journées Références