Thibault Fournier en route pour un podium mondial

Thibault Fournier a intégré fin 2015 le pôle France jeunes de Saumur qui dépend du Parcours d’Excellence Sportive de la Fédération Française d’Equitation.
Il participe du 8 au 11 juin au CCI*** de Bramham (GB), dont une épreuve est le Championnat du Monde des cavaliers de moins de 25 ans. Il vise un podium.

Il est originaire d’Auvergne et a débuté l’équitation par le poney à 3 ans. Il est passé à cheval après plusieurs années et a poursuivi la progression dans plusieurs clubs hippiques du Puy de Dôme.

Il a eu son premier cheval en montant celui de son frère aîné parti faire ses études vétérinaires. Cheval de saut d’obstacles, il a été dirigé vers la discipline du concours complet et qui lui a permis de gravir les échelons jusqu’au niveau du Championnat de France Club élite.

Comment as tu évolué par la suite pour la compétition ?

Thibault Fournier : « j’ai acheté un jeune cheval et j’ai suivi le circuit des épreuves du cycle libre de la SHF. J’ai ensuite poursuivi dans les épreuves amateurs et participé plusieurs fois aux Championnats de France. J’ai ensuite fait l’acquisition d’un deuxième cheval qui m’a permis d’arriver au niveau des épreuves internationales. J’ai également remporté le Championnat de France amateur élite en 2013 avec lui. »


Quand as tu décidé d’entrer dans une formation ?

Thibault Fournier :« Avec ces deux chevaux, et avec mes résultats, je me suis décidé à intégrer l’écurie de Maxime Livio près de Saumur pour une formation sport études. Maxime Livio a été mon premier vrai coach qui m’a suivi de A à Z. Après une année « blanche » à cause de petits ennuis de santé de mes chevaux, en 2014, j’ai fait l’acquisition de mon cheval de tête en fin d’année. Siniani de Lathus avait 8 ans. Il avait couru au niveau international 2* avec son cavalier, Rafael Mazoyer.

Je visais les championnats d’Europe jeunes cavaliers. J’ai pu les faire en 2015 en Pologne à Stzregom avec Siniani de Lathus. »

Thibault Fournier dressage web ©HélèneThibault Fournier galop cross web©Hélène Delavallade
Quand as tu intégré le pôle France jeune de Saumur ?

Thibault Fournier : « j’ai intégré le pôle France jeune fin 2015, peu après les championnats d’Europe. En 2016, j’ai fait la première saison de grosses épreuves. On a passé le cap des épreuves Pro élite, internationales 3*, et cela s ‘est terminé par la sélection en équipe de France à Boekelo en fin de saison. J’avais terminé second du CIC*** de Chatsworth (derrière Arnaud Boiteau ndlr), et j’étais classé 3ème de la dernière étape du Grand national à Lamotte Beuvron. »


Comment s’est passé le début de saison 2017 ?

Thibault Fournier :  « le début de saison a été progressif, avec de petites fautes. Je me suis rattrapé au Grand national du Lion d’Angers où je me classe second. . Cela témoigne de la régularité du cheval sur les trois tests. »


Quel sentiment as tu juste avant de partir pour Bramham (GB), qualifié comme le championnat du Monde des cavaliers de moins de 25 ans ?

Thibault Fournier : « C’est un sentiment de satisfaction. Cela fait longtemps que je travaille pour aller là bas et avoir la possibilité d’être sélectionné. Participer est déjà une première satisfaction personnelle. J’ai eu beaucoup d’échos que c’est une épreuve conséquente avec des difficultés sur les 3 tests. Le cheval est prêt, le cavalier aussi, et on fera tout ce qui est possible pour faire la plus belle performance envisageable. »


Que t’ont apporté tes différents coaches ?

Thibault Fournier : « Au pôle, j’ai beaucoup appris sur l’autonomie, autant à la maison qu’en concours, la manière de préparer son programme, de travailler les chevaux en fonction d’une échéance, et en même temps, l’encadrement avec les différents écuyers m’ont donné des approches différentes pour un même cheval. Cela renforce le bagage technique, d’aborder un même exercice, mais de différentes manières et d’avoir différents points de vue sur un même problème. Cela permet de faire sa propre analyse et cela est très formateur. »
Thibaut Fournier cross presse©Ellen Thibault Fournier et Siniani de Lathus©Hélène Delavallade Thibault Fournier et Siniani de Lathus©Robert Adenot

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager