Les écuyers du Cadre noir, qui sont-ils ?

 

Le Cadre Noir de Saumur regroupe l’ensemble du corps des professeurs de l’École Nationale d’Équitation. Véritables experts dans leur discipline, les écuyers ont pour mission principale de transmettre un savoir technique et théorique aux élèves venus chercher une solide formation professionnelle à l’École Nationale d’Équitation. Ils contribuent aussi activement au maintien et au rayonnement de l’équitation française en illustrant et en transmettant ses principes lors de présentations publiques en France et à l’étranger. Ils ont également pour mission de préparer les chevaux pour la formation des élèves, chevaux qu’ils valorisent lors des compétitions nationales et internationales.
Le Cadre noir de Saumur compte aujourd’hui 35 professeurs : 8 militaires, dont l’Écuyer en chef, mis à disposition du directeur de l’école par le Ministère de la Défense et 34 civils parmi lesquels des professeurs de Sport du Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports. Parmi les écuyers, les femmes ont tout autant leur place que les hommes.

 

La journée d’un écuyer, entre formation, compétition et présentation.

Enseignants avant tout, les écuyers du Cadre noir ont pour mission principale de transmettre un savoir technique, théorique et pédagogique aux stagiaires de l’école : futurs cadres de l’équitation, managers et enseignants des centres équestres. De plus, ils passent de longues heures au dressage des chevaux de l’école, effectuent des travaux de recherche et d’approfondissement des connaissances équestres et se préparent aux compétitions.
La journée d’un écuyer pourrait donc se résumer ainsi : l’écuyer commence sa journée de travail vers 7h30. Chaque écuyer travaille quotidiennement entre 45 minutes et une heure chacun des quatre à six chevaux dont il est directement responsable du dressage et de l’entraînement. Ces séances de travail s’échelonnent ainsi tout au long de la journée. Dans le même temps, l’écuyer délivre son enseignement. S’il est sportif de haut niveau, son emploi du temps doit lui permettre de se préparer aux compétitions. Les répétitions collectives en vue de la préparation des présentations et des galas du Cadre noir se déroulent quant à elles plusieurs fois par semaine en matinée.
Si chaque écuyer doit être capable d’assurer toutes les missions de l’école, certains peuvent se consacrer de façon prioritaire à une mission particulière.

L’écuyer en chef

Responsable du Cadre noir, issu traditionnellement du corps militaire, l’écuyer en chef est appelé « Grand Dieu« . Il est avant tout le directeur technique, adjoint du directeur de l’école. Garant de l’éthique du Cadre noir et de sa doctrine, il dirige la formation des écuyers et veille à la qualité de l’enseignement dispensé à l’école. Brillant cavalier de compétition dans l’une au moins des trois disciplines olympiques, il possède une culture étendue et une connaissance des milieux équestres qui lui reconnaissent une grande autorité.

Le Colonel Patrick Teisserenc, 37ème Écuyer en chef

Le Colonel Patrick Teisserenc a été nommé écuyer en chef du Cadre noir de Saumur à l’institut français du cheval et de l’équitation par un arrêté du 6 juin 2014 et publié au Journal officiel le 24 juin 2014. Il a pris ses fonctions le 1er novembre 2014 en succédant au Colonel Jean-Michel Faure, 36ème écuyer en chef du Cadre noir de Saumur depuis 2006. La passation de cravache entre les deux écuyers en chef a eu lieu lors du gala des Musicales du Cadre noir le samedi 18 octobre 2014. Le Colonel Teisserenc a été écuyer du Cadre noir entre 1989 et 1992.

Le Colonel Patrick Teisserenc est diplômé de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint Cyr Coetquidan en 1985. Il est aussi breveté de l’Ecole de Guerre (collège interarmées de Défense) et possède un diplôme d’ingénieur, option maitrise des systèmes d’information de l’Ecole Nationale Supérieure des Techniques Avancées (Paris). De 1982 à 1985, il est élève officier puis sous-lieutenant à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint Cyr dont une période de huit mois comme chef de peloton au 13ème régiment de Dragons Parachutistes à Dieuze. En 1985 et 1986, il devient lieutenant à l’Ecole d’Application de l’Arme Blindée et de la Cavalerie. De 1986 à 1988, il est chef de peloton au 501 régiment de char de combat à Rambouillet. En 1988, il est élève puis écuyer du Cadre noir de Saumur à l’Ecole nationale d’équitation. En 1992, il commande le troisième escadron de char du 6/12 régiment de Cuirassiers à Olivet. En 1994, il prend le commandement de la compagnie des élèves de classe préparatoires au Prytanée National Militaire de La Flèche. En 1996, il devient élève à l’Ecole Nationale Supérieure des Techniques Avancées (ENSTA) puis stagiaire à l’Ecole de Guerre jusqu’en 1999. Il travaille ensuite à l’État-major des Armées comme chef du centre de l’administration de d’interopérabilité opérationnelle des systèmes d’information. En 2002, il est officier rédacteur au bureau plan de l’Etat-major de l’Armée de Terre à Paris. En 2006, il devient expert français auprès de la délégation permanente de la France a l’OTAN à Bruxelles. En 2009, il est nommé directeur adjoint du Centre de Normalisation de la Défense à Arcueil.
Depuis 2011, il sert au Combined Arms Center (Fort Leavenworth, Kansas, USA) en tant que chef des officiers de liaison des forces terrestres françaises aux USA. Il est également officier de liaison auprès du CAC, organisme de l’US Army en charge de la doctrine, de l’entrainement et de l’enseignement supérieur de l’armée de terre des Etats-Unis.  

Le Colonel Teisserenc a toujours possédé au moins un cheval personnel depuis 1983. A partir de 1988, il rentre comme stagiaire à l’Ecole nationale d’équitation, où il passe son instructorat en 1989. Il devient ensuite écuyer du Cadre noir de Saumur et s’occupe notamment, comme instructeur, du cours de perfectionnement équestre puis du CFI (Cours de Formation des Instructeurs) jeunes chevaux dressage. Il participait à la reprise de manège et des sauteurs. Enfin, il participait à des compétitions de dressage (jusqu’en Intermédiaire I).
Entre 1994 et 1996, il est directeur de la section équestre militaire du Prytanée National Militaire. Il sort son cheval Hector en Prix Saint Georges.
Entre 2006 et 2011, il a participé à de nombreuses compétitions avec des chevaux personnels, en particulier son cheval Sander, dressé par ses soins, et présenté dans les reprises FEI en Belgique et en France. Ils ont atteint et participé à l’épreuve du Grand Prix Spécial. A partir de 2011, sa nouvelle jument « Simply Pretty » a été qualifiée aux Finals (championnat des Etats-Unis) en premier niveau après une place de troisième au Regionals (huit états du Mid-west). Il a suivi les conseils de nombreux maîtres. En 2009, il a participé à la rédaction de l’ouvrage « Mécanique équestre et équitation » avec le docteur vétérinaire Pierre Pradier. Il a également travaillé avec André Van den Boogaard à Bruxelles. Le Colonel Patrick Teisserenc, décoré de la Légion d’Honneur, est père de deux enfants

 

FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblrPartager