Retour sur le printemps des écuyers 2018

Du 27 au 29 avril dernier, le Cadre noir de Saumur accueillait au sein de son grand Manège la Garde républicaine pour l’édition 2018 du Printemps des écuyers.

Pas moins de 1500 chevaux en France seraient « fonctionnaires » de l’administration. Au service de la police montée, de la Garde Républicaine, issue de la gendarmerie, ou encore de l’Institut français du cheval et de l’équitation, au sein du Cadre noir de Saumur, les chevaux de la République permettent aux agents de l’état d’assurer de nombreuses missions.

Réunir à Saumur dans le Grand Manège des écuyers, le Cadre noir et la Garde Républicaine, c’est mettre à l’honneur deux institutions de l’Etat qui ont en commun d’avoir contribué à définir la tradition équestre française. Héritières chacune d’un passé prestigieux, elles partagent historiquement d’avoir mis en valeur le cheval pour servir leur vocation militaire.

La Garde Républicaine fut créée pour assurer le protocole militaire de l’Etat et garantir la protection des hautes instances de la royauté puis de la République. Si le Cadre noir a pour missions aujourd’hui d’accompagner le développement du sport, de faire rayonner l’équitation de tradition française et de transmettre son savoir aux cadres de l’équitation, il trouve cependant ses racines au sein des régiments de cavalerie pour la formation des officiers destinés à l’emploi du cheval d’arme. Cette source commune rappelle combien le cheval s’inscrit dans notre histoire et notre culture. Au fil du temps, il a accompagné l’homme et a su justifier son utilité sociale dans les domaines aussi divers que la sécurité, la performance sportive, la culture, le patrimoine…

A l’occasion de cette édition 2018 du Printemps des Ecuyers, au travers de leur identité propre, la Garde Républicaine et le Cadre noir nous ont rappelé que le cheval est encore bien aujourd’hui au cœur de notre société et qu’il reste au service de la République.

CN Printemps 2018_2

 

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager